Catégories :

Les albums

CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1960 | Riverside

CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1964 | Riverside

CD9,99 €

Jazz - Paru le 15 juin 1961 | Riverside

CD12,49 €

Jazz - Paru le 16 septembre 1958 | Riverside

CD14,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1988 | Riverside

CD9,99 €

Jazz - Paru le 11 mars 1963 | Riverside

CD9,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1962 | Riverside

HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 13 octobre 2017 | Riverside

Hi-Res Livret
Avec The Wes Montgomery Trio – A Dynamic New Sound: Guitar Organ Drums, son troisième album qui paraît chez Riverside en 1959, Wes Montgomery confirme qu’il est la vraie secousse sismique de la guitare jazz. Et ce superbe disque à la sonorité feutrée l’impose un peu plus dans la cour des grands. A ses côtés, Melvin Rhyne à l’orgue et Paul Parker à la batterie l’accompagnent sobrement, sans marcher sur ses plates-bandes, ni tenter d’attirer trop l’attention. Car oui, le héros de ces séances produites les 5 et 6 octobre 1959, au Reeves Sound Studios de New York, par Orrin Keepnews, reste Wes Montgomery et rien que Wes Montgomery ! Son style, virtuose et gorgé de blues, porte un œil neuf sur un instrument alors dominé par Barney Kessel et Tal Farlow. Et dans ses solos comme celui de ’Round Midnight, le guitariste d’Indianapolis déroule avec classe un son (raffiné), un style (au pouce) et un phrasé (envoûtant) qui lui sont propres. Quelques mois plus tard, avec The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, toujours chez Riverside, l’affaire prendra une toute autre densité grâce à Tommy Flanagan, Percy Heath et Albert "Tootie" Heath, sidemen d’un calibre supérieur… © MD/Qobuz
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 13 octobre 2017 | Riverside

Hi-Res Livret
Avec The Wes Montgomery Trio – A Dynamic New Sound: Guitar Organ Drums, son troisième album qui paraît chez Riverside en 1959, Wes Montgomery confirme qu’il est la vraie secousse sismique de la guitare jazz. Et ce superbe disque à la sonorité feutrée l’impose un peu plus dans la cour des grands. A ses côtés, Melvin Rhyne à l’orgue et Paul Parker à la batterie l’accompagnent sobrement, sans marcher sur ses plates-bandes, ni tenter d’attirer trop l’attention. Car oui, le héros de ces séances produites les 5 et 6 octobre 1959, au Reeves Sound Studios de New York, par Orrin Keepnews, reste Wes Montgomery et rien que Wes Montgomery ! Son style, virtuose et gorgé de blues, porte un œil neuf sur un instrument alors dominé par Barney Kessel et Tal Farlow. Et dans ses solos comme celui de ’Round Midnight, le guitariste d’Indianapolis déroule avec classe un son (raffiné), un style (au pouce) et un phrasé (envoûtant) qui lui sont propres. Quelques mois plus tard, avec The Incredible Jazz Guitar of Wes Montgomery, toujours chez Riverside, l’affaire prendra une toute autre densité grâce à Tommy Flanagan, Percy Heath et Albert "Tootie" Heath, sidemen d’un calibre supérieur… © MD/Qobuz
CD10,99 €

Jazz - Paru le 17 août 1960 | Riverside

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 27 juin 2006 | Riverside

Hi-Res Livret
1957. Deux géants du jazz se retrouvent de nombreux soirs durant sur la scène du Five Spot Café. A l’aube de cette avalanche de concerts new-yorkais, ils se rendent en studio pour graver une dizaine de compositions en trio, quartet et septet. Incroyable mais vrai, ces sessions réalisées avec notamment Art Blakey, Wilbur Ware, Coleman Hawkins, Shadow Wilson, Ray Copeland et Gigi Gryce, seront les seules qui réuniront Thelonious Monk et John Coltrane. Si ce tandem fait évidemment rêver, il faut garder à l’esprit qu’à l’époque, la star c’est Monk ! Coltrane est certes un nom qui circule chez les spécialistes mais son aura est loin d’être celle à venir. « Travailler avec Monk, racontera plus tard le saxophoniste au magazine DownBeat, c’était me retrouver à côté d’un architecte musical du plus grand ordre. J’ai appris de lui dans tous les sens du terme. » Comme son nom l’indique, ce Complete 1957 Riverside Recordings réunit toutes les prises de cette session composée de thèmes quasiment tous signés Monk. Prises principales, faux départs, versions alternatives, conversations de studio, tout est là ! Un document assez fascinant, surtout pour la façon qu’a ici le pianiste d’accueillir tous ses jeunes complices dans son univers musical si singulier, si ouvert et si libre. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Jazz - Paru le 10 mars 2017 | Riverside

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Lorsqu’il enregistre Portrait In Jazz, Bill Evans a déjà 30 ans, trois albums en tant que leader à son actif (New Jazz Conceptions, Everybody Digs Bill Evans et On Green Dolphin Street) et de nombreuses piges de sideman pour notamment George Russell, Tony Scott, Charles Mingus, Helen Merrill, Eddie Costa et surtout Miles Davis avec Kind Of Blue. Bref, le pianiste est déjà salué par toute la critique internationale et chacun de ses actes est scruté à la loupe. Pour la session qui se déroule le 28 décembre 1959, il est entouré du contrebassiste Scott LaFaro et du batteur Paul Motian. C’est la première fois que le trio enregistre. Et quel trio ! Le plus grand et le plus inspiré peut-être de toute l’histoire du jazz. Fini le pianiste roi et sa rythmique juste là pour passer les plats et ramasser les miettes ! Les échanges sont soudain réels, les conversations sont réellement passionnantes entre trois musiciens dosant déjà parfaitement leur technique et leur propos. Les parties de LaFaro chamboulent les codes de son instrument. Le niveau de complicité entre les trois hommes n’est pas encore celui des fameux concerts de juin 1961 au Village Vanguard mais Portrait In Jazz propose déjà des versions innovantes de standards tant de fois revisités. Le piano de Bill Evans offre l’étendue de son spectre, bondissant dans son swing jamais racoleur et mélancolique au possible dans les instants plus introspectifs… Un premier épisode déjà essentiel de l’histoire de ce trio. Histoire trop brève puisque interrompue brutalement, le 6 juillet 1961, par la disparition tragique de Scott LaFaro dans un accident de la route à seulement 25 ans… © MZ/Qobuz
HI-RES15,49 €
CD10,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1958 | Riverside

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Max Roach à la batterie, Oscar Pettiford à la contrebasse et zéro pianiste comme l’année précédente sur Way Out West : Sonny Rollins souffle une fois de plus le vent de la révolte sur ce chef d’œuvre enregistré le 11 février et le 7 mars 1958. D’entrée de jeu, le ténor alors le plus populaire du moment déroule un thème de plus de 19 minutes, le titre de son album, Freedom Suite ! Et quelle suite de la liberté ! Changements de rythmes, escapades inattendues, liberté de ton et thèmes découpés sur la longueur n’empêchent jamais les trois hommes de converser avec intensité. Il faut s’abandonner dans ces échanges de haute volée, assez inédits pour l’époque. Se laisser porter par cette coulée de lave certes radicale (jamais free) mais qui ne décroche à aucun moment de sa trame mélodique ou plutôt de sa narration. L’autre grande force de cette Freedom Suite est d’être un vrai disque de trio, et non la lubie de Rollins. Roach comme Pettiford déballent ici des constructions rythmiques étourdissantes, musclant l’inventivité du disque. Avec un tel titre, Sonny Rollins secoue les frontières du jazz mais pousse aussi son cri antiségrégationniste dans cette Amérique de la fin des années 50. Il l’écrit d’ailleurs dans les notes de pochette : « L’Amérique est profondément enracinée dans la culture noire. Ses tournures. Son humour. Sa musique. N’est-ce pas ironique que les Noirs qui peuvent, plus que les autres, se réclamer de la culture américaine, soient persécutés et réprimés. Que les Noirs qui ont illustré les humanités dans leur existence même, soient récompensés par l’inhumanité. » © MZ/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Gospel - Paru le 29 avril 2016 | Riverside

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Gospel - Paru le 29 avril 2016 | Riverside

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Gospel - Paru le 29 avril 2016 | Riverside

Hi-Res Livret
CD14,99 €

Gospel - Paru le 29 avril 2016 | Riverside

CD14,99 €

Gospel - Paru le 29 avril 2016 | Riverside

CD14,99 €

Gospel - Paru le 29 avril 2016 | Riverside

CD14,99 €

Jazz - Paru le 4 décembre 2015 | Riverside

Les Collections