Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Mezzoforte

Hi-Res
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | Decca (UMO) (Classics)

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | RCA Red Seal

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 15 février 2019 | Mezzoforte

Hi-Res
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 15 février 2019 | Mezzoforte

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res
3,99 €
2,99 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res
27,49 €
23,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2019 | Everest

Hi-Res Livret
27,49 €
23,99 €

Classique - Paru le 26 janvier 2019 | Everest

Hi-Res Livret

Classique - Paru le 11 janvier 2019 | PentaTone

Téléchargement indisponible
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 décembre 2018 | JPK Musik

Hi-Res Livret
15,49 €21,49 €
10,99 €14,99 €

Classique - Paru le 16 novembre 2018 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
Cette nouvelle version du célèbre ballet de Tchaïkovski est publiée en écho à la sortie internationale du dernier film des studios Walt Disney, Casse-Noisette et les quatre royaumes, dont la musique originale de James Newton Howard reprend les thèmes principaux de la partition de Tchaïkovski en la modernisant. Enregistrée par Gustavo Dudamel avec Lang Lang au piano et Andrea Bocelli qui chante le générique, la bande-son de ce film est aussi du sur-mesure pour les trois stars mondiales du show-business, qui a désormais atteint la musique classique. Le présent enregistrement de l’œuvre originale a été capté lors d’un concert donné au… Walt Disney Concert Hall de Los Angeles en décembre 2013, à l’occasion des fêtes de Noël. Un concert qui marquait aussi les 10 ans de la fructueuse collaboration de Gustavo Dudamel avec l’Orchestre philharmonique de Los Angeles. Le chef vénézuélien nous offre une vision hédoniste de ce conte allemand d'E.T.A Hoffmann revu par Alexandre Dumas et si merveilleusement mis en musique par le compositeur russe qui signe là un de ses derniers chefs-d’œuvre, juste avant de composer la Symphonie « Pathétique » qui sera son testament musical. Ici, tout n’est que féérie(s) et sucreries, au gré d’une extraordinaire inspiration mélodique mise en valeur par une orchestration légère, aux timbres particuliers, comme dans la célèbre Danse de la fée Dragée qui a popularisé le célesta, curieux instrument né en 1886 des amours improbables entre un glockenspiel et un piano, et que Tchaïkovski avait découvert à Paris. Dudamel joue à fond la carte du rêve et de l’émerveillement avec une direction souple et raffinée qui regarde plus du côté de Vienne que de Saint-Pétersbourg, mais il sait garder également une âme d’enfant, pour notre plus grand plaisir. © François Hudry/Qobuz
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 9 novembre 2018 | JPK Musik

Hi-Res Livret
35,96 €
23,96 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Il faut quand même considérer que Le Lac des cygnes de Tchaïkovski fut le premier grand ballet conçu par un compositeur symphoniste, à une époque où les partitions de ballet restaient réservées à des musiciens de… disons… moindre envergure, comme Léon Minkus, Cesare Pugni, Delibes ou Adam. C’est pourtant Adolphe Adam qui servit en partie de modèle à Tchaïkovski, en particulier dans l’usage de leitmotivs pour les personnages principaux, l’alternance très contrastée des numéros et la richesse des coloris orchestraux. Lors de la création du Lac des cygnes en 1877, l’impeccable architecture dramatique et musicale de la partition fut sinistrement mise à mal par le chorégraphe qui se permit de couper, remanier, redistribuer, de sorte que le pauvre Tchaïkovski n’y reconnut guère son œuvre. La construction en quatre actes, l’équivalent de quatre immenses mouvements d’une partition qui dure quand même deux heures et demie de bout en bout, fut chamboulée pour n’en présenter plus que trois, avec moult coupures de convenance pour adapter l’œuvre aux exigences et caprices de la scène. Jusqu’à nos jours hélas, les ballets du monde entier utilisent des versions traficotées. Mais rassurez-vous, la version que vous entendrez ici est la partition intégrale, telle que conçue par Tchaïkovski ; le contenu et l’ordre d’origine sont respectés à la note près. L’excellent Orchestre académique de l’État de Russie « Evgeni Svetlanov » est placé sous la direction de Vladimir Jurowski. © SM/Qobuz
15,99 €
11,49 €

Classique - Paru le 1 octobre 2018 | London Philharmonic Orchestra

Hi-Res Livret
7,99 €
6,99 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | MUNCHNER PHILHARMONIKER GBR

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 24 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res
15,99 €
13,49 €

Classique - Paru le 29 juin 2018 | San Francisco Symphony

Hi-Res Livret
Enregistrée en concert public – comme quasiment tous les albums de l’Orchestre de San Francisco – cette Sixième de Tchaïkovski est donc la contribution de Michael Tilson Thomas à l’ample discographie de ce phénoménal ouvrage. Rappelons que cette sombre symphonie fut créée à Saint-Pétersbourg en octobre 1893, sous la direction du compositeur en personne, avec un bon succès d’estime même si le public resta sans doute « sur sa faim » lorsque disparurent les ultimes accents du déchirant dernier mouvement, un pianissimo dans le grave qui n’avait rien de bien héroïque. Il faut préciser aussi que neuf jours plus tard, Tchaïkovski quittait cette vallée de larmes – les théories s’entrechoquent quant à savoir pourquoi il s’éteignit, choléra ou suicide ou autre chose encore – et que l’ouvrage fut redonné une dizaine de jours plus tard lors d’une cérémonie de commémoration, avec les quelques corrections apportées par le compositeur après la création ; c’est désormais cette version, qu’il n’entendit donc pas de son vivant, qui est désormais donnée. © SM/Qobuz