Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique vocale sacrée - Paru le 31 mars 2017 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Poursuivant son parcours musical de l'année liturgique, le Choir of Clare College consacre le présent enregistrement à la Fête-Dieu, en particulier avec des hymnes basées sur les écrits de saint Thomas d'Aquin. Le programme s'articule autour de la messe Pangue lingua de Josquin pour s'achever avec l'extatique Lo, the full, final Sacrifice de Finzi.« [...] remarquable qualité et originalité du projet thématique d'œuvres liturgiques au fil des siècles du talentueux chef de chœur Graham Ross. En voici le neuvième volet, consacré à la Fête du Corps du Christ (ou Fête de l'Eucharistie), instaurée dès 1264 [...] « Pange lingua gloriosi corporis mysterium » : Loue, ma langue, le mystère du corps glorieux... Ces pages votives s'étagent des XVIe au XXIe siècles. [...] Qui peut dire que la musique sacrée tourne toujours sur un même axe et ne concerne que les temps anciens ? Diversité et tradition se mêlent dans un même « ardent sanglot qui roule d'âge en âge », jusqu'au stupéfiant Let all mortal flesch keep silence d'Edward Bairstow, en 1925. L'entreprise de Graham Ross et de son merveilleux chœur prouve le contraire. La hauteur de vue et la perfection stylistique sont de la même exceptionnelle qualité que les précédents volumes. Rien n'entame la réussite de la plus fructeuse entreprise anthologie chorale raisonnée qu'on puisse entendre.» (Classica, novembre 2017 / Xavier de Gaulle)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 3 juin 2016 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
« [...] Cet excellent quatuor vocal masculin propose une lecture intimiste et veloutée, servie par une prise de son remarquable, des deux messes les plus emblématiques du répertoire romain, la Missa Papae Marcelli de Palestrina et la Missa O quam gloriosum de Victoria.» (Classica, juin 2017)
HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 29 avril 2016 | Glossa

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4F de Télérama - 4 étoiles de Classica
Dans la continuité des fondateurs que furent Lully et Delalande, Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville (1711-1772) poursuivit et développa la tradition du Grand motet sacré à la française. Pour mémoire, le Grand motet – des ouvrages religieux tout à fait spectaculaires – était le genre dominant à la Chapelle royale jusqu’à la Révolution, tout en atteignant aussi le public général ; et justement, Mondonville fut l’un des sous-maîtres de musique de ladite Chapelle dès 1740, grâce à l’excellence de son motet Venite exultemus Domino publié cette même année. Le Purcell Choir et l’Orfeo Orchestra, dirigés par György Vashegyi, nous proposent quatre de ces Grands motets : De profundis, Magnus Dominus, Cantate Domino et Nisi Dominus, parfaits témoignages de l’art du compositeur à brosser d’imposantes fresques chorales, vocales et orchestrales dans un surcroît de richesse mélodique. L’enregistrement a été réalisé à Budapest sous les auspices du Centre de musique baroque de Versailles ; les chanteurs adoptent principalement la prononciation du latin à la française, bien plus adaptée que la sempiternelle (et souvent encombrante, surtout dans ce genre de répertoire) prononciation à l’italienne. © SM/Qobuz« Ces grands motets de Mondonville, enregistrés à Budapest par une équipe franco-hongroise et publiés sous un label espagnol, comblent un vide discographique : si, depuis l’enregistrement pionnier de William Christie (Erato, 1996), certains ont été donnés régulièrement au concert, aucun ensemble baroque ne s’était risqué à les graver au disque. [...] Dans le De Profundis, les inflexions préromantiques de l’Orfeo Orchestra annoncent Gossec, voire Berlioz, là où Les Arts Florissants, d’une grande élégance, tiraient davantage cette musique vers Lalande. [...] A l’exception d’Alain Buet au souffle un peu court (« Fiant aures »), les solistes se caractérisent par leur souveraine maîtrise et une interprétation, sans doute concertée, d’une grande force émotionnelle, comme pour conjurer la solennité des récits du compositeur narbonnais. Les interventions de Mathias Vidal, à cet égard, sont un modèle d’équilibre et d’expression. Saluons aussi la diction distinguée de Daniela Skorka et Jeffrey Thompson. Une réussite collégiale. » (Classica, juin 2016 / Jérémie Bigorie)
HI-RES6,09 €8,99 €(32%)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Musique vocale sacrée - Paru le 5 mai 2015 | Naxos

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
Trente-cinq ans séparent le Magnificat (1974) de Kadisz (2009) de Krzysztof Penderecki, une période au cours de laquelle le grand compositeur polonais quitta graduellement les insistantes sirènes de l’avant-garde que l’on sait, pour retrouver un langage toujours plus « néo-romantique » ou, du moins, empreint d’éléments hérités du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. Ce que d’aucuns pourraient appeler la tradition… Un immense chemin parcouru en se posant toujours plus de questions, en fouillant dans ses émotions intérieures, qui ressortent dans toute leur ampleur dans Kadisz, un ouvrage sombre écrit en célébration du 65e anniversaire de la destruction du ghetto de Łódź en Pologne. Autant dans le Magnificat, Penderecki fait appel à la liturgie chrétienne dans les masses chorales et les emprunts textuels, autant il évoque la « sanctification » (ce que signifie le terme de Kaddish) de la liturgie juive, avec ses textes tirés des Lamentations de Jérémie ainsi que du Kaddish Jatom, le « Kaddish de l’orphelin ». Une musique somptueuse, sombre et incandescente qui témoigne de la puissance de la musique contemporaine libérée des chaînes de l’avant-garde. Antoni Wit et le Philharmonique de Varsovie sont exemplaires. © SM/Qobuz
HI-RES24,99 €
CD17,99 €

Musique vocale sacrée - Paru le 1 décembre 2014 | Aparté

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica
Et pourquoi donc Polyphonies « oubliées », demanderez-vous fort légitimement ? C’est que sur les vingt-sept pièces ici présentées, seules cinq sont de compositeurs identifiés – Charpentier, Sermisy, Bournonville, Perne et Kunc –, les autres restant muettes à jamais sur l’identité du maître qui les a écrites. Mais est-il besoin de connaître le nom du compositeur pour mieux (ou moins bien) goûter la beauté d’une œuvre ? Est-il seulement besoin d’en connaître la date ou même l’époque de composition ? Eh… Quant au terme « faux-bourdon » inscrit dans le titre du CD, il n’a aucune connotation entomologique : il s’agit d’une forme d’harmonisation du plain-chant dans laquelle les quatre parties vocales sont différentes (là où le plain-chant initial est monophonique), mais toutes les quatre dans le même rythme, note contre note – aucun contrepoint donc. Quelques-unes des pièces présentées respectent cette forme, fort ancienne. Un sacré florilège de somptueuses beautés sacrées, anonymes certes mais certes pas anodines ; chantées selon la prononciation classique du latin à la française, donc les terminaisons en usse et pas en ousse. (MT)
HI-RES10,49 €14,99 €(30%)
CD6,99 €9,99 €(30%)

Cantates sacrées - Paru le 28 janvier 2014 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception - Hi-Res Audio
Ce nouvel enregistrement de Philippe Herreweghe est consacré à des Cantates écrites par Bach lors de sa première année à Leipzig (1723-1724). Avec des nouvelles compositions et des remplois d’œuvres antérieures, le nouveau Cantor se constitue ainsi un vaste catalogue de chœurs, de récitatifs, d'airs et de chorals qu'il pourra réutiliser à sa guise, au fur et à mesure des besoins liturgiques durant les 27 ans de son activité. Les quatre Cantates présentées ici (BWV 48, 73, 44 & 109) possèdent une grande variété instrumentale superbement mise en valeur par les instrumentistes et grâce à une prise de son à la fois précise et chaleureuse. Philippe Herreweghe sait comme toujours manier les contrastes et les tempi avec justesse, dans une expression empreinte de piété joyeuse. FH