Catégories :

Les albums

CD23,99 €

Rock - Paru le 5 février 2013 | Rhino - Warner Records

Distinctions Album du mois Magic - Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Jazz - Paru le 29 mai 2001 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio
Il y eut un avant et après Breezin’ dans la carrière de George Benson… Avec cet album produit par Tommy LiPuma paru chez Warner Bros. en mai 1976, le guitariste de Pittsburgh que beaucoup ne voyait que comme une sorte de fils de la vengeance de Wes Montgomery devenait une véritable pop star, embarquant son jazz ligne clair sur les sentiers de la soul et du rhythm’n’blues. La fluidité de son jeu trouve un bel écho dans les arrangements signés Claus Ogerman, suaves au possible. Aux côtés de Benson, de vraies épées du jazz fusion de l’époque parmi lesquels Ronnie Foster aux claviers, Harvey Mason à la batterie et Phil Upchurch à la guitare rythmique. Sommet de l’opus, la tubesque reprise du This Masquerade de Leon Russell sur laquelle Benson chante de son inimitable voix qui fera à nouveau fureur quatre ans plus tard sur Give Me The Night… © CM/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Soul/Funk/R&B - Paru le 7 juin 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions 4F de Télérama - Pitchfork: Best New Reissue
Après les compositions au piano Piano & A Microphone 1983, sorties en 2018, voici un second album posthume princier. Concentré sur la période 1981-1991, décennie prolifique pour Prince, et donc conservant une belle unité dans la production, Originals compile majoritairement des enregistrements écrits pours d’autres. Roger Nelson était avant tout un artiste caméléon, ultra-complet, qui savait autant jouer tous les instruments de Purple Rain que performer sur scène comme son idole James Brown ou écrire des tonnes de compositions pour lui comme pour « la galaxie Prince », faite d’interprètes hors pair. Parmi ses 15 titres, on retrouve The Glamourous Life pour Sheila E, le Manic Monday des Bangles. Love Thy Will Be Done de Martika ou encore You’re My Love du crooner country Kenny Rogers. Inédits précieux simplement restaurés, Originals permet de se faufiler en coulisses, lorsque le maître mettait au point dans son laboratoire les meilleures mélodies et les interprétait sans encore trop savoir ce qu’elles allaient devenir, avec brio. A l’instar de Nothing Compares 2 U, véritable pic émotionnel de l’opus. © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Folk - Paru le 23 janvier 2007 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Parmi la vingtaine d’albums de Joni Mitchell, Blue est un vrai sommet. Dépouillé à l’extrême, ce disque d’une grande pureté publié en juin 1971 symbolise à la perfection la singularité de sa voix dans la scène folk des 70's. Sur dix thèmes, la Canadienne âgée de 28 ans embarque son art dans des harmonies virginales, sur les rives d’une poésie désabusée mais jamais plombante. Joni, pleine de grâce, évite l’introspection ridicule ou gênante grâce à son ton juste pour chanter la solitude, la désillusion, la perte ou l’amour déçu (elle vient de quitter Graham Nash). La guitare et la voix de son complice d’alors James Taylor, la basse de Stephen Stills mais aussi la pedal steel impressionniste de Sneaky Pete Kleinow des Flying Burrito Brothers viennent enrichir avec finesse un disque qui laisse entrevoir quelques inflexions jazz vers lesquelles Joni Mitchell (qui joue également ici du dulcimer des Appalaches) tendra par la suite sur d’autres albums. Rarement une œuvre n’aura dégagé une telle puissance avec si peu de moyens… © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Rock - Paru le 14 mai 2013 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
A la sortie de Eliminator en 1983, les ZZ Top étaient déjà des habitués des sommets des charts, ce qui n’a tout de même pas empêché l’immense succès de cet album d’être légèrement surprenant. Débarquant en pleine période new wave dans laquelle les synthés font la loi, les barbus de ZZ Top se fichent pas mal de la tendance et restent fidèles à eux-mêmes : la guitare de Billy Gibbons et la basse de Dusty Hill combinent leur puissance pour former un blues/rock typique du power trio texan. Seule la batterie de Frank Beard semble être légèrement influencée par les sonorités du moment et rappelle parfois les boites à rythme de l’époque. L’album n’est pas avare en hits et contient des créations irrésistibles telles que Gimme All Your Lovin’, Sharp Dressed Man et Legs. La cohésion entre les trois membres du groupe est à son paroxysme et fait d’Eliminator un incontournable classique. © LG/Qobuz
CD16,99 €

Pop - Paru le 16 juillet 1980 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Hard Rock - Paru le 27 janvier 2009 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Véritable révolution de l’histoire de la musique, le premier album éponyme de Van Halen ouvre la voie pour ce que sera le rock ‘n’ roll pendant plus d’une décennie. C’est en 1978 que le monde découvre la rythmique puissante d’Alex Van Halen et de Michael Anthony, le charisme provocateur de David Lee Roth et surtout la virtuosité d’Eddie Van Halen. Ce dernier, à travers ces quelques chansons, bouleversera à tout jamais le monde de la guitare, poussant à l’extrême toutes les possibilités de l’instrument et lui faisant faire des sons jusqu’alors jamais entendus. Sur Van Halen, le rock est festif, fait pour soulever les foules à coup de riffs, de solos et de « oh yeah » bien placés. Le groupe est là pour s’amuser, donnant naissance à un hard rock plein d’énergie et d’une efficacité redoutable. Eruption reste une pierre angulaire de la guitare rock sur laquelle Eddie démontre tout ce dont il est capable et devenant un modèle pour de nombreuses générations de guitaristes à travers le monde. © LG/Qobuz
CD14,99 €

Rock - Paru le 24 février 2006 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Prise de son d'exception
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Rock - Paru le 16 septembre 1977 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
CD13,49 €

Rock - Paru le 4 février 1977 | Rhino - Warner Records

Distinctions Album du mois Magic - Discothèque Idéale Qobuz
CD19,49 €

Rock - Paru le 30 octobre 2015 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
CD6,99 €

Jazz - Paru le 10 mars 2006 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Bien qu'il ne connut pas réellement de disciples, Paul Desmond exprima une approche de l'improvisation, une sonorité, une voix radicalement différente de celles inspirés par celui qui avait marqué au fer rouge son époque : Charlie Parker. Paul Desmond, qui ne connut principalement que deux groupes, le quartet de Dave Brubeck dont il était le sidemen et le co-compositeur (Take Five est un hit planétaire), et son propre quartet (mais quasiment exclusivement en studio) avec le guitariste Jim Hall. Cette séance est la première d'une belle série. Ce premier enregistrement se fit une nuit que les deux hommes qui s'appréciaient beaucoup se produisaient dans la même ville. Rien n'était prémédité, seule la magie de quatre musiciens de premier ordre a opéré.
HI-RES22,49 €
CD19,49 €

Rock - Paru le 4 février 1977 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les tensions internes ayant motivé l'écriture de pour ainsi dire toutes les chansons de Rumours, son écoute constitue quasiment une expérience de voyeurisme tant les membres du Mac s'y déclarent leurs quatre vérités tour à tour, crachant leurs insinuations et leurs mensonges au visage même de leur collègues. A nouveau produit et pensé par le guitariste Lindsey Buckingham, Rumours est une oeuvre tout à fait à part sur laquelle ce dernier endurcit Christine McVie et adoucit Stevie Nicks, injectant une bonne dose de mélodies accessibles donnant à l'entreprise un impact profond, dissimulant un orage émotionnel sous des arrangements faussement enjoués et faisant par exemple de la cruelle "Go Your Own Way" un véritable hymne. C'est cette capacité à rendre universelle une douleur intime qui fait de Rumours un disque indémodable. ~ Stephen Thomas Erlewine (trad. Olivier Duboc)
HI-RES63,99 €
CD55,99 €

Punk - New Wave - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La règle du jeu était certes claire dès leur premier album, les Ramones réussissent, avec le troisième épisode de leur saga binaire, à se surpasser. Et même à affiner leur art ! Une fois de plus, avec cette Rocket To Russia tirée le 4 novembre 1977 en pleine guerre froide, tout est question de symphonie en trois accords, d'histoires jouissivement crétines 100% ado et surtout de ramener fièrement le rock'n'roll là où il vit le jour : dans un garage ! Mais les refrains de Sheena Is A Punk Rocker ou Teenage Lobotomy sont imparables d'efficacité dans leur relecture du patrimoine rock’n’roll, pop bubblegum et surf. Et même lorsqu’ils revisitent le cultissime Surfin’ Bird des Trashmen ou Do You Wanna Dance? popularisé par Cliff Richard, les Beach Boys et même Bette Midler, nos délinquants punk du Queens font du rock sauvage et poil à gratter comme personne ! Cette édition célébrant les quarante ans de ce sublime attentat sonore propose deux mixes de l’album : celui de l’album original et un nouveau baptisé Tracking Mix signé Ed Stasium, ingénieur du son de la version de départ. Elle comprend également 24 titres rares ou inédits, des démos, des versions alternatives et des faces B. Enfin, cerise sur le gâteau, un pétaradant live inédit des (faux) frères Ramones enregistré le 19 décembre 1977 à l’Apollo Centre de Glasgow en Ecosse. © MZ/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Pop - Paru le 19 juin 1984 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
L'avènement 1999 coïncide pour Prince avec de nombreux accrochages avec son entourage. Le paroxysme étant atteint avec le départ à la guitare de Dez Dickerson remplacé par Wendy Melvoin. Prince repart au turbin et cogite sur un projet plus mégalo qu'un double album : un film quasi-auto-biographique ! Sur la sellette, son management est chargé de lui décrocher une toile au plus vite. La division cinématographique de Warner est guerre enthousiaste et veut des garanties. Prince et sa famille grandissante (The Revolution, The Time, Vanity 6) se produisent régulièrement au club le First Avenue et passent le reste de leur temps enfermés dans un immense entrepôt à répéter et à suivre des cours d'art dramatique et de danse pour préparer le passage sur grand écran. Prince va jusqu'à faire transférer son propre studio dans ce dépôt industriel pour mettre en boite la musique de sa prochaine folie. Il installe également un studio mobile devant le First Avenue où il enregistre en live d'autres titres. Finalement, les studios Warner sortent le carnet de chèque pour ce qui sera sûrement l'un des plus mauvais film qu'ils aient produit jusqu'ici, un navet qui donnera pourtant une délirante B.O. : Purple Rain décroche la première place des charts R&B et pop. Let's Go Crazy, When Doves Cry, Take Me With U, Purple Rain et I Would Die 4 U sont autant de tubes princiers qui monopoliseront les ondes en 1984 et 1985. Son funk rock décadent de macro en chemise à jabot séduit la planète toute entière. Une fois de plus, le musicien réussit à fusionner ses diverses marottes tel un nouveau Sly Stone. Mélodies pop à la Beatles, guitares hendrixiennes et rythmiques au groove funky à souhait, Purple Rain propose surtout une modernisation totale de ces valeurs musicales fondamentales. © MD/Qobuz
CD11,49 €

Bossa Nova & Brésil - Paru le 26 novembre 2010 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En jazz comme en pop, les cordes se manipulent avec précaution, comme un flacon de nitroglycérine. Et il en faut peu pour vite sombrer dans la faute de goût, voire la mélasse. Tout l’opposé de ce chef-d’œuvre de 1976. Jusqu’ici, l’art de João Gilberto se dégustait principalement dans son plus simple appareil : le maître de la bossa-nova seul avec sa guitare. Avec Amoroso, le Brésilien signe un pacte avec Claus Ogerman, arrangeur culte d’outre-Rhin, expert en violons sensuels et élégants ayant beaucoup travaillé avec Antonio Carlos Jobim durant les années 60. L’association des deux relève ici du miracle. Avec un répertoire mêlant pièces incontournables de Jobim (Wave, Caminhos Cruzados, Triste, Zingaro) et standards venus d’Amérique (’S Wonderful de Gershwin) ou du Vieux Continent (d’Espagne avec Besame Mucho et d’Italie avec Estaté de Brighetti et Martino), João Gilberto s’abandonne corps et âme dans les cordes d’Ogerman, qui n’alourdissent ni ne floutent jamais son discours susurré. Chaque instant est une ode à la simplicité, à l’élégance et surtout à la beauté. Et l’aisance avec laquelle tout ce petit monde communie est stupéfiante. Une merveille. © Marc Zisman/Qobuz
CD14,99 €

Pop - Paru le 30 janvier 2007 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
En 1986, l’album Parade est tracté par un infernal hit minimaliste : Kiss. Le nom de Rogers Nelson conserve une fois encore le haut de l'affiche et la famille princière tourne à travers le monde. Une famille en crise lorsque Prince dissout son groupe The Revolution pour s'enfermer dans son studio de Paisley Park afin de concocter seul sa neuvième prophétie qui sort en avril 1987 : Sign O The Times. Wendy à la guitare, Lisa au sitar et à la flûte et Sheila E aux percussions sont les uniques invités de la nouvelle féerie du maître de Minneapolis. Son funk se minimalise grandement pour atteindre un concentré efficace (The Ballad Of Dorothy Parker, Sign O The Times, Starfish And Coffee), et opte rarement pour la soul d'entant (Slow Love). Son cerveau est en fusion et les idées se ramassent à la pelle à l'image de The Cross, hallucination sly stonienne aux saveurs arabisantes. Toujours aussi moderne plusieurs décennies après sa sortie, ce double album souligne à nouveau l'envergure du talent de ce révolutionnaire solitaire… © MZ/Qobuz
HI-RES25,99 €
CD22,49 €

Rock - Paru le 23 septembre 2016 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Best New Reissue
Complétant la trilogie entamée par Rumours (1977) et Tusk (1979), Fleetwood Mac enregistre Mirage entre 1981 et 1982 au fameux château d'Hérouville où sont passés Bowie, Iggy, Cat Stevens et un paquet d'autres, et dont l'acoustique est comparée aux studios d'Abbey Road. Sortant de leur spirale passionnelle pour se consacrer à leurs ambitions personnelles, le quintet retourne en studio. Entre-temps, Stevie Nicks, Mick Fleetwood et Lindsey Buckingham ont pris le chemin de la carrière solo. Et le Bella Donna de Nicks sorti un an plus tôt, produit par Tom Petty et Jimmy Iovine, culmine en tête des ventes avec 8 millions de copies écoulées. De quoi faire de l'ombre à ce Mirage. Pour autant, pas question de quitter Fleetwood Mac. La belle dont la voix s'est bien éraillée avec la dope y signe deux morceaux : Gypsy, ballade nostalgique qu'elle dédie à son amie Robin Snyder Anderson, et Straight Back. Christine McVie compose Hold Me, Love in Store, un des tubes de l'opus mais aussi Wish You Were Here et Only Over You. C'est en fait Buckingham, dans la lancée de Tusk, qui écrit la majorité des morceaux.Moins expérimental que Tusk mais moins évident que Rumours dans l'écriture mélodique, Mirage clôt la période dorée de Fleetwood Mac. Dominant l'opus, les synthés très kitchs de McVie impriment une marque très 80's particulièrement surannée sur les intros de Can't Go Back et Oh Diane, ce qui donne à l'ensemble un vernis pop un brin écaillé. Il faudra attendre Tango in the Night, cinq ans plus tard, pour un retour du son FM. Avec cette version deluxe, on retrouve un live au Forum de Los Angeles en 1982 où l'on entend les guitares bluesy de Buckingham, des versions inédites, des b-sides et une reprise du Blue Monday de Fats Domino. © Charlotte Saintoin/Qobuz
HI-RES55,99 €
CD48,99 €

Rock - Paru le 27 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Best New Reissue
Les Replacements, c’est cet essentiel groupe de rock indé américain qui sauva la décennie 80 sans jamais réussir à réellement percer en France. Une formation née à Minneapolis et dont les albums Let It Be (1984) et Pleased To Meet Me (1987) résonneront alors bien fort sur les campus universitaires. Emmenés par l’un des songwriters les plus doués de sa génération – Paul Westerberg, logiquement vénéré sur ses terres – épaulé dans sa charge par une bande de musiciens énervés plus azimutés les uns que les autres (Tommy Stinson à la basse, son frère Bob disparu en 1995 à la guitare et Chris Mars à la batterie), les Mats – comme les surnommaient leurs fans – offraient une version viscéralement punk du rock’n’roll à la Rolling Stones sur des textes narrant, au fil des ans et des albums, plus la frustration que la rébellion…Centré autour de Don’t Tell a Soul, leur sixième album pourtant loin d’être un chef d’œuvre, ce coffret Dead Man’s Pop réunit 60 titres sur 4 CD. Même si le disque paru en février 1989 fut leur plus grosse vente, Westerberg et ses amis en critiqueront le son, le mix et la production. Ce coffret qui paraît trente ans plus tard propose de rétablir leur vérité rêvée, bien moins bodybuildée, lissée et maquillée qu’à l’époque, avec un mix plus brut du producteur Matt Wallace basé sur son Paisley Park mix de 1988 (Don’t Tell A Soul Redux). En prime, des wagons d’inédits comme une session avec Tom Waits (We Know The Night: Rare & Unreleased) et un concert mythique enregistré en juin 1989 à l’University of Wisconsin-Milwaukee (The Complete Inconcerated Live). Une somme assez maousse pour régaler les fans des Mats et permettre aux novices de découvrir un groupe majeur des années 80. © Marc Zisman/Qobuz
CD16,99 €

Country - Paru le 20 décembre 2005 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz