Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 19 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 19 avril 2019 | Sony Classical

Hi-Res
18,99 €
15,99 €

Piano solo - Paru le 15 mars 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Khatia Buniatishvili continue son exploration des grands indispensables du répertoire pianistique en posant ici ses valises chez Schubert. En abordant la grande et dernière sonate du compositeur, la D.960, en si bémol majeur, à laquelle elle allie le Premier Livre des Impromptus (Op.90, D.899), c’est surtout pour la pianiste géorgienne une belle occasion de raffermir son identité de femme, dans une époque si discriminatoire. Pour l’occasion, elle se revendique clairement comme une « pianiste féministe » (lire les "Notes d’une féministe" dans le livret). L’atmosphère préraphaélite de la couverture semble un peu évoquer ce dialogue souriant et rédempteur de "La Jeune fille et la mort", thème bien présent dans l’œuvre de Schubert, et surtout bien connu du grand public – souvenez-vous, il y a ce fameux lied, D.531, puis ce non moins célèbre quatuor de Schubert, D.810. Côté enregistrement, le piano diffuse une impression continue de douceur et de calme absolu, avec des graves lointains et soyeux, une main droite agile, non teintée d’espièglerie parfois. Le si sublime Andante sostenuto de la Sonate, d’une lenteur imperturbable, vous emmènera pas moins que sur les nuages. Même les Impromptus vous apporteront paix et sérénité. De grandes dames se sont illustrées par le passé dans ce répertoire, particulièrement dans la Sonate D.960, telles Ingrid Haebler, Lili Kraus, Annie Fischer, Clara Haskil. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 5 octobre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Et si c’est Heinz Holliger qui avait raison ? La Neuvième Symphonie de Schubert (ici cataloguée sous le numéro 8), « La Grande », a toujours posé d’énormes problèmes d’interprétation par sa longueur démesurée, son côté décousu, ses fulgurances côtoyant de nombreuses redites et un côté monumental dont chaque chef croit bon de l’affubler. Avant d’être le chef d’orchestre dont tout le monde s’applique avec raison à souligner le talent exceptionnel, Heinz Holliger fut probablement le plus grand hautboïste de son époque et demeure un des principaux compositeurs d’aujourd’hui (Gesänge der Frühe, Scardanelli-Zyklus). Après s’être investi à fond (Holliger ne fait rien à moitié) dans les œuvres de Charles Koechlin et de Robert Schumann, le voici à l’orée d’une intégrale Schubert qui commence par la fin. Sa vision de la Symphonie en ut majeur est chambriste, légère, shakespearienne, rêveuse, poétique, aux antipodes du romantisme hautain qui lui a longtemps taillé un costume trop grand pour elle. Sous la baguette ailée d’Holliger à la tête de l’excellent Orchestre de Chambre de Bâle (ah, ces clarinettes joyeusement canailles dans le Scherzo !), cette symphonie est juste la suivante de celles qui précèdent, sans aucune rupture de style avec un regard rétrospectif visant Haydn et Mozart plutôt que Beethoven, mais aussi avec une ingénuité et une tendresse parfois presque naïve qui est le propre du compositeur viennois. Ce traitement, résigné plus que révolté, loin d’amenuiser le propos schubertien, inscrit au contraire cette œuvre de manière logique et organique dans sa chronologie comme dans le style d’un compositeur proche du lied et d’un sentiment modeste et fraternel. Voilà qui dissipe tout malentendu et qui remet l’œuvre à sa (grande) place, sans vouloir la tirer vers une monumentalité qu’elle n’a jamais eu la prétention d’avoir. Une version déchirante de simplicité et qui semble sonner comme l’aveu d’une certaine difficulté d’être au monde même si, comme pour mieux l’affirmer, elle déborde parfois de joie. © François Hudry/Qobuz
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 14 septembre 2018 | Sony Classical

Hi-Res
2,99 €
2,49 €

Classique - Paru le 3 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 9 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 9 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 9 février 2018 | Sony Classical

Hi-Res
18,99 €
15,99 €

Piano solo - Paru le 27 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik - 5 Sterne Fono Forum Jazz
Troisième album de Lucas Debargue chez Sony Classical, ce programme très original – le précédent proposait déjà une alliance originale entre Bach, Beethoven et Medtner – combinant deux sonates de Schubert, composées respectivement en 1823 (D. 874) et 1819 (D. 664), et l’ambitieuse Deuxième Sonate (1910-11) de Szymanowski, d’élan post-regerien. À la Sonate en la mineur, qui ouvre ce nouvel opus de l’artiste-sensation du dernier concours Tchaikovski, Lucas Debargue donne des teintes véritablement tragiques, hivernales, dans la lignée de certains pianistes russes (Richter, Sofronitzky, etc.) : un clavier en noir et blanc, accentué par une prise de son qui semble un rien atténuer les harmoniques. La (normalement) plus heureuse Sonate en la majeur – celle-là même qui fut l’une des préférées de Wilhelm Kempff – conserve un semblable caractère hiératique, assez implacable. À vrai dire, cet album semble regarder du côté de Sviatoslav Richter. Si Schubert fut peut-être l’une des « obsessions » de Richter, la Sonate No. 2 de Szymanowski était aussi en réalité au cœur du répertoire du pianiste russe, qui l’interpréta en concert (cf. chez Parnassus, le concert du 100e anniversaire de la naissance de Szymanowski, le 26 novembre 1982, à Varsovie). Œuvre au style convulsif, tourmenté, torturé, elle se compose de deux mouvements amplement développés, très noirs, particulièrement denses et complexes, dont un thème et variations couronné d’une fugue énorme. © TG/Qobuz
18,99 €
15,99 €

Lieder (Allemagne) - Paru le 6 octobre 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« En 2003, Christian Gerhaher et Gerold Huber enregistraient La Belle Meunière pour la première fois. Quatorze années se sont écoulées, deux fois l'âge de raison. C'est peu dire que leur conception a muri et gagné en relief. La version de 2003 ressemblait à la surface d'un beau tableau. Celle d'aujourd'hui se déploie dans un espace en trois dimensions, grâce aux pleins et déliés de la diction. Jamais la déclamation de Gerhaher n'a paru aussi libre [...], à la fois ciselée et naturelle, ce qui est salutaire dans les nombreux lieder strophiques : sans cesse, une nouvelle idée vient relancer l'attention, toujours justifiée par la partition. L'épaisseur (qui n'est pas lourdeur) doit aussi beaucoup au piano de Gerold Huber, placé sur le même plan que la voix. [...] Si notre duo remet sur le métier d'autres cycles de lieder, il faut s'attendre à un grand chambardement discographique. » (Diapason, janvier 2018 / Hélène Cao)
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 9 juin 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Le mystère continue de roder autour du fantôme des troisième et quatrième mouvements de l’Inachevée de Schubert, qui n’était peut-être pas si inachevée que ça. On sait depuis longtemps qu’il existe les trente premières mesures du Scherzo entièrement orchestrées ainsi qu’un « particell » – un monstre déroulant intégralement le discours musical, mais sous forme réduite dans laquelle l’orchestration n’est que mentionnée – du reste du Scherzo, mais du Trio, il ne reste qu’une simple mélodie, pas même harmonisée. Quant au dernier mouvement, rien… D’aucuns ont longuement discouru sur le fait que Schubert, malade, aurait abandonné son ouvrage en estimant la qualité des deux derniers mouvements en-dessous de celle des deux premiers. Ce serait oublié que jusqu’à son dernier souffle, il écrivit encore de stupéfiants chefs-d’œuvre comme les derniers quatuors et sonates, prouvant que sa force créatrice était encore intacte. Autre élément troublant : s’il avait estimé les deux derniers mouvements mal fichus, pourquoi aurait-il commencé à rédiger au propre le Scherzo, si ce n’était pour terminer le travail ? Et pourquoi la partie orchestrée s’arrête-t-elle subitement en bas de page, d’une page qui referme un « cahier » (le « cahier » étant un ensemble de feuillets que l’on peut détacher sans rien déchirer ni séparer) ? Le livret d’accompagnement de l’album, signé Mario Venzago – qui dirige l’Orchestre de chambre de Bâle – propose une spéculation : Schubert aurait pu demander à Huttenbrenner de lui renvoyer d’urgence le dernier mouvement de la symphonie pour recycler dans la musique de scène de Rosamunde qui venait de lui être commandée à très courte échéance ; et Huttenbrenner aurait détaché les « cahiers » contenant le quatrième mouvement, ce qui incluait aussi une partie du scherzo. Séduisant, même si cela reste une théorie. Toujours est-il que Venzago a repris dans Rosamunde tous les éléments qui, en termes de continuité harmonique et mélodique, s’enchaîne parfaitement et a « restitué » un quatrième mouvement très convaincant. Reste à savoir, en fin de compte, si les deux derniers mouvements sont à la hauteur des deux premiers – que Venzago interprète selon d’autres tempi et conceptions dès lors que la symphonie n’est plus un assemblage de deux mouvements lents, mais une continuité en quatre mouvements. De la sorte, le premier mouvement semble bien plus rapide que d’habitude… © SM/Qobuz
18,99 €
15,99 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Une voix de femme dans Schubert, cela reste encore la minorité, quelles que soient les volontés de parité décidées par les politiques… Qui plus est, la voix de Natalie Dessay, soprano colorature pendant très longtemps, dorénavant plus « posée » certes, ne s’adapte pas nécessairement au répertoire schubertien dont l’ambitus vocal – même en transposant – reste assez confiné aux registres médiums. Mais pour une artiste de la trempe de Dessay, le défi exige d’être relevé. Elle déclare elle-même qu’elle a « longtemps repoussé l’échéance mais savait qu’il lui faudrait un jour chanter Schubert, non pas par obligation mais par désir. » Ses premiers souvenirs du répertoire des Lieder de Schubert remonte à sa jeunesse, lorsqu’un grand chanteur allemand était venu à Bordeaux chanter Le Voyage d’hiver, et Dessay indique « n’y avoir rien compris, bien que germaniste et passionnée d’allemand... ». Elle n’a « pas goûté la musique, s’est ennuyée et est repartie frustrée, consciente d’être passée à côté de quelque chose dont elle pressentait l’importance et la beauté, mais dont l’accès m’aurait été interdit. » « Ça viendra peut-être plus tard », et voilà : c’est venu, beaucoup, beaucoup plus tard. Aux côtés de Philippe Cassard qui fréquente Schubert depuis si longtemps, elle a choisi quelques grands tubes – Le Roi des aulnes, dont le narrateur peut tout aussi bien être féminin, et Dessay différencie de manière poignante les répliques du père, de l’enfant, du roi et du narrateur ; Marguerite au rouet, un des rares Lieder de Schubert réellement destinés à une voix de femme, Du bist die Ruh – ainsi que d’autres moins célèbres, mais dans lesquelles elle instille sa voix si particulière, reconnaissable entre mille. À l’auditeur, sans doute tellement habitué aux voix d’homme comme Fischer-Dieskau ou Hotter, ou aux voix germaniques un peu « épaisses », de bien vouloir changer d’optique devant ce répertoire ainsi abordé. © SM/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 18 novembre 2016 | Sony Classical

Hi-Res
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 14 août 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Il se dit parfois que les lieder de Schubert composés sur des textes trop « lourds » n’osent pas trop sortir leur tête de l’eau, et restent un peu en retrait des poèmes. Certes, de tels cas se présentent de-ci, de-là mais le nouvel enregistrement signé Mauro Peter vient quand même contredire cette observation dans les grandes largeurs. Le ténor suisse, né en 1987, membre de la troupe de l’Opéra de Zürich, consacre une large partie de sa carrière dans le monde de l’oratorio et du lied, et son choix de lieder de Schubert sur des textes de Goethe est un véritable bonheur. Quelques-uns sont célébrissimes, comme Erlkönig ou Heidenröslein, la plupart restent quelque peu négligés, sans doute parce qu’ils n’appartiennent pas à un grand cycle, de sorte qu’on les programme moins volontiers. C’est pourtant dans cet immense répertoire que se trouvent quelques-unes des plus extraordinaires pages de Schubert. La voix de Mauro Peter, dans la lignée des grands liedersänger à l’allemande – Peter Schreier, Fritz Wunderlich – est une découverte. © SM/Qobuz
16,99 €
14,49 €

Classique - Paru le 6 février 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret