Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 25 septembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES12,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Duos - Paru le 1 novembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason découverte
C’est avec brio que la jeune violoniste Diana Tishchenko remporte en 2018 le premier Prix du Concours Long-Thibaud Crespin, présidé par Renaud Capuçon. Formée à Kiev et Berlin, la musicienne a déjà été remarquée pour sa forte personnalité, son expressivité et son pouvoir sur le public. Warner Classics a choisi de publier le premier enregistrement de Diana Tishchenko dans le cadre de son partenariat avec le Concours. Au programme de ce disque : Ravel, Enesco, Ysaÿe et Prokofiev. En 2019, Warner sera le partenaire du Concours pour piano (présidé par Bertrand Chamayou) et en 2020 partenaire du Concours de chant. Les Sonates de Ravel, Enescu, et Isaÿe (dédiée à Enescu), sont nées du « melting-pot » culturel du Paris des années 1920. La Sonate n° 1 de Prokofiev est plus tardive (1946). Le compositeur s'était installé à Paris dans la décennie suivant la Révolution russe et l'influence de Ravel y est présente. Les sonates de cet album se caractérisent par un esprit de fantaisie, une influence du jazz ou de la musique folklorique, typiques d’une époque où les frontières de la forme et de l'harmonie s’effaçaient et où les musiciens issus de diverses cultures parcouraient le monde, partageant passion, idées et inspiration. La belle complicité de la brillante violoniste avec le pianiste hongrois Zoltán Fejérvári en fait un duo particulièrement équilibré. © Warner« Après sa victoire au Concours Long-Thibaud-Crespin 2018, la violoniste ukrainienne signe un premier disque généreux et attachant. [...] On est frappé par la richesse de la personnalité de la jeune artiste : [...] des prises de risques, de l'inventivité, une connivence évidente avec le langage des œuvres, un timbre un peu léger dans le grave avec beaucoup de lumière dans l'aigu. [...] Une vraie présence. [...] » (Diapason, décembre 2019 / Michel Stockhem)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Duos - Paru le 17 novembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
« [...] le répertoire des miniatures pour violon est inépuisable. [...] Si le programme est passionnant, c'est aussi que chacune de ces partitions a pour auteur un brillantissime virtuose, totalement maître des possibilités techniques de son instrument et soucieux de mettre en valeur son propre talent. À l'exception de Paganini, Joachim et Sarasate, tous les plus grands noms du violon sont représentés. [...] Même si la jeune virtuose se montre ici ou là un peu trop théâtrale [...], le ton est toujours original et la maîtrise d'une aisance spectaculaire. José Gallardo s'avère un accompagnateur à la fois subtil, éloquent et formidablement réactif. Belle réussite.» (Diapason, janvier 2018 / Jean-Michel Molkhou)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 octobre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 10 novembre 2017 | Warner Classics

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 27 novembre 2015 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
Il faut une solide dose de culot pour, à vingt-deux ans, se lancer sur le grand marché discographique avec deux monuments du répertoire concertant, l’omniprésent Premier Concerto de Tchaïkovski, et le virtuosissime Deuxième Concerto de Prokofiev. C’est ce qu’ose la pianiste italienne Beatrice Rana, à l’aube d’une carrière planétaire qui l’a déjà menée plus ou moins dans toutes les grandes salles au monde, et auprès de la majorité des grands orchestres de ce monde. Il faut dire que depuis qu’elle a raflé tous les prix du Concours de Montréal à l’âge de dix-huit ans, puis un Prix du public au concours Van Cliburn, les choses ne peuvent que se développer favorablement ! « Beatrice Rana est une révélation à mes yeux, sa maturité musicale et son assurance technique sont stupéfiantes chez quelqu’un d’aussi jeune. S’il est vrai, de nos jours, que la course effrénée au nouvel enfant prodige occupe tous les esprits, je pense que Beatrice est là pour rester. C’est une excellente musicienne, dotée d’un bon goût inné. J’espère sincèrement que cet album va encourager les auditeurs à ouvrir grand leurs oreilles et la retrouver dans les salles de concert du monde entier », précise Antonio Pappano qui l’accompagne dans ce nouvel enregistrement. © SM/Qobuz 2015« [...] les interprètes féminines du Concerto pour piano n° 2 de Prokofiev ne sont pas pléthores et Béatrice Rana s'attaque à une partition physique, dont elle domine parfaitement les immenses dynamiques et les prodigieuses difficultés techniques. Le toucher sobre et chantant, imbriqué dans l'orchestre, est dans le "dialogue" chambriste [...] même si la puissance digitale apparaît impressionnante, son toucher n'est jamais dans l'effet inutile. Assurément, nous sommes loin de la performance tapageuse de certaines versions masculines. Elle prend le temps de faire respirer les traits et gammes vertigineuses de la cadence, prenant des appuis intelligents, valorisant ainsi l'originalité des harmonies crues. [...] Aucun artifice à nouveau dans le Concerto n° 1 de Tchaikovski. Elle en propose une lecture juste, équilibrée, inventive même. Son utilisation de la pédale est parfaite. [...] Béatrice Rana est une artiste avec laquelle il faut désormais compter.» (Classica, février 2016 / Stéphane Friédérich)
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 24 août 1992 | Warner Classics

Hi-Res Livret