Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 2 août 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 21 juin 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
A 86 ans passés, Willie Nelson ne lève toujours pas le pied et sort même de nouveaux disques quasiment chaque année. Avec le mélancolique Ride Me Back Home (son 69e album studio selon ses experts), le pape de la country hippie enregistre onze chansons majoritairement originales, cosignées avec son vieux complice Buddy Cannon, mêlant son habituel humour à des vignettes aux accents nostalgiques, voire ouvertement réalistes quant à son âge et au temps qui passe (Come On Time). Au milieu, Willie a glissé des reprises du sublime My Favorite Picture of You de Guy Clark, du tubesque Just the Way You Are de Billy Joel et de It's Hard to Be Humble de Mac Davis, qu’il revisite en compagnie de ses fils Lukas et Micah Nelson. Un beau disque de country crépusculaire. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 14 juin 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 7 juin 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 31 mai 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 17 mai 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 5 avril 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 29 mars 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES23,99 €
CD19,99 €

Country - Paru le 4 janvier 2019 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 30 novembre 2018 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 14 septembre 2018 | Legacy Recordings

Hi-Res Livret
Musicien, acteur, homme d’affaires et symbole texan pour ne pas dire américain, Willie Nelson prouve une fois de plus avec ce 68e album studio qu’il n’a pas encore sa place sur le banc de touche. A la suite de son Last Man Standing, My Way est un bel hommage à Frank Sinatra. Coproduit par Buddy Cannon et Matt Rollings, l’album revient principalement sur la période sixties d’Ol' Blue Eyes. La voix tendre et chevrotante d’un Willie octogénaire, gracieusement enrobée d’arrangements orchestraux, séduit sur Fly Me to the Moon, Summer Wind ou encore le Night and Day de Cole Porter. Au-delà d’une création qui sort légèrement le “Red Headed Stranger” de l’univers country, My Way est un flash-back. Willie Nelson montre que sa rencontre avec Sinatra a joué dans ses interprétations. Partageant le swing et la pureté du phrasé en 2005 sur le duo My Way, ou encore blagueur sur leur annonce vantant les recherches de la NASA, les deux géants ont toujours entretenu une grande complicité malgré leurs différences. Comme quoi nattes et nœud pap’ font bon ménage ! © Clara Bismuth/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Country - Paru le 27 avril 2018 | Legacy Recordings

Hi-Res
Est-ce l’approche de la fin qui le stimule de la sorte ? Force est de constater que Willie Nelson n’a jamais autant publié d’albums depuis qu’il fait partie du troisième âge… Pour souffler ses 85 bougies, le pape de la country hippie enregistre ici onze chansons inédites, cosignées avec son vieux complice Buddy Cannon, mêlant son habituel humour à des vignettes aux accents nostalgiques. Pour ce 73e album studio – oui, oui, oui, 73 ! – l’auteur de Crazy et de Hello Walls infuse sa country dans des sonorités tantôt New Orleans, tantôt western swing, voire quasi jazzy. Last Man Standing ne réunit sans doute pas les plus grandes chansons de leur auteur mais offre une demi-heure d’artisanat sincère, sans couture apparente, ni défaut de fabrication. On n’en voudra donc pas à Willie de faire le minimum syndical car chez lui, le terme est déjà synonyme de dessus du panier… © Max Dembo/Qobuz
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Country - Paru le 6 avril 2018 | Legacy Recordings

Hi-Res Livret
Lorsqu’il passa l’arme à gauche le 12 septembre 2003, à 71 ans, Johnny Cash laissa de côté des milliers de poèmes, textes et paroles de chansons inédits. Son fils John Carter Cash a ouvert la malle aux trésors et en a sélectionné quelques-uns dont il a confié la mise en musique à une poignée d’artistes plus ou moins proches de son Homme en noir de père. Certains titres résonnent ainsi bien plus puissamment que d’autres. A l’image du premier, Forever/I Still Miss Someone, ultime poème de Cash récité par Kris Kristofferson avec Willie Nelson à la guitare… Très touchant également, To June This Morning, lettre écrite par le maître à la femme de sa vie, June Carter Cash, ici interprétée avec beaucoup de sobriété par un autre vrai couple à la scène comme à la ville, Kacey Musgraves et Ruston Kelly. Ce Forever Words offre aussi des séquences plus inattendues. Plus de vingt ans après sa reprise atypique de Rusty Cage de Soundgarden présente sur l’album Unchained, Chris Cornell chante You Never Knew My Mind, l’un de ses ultimes enregistrements avant son suicide en mai 2017. Emotion garantie. Alison Krauss, Elvis Costello, Brad Paisley, T. Bone Burnett, Rosanne Cash, John Mellencamp, Jewel, Carlene Carter, le trio I’m With Her, Robert Glasper ou bien encore les Jayhawks comptent parmi les autres participants de ce disque qui a le mérite d’éviter d’être un énième album tribute mais plutôt un moyen pour des musiciens en activité de communiquer de façon bien vivante avec cet auteur majeur du XXe siècle, dont l’aura dépassa aisément les frontières de la country music. Surtout, chacun ne s’amuse jamais à tenter d’imiter Johnny Cash ou de se lancer dans un à la manière de Johnny Cash. Tous les acteurs de Forever Words restent eux-mêmes et c’est pour cela que ce projet est une réussite. © Max Dembo/Qobuz
HI-RES7,49 €
CD4,99 €

Country - Paru le 15 décembre 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES18,99 €
CD15,99 €

Country - Paru le 20 octobre 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
La famille a toujours été vitale pour Willie. A 83 ans passés, le vieil outlaw le rappelle à ceux qui l’auraient oublié en signant un album avec deux de ses fistons, Lukas et Micah. Deuxième volume de Willie's Stash, sa collection d’archives personnelles, cet album réunit des titres enregistrés en durant les sessions de l’album Heroes en 2011. L’ambiance est évidemment bien détendue du ceinturon et le répertoire est essentiellement composé de vieux standards country dont sept signés Hank Williams (Move It On Over, Mind Your Own Business, I’m So Lonesome I Could Cry, Your Cheatin’ Heart, Cold Cold Heart, Mansion On The Hill et Why Don’t You Love Me). Aux côtés des trois Nelson, Mickey Raphael (harmonica), Kevin “Swine” Grantt (basse), Bobby Terry (guitare), Jim “Moose” Brown (claviers), Mike Johnson (steel guitare), Tony Creasman (batterie), Barry Bales (contrebasse) et Lonnie Wilson (batterie) assurent un accompagnement classe et classique, sans fioriture, mais assez en phase avec le ton respectueux de ces reprises de goût. Chaleureux. © CM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 22 septembre 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 28 avril 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
Infatigable. Increvable. Indéboulonnable. Inébranlable. En plus d’être une légende et un mythe (deux pour le prix d’un !), Willie Nelson n’est-il pas en train de devenir un… surhomme ? A 84 ans passés, celui que beaucoup considèrent comme le plus grand songwriter country encore en activité publie des albums comme d’autres boivent des bières. Et force est de reconnaître que la qualité de ses livraisons annuelles (quand ça n’est pas bi-annuelles !) reste toujours de qualité. Ce God's Problem Child prouve ainsi que le temps glisse sur l’auteur d’Hello Walls sans affecter son talent. Surtout que cette cuvée du printemps 2017 comprend essentiellement des chansons inédites, composées pour la plupart par Willie et Buddy Cannon. Des titres musicalement assez laid-back dans l’ensemble (et jamais sur-produits !) et toujours aussi variés dans leurs thèmes. Sur la chanson-titre écrite par Jamey Johnson et Tony Joe White, Willie partage le micro avec les deux compositeurs mais aussi Leon Russell, dans l’un de ses derniers enregistrements avant sa mort le 13 novembre 2016. L’amusant I'm Not Dead se gausse d’une fausse rumeur propagée sur internet sur sa supposée mort. Delete And Fast-Forward glisse quelques commentaires acerbes sur les dernières élections américaines. Enfin, He Won't Ever Be Gone qui boucle le disque est un sobre et bel hommage à Merle Haggard, son vieux complice disparu le 6 avril 2016, avec lequel il venait de co-signer l’impeccable Django & Jimmie l’année précédente… Evidemment ce God’s Problem Child ne joue pas dans la même catégorie que ses chefs d’œuvre d’antan comme Shotgun Willie et Phases And Stages. Mais chaque album de Willie Nelson, modeste soit-il, restera toujours au-dessus de 80% de la production country ambiante, rappelant à chacun le b.a.-ba et les bases d’une bonne chanson et de son interprétation adéquate. Et rien que pour ça, ce disque se déguste comme une énième bière fraiche partagée avec un vieil ami… © CM/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Country - Paru le 24 mars 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
Voilà un disque totalement hallucinant ! Ha-llu-ci-nant ! Depuis la mort de son illustre mari Waylon Jennings en 2002, Jessi Colter n’a publié qu’un seul album, Out Of The Ashes en 2006. Mais celui-ci qui parait en mars 2017 est une toute autre affaire. Même s’il porte son nom, The Psalms est un projet que cette grande dame de la country music a conçu avec Lenny Kaye. Au milieu des années 90, le guitariste de Patti Smith devint en effet un proche du clan Jennings puisqu’il aida Waylon à rédiger son autobiographie. Dans les moments d’intimité, Lenny Kaye a pu entendre Jessi Colter, seule au piano, chantant des psaumes piochés dans la Bible. « Ce fut sans doute la plus belle expression de foi qui m’ait été donné d’entendre, se souvient-il dans les notes de pochette de The Psalms. En 2007, Kaye enclenche ce projet et commence à enregistrer la veuve de Waylon, seule au piano, l’accompagnant parfois à la guitare. Le résultat de ces instants de pure grâce totalement dénués de tout prosélytisme religieux voire de dogmatisme est un album hors du temps. Un chef d’œuvre d’épure, aussi beau que sa pochette. Sans faute de goût. On suit, bouche bée, les trames mélodiques de ces compositions, parfois étoffées de quelques notes de mandoline, de harpe, de percussions ou de basse. Mélodies portées par cette voix, comme floutée par les années (on pense étrangement à Marianne Faithfull sur PSLAM 136 Mercy and Loving Kindness) et qui caresse ces pages arrachées à l’Ancien Testament avec une sincérité et un dévouement assez fou. Un album magnifique. © MZ/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 10 février 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Folk - Paru le 10 février 2017 | Legacy Recordings

Hi-Res