Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 28 août 2012 | Aeon

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice - Hi-Res Audio
L’œuvre de Johannes Ockeghem a influencé, voire directement inspiré un nombre considérable de musiciens, contemporains ou immédiats successeurs du maître tourangeau. Beaucoup de ces compositeurs de talent prirent comme modèle une de ses œuvres, laissant ainsi des témoignages éloquents de l’admiration qu’ils lui portaient. Tous lui ont rendu visite et ont contribué à populariser son image de “père bienveillant” de cette caste étonnante de musiciens-chanteurs compositeurs. La mort d’Ockeghem, en 1497 à un âge bien respectable, a fortement ému cette brillante génération assurant la transition entre Moyen Âge et Renaissance et bien sûr donné lieu à la création de bouleversantes musiques. Quatre motets d’une grande variété stylistique, une messe polyphonique complète et un extraordinaire poème de déploration font revivre l’émouvant hommage des collègues et amis de Johannes Ockeghem. Ces œuvres représentent l’apogée du contrepoint franco-flamand et illustrent le glissement insensible qui s’est effectué entre Moyen Âge et Renaissance, grâce à ces musiques sublimes et sublimées par la disparition du grand maître. Elles sont ici chantées comme la tradition le voulait dans les grandes cathédrales ou collégiales : a cappella, à un ou deux chanteurs par partie selon les œuvres.