Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le premier volume de l’intégrale s’ouvre avec L’art, que Cerasi donne sur une copie d’un Ruckers anversois de 1624 ; il se poursuit avec le Premier Livre qui occupe également les deuxième et troisième volumes. Ce livre comprend cinq ordres ; il fut publié en 1713, même si plusieurs des pièces qu’il contient avaient été écrites des années auparavant. Pour le Premier Livre, Carole Cerasi joue un clavecin anversois d’Andreas Ruckers, construit en 1636 et ravalé en 1763 à Paris par Henri Hemsch : une sonorité franco-flamande donc. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le premier volume de l’intégrale s’ouvre avec L’art, que Cerasi donne sur une copie d’un Ruckers anversois de 1624 ; il se poursuit avec le Premier Livre qui occupe également les deuxième et troisième volumes. Ce livre comprend cinq ordres ; il fut publié en 1713, même si plusieurs des pièces qu’il contient avaient été écrites des années auparavant. Pour le Premier Livre, Carole Cerasi joue un clavecin anversois d’Andreas Ruckers, construit en 1636 et ravalé en 1763 à Paris par Henri Hemsch : une sonorité franco-flamande donc. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 ( dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Les volumes 4, 5 et la première moitié du 6e comportent tout le Second Livre, publié en 1717. Ses sept ordres, de taille très variable, contiennent quelque pièces devenues célèbres en-dehors de leur contexte : Les Moissoneurs et surtout Les Baricades Mistérieuses. Quant aux Bergeries, Anna Magdalena Bach l’avait inclus dans son Clavierbüchlein datant de 1725, preuve que Bach tenait Couperin en très grande estime. On trouve aussi dans le Onzième Ordre le morceau satirique Les Fastes de la Grande et Ancienne Mxnxstrxndxsx, une farce de Couperin dans laquelle il convient de lire « Ménéstrandise ». Il s’agissait là d’une confrérie de musiciens fondée en 1321, qui tenta d’imposer une taxe sur les musiciens qui n’en faisaient pas partie, dont les clavecinistes. Couperin fit partie de ceux qui protestèrent devant le Roi et la Ménéstrandise fut dissoute. Le Deuxième Livre est partagé entre deux clavecins, une copie d’un instrument parisien d’Antoine Vater (1738) et à nouveau la copie du Ruckers de 1624 qui avait servi pour L’Art de toucher le clavecin. Le Troisième Livre est publié en 1722, quand le compositeur avait cinquante-quatre ans. Dans la préface, il s’en prend vertement à certains interprètes : « Je suis toujours surpris (après les soins que je me suis donné pour marquer les agrémens qui conviennent à mes Pièces) d’entendre des personnes qui les ont aprises sans s’y assujétir. C’est une négligence qui n’est pas pardonnable, d’autant qu’il n’est point arbitraire d’y metre tels agrémens qu’on veut. Je déclare donc que mes pièces doivent être exécutees comme je les ay marquées, et qu’elles ne feront jamais une certaine impression sur les personnes qui ont le goût vray, tant qu’on n’observera pas à la lettre tout ce que j’y ay marqué, sans augmentation ni diminution ». Le Troisième Livre et ses sept ordres est réparti entre la seconde moitié du sixième volume de Carole Cerasi, le septième, et la première moitié du huitième. Deux clavecins ici encore ; une copie d’un Pascal Taskin parisien de 1769, puis une copie d’après un Jean-Claude Goujon de 1749. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Les volumes 4, 5 et la première moitié du 6e comportent tout le Second Livre, publié en 1717. Ses sept ordres, de taille très variable, contiennent quelque pièces devenues célèbres en-dehors de leur contexte : Les Moissoneurs et surtout Les Baricades Mistérieuses. Quant aux Bergeries, Anna Magdalena Bach l’avait inclus dans son Clavierbüchlein datant de 1725, preuve que Bach tenait Couperin en très grande estime. On trouve aussi dans le Onzième Ordre le morceau satirique Les Fastes de la Grande et Ancienne Mxnxstrxndxsx, une farce de Couperin dans laquelle il convient de lire « Ménéstrandise ». Il s’agissait là d’une confrérie de musiciens fondée en 1321, qui tenta d’imposer une taxe sur les musiciens qui n’en faisaient pas partie, dont les clavecinistes. Couperin fit partie de ceux qui protestèrent devant le Roi et la Ménéstrandise fut dissoute. Le Deuxième Livre est partagé entre deux clavecins, une copie d’un instrument parisien d’Antoine Vater (1738) et à nouveau la copie du Ruckers de 1624 qui avait servi pour L’Art de toucher le clavecin. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le Quatrième Livre voit le jour en 1730. Le compositeur a alors soixante-deux ans et sa santé décline. Pour cette raison, il précise dans sa préface que « comme ma santé diminue de jour en jour, mes amis m'ont conseillé de cesser de travailler et je n'ai pas fait de grands ouvrages depuis ». Huit ordres le composent, mais il est à noter que ces suites sont de plus en plus courtes, avec quatre ou cinq mouvements pour certains – si on les compare, par exemple, au Premier Ordre du Premier Livre qui en comptait une vingtaine ! Pour cet adieu à la vie et à la musique du grand Couperin, Carole Cerasi a sélectionné un instrument français d’Antoine Vater de 1738, donc quasiment contemporain de la publication de ce dernier Livre – réparti sur les huitième, neuvième et dixième (et dernier) volumes de l’intégrale. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le premier volume de l’intégrale s’ouvre avec L’art, que Cerasi donne sur une copie d’un Ruckers anversois de 1624 ; il se poursuit avec le Premier Livre qui occupe également les deuxième et troisième volumes. Ce livre comprend cinq ordres ; il fut publié en 1713, même si plusieurs des pièces qu’il contient avaient été écrites des années auparavant. Pour le Premier Livre, Carole Cerasi joue un clavecin anversois d’Andreas Ruckers, construit en 1636 et ravalé en 1763 à Paris par Henri Hemsch : une sonorité franco-flamande donc. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 ( dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le Quatrième Livre voit le jour en 1730. Le compositeur a alors soixante-deux ans et sa santé décline. Pour cette raison, il précise dans sa préface que « comme ma santé diminue de jour en jour, mes amis m'ont conseillé de cesser de travailler et je n'ai pas fait de grands ouvrages depuis ». Huit ordres le composent, mais il est à noter que ces suites sont de plus en plus courtes, avec quatre ou cinq mouvements pour certains – si on les compare, par exemple, au Premier Ordre du Premier Livre qui en comptait une vingtaine ! Pour cet adieu à la vie et à la musique du grand Couperin, Carole Cerasi a sélectionné un instrument français d’Antoine Vater de 1738, donc quasiment contemporain de la publication de ce dernier Livre – réparti sur les huitième, neuvième et dixième (et dernier) volumes de l’intégrale. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Les volumes 4, 5 et la première moitié du 6e comportent tout le Second Livre, publié en 1717. Ses sept ordres, de taille très variable, contiennent quelque pièces devenues célèbres en-dehors de leur contexte : Les Moissoneurs et surtout Les Baricades Mistérieuses. Quant aux Bergeries, Anna Magdalena Bach l’avait inclus dans son Clavierbüchlein datant de 1725, preuve que Bach tenait Couperin en très grande estime. On trouve aussi dans le Onzième Ordre le morceau satirique Les Fastes de la Grande et Ancienne Mxnxstrxndxsx, une farce de Couperin dans laquelle il convient de lire « Ménéstrandise ». Il s’agissait là d’une confrérie de musiciens fondée en 1321, qui tenta d’imposer une taxe sur les musiciens qui n’en faisaient pas partie, dont les clavecinistes. Couperin fit partie de ceux qui protestèrent devant le Roi et la Ménéstrandise fut dissoute. Le Deuxième Livre est partagé entre deux clavecins, une copie d’un instrument parisien d’Antoine Vater (1738) et à nouveau la copie du Ruckers de 1624 qui avait servi pour L’Art de toucher le clavecin. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le Quatrième Livre voit le jour en 1730. Le compositeur a alors soixante-deux ans et sa santé décline. Pour cette raison, il précise dans sa préface que « comme ma santé diminue de jour en jour, mes amis m'ont conseillé de cesser de travailler et je n'ai pas fait de grands ouvrages depuis ». Huit ordres le composent, mais il est à noter que ces suites sont de plus en plus courtes, avec quatre ou cinq mouvements pour certains – si on les compare, par exemple, au Premier Ordre du Premier Livre qui en comptait une vingtaine ! Pour cet adieu à la vie et à la musique du grand Couperin, Carole Cerasi a sélectionné un instrument français d’Antoine Vater de 1738, donc quasiment contemporain de la publication de ce dernier Livre – réparti sur les huitième, neuvième et dixième (et dernier) volumes de l’intégrale. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 19 octobre 2018 | Metronome

Hi-Res Distinctions Diapason d'or
François Couperin fut le membre le plus illustre d’une dynastie de musiciens comparable à celle de la famille Bach. Tout porte à croire que l’épithète « Le grand », que l’on trouve par écrit pour la première fois en 1780, lui avait déjà été conféré de son vivant afin de le distinguer des autres musiciens de sa famille. En plus de ses fonctions d’organiste du roi à Versailles, Couperin enseigna le clavecin à de nombreux élèves issus de la famille royale et des rangs de la noblesse et, au tournant du siècle, il était aussi actif comme compositeur que comme interprète. L’œuvre pour clavecin représente le point le plus haut dans sa production musicale, avec son ouvrage pédagogique L’Art de toucher le clavecin, publié en 1716 (dans lequel il traite de l’ornementation, du doigté, de la position du corps en général et des poignets en particulier, du toucher, du caractère de l’instrument, etc.) et surtout ses vingt-sept « ordres » – terme qu’il emploie pour désigner un groupe de pièces dans des tonalités proches, à mi-chemin entre la suite et l’anthologie – répartis en quatre volumes, parus entre 1713 et 1730. Il y développe un monde de fantaisie poétique qui prend tantôt la forme de simples mouvements de danse, tantôt de portraits, de « pièces de caractère », de tableaux pastoraux ou encore de miniatures théâtrales. La claveciniste suédoise Carole Cerasi nous offre ici une superbe intégrale en dix albums comprenant L’Art de toucher le clavecin et les quatre Livres, qu’elle répartit sur six clavecins différents. Le Troisième Livre est publié en 1722, quand le compositeur avait cinquante-quatre ans. Dans la préface, il s’en prend vertement à certains interprètes : « Je suis toujours surpris (après les soins que je me suis donné pour marquer les agrémens qui conviennent à mes Pièces) d’entendre des personnes qui les ont aprises sans s’y assujétir. C’est une négligence qui n’est pas pardonnable, d’autant qu’il n’est point arbitraire d’y metre tels agrémens qu’on veut. Je déclare donc que mes pièces doivent être exécutees comme je les ay marquées, et qu’elles ne feront jamais une certaine impression sur les personnes qui ont le goût vray, tant qu’on n’observera pas à la lettre tout ce que j’y ay marqué, sans augmentation ni diminution ». Le Troisième Livre et ses sept ordres est réparti entre la seconde moitié du sixième volume de Carole Cerasi, le septième, et la première moitié du huitième. Deux clavecins ici encore ; une copie d’un Pascal Taskin parisien de 1769, puis une copie d’après un Jean-Claude Goujon de 1749. © SM/Qobuz«Des Idées heureuses aux Ombres errantes, c'est un roman du Grand siècle qui s'ouvre sous les mains de Carole Cerasi. L'aventure de l'interprète devient celle de l'auditeur happé par le feuilleton des 27 Ordres.» (Diapason, janvier 2019)
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Piano solo - Paru le 25 mai 2018 | Evidence

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Pour son premier disque le jeune pianiste française Clément Lefebvre a choisi Couperin et Rameau qu’il présente sous la forme très originale d’un parcours expressif couvrant une journée complète, du lever au coucher. En passant ainsi d’un compositeur à l’autre et en jouant malicieusement de leurs titres suggestifs, il souligne ce qui les unit autant que ce qui les séparent avec une intelligence subtile. Clément Lefebvre montre très jeune un vif intérêt pour la musique. À quatre ans il commence le piano, avant de découvrir les percussions. Après l’étude et l’obtention des prix de ces deux instruments au Conservatoire de Lille, c’est au piano qu’il décide de se consacrer pleinement. Hortense Cartier-Bresson le reçoit dans sa classe au Conservatoire de Boulogne-Billancourt et le prépare au concours d’entrée du Conservatoire de Paris (CNSMD). Clément Lefebvre intègre la prestigieuse institution en 2010 et se forme alors auprès de Roger Muraro, Isabelle Dubuis, Claire Désert, Pierre-Laurent Aimard, et Alain Planès. Il bénéficie également des masterclasses de Philippe Bianconi, Xu Zhong, Michael Lewin, Christian Ivaldi, Emmanuel Strosser ainsi que des membres du Trio Wanderer. Clément Lefebvre remporte en 2016 le Premier Prix, ainsi que le Prix du Public, du concours international de piano James Mottram de Manchester. Soliste, il aime aussi pratiquer la musique de chambre, soit avec le Quatuor avec piano Alban Berg qu’il a fondé avec quelques amis ou en duo avec le pianiste Alexandre Leroy. © François Hudry/Qobuz« Un funambule, gymnique et aérien, enjambe les pièges du piano éléphant dans un clavecin de porcelaine. Rameau et Couperin l'inspirent autant. Grand Siècle et grand cœur. Il parle bien cette langue délicate. [...] » (Diapason, novembre 2018 / Ivan A. Alexandre)
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 31 mars 2016 | Passacaille

Hi-Res Distinctions Diapason d'or - Le Choix de France Musique
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 8 septembre 2014 | harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
" Il ne faut pas longtemps pour céder au charme d'Amandine Beyer et de ses Inconnus, tant la délicatesse du discours poétique est au rendez-vous." (Classica, septembre 2014) Comment résister, en effet, aux états d'âme de cette sublime musique de chambre de François Couperin, oscillant sans cesse entre mélancolie et vivacité ? Amandine Beyer et ses "Incogniti" (qui le sont de moins en moins) ont réuni les deux Apothéoses (celle de Lulli et celle de Corelli) et deux Sonat(d)es qui lancent un pont entre les muses françaises et italiennes. Tout cela vit, vibre, palpite, au gré de couleurs sans cesses changeantes. Du très grand art. FH
HI-RES12,49 €
CD8,49 €

Classique - Paru le 19 novembre 2012 | Alia Vox

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
Réalisé en l’église romane de Saint-Lambert-des-Bois, en décembre 1975, cet opus dédié aux Pièces de viole de Couperin, qui lança à l'époque le label Astrée fondé par Michel Bernstein, demeure l'un des actes fondateurs du mouvement baroque. L’œuvre ultime de François Couperin bénéficie ici d'une interprétation admirable, humaine et intense. Soutenu avec élégance et finesse et surtout une infinie tendresse par Ton Koopman et Ariane Maurette, toujours soucieux de maintenir des équilibres sonores et expressifs et - si ! - fragiles, Jordi Savall nous livre des phrasés rayonnants, d'une fluidité imperturbable.