Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

17,99 €
13,49 €

Divers - Paru le 26 octobre 2018 | Berlin Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
« En fait, je voulais attendre l’âge de 50 ans avant d’enregistrer ces œuvres, mais je n’ai pas eu la patience », indique le pianiste allemand Fabian Müller qui affichait tout juste 28 ans lorsqu’il enregistra cet album consacré à Brahms. « Dans cette musique, on risque toujours de tomber dans une sorte de caricature germanique “à l’ancienne”, ou de jouer un Brahms à la Liszt ; j’aime trop cette musique et j’essaye toujours d’éviter ce piège. » À l’auditeur de se faire sa propre religion quant à ce jeune musicien qui, quand même, est disciple d’Alfred Brendel et Leon Fleisher, et remporta rien moins que cinq prix lors du prestigieux Concours de l’ARD à Munich, millésime 2017, après avoir décroché le Prix de la presse internationale lors du non moins célèbre Concours Busoni. Depuis, Müller a fait ses débuts à Carnegie Hall et s’est produit avec l’Orchestre de la radio bavaroise, le WDR de Cologne, l’Orchestre de Bonn, et nombreux autres formations de même renommée. Son choix dans Brahms ? Trois cycles représentant trois moments fondamentaux dans la création du compositeur : les quatre Ballades Op. 10 de 1854, écrites alors que Schumann venait à peine de louer le jeune Hambourgeois en le marquant comme « l'élu ». Suivent les huit Klavierstücke Op. 76 de 1878, écrits après un considérable temps de silence. Müller referme l’album avec les plutôt sombres Trois Intermezzi Op. 117 de 1892, qui font partie de ses œuvres les plus concentrées, quasiment minimalistes, et pourtant si chargées d’émotion. © SM/Qobuz
17,99 €
13,49 €

Divers - Paru le 4 mai 2018 | audite Musikproduktion

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik