Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES38,99 €
CD27,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 8 mars 1959 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
C’est un grand classique de l’histoire du disque qui nous revient ici dans un son restauré avec soin. Réalisé dans l’acoustique généreuse de l’église Jesus-Christus de Berlin en 1958 par Deutsche Grammophon, cet enregistrement venait juste après celui de Josef Krips (Decca) et avant celui de Giulini (EMI), qui sont passés tous deux à la postérité au panthéon des meilleurs enregistrements de Don Giovanni. Le héros principal de cet enregistrement est bel et bien Ferenc Fricsay. Le chef hongrois, mozartien de grande classe, donne à cette version une grande vivacité théâtrale grâce à des tempi acérés et rapides. La prise de son stéréophonique est d’une grande clarté. La distribution réunit de grandes voix de l’époque, Dietrich Fischer-Dieskau, Sena Jurinac, Irmgard Seefried, Maria Stader, Ernst Haefliger, et le style (et la prononciation) de cette version en italien restent germaniques. C’est donc avant tout pour l’extraordinaire direction musicale qu’il faut saluer cette réédition, témoignage précieux de l’art d’un immense chef d’orchestre fauché prématurément par la mort. © François Hudry/Qobuz
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Symphonies - Paru le 1 octobre 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Symphonies - Paru le 1 octobre 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Symphonies - Paru le 1 octobre 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Symphonies - Paru le 1 octobre 1996 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
La grande vague baroqueuse « historiquement renseignée » qui est venue bouleverser, et souvent balayer, nos habitudes d’écoute, ne doit cependant pas nous faire oublier des mozartiens aussi essentiels que Bruno Walter, George Szell ou Karl Böhm. Le cas d’Herbert von Karajan est un peu différent, car sa vision plutôt hédoniste des Symphonies de Mozart a toujours divisé la critique comme le public. Enregistré à la fin des années 1970 à Berlin, cet album propose les six dernières symphonies auxquelles Karajan a ajouté les Symphonies n° 29, 32 et 33. Quant à la Symphonie n° 37, K. 444/425, elle est comme toujours aux abonnés absents, puisque Mozart n’a fait que retoucher une symphonie de son ami Michael Haydn et lui ajouter un prélude, en vue d’un concert qu’il devait diriger à Linz en 1783. S’ils sont marqués du sceau d’un temps révolu par leur épaisseur sonore, voire leur excès de romantisme ou bien encore leur legato systématique et leur effectif pléthorique, ces enregistrements ne manquent pourtant ni de vigueur ni de charme grâce aux sonorités envoûtantes du Philharmonique de Berlin et à la virtuosité sans faille du pupitre de cordes. © François Hudry/Qobuz
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
C'est à un florilège d'une douzaine d'airs depuis le pathétique jusqu'à la comédie que nous convie Rolando Villazon. Des airs écrits par le jeune Mozart pour plaire à des chanteurs spécifiques ou même à son archevêque de patron à Salzbourg. De la liberté, de la nouveauté, de la jeunesse, voilà ce qu'on trouve dans ces airs chantés avec une joie évidente et le plaisir de la découverte par le ténor mexicain soutenu par un chef rompu au théâtre, Antonio Pappano. FH
HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
Une nouvelle version de Cosi fan tutte qui vaut surtout pour les timbres de l'Orchestre de Chambre d'Europe et pour la direction musicale de Yannick Nézet-Séguin tout en légèreté, en subtilité, en jeunesse et d'une évidente théâtralité. Le plateau de stars internationales est assez inégal. Si Alessandro Corbelli est un Don Alfonso manipulateur à souhait et un comédien adroit, le reste de la distribution n'est pas vraiment incarnée dans des personnages qui chantent sans véritable émotion. Un album qui représente les beaux moments d'un festival, en l'occurence celui de Baden-Baden où vont être enregistrés à terme six opéras de Mozart, sans remettre en question un discographie abondante et, souvent, de qualité. © FH/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Symphonies - Paru le 7 avril 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 3 juillet 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Enregistré lors du prestigieux et exclusif Festival de Pâques de Baden-Baden cuvée 2014, voici la limpide et irrésistible lecture de Yannick Nézet-Séguin de L’Enlèvement au sérail de Mozart, avec le lumineux Chamber Orchestra of Europe et une superbe brochette de stars côté gosier. Qobuz n’a jamais caché que Nézet-Séguin lui semble le plus doué, le plus musicien (et l’un des plus modestes, ce qui ne gâche rien) des chefs de la jeune génération ; il est donc tout naturel que nous vantions cet enregistrement de toutes nos forces. Le ténor Rolando Villazón, qui est de tous les Mozart prévus pour la DGG avec Nézet-Séguin et dont trois sont déjà parus (le présent Enlèvement, Cosi et Don Giovanni, qui seront bientôt suivis de Lucio Silla et Il Re pastore), offre sa lumineuse voix de ténor au rôle de Belmonte – son premier Mozart enregistré en allemand ! © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 2 octobre 2015 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES48,99 €
CD34,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Ces Noces de Figaro sont peut-être ce qui s’est fait de plus enthousiasmant depuis bien longtemps. Le maître d’œuvre en est Yannick Nézet-Séguin, qui dirige ici le Chamber Orchestra of Europe et un plateau de grand luxe de chanteurs entièrement dévoués à sa conception, forgée autant d’après les lectures les plus fameuses des dernières décennies que d’après les enseignements de la musicologie moderne qui cherche à retourner aux sources sonores. On y entend donc une vision puissamment moderne et qui semble pourtant si « évidente ». Les récitatifs, conçus bien plus musicalement que théâtralement (un bonheur, car au disque, qu’a-t-on à faire de récitatifs donnés comme si l’on était sur scène ? On ne l’est pas ! L’enregistrement a été réalisé lors d’une représentation de concert à Baden-Baden en 2015, de sorte qu’ils s’enchaînent à merveille aux airs ou aux ensembles, sont accompagnés au forte-piano. © SM/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Intégrales d'opéra - Paru le 22 juillet 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 1 février 2005 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 6 juillet 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Enregistré en juillet 2017 dans le somptueux Festspielhaus de Baden-Baden, cette Clémence de Titus fait suite aux albums déjà parus dans la série des Mozart avec Nézet-Séguin, l’Orchestre de Chambre d’Europe et le ténor Rolando Villazón qui est le seul chanteur à être de toutes ces productions. Il va sans dire que le propos musical est ciselé à l’extrême, qu’aucun des chanteurs ne se permet la moindre liberté non seulement avec la partition, mais aussi avec le style – bannis les intempestifs italianismes que sont glissades, points d’orgue personnels, contre-ut de cirque, ornementations parasites, roucoulandos, sanglots – de sorte que l’on peut avancer, sans trop se tromper, que c’est là une des plus pures et belles interprétations de cet ouvrage. On rappellera que c’est le tout dernier opéra de Mozart, créé deux mois avant sa disparition ; et que les récitatifs sont de la plume du fidèle Sussmayr, celui-là même qui « finira » le Requiem. À cette même époque, Mozart terminait aussi La Flûte enchantée et n’avait que quelques semaines pour achever l’ouvrage ; et pourtant, quelle perfection dans le discours des airs, ensembles et chœurs ! Alors que le sujet devait sans doute ne pas férocement intéresser le compositeur, en particulier depuis son explosive collaboration avec Da Ponte. Mais dans une telle interprétation, le sujet seria et un brin suranné « passe », et avec les honneurs qui plus est. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Lorsqu’il écrivit ses deux uniques quatuors avec piano, violon, alto et violoncelle, respectivement en 1785 et 1786 – l’époque des Noces de Figaro – Mozart inaugurait avec éclat un genre qui, bien plus tard, devait faire quelques émules et pas des moindres : Brahms, Mendelssohn, Schumann, Dvořák et Fauré, Saint-Saëns et Chausson. Pas la grande foule donc, car il est vrai que le format pose bien des problèmes d’équilibre, problèmes que Mozart a surmontés avec sa maestria habituelle (les autres aussi, rassurez-vous). Car le risque et la tentation sont considérables d’en faire une sorte de mini-concerto pour piano avec accompagnement de trois cordes, ce que le compositeur a soigneusement évité ; oui, il oppose souvent le piano aux trois cordes, mais l’échange reste très équilibré et jamais les cordes ne sont là pour servir de seul soutien. En cela, Mozart est le vrai précurseur. Au piano, Daniel Barenboim s’est entouré de trois musiciens issus de son fameux East-West Divan Orchestra : le fiston Michael B. au violon, l’altiste russe Yulia Deyneka et le violoncelliste persan Kian Soltani, de grands solistes dont la valeur n’a pas attendu le nombre d’années pour éclore au grand jour. Enregistrements réalisés en concert public en mars 2017, précisons-le. © SM/Qobuz
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 2 août 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
La saga Mozart de Yannick Nézet-Séguin chez Deutsche Grammophon se poursuit : après La Clémence de Titus en 2018, c’est au tour de La Flûte enchantée de passer sous la baguette du chef québécois au Festspielhaus de Baden-Baden. Sa direction insuffle toute la magie qui convient au livret en forme de conte de fée du dernier opéra de Mozart. L’Orchestre de chambre d’Europe en restitue la veine merveilleuse autant que la profondeur, comme dans la lumineuse « Marche des Prêtres ».Du côté des chanteurs, Christiane Karg est captivante dans le rôle de Pamina et Klaus Florian Vogt – bien que, ou peut-être parce que son timbre détone ici – incarne un Tamino naïf, perpétuellement étonné. Rolando Villazόn, fidèle compagnon de route de Yannick Nézet-Séguin dans cette aventure mozartienne –il est présent depuis le début avec l’enregistrement de Don Giovanni –, s’est donné le rôle de l’oiseleur Papageno, écrit pour voix de baryton. L'ancien ténor, qui parvient à être convaincant, s’empare avec humour du personnage. Ainsi, malgré une distribution inégale, les chanteurs s’amusent dans ce singspiel rocambolesque.Nous communiquant leur plaisir de jouer ensemble, ils aiguisent notre appétit et nous invitent à replonger dans la discographie généreuse de cette œuvre délicieuse et dramatique, drôle et spectaculaire. Son orchestration ciselée et la variété de son écriture sont d’un musicien prodigieux. Strauss s’en souviendra dans l’entremêlement sensuel des voix du trio final du Rosenkavalier.On dit que La Flûte enchantée est un opéra maçonnique, sa trame dessinant le cheminement spirituel d’une initiation. Son univers enchanteur est avant tout typique de l’imaginaire germanique, comme plus tard l’Obéron de Weber. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES26,99 €
CD19,49 €

Trios - Paru le 13 septembre 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Daniel Barenboim est coutumier des intégrales. Et comme il est boulimique, il les enregistre plusieurs fois, qu’il s’agisse des Sonates de Beethoven ou, ici, des Trios de Mozart (déjà enregistrés pour EMI en 2006 avec le violoniste Nikolaj Szeps-Znaider et le violoncelliste Kyril Zlotnikov). En creux, ce n’est donc pas tant l’éternel Amadeus qu’on écoute qu’un portrait de Barenboim se patinant avec les années. Et en parlant de patine… Les interprètes, accomplis, dialoguent avec une complicité gourmande. Arrive-t-on à s’orienter dans ces partitions et à y déceler une vision esthétique ? Les partitions s’enchaînent plutôt comme à une soirée musicale en famille, avec son piano un rien liquoreux – sans doute une histoire de prise de son –, notamment dans le Trio en si bémol majeur, K. 502, mais également dans les premières mesures de l’Allegro du Trio en mi majeur, K. 542 dont on ne perçoit pas tout à fait la dimension dramatique. Mais au moins, ce piano ne fait pas d’ombre aux cordes et l’équilibre requis de ces œuvres resserrées est respecté. La musique de chambre de Mozart n’est pas un simple badinage : l’écriture, volontiers contrapuntique, construit un monde délicat dont les harmonies et le chromatisme pimentent la poésie. Daniel Barenboim a trouvé les partenaires idoines. © Elsa Siffert/Qobuz