Catégories :

Les albums

HI-RES39,99 €45,99 €(13%)
CD25,99 €29,99 €(13%)

Classique - Paru le 8 novembre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Il est difficile d’imaginer la stupeur ressentie par les mélomanes anglais en découvrant la voix d’Alfred Deller au sortir de la guerre. À cette époque, la voix de contre-ténor avait disparu depuis plus de deux siècles, engloutissant dans le même oubli tout un répertoire. Surgie soudainement du passé, cette voix magique semblait presque surnaturelle. Un public plus large va découvrir l’art d’Alfred Deller dès la fin des années 1960 avec l’entrée du chanteur et de son ensemble dans le catalogue du label harmonia mundi. C’est à la suite d’un concert du Deller Consort en Avignon en 1967, que Bernard Coutaz, le fondateur du célèbre label français, propose une collaboration à Alfred Deller. Les deux hommes sympathisent aussitôt et leur collaboration débute peu après avec un premier récital consacré à des madrigaux et des pièces sacrées de Carlo Gesualdo. L’achat par Deller d’une vieille ferme dans le Lubéron vient renforcer cette amitié avec la fondation d’une académie de musique ancienne (une des premières en France) dans la merveilleuse abbaye de Sénanque et à Lacoste – avec le soutien d’harmonia mundi. Dans la dernière partie de sa carrière, Alfred Deller va donc pouvoir graver, dans d’excellentes conditions sonores et techniques, les œuvres majeures de Purcell qu’il chantera et dirigera. À soixante-cinq ans passés, Alfred Deller donne le meilleur de lui-même dans ses ultimes enregistrements interrompus par sa mort subite, à la suite d’une crise cardiaque survenue au cours d’une tournée, le 16 juillet 1979 à Bologne. Ce célèbre legs purcellien reparaît aujourd’hui sous la forme d’un coffret « collector » de sept CD ou dans une luxueuse version en cinq vinyles en édition limitée. Qobuz vous les propose dans une édition Hi-Res Audio d’une grande qualité sonore, sous le titre générique « The Voice of Purcell », à l’occasion des quarante ans de la disparition d’Alfred Deller, après un méticuleux travail de remastérisation d’après les bandes originales qui redonne toute leur splendeur aux prises de son. Des références reprenant chacun des LP originaux existent aussi par ailleurs, également en Hi-Res. © François Hudry/Qobuz
HI-RES19,99 €23,09 €(13%)
CD11,49 €16,49 €(30%)

Classique - Paru le 1 janvier 1979 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Recording dates: 1978 Recording place: Boughton Aluph, Kent. All Saints Church Sound engineering: Alberto Paulin Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES19,99 €23,09 €(13%)
CD11,49 €16,49 €(30%)

Opéra - Paru le 1 janvier 1972 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Recording dates: 1972 Recording place: Boughton Aluph, Kent. All Saints Church Sound engineering, producer: Pierre Studer Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES19,99 €23,09 €(13%)
CD11,49 €16,49 €(30%)

Opéra - Paru le 1 janvier 1977 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Recording dates: September 1976 Sound engineering: Pierre Studer Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES11,99 €15,99 €(25%)
CD9,49 €11,49 €(17%)

Classique - Paru le 1 septembre 1979 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Recording dates: 21-22 mars 1979 Recording place: Lurs, Notre-Dame des Anges Sound engineering: Jean-François Pontefract Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES11,99 €15,99 €(25%)
CD9,49 €11,49 €(17%)

Classique - Paru le 1 janvier 1978 | harmonia mundi

Hi-Res
Recording dates: septembre 1977 Recording place: Boughton Aluph Saints Church Sound engineering, editing: Alberto Paulin Production: Deller Recordings Remastering engineer: Alexandra Evrard (2019)
HI-RES25,19 €
CD17,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
On a beaucoup glosé à propos du double meurtre de Carlo Gesualdo tuant sa jeune femme et son amant, surpris en plein flagrant délit d’adultère. Le remords de ce crime atroce aurait inspiré au compositeur napolitain des harmonies nouvelles, usant et abusant des frottements et des chromatismes expressifs. C’est contre cette idée bien répandue que se bat Paul Agnew pour lequel ce « double assassinat aristocratique n’a eu qu’une incidence indirecte sur la vie du musicien ». Dans son très intéressant texte d’introduction, le « directeur musical adjoint » des Arts Florissants replace la figure de Gesualdo dans son temps, en expliquant combien son état psychologique tourmenté l’aurait de toute façon mené dans une évolution musicale qui était aussi celle de ses contemporains. C’est aussi la thèse défendue par le musicologue Denis Morrier dans son analyse des deux premiers Livres de Madrigaux, présentés ici : « À la fois visionnaires et conservatrices, excentriques par leur langage et conventionnelles par leur forme, ces œuvres ont en tout temps fasciné musiciens et commentateurs », écrit-il. Venant suivre l’enregistrement de 17 madrigaux des Livres IV à VI sous la direction de William Christie en 1988, ce nouvel album représente le premier jalon de l’enregistrement intégral des Madrigaux de Gesualdo, qui seront présentés au cours de trois saisons à la Philharmonie de Paris. Passionnée, violente, sombre et brûlante d’expression, la musique de Gesualdo nous atteint en plein cœur et nous parle des doutes et des contradictions de l’âme humaine. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,79 €17,49 €(15%)
CD10,59 €12,49 €(15%)

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 25 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Avec ce nouvel album consacré à Prokofiev, Bruno Philippe referme en beauté une année discographique consacrée à la musique russe. Après les Sonates de Rachmaninov et Miaskovski avec Jérôme Ducros, il retrouve ici son partenaire de toujours Tanguy de Williencourt au piano, mais aussi son mentor Christoph Eschenbach à la tête du hr-Sinfonieorchester Frankfurt. Au programme, cette (étonnamment ?) romantique Sonate pour violoncelle et piano et la Symphonie concertante, sommet absolu de virtuosité – deux ouvrages destinés au grand Rostropovitch qui les créa toutes deux en 1950 et 1952. © harmonia mundi
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
Connaissez-vous Albert de Rippe ou Alberto da Ripa, Alberto da Mantova ou encore Alberto Mantovano ? Grâce à ce nouvel album du luthiste Paul O’Dette enregistré à Québec en 2016, nous savons que c’était un des plus importants luthistes et compositeurs de la Renaissance. Né vers 1500 à Mantoue ou à… Ripa (actuellement Riva di Suzzara), il entra, très jeune, aux côtés de bon nombre d’artistes italiens dont Léonard de Vinci, au service du roi de France François Ier, qui lui octroya des terres dans la Dombes et des dons supplémentaires en espèces. Cette reconnaissance royale saluait certainement la qualité exceptionnelle de la musique du compositeur italien, auteur de très nombreuses Fantaisies, mais aussi d’arrangements de chansons en vogue et de danses multiples. Rippe ayant vraisemblablement refusé l’édition de ses œuvres pour les garder à part soi, c’est grâce aux copies de son élève Guillaume Morlaye qu’elles nous sont parvenues. La musique de Rippe est également d’une grande richesse expressive, complétée par une technique d’écriture très aboutie qui produit des sonorités riches et pleines. Ne se contentant pas, comme la plupart de ses contemporains, d’accords de trois notes, Rippe explore son instrument avec de riches combinaisons harmoniques contenant cinq à six notes, imitant ainsi la luxuriance d’un chœur important. Amoureux passionné de la musique de Rippe, Paul O’Dette a souhaité offrir la plus grande variété possible du répertoire de cette époque, concluant son disque par une pièce étonnante, La Séraphine, dont on ne connaît pas précisément l’auteur, mais dont on a tout lieu de penser qu’elle est bien du maître lui-même. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Classique - Paru le 18 octobre 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livret
"Ce premier volet d’une intégrale s’impose d’ores et déjà dans la discographie", clamait le magazine Classica à réception du volume consacré aux Sonates n° 2, 6 et 8 de Prokofiev (Choc, 2016). Avec ce nouvel opus, Alexandre Melnikov a fait le choix de nous plonger dans trois périodes bien distinctes de la vie créatrice du compositeur, depuis les fulgurances de la 4e, peu jouée, jusqu’au geste ample de la toute dernière. Entre les deux, la 7e ramène une dernière fois l’auditeur dans l’univers inquiet propre aux trois « sonates de guerre ». Richter disait l’avoir apprise en quatre jours ! © harmonia mundi

Le label

harmonia mundi dans le magazine