Catégories :

Grâce au travail réalisé en amont avec les studios d'enregistrement, et en collaboration avec des labels de plus en plus nombreux, indépendants et majors (Plus Loin Music, Bee Jaz, Ambronay Editions, Zig Zag Territoires, ECM, Mirare, Aeolus, Ondine, Winter & Winter, Laborie etc.), Qobuz propose de plus en plus de nouveautés et une sélection croissante de son fond de catalogue en qualité Hi-Res 24 bits. Ces albums reproduisent à l'identique le son fourni par le studio en sortie de console, et offrent un confort d'écoute inégalé, supérieur à celui des CD (généralement \"réduits\" pour le mastering en 44,1 kHz / 16 bits). Les fichiers \"Qobuz Hi-Res\" sont sans DRM et sont 100% compatibles Mac et PC. Loin de la démarche du tout-MP3 qui s'est développée ces dernières années au détriment de la qualité sonore, Qobuz renoue ainsi avec l'exigence sonore pour faire bénéficier les mélomanes tout à la fois du confort de la musique en ligne et de l'exigence audiophile.

Note Les albums vendus par Qobuz en qualité Hi-Res 24 bits nous sont fournis par les labels directement. Ils ne sont pas ré-encodés depuis des SACD et nous garantissons leur provenance directe. Nous nous interdisons, pour faire grossir plus vite cette offre, les tripatouillages suspects.

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 12 mars 2013 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Gramophone Record of the Month - 4 étoiles Classica - Hi-Res Audio
Une vision très habitée du Stabat Mater écrit par un Dvorak encore jeune et détruit par la perte, coup sur coup, de trois de ses enfants. Une version intimiste qui part du drame familial de l'auteur pour atteindre à l'universel. FH
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 24 mars 2015 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama
Elgar a bien de la chance : en 1891, de passage au Festival de Birmingham, Dvořák considéra un moment de mettre en musique The Dream of Gerontius mais, déclarant que les finesses du texte anglais lui échappaient sans doute, il se cantonna à écrire un Requiem – c’est donc Elgar qui mit en musique le Dream quelques années plus tard. Ce Requiem de Dvořák, donc, n’est pas le résultat d’une quête personnelle d’ordre religieux ou même une réaction à un état d’esprit personnel, mais presque un « exercice de style », car c’était là la première fois qu’il s’attaquait à un genre d’une telle ampleur, si l’on excepte son Stabat Mater – dont le propos musical et textuel reste quand même plus modeste. On a en réalité affaire à un chef-d’œuvre immense, qui n’est pas sans liens organiques – le traitement orchestral très théâtral, par exemple – avec le Requiem de Verdi, mais dans un ton souvent emprunté au fonds musical tchèque. Philippe Herreweghe, à la tête de l’Orchestre Royal de Flandres et de son Collegium Vocale de Gand, nous en offre une lecture épurée : la partition n’a aucun besoin de lourdeur, et Herreweghe fait ici un considérable travail de fond pour restituer la musique telle que conçue par Dvořák. © SM/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 6 novembre 2012 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Hi-Res Audio
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2011 | Phi

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama - Choc de Classica - Hi-Res Audio
Pour son 3e opus chez Phi, son nouveau label, Philippe Herreweghe réunit un splendide plateau. Aux côtés d'Ann Hallenberg, dont le timbre profond, dramatique et lumineux irradie la Rhapsodie pour alto, le Collegium Vocale Gent, ici augmenté des effectifs de l'Accademia Chigiana de Sienne, déploie ses plus beaux atouts dans ces grands chefs-d'œuvre de Brahms que demeurent le Gesang der Parzen ou le Schicksalslied, dont le musicien flamand propose une vision cohérente, vivante, à la fois recueillie et formidable d'élan. A ne pas manquer !
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 novembre 2010 | Phi

Hi-Res Livrets Distinctions 4F de Télérama - Hi-Res Audio
L’Orchestre des Champs Elysées, sous la direction de son chef Philippe Herreweghe, a pris pour objectif de rester au plus près du texte de la Quatrième Symphonie de Mahler et du contexte musical et culturel dans lequel la partition a été composée. Le chef belge équilibre les sentiments, à travers des phrasés musicaux et des nuances subtilement agencées.