Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

82 albums triés par Prix : du plus cher au moins cher et filtrés par Classique et Giuseppe Verdi
CD29,99 €

Opéra - Paru le 23 juin 2017 | Dynamic

HI-RES28,99 €
CD24,49 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES40,29 €57,56 €(30%)
CD26,85 €38,36 €(30%)

Opéra - Paru le 17 novembre 2017 | PentaTone

Hi-Res Livret
Ce nouvel enregistrement d’Otello de Verdi possède bien des atouts : la Desdémone de Melody Moore, l’Otello de Nikolai Schukoff, et un orchestre Gulbenkian très inspiré doublé d’un chœur lui aussi Gulbenkian, admirablement au point et extrêmement précis y compris dans les nombreux passages ultra-virtuoses. Il faut dire que l’ultime drame de Verdi – le compositeur refermerait sa carrière avec le drolatique Falstaff –, achevé en 1887 après seize ans de silence lyrique (le précédent ouvrage étant Aida de 1871), présente une rupture tout à fait spectaculaire avec le langage antérieur ; on y trouve peu d’airs « séparés » et de récitatifs, à la faveur d’une fluidité du discours bien plus moderne et proche du drame de Shakespeare, et une trame serrée autour des personnages et des actions immédiates des uns et des autres. La lecture de Lawrence Foster met en avant cette continuité. Pour la petite histoire, l’un des violoncellistes du rang lors de la création le 5 février 1887 à la Scala de Milan était un certain Arturo Toscanini. © SM/Qobuz
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Classique - Paru le 22 juillet 2016 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Enregistré en avril 2015 lors du Mai Musical florentin, cet Aida de Verdi brille naturellement par la présence du ténor Andrea Bocelli, un artiste multi-cartes autant à l’aise dans la pop, la variété, la chanson napolitaine, la bluette, le crossover, que dans le répertoire le plus lyrique qui soit, du moins le répertoire lyrique italien. Aida est bien évidemment l’un des ouvrages les plus italianisants que l’on puisse imaginer ; la voix claire et éclatante de Bocelli se rit des extrêmes, des suraigus, des difficultés, avec une facilité déconcertante. Mais ce serait limiter les observations au seul Bocelli, là où cet enregistrement peut s’enorgueillir de la présence rayonnante de la soprano lyrico-spinto états-unienne Kristin Lewis, une somptueuse verdienne jusqu’au bout des doigts. L’Orchestre du Mai Musical florentin est tenu de main de maître par le grand routier qu’est Zubin Mehta. © SM/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 5 juillet 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Verdi n’était pas tendre avec son propre opéra I Due Foscari qu’il trouvait inférieur à d’autres de ses productions. Jugement sévère qui a beaucoup nuit à la réputation d’un ouvrage qui ne mérite pas d’être pareillement sous-estimé. Écrit en 1844 sur un livret de Francesco Maria Piave d’après le drame de Byron, il raconte une sombre et cruelle histoire dans le milieu des Doges de Venise. On y trouve entre autres des airs magnifiques pour le ténor et le baryton qui représentent parfaitement ce qu’on appellera plus tard « le baryton verdien ». Le disque nous avait gratifiés dans les années 1970 d’une version publiée par Philips dans le cadre d’une série dédiée aux opéras de jeunesse de Verdi réalisé par le trop décrié Lamberto Gardelli. La distribution, alors composée de jeunes chanteurs en début de carrière, était particulièrement prestigieuse : Katia Ricciarelli, José Carreras, Piero Cappuccilli, Samuel Ramey. D’emblée la barre était mise très haute. D’autres versions « live », avec Giulini, puis avec Gavazzeni à la Scala de Milan, proposaient de bonnes alternatives. Dans ce nouvel enregistrement capté lors de trois concerts à Munich et à Budapest dans des acoustiques différentes, mais à deux jours d’intervalle, on y trouve une distribution internationale dominée par le vétéran Leo Nucci qui, à soixante-seize ans (!), a presque l’âge du rôle de l’octogénaire Francesco Foscari. Si la voix accuse son âge avec ses faiblesses et un large vibrato, elle reste cependant d’une puissance intacte couronnée par une expression intense. Placé sous la direction vigoureuse du chef croate Ivan Repusic, cette nouvelle version vient renouveler la discographie d’un ouvrage bien injustement laissé de côté. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 10 novembre 2017 | Delos

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 6 avril 2018 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Luisa Miller marque la fin des « années de galère » pour Verdi qui est maintenant en pleine possession de son langage et ne doit plus grand chose à Bellini ou à Donizetti. L’opéra, d’une architecture assez complexe, débute par une belle ouverture et est soutenu par une véritable conduite dramatique et une veine mélodique particulièrement inspirée, avec des personnages parfaitement caractérisés. Enregistrée lors d’une version de concert donnée en 2017 au Prinzregentheater de Munich, cette nouvelle version de Luisa Miller avec sa distribution très internationale ne manque pas d’allure. On y trouve la soprano lettone Marina Rebeka dans le rôle-titre. Cette grande interprète de Mozart et Rossini a fait des débuts très remarqués à Salzbourg sous la direction de Riccardo Muti et chante depuis sur toutes les grandes scènes lyriques du monde. À ses côtés, le ténor sicilien Ivan Magri en Rodolfo, et le Roumain George Petean qui s’affirme de plus en plus comme un des excellents barytons verdiens d’aujourd’hui. Au pupitre, le chef croate Ivan Repušić mène son monde avec une efficacité très soigneuse, conférant une vraie « italianità » à l’Orchestre de la Radio de Munich. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Classique - Paru le 19 octobre 2018 | Delos

Hi-Res Livret
CD19,99 €

Opéra - Paru le 28 juillet 2017 | Dynamic

CD19,99 €

Opéra - Paru le 11 février 2014 | C Major

Livret
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 4 novembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Les disques de Carlos Kleber sont comme des pépites rares et précieuses. Cet enregistrement de studio de La Traviata est un must absolu. La direction du Maestro est légère, fluide, théâtrale, exaltante, caressante. Autour de lui Ileana Cotrubas est une Violetta fragile et touchante, Placido Domingo d'une vaillance encore juvénile et Sherill Milnes un Père Germont assez convenu. Du très bon studio pour cet opéra si fréquemment enregistré. © François Hudry/Qobuz
HI-RES34,99 €
CD24,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 2 septembre 2016 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES21,99 €
CD18,99 €

Classique - Paru le 14 octobre 2016 | Sony Classical

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Opéra - Paru le 15 septembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES19,49 €28,49 €(32%)
CD16,99 €24,49 €(31%)

Opéra - Paru le 2 octobre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - 4F de Télérama - Diapason d'or / Arte - Choc de Classica
Trois « prises de rôle » pour trois chanteurs majeurs de cette génération : Jonas Kaufmann son premier Radamès, Anja Harteros sa première Aïda, Ludovic Tézier son premier Amonasro. Et dans quelles conditions de rêve : un véritable enregistrement de studio, non pas expédié à la hâte en quelques sessions générales plus quelques raccords, mais au cours d’un long processus de travail précédant une série de présentations en version de concert. On soulignera aussi l’excellente Amnéris de Ekaterina Semenchuk qui a déjà souvent joué ce rôle sur scène. Pappano offre à ce plateau de stars le moelleux tapis de l’Orchestre de l’Académie Sainte-Cécile de Rome, le tout dans l’acoustique idéale de l’auditorium Parco della Musica de Renzo Piano. Les étoiles sont alignées, en avant la musique : cet Aïda est l’un des plus beaux offerts au répertoire discographique depuis bien longtemps, d’autant plus que les chanteurs évitent soigneusement d’en « faire trop » à l’italienne, sans aucun doute avec la complicité de Pappano qui est connu pour préférer retourner aux sources plutôt que de s’en laisser imposer par la tradizione. La quasi-absence de chanteurs italiens dans les cinq rôles principaux serait-elle une sorte de bénédiction ? © SM/Qobuz« Il n'y a plus de grands chanteurs verdiens : antienne entendue mille fois et que dément avec éclat cette Aida en studio. Le duo Anja Harteros - Jonas Kaufmann atteint les plus hautes cimes, guidé par un Pappano qui fait planer sur le péplum égyptien les noirs nuages de la tragédie. [...] Le mérite en revient, d'abord, à Pappano, qui porte l'Accademia romaine à un niveau de splendeur inespéré, tout en instaurant dès les premières mesures un climat sombre et tragique dont l'étau, jusqu'au dénoument fatal, ne fera que se resserrer. [...] Comble de bonheur, la distribution évolue dans les plus hautes sphères. Les grâces d'une Tebaldi, le tempérament passionné d'une Callas, voilà, en toute simplicité, ce que prodigue l'Aida d'Harteros, hissant jusqu'à des cieux extatiques les voiles de son grand lyrisme. Plasticité des phrasés, variété et précision des nuances, émotion toujours juste [...] Face à cet astre, on ne pouvait rêver Radamès plus idéal que Kaufmann. [...] Musicien toujours aussi cultivé, acteur (pas besoin de le voir, cela s'entend) toujours aussi sensible, Kaufmann n'abuse pas cette fois d'effets de détimbrage (son péché mignon), couronnant au contraire son "Celeste Aida" d'un si bémol pianissimo digne d'un authentique bel cantiste. [...] Au final ? Une somme de qualités [...] Si bien que l'on peut affirmer sans hésiter que [...] c'est une Aida faite pour durer, au même titre que les grandes références du passé. (Diapason, octobre 2015 / Emmanuel Dupuy)« [...] S'il ne fait aucun doute que cette nouvelle intégrale a été pensée autour de Jonas Kaufmann, [...] rappelons qu'un Radamès, si pénétrant, si attentif au texte, si électrique soit-il (et notre héros réunit ses superlatifs), ne fait pas, seul, le prix d'une Aïda. Ici, le geste souverain d'Antonio Pappano pose d'emblée le climat. [...] le voici qui électrise la phrase verdienne, actionne chaque levier du drame avec un souci constant de fluidité et d'équilibre entre tableaux intimes et scènes de triomphe. [...] Le "Celeste Aida" de Kaufmann, perdu dans un soupir final, donne le ton, celui d'un héros tourmenté, plus intérieur qu'à l'accoutumée, héros néanmoins, capitaine de guerre aux aigus d'airain. En face, comme lové dans ce timbre automnal, celui, miel et or, d'Anja Harteros délivre un chant altier, des mots fécondés par un souffle et une hauteur de vue prodigieux. [...] Voici donc, dans la riche discographie verdienne, une Aïda avec laquelle il faudra désormais compter.» (Classica, octobre 2015 / Jérémie Rousseau)
HI-RES23,49 €34,99 €(33%)
CD16,49 €24,99 €(34%)

Intégrales d'opéra - Paru le 1 avril 1962 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 3 septembre 2013 | CSO Resound

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
CSO-Resound vient de publier (après le Requiem) un second enregistrement avec Riccardo Muti, Otello, à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Verdi. Cette exécution de l’ouvrage qui allie distribution envoûtante (voir le détail en cliquant sur l'onglet "Programme" ci-dessus) et fidélité à la partition instrumentale et chorale, fera le bonheur des amateurs d’opéra et de tous ceux qui aiment la musique palpitante. Enregistrée en direct au Symphonic Center en 2011, cette prestation restera comme une référence de l’interprétation verdienne par l’un des plus talentueux chefs d’aujourd’hui. « Rarement l’avant-dernier chef-d’œuvre de Verdi n’aura été si orchestral. Riccardo Muti fait sonner Othello comme la symphonie dramatique que Verdi n’a jamais écrite. » (Chicago Tribune)