Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Date : du plus récent au moins récent et filtré par Variété francophone, Agostinho Neto et Universal Music Division Polydor
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
C'est un joli retour aux sources que nous propose ici la chanteuse Emily Loizeau, re-visitant son propre répertoire dans une version dépouillée telle qu'elle le propose sur scène au public qui a choisi de l'écouter sur scène, juste en duo, elle au piano et son complice depuis plusieurs années déjà, Olivier Koundouno au violoncelle. Sans les arrangements (embellisseurs?) habituels, ce florilège de ses "hits" implique une écoute plus attentive de chansons qui nous rappellent combien cette artiste a su construire, avec le temps, un répertoire personnel. L'album s'ouvre avec "Des pays lointains", morceau de Robert Schumann (Scènes d'enfant opus 15), douce et soyeuse entrée en matière dans l'intimité du duo "Piano Cello Sessions" annoncé par le titre. La voix de Loizeau se pose ensuite sur "Dis-moi que toi que tu ne pleures pas", issu du "Pays sauvage", second opus de l'artiste. Il fournit avec "Mothers…" l'essentiel du disque, Loizeau reprenant juste "A l'autre bout du monde", du premier disque. La voix est toujours aussi claire et pure sans être aseptisée. Belle comme un matin où l'on croit une dernière fois que la vie peut être belle. JMP©Qobuz