Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret
Réalisé en juin 2018 dans la belle acoustique du vénérable Victoria Hall de Genève par le label Pentatone pour lequel l’Orchestre de la Suisse Romande a déjà beaucoup enregistré, notamment l’intégrale des symphonies de Bruckner sous la direction de Marek Janowski, ce premier enregistrement de Jonathan Nott en tant que directeur artistique de l’orchestre, propose trois œuvres qui furent très originales en leur temps. On frise l’indigestion avec cette suite du ballet Schlagobers écrit en 1924 par Richard Strauss à la gloire de la pâtisserie viennoise. L’argument en est simple : des joyeux catéchumènes viennent fêter leur confirmation dans une pâtisserie viennoise où les attendent Princesse Praliné, Prince Cacao, Don Sukero et une armée de frangipanes, pains d’épice et gigantesques kougelhofs. Même si le bourrage de gâteaux se fait gaiement au son de valses et de polkas, il n’est pas sans conséquences. Notamment la crème chantilly (« Schlagobers » en allemand), qui donne son nom au ballet et laisse des traces sur les estomacs… Rien de tel avec Jeux, ultime chef-d’œuvre symphonique d’un Debussy qui ouvre de nouveaux horizons musicaux dont Boulez et Dutilleux se souviendront. Quant à Melodien de György Ligeti, partition composée en 1971 à l’occasion de l’anniversaire d’Albrecht Dürer, elle propose, comme Jeux de Debussy, une subtile recherche de timbres irisés qui semblent s’étirer dans le temps sans début ni fin. © François Hudry/Qobuz
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Classique - Paru le 6 mars 2012 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio