Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Classique - Paru le 22 avril 2016 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
À y bien regarder, Giovanni Legrenzi est le plus connu des compositeurs italiens de sa génération, si l’on exclut Lully dont la carrière se déroula en France ; c’est non seulement le plus connu mais, qui plus est, plus ou moins le seul, précédé d’une génération par Carissimi et Cavalli, suivi d’une par Corelli. Ses œuvres n’en sont donc que plus précieuses car elles représentent plus ou moins l’unique pont entre deux grandes époques ; et aussi l’unique pont entre deux styles vénitiens, celui de Gabrieli – bien plus tôt – et Vivaldi, dont il fut peut-être l’un des maîtres – bien plus tard. Voici, sous les doigts de l’ensemble Clematis, un large éventail de sa création instrumentale de 1655 à 1691 (du moins si l’on s’en tient aux dates de publication, certains ouvrages ayant pu être écrits plus tôt, et considérant qu’il mourut déjà en 1690… recyclage oblige !), le reste de son imposant répertoire étant consacré à l’opéra et surtout à la musique sacrée qu’il écrivit lors de ses diverses charges de maître de chapelle, en particulier à Saint-Marc à la fin de sa vie. Du point de vue formel, Legrenzi oscille entre deux genres : celui de la suite de danses, et celui de la sonate d’église avec son alternance de mouvements lents et rapides. Les parties solistes vont de deux à quatre instruments, avec force richesse polyphonique, la signature vénitienne. Enregistré en juin 2014 à l’église San Bernardino de Molfetta (Italie) et en septembre 2015 l’église Notre-Dame de Centeilles (France) © SM/Qobuz« La réussite est totale, due aussi bien aux archets de Clematis qu’aux soins experts de Jérôme Lejeune, patron du label, preneur de son, et violiste de l’ensemble pour l’une des vingt-quatre plages. [...] Toutes les sonates solistes et les parties supérieures reviennent à Stéphanie de Failly : archet droit et souple à la fois, dont le rapport à la pulsation tient de l’évidence, en solo comme dans le dialogue avec ses comparses. [...] Les timbres ne sont pas en reste : écoutez dans La Pezzoli (op. 4) l’articulation superbement ciselée de la viola da spalla, dont l’extraordinaire sonorité de basson répond à celles, si riches, de l’orgue de Molfetta, ou encore sur la plage suivante, dans La Foscari (op. 2), le basson lui-même ici en dialogue avec le violon. » (Diapason, septembre 2016 / Luca Dupont-Spirio)
HI-RES9,00 €17,99 €(50%)
CD6,00 €11,99 €(50%)

Classique - Paru le 21 octobre 2014 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Contemporain de Froberger, élève de Praetorius et Schütz, titulaire de grands instruments à Dresde puis à Hambourg, fondateur du Collegium Musicum de cette même ville, fort célèbre de son vivant, Matthias Weckmann n’a pourtant pas décroché la gloire posthume qu’il méritait tout autant que son successeur Buxtehude ou son mentor Praetorius. Ce n’est que récemment que ses nombreuses et très originales œuvres pour orgue ont enfin été remises à l’honneur, et l’intégrale que vient d’en réaliser Bernard Foccroulle aux claviers et pédaliers de trois somptueux instruments baroques d’Allemagne du Nord (le propre instrument de Weckmann à Hambourg, un à Hollern et un autre à Stade, deux bourgs à un jet de pierre de Hambourg) ne peut qu’apporter de l’eau au moulin : Weckmann fut l’un des grands bonshommes de son temps. Par l’entremise de Schütz, il fut exposé aux influences de la Renaissance italienne ; sa région d’élection et son contact avec Praetorius lui ouvrirent les portes du langage nord-allemand avec ses chromatismes, sa polyphonie flamboyante et son extravagante rigueur, si l’on veut bien accepter cet oxymore. (MT)
HI-RES11,54 €16,49 €(30%)
CD7,69 €10,99 €(30%)

Musique vocale sacrée - Paru le 20 mai 2014 | Ricercar

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica
L'Abbaye de la Trinité de Venosa, dans la province italienne des Pouilles, fut construite par les Normands en 1051. C'est là que fut probablement baptisé Carlo Gesualdo di Venosa et c'est là que ce disque superbe a été enregistré. La musique sacrée de ce prince des ténèbres a été découverte plus tardivement que sa musique profane. Elle brille, si l'on peut dire, de ce même éclat noir, mystique et brûlant. Les chanteurs d'Odhecaton et l'ensemble Mare Nostrum sous la direction de Paolo da Col en donnent une restitution troublante sur la base d'un retour aux sources radical quant aux modes d'exécution et aux effectifs employés. La variété des combinaisons vocales et instrumentales donnent tout son relief à cette musique incandescente. FH