Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 3 novembre 2014 | Resonus Classics

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
[...] Les quatre premières œuvres, qui occupent la moitié de ce CD, connaissent en effet leur premier enregistrement et elles méritent qu'on s'y arrête. Ecoutez tout d'abord le superbe arrangement (1931) pour douze instruments de There is a Willow Grows Asland a Brook d'après Frank Bridge [...] Ce sont dix minutes d'un pur miracle musical qui valent vraiment l'écoute. [...] La Suite for violin and piano, op. 6 (1935) a déjà été honorée par le disque. Thomas Kemp et la pianiste Sophia Rahman abordent ces cinq mouvements avec toute la fantaisie nécessaire, sa part de parodie enjouée, mais aussi sa rêverie douloureuse, où les interprètes font valoir leur flamme autant que leur délicatesse et se hissent sans difficulté en tête d'une discographie encore maigre. Celle de la Sinfonietta, Op. 1 est en revanche pléthorique, mais nos artistes n'accusent aucune faiblesse et maintiennent dans l'excellence cet enregistrement qui ne séduira pas que les amateurs d'un Britten inconnu.» (Classica, juillet 2016 / Xavier de Gaulle)