Catégories :

Les albums

HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 15 novembre 2019 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €
SON

Classique - Paru le 15 novembre 2019 | Mirare

Hi-Res Livret
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 9 novembre 2018 | Mirare

Hi-Res Livret
Lorsqu’en 1782, Mozart écrit le premier de ses Quatuors de l’Op. 10 tous dédiés à Haydn, le Trentième de l’Op. 20 de Haydn n’a que dix ans d’âge, et pourtant, quelle différence ! Entre le « Sturm und Drang » presque encore rococo de Haydn et l’intense liberté formelle de Mozart, ces dix années auront creusé un gouffre. Et pourtant, les parallélismes ne manquent pas. Haydn, à qui on semble avoir parfois reproché son manque de penchant pour le contrepoint, rétorque avec une fugue à quatre sujets, qu’il fait jouer pianissimo presque de bout en bout, hormis les quelques mesures finales qui ont dû faire sursauter quelques perruques poudrées ; et Mozart aussi termine sur une fugue, sans doute moins rigoureuse, mais dans laquelle l’élément d’humour ne manque pas non plus. Excellent idée donc qu’a eu le Quatuor Akilone de juxtaposer ces deux ouvrages. Pour mémoire, le Quatuor Akilone a été fondé en 2011 à Paris ; son jeu élégant lui a valu le Premier Grand Prix et le prix Proquartet du Concours international de Quatuor de Bordeaux en 2016, un magnifique début d’aventure. Depuis, l’ensemble s’est déjà produit avec des collègues tels que Tabea Zimmermann, Jérôme Pernoo ou Jean-François Heisser. Les quarante doigts des Akilone referme l’album avec le troublant Quartettsatz en ut mineur de Schubert, un premier mouvement complet pour un quatuor inachevé de 1820, qui marqua le retour du compositeur au genre après quatre ans d’autres explorations – un retour dont les fruits seront les trois immenses quatuors de l’ultime maturité. © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Piano solo - Paru le 10 novembre 2017 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
Aussi bien César Franck, Camille Saint-Saëns, que Thierry Escaich, représentent des personnalités emblématiques d’une lignée de compositeurs unis par la caractéristique commune d’avoir compté parmi les plus grands organistes et improvisateurs de leur temps. Cet enregistrement propose un portrait croisé de leurs œuvres pour piano, mettant en valeur la forte empreinte dont cette vocation a marqué leur création pianistique. Dans ce sillage, la voix de Johann Sebastian Bach sera ici représentée par l’intermédiaire de Ferruccio Busoni, personnalité éclectique, lequel se consacra à l’étude des spécificités que requiert la transcription au piano des œuvres pour orgue du Cantor. De part en part, ce programme transcende les esthétiques et tisse des liens entre passé et présent, tant cette littérature possède un univers particulier. © Mirare« [...] À dix-huit ans lors de l'enregistrement, mais déjà munie d'un solide CV, Marie-Ange Nguci a tout du jeune prodige, et pas seulement la virtuosité transcendante. [...] Chacune des facettes de son talent dément son âge : la pianiste Marie-Ange Nguci, vingt ans, offre un joyau où virtuosité rime avec musicalité et inventivité.» (Classica, mars 2018)
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Musique concertante - Paru le 29 septembre 2017 | Mirare

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
Vainqueur du concours de Tokyo à l’âge de douze ans, le clarinettiste Raphaël Sévère est nommé Révélation soliste instrumental aux Victoires de la Musique à l’âge de quinze ans, puis remporte en 2013 le Premier Prix de la Young Concerts Artists International Competition de New York. Raphaël Sévère est invité à jouer en soliste avec de nombreux orchestres dont les London Philharmonic Orchestra, Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, Orchestre National Philharmonique de Russie, Sinfonia Varsovia, Orchestres de chambre de Pologne, de Budapest, de Württemberg, Orchestra of St Luke’s, Hong Kong Sinfonietta. Quant au pianiste Jean-Frédéric Neuburger, il s’est rapidement imposé comme un des plus brillants musiciens de sa génération. Finaliste remarqué au Concours International Long-Thibaud en 2004, il débute une considérable carrière de pianiste, caractérisée par la variété extrême de son répertoire, de Bach aux compositeurs du XXIe siècle. Il a alors l’occasion de se produire avec les orchestres les plus prestigieux : New York Philharmonic, San Francisco Symphony, Philadelphia Orchestra, Orchestre de Paris, Orchestre Philharmonique de Radio France, NHK Symphony Orchestra. Sur cet album, Sévère nous donne le Premier Concerto pour clarinette de Weber, puis les deux solistes joignent leurs forces pour nous offrir deux grands moments pour clarinette et piano du même compositeur : les Variations sur Silvana de 1811, que Weber a conçues sur un thème de son propre opéra Silvana – une manière de « relations publiques » pour le faire connaître –, puis l’impressionnant Grand duo concertant de 1814. Rien que de la musique brillante et virtuose ! © SM/Qobuz
HI-RES15,99 €
CD11,49 €

Classique - Paru le 24 mars 2017 | Mirare

Hi-Res Livret
Avec ces deux concertos pour piano, Jean-Claude Pennetier révèle l’authenticité du message mozartien. La tendresse et la flamme du 21e répond à l’angoisse et l’intériorité du 24e. Les deux partitions approchent le bonheur et prouvent, selon les mots de Mauriac que « tant qu’il existera des hommes sur la terre, quelques mesures de Mozart témoigneront de notre pureté perdue dès l’origine et qui pourtant existe quelque part, puisque nous l’entendons pleurer et rire dans un chant céleste. (c) Mirare

Le label

Mirare dans le magazine