Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Jusque dans les années 1770, une sonate pour clavier et violon était essentiellement une œuvre pour clavier avec accompagnement de violon, ce dernier se bornant à doubler la partie de main mélodique. Avec Mozart, tout allait changer ; pour preuve ces Sonates écrites entre 1778 et 1784, dans lesquelles le violon prend son envol, dans un idiome spécifiquement violonistique, avec échanges permanents entre le clavier et lui. C’est que ces pièces étaient moins conçues pour d’aimables amateurs férus de Hausmusik (même si Mozart, ou plutôt ses divers éditeurs, ne dédaignai(en)t pas de leur vendre des partitions à usage privé) que pour de véritables professionnels de la scène musicale. Ainsi une lettre de Mozart datée 1784, dans laquelle il explique qu’une jeune violoniste italienne est arrivée à Vienne et qu’il vient de lui écrire une sonate (la K. 454 ici présentée) qu’ils joueront « en récital au théâtre jeudi prochain ». Et en effet, le récital eut lieu au Kärtnertortheater, en présence de l’empereur… Le violoniste Riccardo Minasi – qui fut pendant plusieurs années le meneur de l’ensemble Il Pomo d’Oro – sur un Antonio & Hieronymus Amati de 1627 (qu’il fait sonner selon les modes d’exécution en vogue à l’époque de Mozart) et le fortepianiste Maxime Emelyanitchev, qui joue sur une copie de fortepiano viennois d’Anton Walter de 1805. Pour mémoire, les Walter étaient les pianos d’élection de Mozart en ces années 1780, précisément lorsqu’il écrivit ces sonates. Enregistré en novembre 2012 à Mondovi, Italie. © SM/Qobuz