Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Opéra - Paru le 6 novembre 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] C'est aujourd'hui des antipodes que nous arrive une nouvelle gravure de L'Or du Rhin. [...] Le Philharmonique de Hong Kong, [...] c'est bien une phalange d'élite que signale sa pâte fluide et unie, aux couleurs plutôt avantageuses. À la tête de musiciens que l'on sent concernés par l'enjeu, Jaap Van Zweden ne fouille pas le détail instrumental avec autant d'acuité que Rattle. Son geste s'avère toutefois plus spontané, en dépit de tempos moins nerveux, permettant à la narration de s'épanouir librement. À cela s'ajoute un plateau réunissant quelques bêtes de scènes connaissant leur métier et qui s'entendent à faire vivre de vrais personnages. [...] Surtout cet enregistrement marque le premier Wotan (au disque et en scène puisque c'étaient là ses débuts dans le rôle) de Matthias Goerne. Coup d'essai, coup de maître : c'est l'incarnation la plus réjouissante du dieu des dieux qu'on ait entendue depuis... depuis quand au juste ?» (Diapason, février 2016 / Emmanuel Dupuy)  
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 8 février 2019 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Gramophone Editor's Choice
Certes, la figure tutélaire la plus indéboulonnable de la musique classique brésilienne restera toujours Villa-Lobos. Mais c’est sans compter avec le véritable fondateur de l’école musicale nationale du pays que fut Alberto Nepomuceno – qui fut d’ailleurs un infatigable mentor et ami de l’indéboulonnable en question ! Dès les années 1890, sous l’impulsion de Grieg, il se mit à explorer le monde infini de la musique traditionnelle et populaire de son pays, qu’il intégra ensuite dans son langage – timidement d’abord, puis de manière toujours plus hardie : Villa-Lobos, en quelque sorte, n’eut plus qu’à cueillir les fruits des arbres plantés par son illustre prédécesseur. Considérez également que rien moins que Richard Strauss avait dirigé à l’Opéra de Rio, lors de sa première tournée en Amérique du Sud, l’ouverture d’O Garatuja – présentée sur cet album –, quelques jours avant la disparition prématurée du compositeur. Sa Série Brasileira de 1897 ouvre la voie à bien des brasilianismes que l’on retrouvera par la suite, par exemple chez Milhaud, avec l’utilisation de thématiques directement reprises de la musique des rues d’alors, y compris l’instrumentarium de percussions le plus populaire qui soit. Le tout dans une écriture orchestrale tirée à quatre épingles, évident témoignage de l’excellent enseignement que reçut Nepomuceno lors de son long séjour en Europe – Allemagne où il dirigea même le Philharmonique de Berlin avec deux de ses œuvres, Autriche (une fameuse rencontre avec Mahler !), France (il était ami avec Debussy, Saint-Saëns ou d’Indy), Norvège, Suisse ou Belgique. C’est ici l’Orchestre Philharmonique de l’Etat du Minas Gerais qui officie, un tout à fait excellent orchestre basé à Belo Horizonte. © SM/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Poèmes symphoniques - Paru le 1 décembre 2017 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 étoiles de Classica
Bien que Berlioz et, dans une plus faible mesure, Franck, écrivirent des poèmes symphoniques, c’est Saint-Saëns qui fut largement crédité pour avoir introduit ce genre en France. Une importante palette orchestrale et dramatique est utilisée pour évoquer l’audace juvénile et la mort de Phatéon, la dernière victoire de la vertu sur le plaisir dans La Jeunesse d’Hercule et le châtiment d’Hercule, filant la laine déguisé en femme dans Le Rouet d’Omphale. La mémorable Danse macabre est une représentation troublante de la mort jouant du violon sur une tombe dans un cimetière, entouré de danseurs squelettiques. © Naxos« [...] Jun Märkl a parfaitement saisi la nature de l'orchestre de Saint-Saëns, son caractère fruité dû aux interventions des bois, la légèreté nécessaire des cordes, même dans les passages visionnaires comme la Danse macabre ou le galop de Phaeton. Les tempos sont justes, la puissance pas écrasante, les équilibres bien soignés. [...] Un enregistrement du plus vif intérêt.» (Classica, mars 2018 / Jacques Bonnaure)
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 14 septembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
C’est un compagnonnage de plus de cinquante années qui a lié le chef et le compositeur né à Angers, mais originaire de Douai, dans la Flandre française non loin de Lille, depuis que Jean-Claude Casadesus a découvert Métaboles, lors de leur première audition à Paris en 1965. Ce fut pour le jeune chef une véritable révélation et c’est tout naturellement Henri Dutilleux que Casadesus choisit pour le tout premier enregistrement qu’il réalise avec l’Orchestre de Lille en 1977, consacré la Première Symphonie pour le label Forlane. C’est tout aussi symboliquement que le chef réenregistre cette œuvre au soir de sa carrière, en 2016, pour le présent album enregistré à l’auditorium du Nouveau Siècle de Lille, publié par Naxos aux côtés de ces fameuses Métaboles de 1965 qui furent le départ d’une belle amitié. Ce second enregistrement de la Première Symphonie vient remettre les pendules à l’heure d’une œuvre peu considérée par son auteur mais qui représente pourtant un jalon important dans son évolution. Créée publiquement en 1952 au Festival d’Aix-en-Provence sous la direction de Jean Martinon (après avoir été enregistrée à la Radio française par Roger Desormière), cette symphonie, s’il elle hésite encore à trouver un langage personnel, est d’une grande limpidité couronnée par un finale puissant à la Honegger avec une motricité qui n’est pas sans évoquer Albert Roussel. Aussitôt dirigée, et commentée, par Ernest Ansermet qui y voit « l’œuvre d’un musicien consommé, d’une très grande sûreté de métier et d’un esprit indépendant », elle s’inscrit dans le courant du renouveau symphonique français de l’entre-deux guerres. Quant aux Métaboles, écrites pour George Szell et son Orchestre et Cleveland, voilà longtemps qu’elles ont conquis le monde, et cette nouvelle belle version de Jean-Claude Casadesus montre combien cette œuvre est devenue aujourd’hui un classique du répertoire symphonique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 10 mars 2017 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
En 2013, Marc Soustrot et l’Orchestre symphonique de Malmö, en Suède, ont décidé d’enregistrer l’intégrale des œuvres orchestrales de Camille Saint-Saëns, ce qui n’est pas une mince affaire ! Entre les symphonies, les concertos pour piano, ceux pour violoncelle et ceux pour violon, sans oublier un bel éventail d’ouverture et de poèmes symphoniques, le tout saupoudré d’une belle brochette de pièces inclassables, Malmö va y passer un temps considérable. Après trois albums consacrés aux symphonies et quelques poèmes symphoniques parmi les plus importants, voici les deux premiers concertos pour piano, avec un pianiste – heureusement – français : Romain Descharmes. Le soliste complète ce volume avec l’Allegro appassionato, Op. 70 pour piano et orchestre (à ne point confondre avec l’œuvre portant le même titre, mais pour violoncelle et orchestre), une version moins souvent donnée que celle pour piano solo, alors qu’elle offre bien des surprises lorsque munie de son accompagnement orchestral – surprises dont un thème initial assez atonal, qui se métamorphose lentement en une mélopée que l’on pourrait imaginer lisztienne et hongroise. Virtuosité garantie, autant pour les deux concertos que pour la pièce caractéristique. © SM/Qobuz« [...] Romain Descharmes, qui compte aujourd'hui parmi les très bons pianistes français, comprend parfaitement le style et trouve le jeu adéquat. Il évite l'esbroufe et lui préfère une virtuosité très déliée et un son toujours très contrôlé mais coloré. En revanche, Marc Soustrot se montre bien placide, notamment dans les mouvements vifs où l'on aimerait plus de vigueur et de flamme. Mais l'on admettra que dans le mouvement lent du Concerto n° 1, il sait utiliser les qualités de l'orchestre, notamment des bois, pour donner une interprétation très poétique.» (Classica, Jacques Bonnaure)
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 3 mars 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
 « Le Français Jean-Luc Tingaud obtient du RTÉ National Symphony » [l'orchestre de la Raidió Teilifís Éireann (RTÉ), le service public de radio et télévision en Irlande] « ces qualités de style, de phrasé et de sonorité qui faisaient défaut à l'anthologie Dukas enregistrée l'année précédente avec la même formation irlandaise. Sauf l'Allegretto vivace de la symphonie Roma, qu'on voudrait plus spirituel, l'interprétation, riche en détails attachants, évite les effets extérieurs et les raffinements superflus. Beaucoup sollicités par Bizet, les solistes de tous les pupitres régalent l'oreille par une fraîcheur bien proche de la spontanéité. » (Diapason, octobre 2015 / Gérard Condé)
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Piano solo - Paru le 14 septembre 2018 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Le cinquante et unième volume conjugue un programme alléchant (des versions alternatives d'œuvres célèbres) et une exécution de haut vol. Goran Filipec joue les six Consolations dans leur état originel, ce qui explique l'absence de la plus fameuse [...] Les pianistes devraient s'emparer plus souvent de ces pièces lyriques, et notamment de la dernière, magnifiée par le jeu fluide et lumineux de l'artiste croate. La sérénité et la pureté qu'il met à la première version de Sposalizio valent aussi le détour. Prolégomènes à la Divina commedia n'est autre que la seconde mouture, assez semblable, d'Après une lecture du Dante. La révision de la Méphisto-Valse n° 1 se signale par une simplification de son passage central. [...] Filipec fait preuve d'aplomb et de panache. Voilà un disque que les amateurs de Liszt ne voudront pas rater. » (Diapason, avril 2019 / Bertrand Boissard)
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 13 juillet 2018 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« [...] Capté par Christophe Frommen, qui connaît cette acoustique comme sa poche, l'orgue de Dudelange a la palette qu'il faut (pas un mince défi !) et unit, lui aussi, la transparence des registres et une certaine humanité des timbres. Ceux-ci sont souvent à nu dans l'œuvre, et c'est là que le bât blesse un peu : l'inégalité des attaques d'anches occasionne de curieuses perceptions d'inexactitudes ou de décalages qui ne paraissent pas le fait de l'interprète. [...] Cela ne nous empêchera pas de recommander cette version à qui souhaiterait découvrir un cycle ardu, fascinant dans son abstraction. La recommandation est d'autant plus chaleureuse que le Livre d'orgue s'accompagne d'un séduisant Verset que Winpenny imprègne de liberté grégorienne, et d'un Tristan et Yseult, Thème d'amour (1945), signature d'une période de Messiaen, qui est une découverte.» (Diapason, avril 2019 / Paul de Louit)
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 2 avril 2013 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Leonard Slatkin et l'Orchestre Symphonique de Detroit présentent le second des trois volumes des symphonies de Rachmaninov, chez Naxos ! La Troisième Symphonie opus 44 et les Danses Symphoniques opus 45 (sa dernière composition) sont deux oeuvres parmi les meilleures de Rachmaninov, et mélangent une énergie rythmique intense avec un riche romantisme. Le couplage de ces deux oeuvres est unique au disque.
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 6 mai 2016 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 3 septembre 2013 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Hi-Res Audio
Albany Symphony - David Alan Miller, direction
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 14 décembre 2010 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Etonnante partition que la Quatrième Symphonie de Luis de Freitas Branco, écrite entre 1944 et 1952. Contemporaine de quelques grandes symphonies du XXe siècle (Symphonie n°3 d'Honegger, Symphonie n°6 de Prokofiev), elle se révèle d'une puissance étonnante, par la subtilité de sa construction et son intensité mélodique. Un chef-d'oeuvre à découvrir de toute urgence, autant que Vathek, vaste poème symphonique en forme de variations (!) dont chacune des parties témoigne de la maîtrise orchestrale du compositeur portugais. Interprétation magistrale !
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 12 août 2016 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 5 mai 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Mélodies & Lieder - Paru le 3 février 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 10 mars 2017 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 12 août 2016 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
« Double et précieuse découverte. Celle, pour commencer, d’une grande Semaine de la Passion signée par le protégé de Rimski-Korsakov et mentor de Chostakovitch. Révélation aussi du Clarion Choir, ensemble vocal new-yorkais dont on admire la netteté sur toute la tessiture (ces aigus libres et si bien déployés, ces basses confortables !) et l’interprétation engagée. [...] Ecrite en 1923 alors que Steinberg avait repris la classe de Rimski (dont il avait épousé la fille), cette Semaine de la Passion demeura sous le boisseau, le régime soviétique bannissant toute musique religieuse. Une copie de la partition remise par Chostakovitch au chef américain Igor Buketoff, est à l’origine de sa création tardive : c’était en… 2014, par la Cappella Romana d’Alexander Lingas – un enregistrement autoproduit, resté confidentiel, s’ensuivit. On se précipitera donc sur celui réalisé par le Clarion Choir pour Naxos, d’autant que Steven Fox est rompu au répertoire russe, pour le diriger à la tête de l’ensemble Musica Antiqua St. Petersburg. [...] Son chœur couvre le monument à la feuille d'or. » (Diapason, avril 2017 / Benoît Fauchet)
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 avril 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
À y bien regarder, cet album contient en premier lieu des Lieder de Webern, puis deux œuvres pour quatuor à cordes : le nom de Robert Craft, qui trône sur la couverture, n’y est pourtant pas le principal intervenant, le vieux maestro ayant surtout « supervisé » les enregistrements et seulement dirigé la considérable Cantate, Op. 29/1, le plus concentré du grand Webern pour quiconque aime Webern – cela dit, même les anti-sérialistes y trouveront leur compte, à en juger par la singulière sensation romantique-expressionniste qui s’en dégage. Enfin, la Symphonie de chambre qui clôt le CD n’est pas à proprement parler de Webern, mais de Schönberg, le Schönberg de l’époque tonale encore, 1906. Webern n’a fait que réaliser la réécriture pour flûte, clarinette, violon, violoncelle et piano, et ce en 1923. L’effectif rappellera celui de Pierrot lunaire : normal, la réécriture fut conçue pour être jouée lors d’un même concert que le Pierrot. Singulièrement, cette Symphonie de Schönberg semble avoir attiré bien des ardeurs puisque le compositeur lui-même en réalisa une version pour piano à quatre mains ainsi qu'une orchestration complète, tandis que Berg la réécrivit pour deux pianos et Webern non seulement une mais deux versions réduites, celle que vous entendrez ici et une seconde encore pour quatuor à cordes et piano. © SM, Qobuz 2015
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 4 décembre 2012 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Giovanni Sgambati (1841-1914) fut, avec Martucci, l'une des figures les plus importantes de la renaissance de la musique instrumentale italienne à la fin du dix-neuvième siècle. Wagner a arrangé la plublication de ses premières oeuvres chambristes, le considérant comme un "talent vrai, grand et original". Un mélange de lyrisme italien et de rigueur germanique qui mène à des oeuvres de grande envergure comme la riche ouverture Cola di Rienzo et l'intense Symphonie n°1, admirée de Grieg et Saint-Saëns et dirigée en son temps par Toscanini.
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 juillet 2014 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
... [...] Peter Warlock (1894-1930), formé dans la grande tradition chorale britannique et pourtant plein d'originalité, avec ses harmonies changeantes et ses dissonances gesualdiennes. La candeur de Noël ne le rebutait pas dans un Bethlehem Down délicieusement intimiste et deux carols en langue cornique ; les Carice Singers nous enchantent par leur fraîcheur. " (Classica, déc. 2014 / Benoît Fauchet)