Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES59,99 €
CD39,99 €

Classique - Paru le 18 mai 2018 | ATMA Classique

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 septembre 2011 | Warner Classics

Hi-Res Livret
Paavo Järvi nous offre son second album à la tête de l'Orchestre de Paris. Un enregistrement exceptionnel du Requiem (avec le concours de Philippe Jaroussky dans le Pie Jesu), d'une légèreté diaphane et d'une expressivité fluide et rayonnante, côtoie des pièces aujourd'hui plus rares de Fauré, telles que la sublime Élégie, ou le Cantique de Jean Racine. Et pour finir, le psaume "Super flumina Babylonis", présenté par Fauré en 1863 au Concours de composition de l’Ecole Niedermeyer, enregistré ici pour la première fois. Un très bel album !
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 10 janvier 2020 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
Chanter la mélodie française exige la réalisation d’une alchimie très difficile à obtenir entre une diction parfaite rendant intelligible le texte mis en musique et la recherche d’une expression ne tombant pas dans la préciosité. Grâce à un ambitus particulier, Marc Mauillon est à la fois ténor et baryton : il épouse ainsi un immense répertoire allant du baroque à la musique d’aujourd’hui. Ce récital fauréen est un véritable enchantement par la grâce de toutes ces qualités réunies, auxquelles s’ajoute le timbre clair et touchant du chanteur français. Grand maître de la mélodie depuis ses débuts jusqu’à ses toutes dernières œuvres, Gabriel Fauré n’a pas toujours mis en musique des textes impérissables. Outre son style sans faille et une voix propre à cet art, Marc Mauillon a choisi avec goût et discernement les textes des 31 mélodies de son nouvel album consacré à Fauré. Avec la complicité d’Anne Le Bozec, qui le soutient si judicieusement au piano, il a choisi des textes de Victor Hugo (véritable passion du jeune Fauré), Charles Baudelaire, Paul Verlaine et Molière, à côté de poèmes plus datés de Sully Prudhomme, Armand Silvestre, Paul de Choudens ou Catulle Mendès. Rien de suranné dans ce bel album, juste un chant simple et naturel qui semble unir la mélodie à la chanson française. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Avec ce troisième volet consacré cette fois aux œuvres religieuses, Ivor Bolton et son Orchestre symphonique de Bâle poursuivent l’exploration de la musique de Fauré. Organiste de l’église de la Madeleine à Paris, Fauré n’était pourtant pas croyant et laisse peu d’œuvres religieuses. Si le Requiem, présenté en plat de résistance de cet album, n’a pas connu d’oubli, la Messe des pêcheurs de Villerville est en revanche un véritable petit bijou simple et populaire à découvrir. Fruit de l’amitié qui le liait à André Messager, cette Messe a été composée à quatre mains dans ce petit village de pêcheurs de la côte normande entre Trouville et Honfleur, où les deux compositeurs se trouvaient en vacances. Après le succès de la première audition de la version originale pour chœur de femmes, harmonium et violon, Messager orchestra les quatre premières parties de cette messe et Fauré la dernière. Elle paraîtra enfin en 1907, mutilée et modifiée, sous le nom de Messe basse, mais c’est bien la version première que nous offrent ici Ivor Bolton avec ses chanteuses et ses musiciens. « Très honorable ». Telle est la mention reçue par un Fauré de 18 ans lors du concours de composition de l’école Niedermeyer de Paris lorsqu’il y présente ce magnifique Psaume « Super flumina Babylonis ». Il obtiendra le premier prix l’année suivante avec le Cantique de Jean Racine dédié à César Franck et moins oublié aujourd’hui par la postérité. Cet album propose aussi la rare Passion, prologue pour le mystère en deux chants et dix parties d’Edmond Haraucourt qui fut créé en 1890 mais… sans la musique de Fauré. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Après un premier album consacré à de rares musiques de scène composées par Gabriel Fauré, voilà qu’Ivor Bolton et son Orchestre Symphonique de Bâle poursuivent l’exploration de la musique de Fauré qui n’aura désormais plus guère de secrets pour eux. On retrouve dans cet enregistrement la luminosité de l’orchestre helvétique dans quelques pages concertantes du compositeur français, sa Berceuse et la Romance pour violon et orchestre, la célèbre Elégie pour violoncelle et la Ballade pour piano et orchestre. Respectivement premier violon et premier violoncelle solos de l’orchestre bâlois, Axel Schacher et Antoine Lederlin sont également membres du Quatuor Belcea. Quant au pianiste suisse Oliver Schnyder, il poursuit une carrière internationale en tant que soliste et chambriste, en particulier avec le Oliver Schnyder Trio qu’il a fondé en 2012 à Zurich. Le reste de l’album est consacré à la limpide suite d’orchestre Masques et bergamasques et à la célèbre Pavane Op. 50 dans sa version purement instrumentale. La véritable découverte de cet enregistrement est l’extrait d’une Symphonie en fa majeur que Fauré n’a pas désiré faire figurer dans son catalogue. Longtemps connu dans une transcription pour piano à quatre mains, cet « allegro » a été enregistré grâce à la nouvelle édition des œuvres de Fauré par l’éditeur allemand Bärenreiter, comme d’ailleurs l’ensemble du disque, réalisé d’après les dernières recherches musicologiques. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 25 mai 2018 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Si Le Secret est bien le titre d’une mélodie que Gabriel Fauré composa sur un poème assez mièvre d’Armand Silvestre, il ne semble pas qu’elle ait inspiré le titre du présent album intitulé « The Secret Fauré », pris plutôt dans une acception de rareté et d’intimité. Ivor Bolton, à la tête de l’Orchestre Symphonique de Bâle dont il est le directeur artistique, propose un choix très subtil constitué d’extraits de musiques de scène ou pour la scène : Caligula, Pénélope, Shylock, Pelléas et Mélisande, mélangées à quelques mélodies orchestrées par Fauré ou plus probablement par ses amis, tel Charles Koechlin. La soprano russe Olga Peretyatko, nouvelle reine internationale du bel canto, prête sa voix à l’art si discret de Fauré. Oubliées ses nombreuses Traviata de Berlin, du MET ou de Vienne, au profit d’un chant d’une pudique limpidité. À ses côtés, le ténor Benjamin Bruns et le chœur de femmes Balthasar Neumann complètent ce disque qui consacre un certain esprit français vu d’ailleurs, fait d’un mélange d’insouciance, d’élégance discrète et d’un je-ne-sais-quoi de futilité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 1 octobre 2015 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Concertos pour clavier - Paru le 13 octobre 2017 | La Dolce Volta

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Comme toujours, l’immersion dans toutes les strates d’une oeuvre permet de recréer un monde, avec son esprit, ses couleurs, ses parfums, ses idiomes, ses idéaux, et d’en mieux saisir les évolutions, les singularités et les sources d’inspiration. Le pianiste Philippe Cassard est bercé depuis son enfance par la musique de Gabriel Fauré et joue désormais la quasi totalité de son répertoire. Le pianisme caressant de la Ballade évoque ces touches noires que Chopin chérissait. La partie centrale du Nocturne n°2 semble surgir d’une Bunte Blätter de Schumann. Celle du Nocturne n°4 fait penser à l’extase de Tristan et Isolde, de Wagner. La Fantaisie, composée par un homme de presque soixante-quinze ans atteint de surdité, fascine par sa vigueur, son énergie inépuisable, sa luminosité et les arabesques cristallines du piano. Le Prélude de Pénélope est une page impressionnante, grandiose, d’un souffle exceptionnel. Voici un formidable hommage à Gabriel Fauré ; cet aristocrate du phrasé, ce lyrique éperdu, cet amoureux de poésie aura tracé un sillon affranchi des dogmes, que les interprètes du monde entier empruntent désormais avec ferveur. © La Dolce Volta« Épaulé par Jacques Mercier à la subtile direction, le pianiste se montre dynamique et détendu mais toujours transparent, « sans rien qui pèse ou qui pose ». Dans les Nocturnes n° 1 et n° 2, encore marqués par le romantisme, comme dans ce n° 11, tellement plus émacié mais où il convient d’éviter toute sécheresse, Philippe Cassard fait preuve d’une parfaite alliance de force et de délicatesse.» (Classica, novembre 2017)
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Sony Classical

Hi-Res
Avec ce troisième volet consacré cette fois aux œuvres religieuses, Ivor Bolton et son Orchestre symphonique de Bâle poursuivent l’exploration de la musique de Fauré. Organiste de l’église de la Madeleine à Paris, Fauré n’était pourtant pas croyant et laisse peu d’œuvres religieuses. Si le Requiem, présenté en plat de résistance de cet album, n’a pas connu d’oubli, la Messe des pêcheurs de Villerville est en revanche un véritable petit bijou simple et populaire à découvrir. Fruit de l’amitié qui le liait à André Messager, cette Messe a été composée à quatre mains dans ce petit village de pêcheurs de la côte normande entre Trouville et Honfleur, où les deux compositeurs se trouvaient en vacances. Après le succès de la première audition de la version originale pour chœur de femmes, harmonium et violon, Messager orchestra les quatre premières parties de cette messe et Fauré la dernière. Elle paraîtra enfin en 1907, mutilée et modifiée, sous le nom de Messe basse, mais c’est bien la version première que nous offrent ici Ivor Bolton avec ses chanteuses et ses musiciens. « Très honorable ». Telle est la mention reçue par un Fauré de 18 ans lors du concours de composition de l’école Niedermeyer de Paris lorsqu’il y présente ce magnifique Psaume « Super flumina Babylonis ». Il obtiendra le premier prix l’année suivante avec le Cantique de Jean Racine dédié à César Franck et moins oublié aujourd’hui par la postérité. Cet album propose aussi la rare Passion, prologue pour le mystère en deux chants et six parties d’Edmond Haraucourt qui fut créé en 1890 mais… sans la musique de Fauré. © François Hudry/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 avril 2016 | Klarthe

Hi-Res Livret Distinctions 4 étoiles Classica
« [...] Damien Ventula et Nicolas Bringuier nous proposent une quasi intégrale, puisqu’ils n’ont oublié que le seul Papillon, pièce virtuose que Fauré n’aimait guère. [...] Cette pratique de la musique collective se manifeste dans l’équilibre du duo qu’il forme avec Damien Ventula, capable de concilier l’exigence de bien timbrer le son et de l’alléger. Cette double qualité est particulièrement précieuse dans les passages les plus cantabile comme la "Sicilienne" de Pelléas et Mélisande, le (trop?) célèbre Après un rêve, l’Élégie ou, surtout, le sublime "Andante" de la Sonate n° 2, l’une des plus belles pages de Fauré. Damien Ventula sait dessiner des sons à la pointe sèche et mettre en évidence la complexité rythmique. Nicolas Bringuier, de son côté, possède un style varié volontiers chatoyant [...] Cette nouvelle version se situe donc au plus haut niveau de la discographie.» (Classica, mai 2016 / Jacques Bonnaure)
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 31 janvier 2020 | Azul Music

Hi-Res
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 29 mai 2020 | ARTALINNA

Hi-Res Livret
Disciple de Jean-Marc Luisada à l’Ecole Normale de Musique de Paris, la pianiste russe Alexandra Matvievskaya s’est plongée tardivement dans l’œuvre de Gabriel Fauré qui la fascina rapidement. Elle réunit ici six partitions à la fois complexes et emblématiques de l'oeuvre pour piano du compositeur. Quatre Nocturnes, du tempétueux Deuxième à l'ultime et tragique Treizième, qui béneficie ici d'une interprétation à la fois sombre et réellement résignée, en passant par l'extatique Quatrième et le très délicat Sixième. Alexandra Matvievskaya a déjà pu s'affirmer lors de divers concerts comme une interprète extraordinaire de la Ballade, l'une des partitions les plus difficiles du répertoire pianistique et que son pianisme transporte littéralement en plein air. Ainsi que du Thème et Variations dont elle fait ressortir toutes les richesses polyphoniques. Un grand récital Fauré à découvrir sans tarder. © Artalinna
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 27 mars 2020 | Chandos

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 1 février 2019 | BIS

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
Formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris puis au Conservatoire de Genève dans la classe de Dominique Merlet, Nicolas Stavy a également travaillé avec György Sebök et Alfred Brendel. Il propose ici un très intéressant itinéraire à travers l’abondante œuvre pianistique de Gabriel Fauré dans lequel on remarque vite deux inédits enregistrés en première mondiale, une Sonate et une Mazurka, deux œuvres datant des années d’études d’un compositeur de vingt ans, cherchant sa voie et copiant sans vergogne ses modèles dans un style parodique imitant Mozart, Haydn, Beethoven ou Chopin. Mais l’intérêt principal de ces pièces réside dans la recherche de contours mélodiques et harmoniques qui seront ceux du Fauré de la maturité. Le choix de Nicolas Stavy couvre toute la période créatrice de Fauré jusqu’à son Treizième Nocturne de 1922. On y trouve également la version pour piano seul de la Ballade Op. 19 que l’auteur joua timidement devant Franz Liszt qui encouragea le jeune homme. En à peine une heure de musique, Nicolas Stavy brosse un portrait complet et fascinant du compositeur français, de son extrême jeunesse à ses œuvres ultimes. Une véritable initiation à l’art d’un compositeur qu’on ne sait pas toujours comment aborder et qui trouve ici un de ses excellents interprètes. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Timpani

Hi-Res Livret
Elément indissociable des Impressionnistes, l’eau, avec ses multiples miroitements, a aussi fasciné les musiciens, mais nul compositeur n’a passé quarante ans de sa vie à écrire autant de pièces aquatiques que Gabriel Fauré et ses treize Barcarolles. Influencé par celles de Mendelssohn dans sa jeunesse, Fauré quitte peu à peu les salons mondains pour trouver un univers proche de l’abstraction et de la poésie pure. De la jeunesse insouciante et frivole qui a envie de plaire, jusqu’à l’austérité de l’âge mûr débouchant sur la nostalgie mélancolique de la vieillesse, c’est un chemin passionnant à suivre, jonché d’expériences diverses qui sont le reflet d’un art de vivre brutalement interrompu par la tragédie de la Grande Guerre. Né en Egypte, mais d’origine libanaise, Billy Eidi a découvert la musique classique à Beyrouth auprès d’une professeure qui l’a très bien préparé pour son entrée au conservatoire. Hésitant ensuite entre une carrière de médecin ou de pianiste, il part pour Paris au début de la Guerre du Liban et intègre le Conservatoire de Versailles. Devenu citoyen français, Billy Eidi est un érudit épris de musique française qu’il joue avec une gourmandise subtile. C’est un partenaire de choix pour la mélodie qu’il enregistre avec Marie Devellereau, Yann Beuron ou Laurent Naouri. Toujours soigné, le jeu de ce « pianiste poète » (Jean Roy) sait ici éviter, par sa constante fermeté, l'écueil possible de la mièvrerie. A ne pas manquer. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 23 septembre 2016 | Challenge Classics

Hi-Res
Le pianiste néerlandais Hannes Minnaar (*1984), après avoir été lauréat du concours Reine Elisabeth de Bruxelles et du Concours international de Genève, s’est rapidement lancé dans une carrière internationale qui l’a mené à se produire au Concertgebouw, le Gewandhaus de Leipzig, à la Roque d’Anthéron, au Musikverein de Vienne, à la Cité de la Musique, en solo, avec orchestre et en musique de chambre avec des partenaires tels que Janine Jansen ou Mischa Maisky, ou les chefs Herbert Blomstedt, Frans Brüggen, Eliahu Inbal et Edo de Waart. Pour cet opus discographique en solo – les autres précédemment enregistrés étant avec orchestre ou en musique de chambre, hormis un hommage à Bach –, Minnaar a choisi le monde intime de Fauré, avec son exigence de chatoiements de couleurs, de contrastes, de cantabile – la virtuosité du toucher bien plus que celle des simples effets de doigts – qu’il maîtrise avec bonheur. Voilà un pianiste à suivre de près, même si son parcours le met déjà sur une trajectoire à la vitesse grand V ! © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 7 avril 2017 | ARTALINNA

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - 4 étoiles Classica
C'est un voyage au pays de la lumière que nous propose Aline Piboule. Pour son premier album en solo, elle regroupe trois partitions fondamentales du piano français, la Ballade et Thème et Variations de Fauré ainsi que la Sonate de Dutilleux, devenue l'une de ses œuvres de chevet. Ce programme compose une succession de variations entêtantes autour de la lumière, confrontant des esthétiques qui oscillent bien souvent entre les ombres et la clarté, le son et les silences. Il y a dans le jeu d'Aline Piboule un charme assez typiquement français, entre ferme vigueur et douce sensualité. © Artalinna« [...] S'il n'existe pas d'école française de piano, il existe bien une musique française par-delà les siècles et les esthétiques, les emprunts et le caractère sui generis de thèmes ou de couleurs harmoniques. On est en terrain connu avec la Ballade [...] Piboule y joue large, avec des phrases tenues jusqu'au bout, des nuances travaillées mais une allure naturelle. Elle va droit son chemin, sans fadeur, sans manières. [...] On songe toujours à cette musique française en écoutant la Sonate de Dutilleux délivrée avec une majesté et une sonorité voluptueuse, un sorte de calme intérieur [...] Disque splendide.» (Diapason, juin 2017 / Alain Lompech) 
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 5 septembre 2016 | Resonus Classics

Hi-Res Livret