Catégories :

Les albums

HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Opéra - À paraître le 25 octobre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Classique - À paraître le 18 octobre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 11 octobre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Opéra - Paru le 4 octobre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 27 septembre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Piano solo - Paru le 20 septembre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
Il se dégage des trois dernières sonates de Schubert, testament pianistique miraculeux, une urgence irrésistible. C’est donc une Schubertiade aux teintes hivernales que le pianiste Francesco Piemontesi grave pour entamer sa collaboration avec le label PentaTone. Disciple d’Alfred Brendel, il voue un respect scrupuleux aux partitions qu’il interprète. Son approche des Sonates, D. 958, 959 et 960 est délicate et ne manque pas de tempérament. L’Allegro de la D. 958 fait entendre le tribut beethovénien des 32 Variations en ut mineur. De cette tempête trouée de clairières toutes schubertiennes, on n’est pas surpris de voir surgir le Wanderer dans l’Andante qui suit. Plus tard, le célèbre Andantino de la D. 959, qui incarne la dualité schubertienne à la perfection, est d’une douceur délicieusement amère et Francesco Piemontesi ne sacrifie pas au tranchant de l’articulation ni aux accents incisifs de la mélodie. Quant à la dernière Sonate, D. 960 (enregistrée en concert), ses trilles qui grondent dans le grave ne parviennent pas à saper la détermination du Molto moderato liminaire : l’énoncé du premier thème, l’innocence même, s’interrompt mais reprend et se poursuit même dans une couleur solaire de sol bémol majeur. Le deuxième thème, réminiscence du deuxième Klavierstück, D. 946, coule comme du miel sous les doigts de Piemontesi. La prise de son pare le disque d’une atmosphère ouatée très intime. C’est la dimension mentale du voyage que le pianiste a choisi de mettre en valeur en trois somptueuses étapes d’une errance sans fin. Éternel voyage d’hiver d’un compositeur qui n’en finit pas de dire adieu au monde. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 20 septembre 2019 | PentaTone

Hi-Res
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 13 septembre 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
Voilà un album propre à combler les gourmets les plus raffinés et les plus exigeants. Magdalena Kožená et ses amis, parmi lesquels son mari Sir Simon Rattle au piano, ont concocté un programme soigneusement choisi de mélodies pour voix et divers ensembles instrumentaux. De rareté (la Chanson perpétuelle d’Ernest Chausson ouvre l’album) en curiosité (des airs de Dvořák, les deux merveilleux Chants Op. 91 de Brahms avec l’alto solo ensorcelant de Yulia Deyneka), le disque égrène de nombreuses joyeusetés (les rimes enfantines, Říkadla, de Leoš Janáček) et nous vaut aussi les précieuses Chansons madécasses de Ravel, particulièrement lascives et sensuelles, dénonçant l’esclavage et le colonialisme, et les très rares Three Songs from William Shakespeare, composés en 1953 par un Stravinski converti au sérialisme pur et dur par son ami Robert Craft. Les excellents solistes anglais entourant Magdalena Kožená ne manquent pas d’humour en concluant cette délicieuse Soirée aux premières lueurs du jour par une transcription pour mezzo-soprano, violon et piano de Morgen (« Matin ») de Richard Strauss. Humour anglais bien sûr. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
Comme autrefois Pears et Britten, Ian Bostridge s’associe au compositeur Thomas Adès pour cet enregistrement du Voyage d’hiver de Schubert, capté lors d’un concert au fameux Wigmore Hall de Londres, en 2018. Avec sa voix et son style atypiques, le chanteur britannique divise les avis. On aime ou l'on déteste sans réserve. Étant plutôt dans la première catégorie, nous ne saurions trop conseiller cet enregistrement très différent de la version en studio enregistrée il y a quelques années pour EMI avec le grand pianiste norvégien Leif Ove Andsnes. Par rapport à ce disque splendide, cette nouvelle version est plus simple, comme apaisée. Thomas Adès s’est appuyé sur les manuscrits originaux pour construire un accompagnement tout en finesse où plane l’indicible mélancolie du jeune compositeur se sachant condamné. Une mortelle randonnée vue ici sous l’angle de la solitude, du regret et de la résignation. Le premier volet d’une trilogie qui regroupera à terme les trois grands cycles de Schubert enregistrés en live par les mêmes musiciens. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 16 août 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 9 août 2019 | PentaTone

Livret
Voici réunis deux des chambristes les plus exceptionnels de la scène musicale d’aujourd’hui, et dont l’élégance et la fougue naturelle servent à merveille les œuvres de Felix et Fanny Mendelssohn Bartholdy. Le pianiste écossais Alasdair Beatson joue ici un bel Érard de 1837, de la Collection Edwin Beunk, instrument similaire à celui que possédaient les Mendelssohn dans leur maison berlinoise où furent créées les principales œuvres de ce programme tout en lumière. Johannes Moser, lui, s’est fait prêter par un mécène privé un somptueux violoncelle Andrea Guarneri de 1694, aux belles teintes automnales. Non seulement les deux compères offrent ici les deux sonates pour violoncelle de Felix Mendelssohn, certainement dans leur plus belle version sur "instruments d’époque", mais nous permettent aussi de reconsidérer le talent de la sœur du compositeur, Fanny Hensel, à travers deux œuvres relativement courtes, une Fantaisie en sol mineur et un Capriccio en la bémol majeur. Un album magnifique, qui fait espérer que ce duo commence une collaboration régulière avec le label Pentatone. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
CD11,99 €

Classique - Paru le 26 juillet 2019 | PentaTone

HI-RES12,59 €17,99 €(30%)
CD8,39 €11,99 €(30%)

Classique - Paru le 19 juillet 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
L'Akademie für Alte Musik envisage son interprétation des six premiers concertos de l'Opus 6 de Haendel dans un esprit chambriste, qui rapprochent parfois l'univers de Haendel de celui de son homologue continental, Georg Philipp Telemann, que les musiciens de l'ensemble berlinois ont souvent joué et enregistré (plusieurs albums pour le label français harmonia mundi, tous des indispensables). Pour ce premier volet magnifiquement enregistré de leur trilogie Haendel qui comprendra les deux Opus 3 et 6, capté dans la Nikodemuskirche de Berlin entre septembre 2018 et février 2019, l'Akademie für Alte Musik déploie des couleurs riches et extrêmement séduisantes, déjà présentes dans leur Water Music, tout en restant attentif aux polyphonies, faisant montre de phrasés toujours souples. Un plaisir de tous les instants, peut-être plus convaincant encore que leur récente Water Music. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 12 juillet 2019 | PentaTone

Hi-Res
CD11,99 €

Classique - Paru le 12 juillet 2019 | PentaTone

HI-RES35,96 €
CD23,96 €

Mélodies - Paru le 5 juillet 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
Chantant des rôles aussi divers que Tosca (Puccini), Mimi (La Bohème de Puccini), la Comtesse (Les Noces de Figaro de Mozart), Carmen (Bizet), Pamina (La Flûte enchantée de Mozart) ou Senta (Le Vaisseau fantôme de Wagner), la soprano américaine Melody Moore nous propose un récital de mélodies américaines (« An American Song Album ») qui constitue à lui seul une sorte de panorama des États-Unis comme symbole d’un grand creuset de cultures diverses, avec des mélodies inspirées par la poésie irlandaise, galloise, chilienne, allemande, arabe et afro-américaine. Le répertoire de cet album très original comprend les Hermit Songs de Samuel Barber, un beau cycle de dix mélodies composées en 1953 sur un recueil de poèmes anonymes écrits par des moines et des érudits irlandais du VIIe au XIIIe siècle, traduits au XXe par divers auteurs. On y trouve aussi le très récent cycle These Strangers (« Ces étrangers ») de Jake Heggie, composé en 2018 sur des textes engagés d’Emily Dickinson, Frederik Douglass, Martin Niemöller et Walt Whitman. Suivent une réflexion sur la maternité dans The Mystery de Carlisle Floyd et une sélection variée d’œuvres vocales de Gordon Getty. Melody Moore est accompagnée par son complice Bradley Moore, pianiste répétiteur du Metropolitan Opera de New York avec lequel elle collabore régulièrement. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 28 juin 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month
Quelle heureuse idée que ce voisinage des Romances sans paroles de Mendelssohn avec les Pièces lyriques de Grieg. Ainsi que l’écrit le pianiste russe Denis Kozhukhin en exergue de son album, il ne faut pas obligatoirement une grande forme pour exprimer des pensées secrètes d’une puissance infinie. C’est le cas de ces joyaux pianistiques laissés par les deux compositeurs romantiques. L’idolâtrie qui a entouré pendant longtemps les quarante-huit Lieder ohne Worte de Mendelssohn a peu à peu laissé place à une certaine désaffection voire à un mépris que ces huit cahiers ne méritent pas. Avec ce choix judicieux de douze pièces alternant les couleurs et le propos, Denis Kozhukhin vient fort à propos nous rappeler la variété et l’importance de ces pièces grâce à un jeu délicat et une sonorité qui possède texture et sensualité. Réparties en dix recueils, les soixante-seize Pièces lyriques de Grieg alternent les morceaux faciles de salon, qui, comme pour Mendelssohn, ont beaucoup nuit à la réputation de l’ensemble, et des œuvres qui sont au contraire de réels chefs-d’œuvre du répertoire pianistique. Plus on avance dans les volumes, plus l’art de Grieg quitte le salon pour atteindre l’universel à travers l’évocation de la nature et une représentation stylisée de la féérie scandinave. Au cœur de ce grand corpus, le cinquième recueil (Opus 54) est peut-être celui dont les pièces sont toutes d’une rare perfection d’écriture et d’expression. Le choix de Denis Kozhukhin s’est porté sur quatorze pièces choisies dans sept des dix recueils. © François Hudry/Qobuz
CD23,96 €

Classique - Paru le 21 juin 2019 | PentaTone

HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Classique - Paru le 14 juin 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret
HI-RES17,99 €
CD11,99 €

Musique de chambre - Paru le 7 juin 2019 | PentaTone

Hi-Res Livret

Les Collections