Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Prix : du plus cher au moins cher et filtré par Classique, 4 étoiles de Classica, Bernard Foccroulle, Ricercar et 24 bits / 48 kHz - Stereo
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 21 octobre 2014 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Contemporain de Froberger, élève de Praetorius et Schütz, titulaire de grands instruments à Dresde puis à Hambourg, fondateur du Collegium Musicum de cette même ville, fort célèbre de son vivant, Matthias Weckmann n’a pourtant pas décroché la gloire posthume qu’il méritait tout autant que son successeur Buxtehude ou son mentor Praetorius. Ce n’est que récemment que ses nombreuses et très originales œuvres pour orgue ont enfin été remises à l’honneur, et l’intégrale que vient d’en réaliser Bernard Foccroulle aux claviers et pédaliers de trois somptueux instruments baroques d’Allemagne du Nord (le propre instrument de Weckmann à Hambourg, un à Hollern et un autre à Stade, deux bourgs à un jet de pierre de Hambourg) ne peut qu’apporter de l’eau au moulin : Weckmann fut l’un des grands bonshommes de son temps. Par l’entremise de Schütz, il fut exposé aux influences de la Renaissance italienne ; sa région d’élection et son contact avec Praetorius lui ouvrirent les portes du langage nord-allemand avec ses chromatismes, sa polyphonie flamboyante et son extravagante rigueur, si l’on veut bien accepter cet oxymore. (MT)