Les albums

21,49 €
14,99 €

Classique - À paraître le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
14,99 €

Classique - À paraître le 28 juin 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret
14,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
1,99 €

Classique - Paru le 17 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
De Caruso à Pavarotti, en passant par Mario Lanza et bien d’autres, ils ont tous succombé avec plus ou moins de bonheur aux charmes et aux sortilèges des chansons populaires du Sud, ou plutôt « des » Sud(s), avec leur promesse de soleil source de vie, de vivacité et d’un hypothétique bonheur de vivre. L’éblouissante mezzo-soprano lettone Elīna Garanča sacrifie à son tour à cette tradition, avec son premier album non « classique », publié par la pourtant très sérieuse étiquette jaune de Deutsche Grammophon. S’appropriant un répertoire le plus souvent masculin, elle montre que la musique n’a pas de barrières et que la joie de vivre est à tout le monde. Ayant élu domicile aux Îles Canaries, Elīna Garanča a choisi quelques perles, pas toujours rares, du répertoire d’Espagne, mais aussi d’Italie et d’Amérique latine, dans des arrangements sur mesure souvent signés par son époux, le chef d’orchestre Karel Mark Chichon qui dirige ici l’Orchestre Philharmonique de Grande Canarie. On y trouve pêle-mêle une succession de chansons et d’extraits de zarzuelas et de tangos dont Yo Soy Maria de l’inévitable et bien-aimé Astor Piazolla. Occasion rêvée d’écouter son timbre de velours irrésistible et la capacité qu’Elīna Garanča a reçues du ciel de pouvoir tout chanter avec un égal bonheur. La pureté de sa ligne de chant, l’habileté de changer son timbre pour coller au répertoire donnent à ces miniatures populaires une envergure nouvelle qui amincit, presque en l’abolissant, la frontière entre opéra et musique populaire au plein sens du terme. © François Hudry/Qobuz
24,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

24,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

14,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

2,99 €
1,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
1,99 €

Classique - Paru le 10 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Record of the Month
Née en 1986 à Vilnius, Kapellmeisterin au Théâtre d'Heidelberg en 2011-2012, puis à l'opéra de Berne en 2013-2014, assistante de Gustavo Dudamel à l'orchestre philharmonique de Los Angeles durant deux années entre 2014 et 2016, puis nommée directeur musical depuis 2016 du City of Birmingham Symphony Orchestra - Mirga Gražinytė-Tyla, pour cette première collaboration avec le label Deutsche Grammophon, s'immerge dans le monde de Mieczysław Weinberg, dont on célèbre en 2019 le centenaire de la naissance. Voici deux symphonies absolument dissemblables : tout d'abord, la Symphonie n° 2 pour cordes, composée en 1946, vaste requiem aux teintes mélancoliques, qui rejoint les créations de Bartók (Divertimento), Alwyn (Sinfonietta), Vaughan Williams (Partita) au panthéon des grandes partitions du XXe siècle écrites pour un orchestre assez développé de cordes. Puis vient une partition monumentale, la Symphonie n° 21, Op. 152 „Kaddish“, achevée en 1991. A cet hommage aux victimes du Ghetto de Varsovie, dont la création reste intimement liée à la musique de film que Weinberg avait écrite pour le film Otče naš (« Notre Père ») de Boris Ermolaev, le compositeur aura travaillé pendant plus de vingt années, et la considérait comme l'une de ses œuvres les plus accomplies. Structurée en différentes sections, mais d'un seul tenant, la Kaddish-Symphonie de Weinberg dure près de cinquante-cinq minutes. C’est une œuvre plutôt désespérée, mais non sans ironie (le Largo central ! suivi de son Presto, sans doute l’épisode le plus « juif » de la partition) et citations, la plus immédiate restant celle de la Ballade pour piano n° 1 en sol mineur de Chopin. Néanmoins, Weinberg se souvient aussi de l’esprit de Bartók, et de certains de ses plus jeunes collègues (Gorecki). Une partition très étonnante, où le violon solo, ici tenu par Gidon Kremer, chante constamment la douleur et l’appréhension du futur, de manière contenue, cependant résignée. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
28,99 €
20,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
14,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret
2,99 €
1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 3 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res
1,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

1,99 €

Bandes originales de films - Paru le 3 mai 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

21,49 €
14,99 €

Classique - Paru le 26 avril 2019 | Deutsche Grammophon (DG)

Hi-Res

Le label

Deutsche Grammophon (DG) dans le magazine