Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

1 album trié par Date : du plus récent au moins récent et filtré par Classique, Hi-Res Audio, Sergey Ivanovich Taneyev et Andrei Baturkin
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Quelle misère que la somptueuse musique de Taneïev ne soit pas plus souvent jouée, du moins en dehors de la sphère russe… Trop occupés que nous sommes à honorer son professeur Tchaïkovski et ses élèves Rachmaninov et Scriabine, nous en oublions son rôle primordial dans le répertoire russe, malgré qu’il ait écrit bien peu d’œuvres : des accents nationaux, certes, mais toujours dans une écriture teintée de polyphonie et de contrepoint d’essence plus germanique, voilà ce qu’offre Taneïev – et tout particulièrement dans ce chef-d’œuvre qu’est la Cantate À la lecture d’un psaume, qui n’a de cantate que le nom car en réalité il s’agit là d’un imposant triptyque symphonico-choral de l’ampleur d’un grand oratorio. Entre lyrisme exacerbé, caractère hautement dramatique, développement harmonique et mélodique de toute beauté, cet ouvrage de 1912-1915 est son ultime grand opus puisque le compositeur s’éteindra en 1915, des suites d’une pneumonie contractée lorsqu’il assista aux funérailles de son disciple Scriabine (dont la dette envers son maître semble évidente, à l’écoute de l’ouvrage). Une superbe redécouverte qu’il ne faut surtout pas laisser passer ! Enregistrement réalisé en public à Saint-Pétersbourg en 2003. © SM/Qobuz