Catégories :

Les albums

HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Classique - Paru le 15 novembre 2019 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
Conscient de la formation du public de demain, le chef d’orchestre danois Thomas Dausgaard accorde une grande importance au rôle que peut jouer la musique auprès de la jeunesse. À ce titre, il collabore avec des orchestres de jeunes tels que l’Institut Baccarelli au Brésil, le Toronto Youth Symphony et l’Australian Youth Orchestra. Ce chef d’orchestre singulier est un véritable électron libre dans le monde souvent conventionnel de la musique classique. Sa curiosité dépasse largement les frontières de la musique. Il est notamment fasciné par les modes de vie des cultures lointaines ; il a visité des tribus de chasseurs de têtes à Bornéo, fait du bénévolat dans une ferme en Chine et vécu avec des villageois sur une île reculée du Pacifique sud. La création musicale des pays du nord de l’Europe, d’une richesse absolue et trop méconnue, trouve en Thomas Dausgaard un ambassadeur propre à la faire rayonner. Il est également le chef de l’Orchestre de la BBC d’Écosse et directeur musical de l’Orchestre symphonique de Seattle, où son approche très personnelle de la programmation est vivement appréciée. C’est avec son orchestre écossais que Thomas Dausgaard propose ici l’alpha et l’oméga de l’œuvre symphonique de Béla Bartók avec l’exubérante Suite n° 1, œuvre de jeunesse et première partition pour orchestre du compositeur, enregistrée pour la première fois dans sa version originale non coupée et non retouchée. Mais le plat de résistance est une splendide version du Concerto pour orchestre. Timbres charnus, rythmes vigoureux, construction rigoureuse, nimbés d’un enchantement un peu magique et mystérieux. Et ce n’est que le début de notre bonheur puisque nous sommes ici en présence du premier volume d’une anthologie à venir des œuvres majeures de Bartók. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 mars 2019 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Ballets - Paru le 30 novembre 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
Excellente idée que de réunir sur un seul et même album la Suite du Coq d’or de Rimski-Korsakov puis le ballet complet L’Oiseau de feu de Stravinski. On précise « ballet complet » car le plus souvent, il se donne et s’enregistre l’une des trois suites établies ultérieurement pour la salle de concerts plutôt que pour le ballet. Là où l’idée est lumineuse, c’est qu’elle met en évidence la lourde, lourde influence de Rimski-Korsakov sur le jeune Stravinski dont L’Oiseau de feu poursuit logiquement les magiques sonorités orchestrales développées par Rimski-Korsakov. Sans compter que Le Coq d’or ne précède L’Oiseau de feu que d’une petite année, 1909 pour l’un, 1910 pour l’autre. Et subitement le vieux maître apparaît dans toute son ébouriffante modernité ! Le Royal Philharmonic de Liverpool est ici placé sous la direction précise et nerveuse de Vasily Petrenko, qui souligne toutes les finesses des deux partitions. © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 30 novembre 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
À y bien regarder, la première symphonie de Vaughan Williams, A Sea Symphony, est son premier grand ouvrage d’ampleur ; le compositeur, jamais pressé, affichait déjà quelque trente-six ans lorsqu’il l’acheva, même si le processus d’écriture lui avait demandé une bonne demi-douzaine d’années. Jamais pressé… Mais ce premier grand « coup » fut un coup de maître qui propulsa Vaughan Williams sur l’avant-scène de la planète musicale en cette année 1910, une position qu’il ne devait jamais plus quitter, bien au contraire : il enchaînerait désormais chef-d’œuvre sur chef-d’œuvre jusqu’à la fin de sa vie. Sa Première est aussi la plus longue de ses symphonies ; quatre mouvements, dans lesquels le chœur figure en véritable soliste, de bout en bout, ainsi que deux solistes vocaux, voilà pour l’effectif. Quant au langage, il est d’une grande modernité – non pas trop dans le sillage d’un Debussy, mais en vérité à la base d’un renouveau complet de la musique anglaise auquel participait aussi Elgar, et qui servit de socle par exemple à un Britten quelques décennies plus tard. L’album, signé de l’excellent chef Andrew Manze à la tête du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, se referme avec l’un des ouvrages les plus célèbres du compositeur, The Lark Ascending (« L’Envol de l’alouette ») pour violon solo – ici James Ehnes – et orchestre, une véritable merveille de poésie et d’invention. Le compositeur limite l’orchestre aux cordes et quelques vents, plus un triangle qui joue en tout et pour tout seize notes, mais quelle invention ! © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 21 septembre 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 18 mai 2018 | Onyx Classics

Hi-Res
C’est un programme astucieux qui nous est offert ici par le pianiste et compositeur croate Dejan Lazić sous le titre un brin provocateur et bien trouvé de « The London Connection ». Provocateur car Beethoven ne s’est jamais rendu à Londres malgré l’insistance des Britanniques qui avaient déjà reçu Mozart et Haydn. Bien trouvé, car les autres compositeurs de cet album, Muzio Clementi et Johann Baptist Cramer, qui ont tous deux été amis de Beethoven, se sont installés à Londres. Le quatrième mousquetaire ne se rencontre ici qu’en filigrane puisqu’il s’agit du violoniste Franz Clément (1780-1842) pour lequel Beethoven a composé son célèbre Concerto en ré joué ici dans sa version…pour piano réalisée par le compositeur. Enfant prodige, Clement était venu à Londres en 1790, il avait dix ans, pour donner des concerts sous la direction de Haydn. C’est cette histoire romanesque qui nous est musicalement contée ici avec brio. Les cadences écrites par Beethoven pour sa transcription sont ébouriffantes, spécifiquement celle du premier mouvement où le piano dialogue avec les timbales au point de former un véritable duo. Cette version très intime du Concerto op. 64, avec l’Orchestre de Chambre des Pays-Bas dirigé par Gordan Nicolić est couplée avec la Sonate en si mineur op. 40 n° 2 de Clementi et la Sonate « Le Retour à Londres » de Cramer, composée à l’occasion du retour du compositeur dans la capitale anglaise où il devait mourir en 1858 à l’âge vénérable de quatre-vingt-sept ans. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 20 avril 2018 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 avril 2018 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 23 mars 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
Bien qu’elles ne se suivent que de cinq ans, les Cinquième et Sixième Symphonies de Vaughan Williams – parmi ses plus imposants chefs-d’œuvre – ne pourraient pas être plus différentes l’une de l’autre. La Cinquième, écrite en pleine guerre en 1943, et dédiée à Jean Sibelius, semble une sorte d’appel à la paix, à la beauté, y compris dans ses moments les plus sombres et recueillis. La Sixième de 1948, par contre, donne l’impression d’évoquer les souvenirs les plus grinçants de la guerre. Non pas, bien sûr, que le compositeur ait le moins du monde tenté d’écrire de la musique à programme, mais on ne peut qu’être envoûté par les sonorités hurlantes, désespérées, terrifiantes, l’impossibilité de jamais se trouver sur un moment de repos tonal – le premier mouvement tangue entre le mi mineur et, juste à côté mais si loin, le fa mineur qui vient tout troubler. Au milieu de ce même mouvement, les saxophones – des saxophones, une rareté chez Vaughan Williams – viennent semer la zizanie avec une sorte de méchante réminiscence d’un apprenti sorcier devenu fou… des saxophones que l’on retrouve hurlants dans le diabolique scherzo, que n’aurait pas renié Chostakovitch. Le dernier mouvement se termine en totale queue de poisson, comme si quelqu’un avait soudainement éteint la bougie sans crier gare ; et ce d’autant plus que tout au long de ses dix minutes de durée, il ne quitte jamais, jamais le pianissimo et ne trouve jamais le moindre repos, ni mélodique – le discours erre sans fin – ni harmonique. Un immense coup de génie. C’est ici l’excellent Andrew Manze, décidément très à l’aise dans la musique anglaise, qui dirige un Orchestre de Liverpool des plus inspirés. © SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 mars 2018 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 20 octobre 2017 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 octobre 2017 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 26 mai 2017 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 21 avril 2017 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 avril 2017 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 24 mars 2017 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique de chambre - Paru le 24 février 2017 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 24 février 2017 | Onyx Classics

Hi-Res
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 janvier 2017 | Onyx Classics

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month