Votre panier est vide

Catégories :

Les albums

A partir de :
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 28 juin 2013 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD3,49 €

Pop - Paru le 15 février 2013 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD3,99 €

Pop/Rock - Paru le 15 février 2013 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD5,99 €

Pop - Paru le 1 février 2013 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD3,99 €

Pop/Rock - Paru le 1 février 2013 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD6,49 €

Pop/Rock - Paru le 21 décembre 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 16 novembre 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD2,99 €

Pop/Rock - Paru le 26 octobre 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD1,99 €

Pop/Rock - Paru le 26 octobre 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD1,99 €

Pop/Rock - Paru le 7 septembre 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
HI-RES19,99 €
CD17,49 €

Pop - Paru le 24 août 2012 | Columbia SevenOne

Hi-Res
Après une absence en studio de quatre années, la Canadienne Alanis Morissette élabore un nouvel album totalement hétéroclite, où pointes électro (Woman Down) voisinent avec des tentatives néo métal (Numb), une simplicité pop typique de la chanteuse ou encore un revival très 80's (Spiral). Produit par Guy Sigsworth (Seal, Björk, Madonna, Britney Spears, Bebel Gilberto, Goldie), havoc and bright lights met en lumière des préoccupations liées à la maternité et l'éducation des enfants - Alanis est, en effet, devenue depuis ses précédents succès jeune mère. © Qobuz
A partir de :
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 24 août 2012 | Columbia SevenOne

Hi-Res
Après une absence en studio de quatre années, la Canadienne Alanis Morissette élabore un nouvel album totalement hétéroclite, où pointes électro (Woman Down) voisinent avec des tentatives néo métal (Numb), une simplicité pop typique de la chanteuse ou encore un revival très 80's (Spiral). Produit par Guy Sigsworth (Seal, Björk, Madonna, Britney Spears, Bebel Gilberto, Goldie), havoc and bright lights met en lumière des préoccupations liées à la maternité et l'éducation des enfants - Alanis est, en effet, devenue depuis ses précédents succès jeune mère. © Qobuz
A partir de :
CD17,49 €

Pop/Rock - Paru le 24 août 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD4,99 €

Pop/Rock - Paru le 27 juillet 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD1,99 €

Pop/Rock - Paru le 15 juin 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD1,99 €

Pop/Rock - Paru le 13 janvier 2012 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD14,49 €

Hard Rock - Paru le 7 novembre 2011 | Columbia SevenOne

Un dernier pour la route : la tournée d’adieu des Scorpions réchauffe donc l’hiver hexagonal, et plus d’une dizaine de concerts supplémentaires ne sera pas de trop pour saluer l’ultime tour de piste d’un combo, dont la carrière aura été gratifiée de plus d’une centaine de millions d’albums vendus de par le monde, ainsi que d’une foultitude d’hommages internationaux. Les quatorze titres de Comeblack doivent être en conséquence considérés comme les derniers enregistrements en studio des Allemands, même si on est prêt à parier son premier blouson en cuir que les prestations scéniques mentionnées ci-dessus seront assurément l’objet de l’édition d’un album live. On pardonnera naturellement à ces vieux boucaniers d’avoir consacré leur opus conclusif à un nouvel enregistrement de leurs propres classiques, ainsi qu’à quelques absolus standards de la pop internationale. Internationale, vite dit, puisque Scorpions nous offrent successivement une version massive et prégnante du « Children of the Revolution » de T. Rex, une visite presque troublante de mimétisme dans l’univers d’ « Across the Universe » des Beatles, ainsi qu’un « Tin Soldier » échappé du royaume des Small Faces et restitué dans une approche particulièrement, hum...virile. Un « All Day and All of the Night » jadis immortalisé par The Kinks (après tout, Van Halen avait en son temps fait un sort au « You Really Got Me » des mêmes), et le « Ruby Tuesday » des Rolling Stones, dont les hard-rockers ont quelque mal à rendre la gracilité, complètent une partie de programme donc tout entière tournée vers la nostalgie du Swingin’ London. Il n’est en effet guère que « Tainted Love » (Gloria Jones, puis, surtout, Soft Cell, avaient fait de ce déhanchement passablement pervers un tube interplanétaire, en 1965 et 1981) pour nous faire franchir l’Atlantique dans cette sélection. La raison de ce choix de répertoire a été proposée par le groupe lui-même, soucieux à la fois de rendre hommage à quelques groupes qui ont suscité en eux le désir de faire beaucoup de bruit avec des guitares, et à la fois de ravir par cette succession de clins d’yeux la cohorte de fans qui les ont soutenus toutes ces années. Pour le reste, figurent naturellement au menu les trois plus considérables hits de scorpions, et c’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles versions de «Rock You Like A Hurricane », « Winds of Change », et « Still Loving You », tous revitalisés par les couleurs et sonorités de la technologie moderne. La dernière chanson mentionnée a en outre été choisie, spécialement pour le marché français (« Je t’aime encore »), pour conclure l’aventure en un deuxième jet, celui-là alimenté par un duo franco-anglais en compagnie d’Amandine Bourgeois, lauréate de l’édition 2008 de la Nouvelle Star. Comeblack – intitulé ainsi sans nul doute pour ironiquement tacler toute idée de comeback – résonne donc comme une réunion de copains qui égrènent des souvenirs, feuillettent le fabuleux livre de leurs très riches heures, et en font, pas chiches, profiter leurs millions de fans. Et le disque confirme à chaque mesure que, pour de très prochains retraités, les Scorpions restent encore étonnamment verts. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2015
A partir de :
CD14,49 €

Pop/Rock - Paru le 7 octobre 2011 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD4,99 €

Rock - Paru le 7 octobre 2011 | Columbia SevenOne

A partir de :
CD14,49 €

Rock - Paru le 7 octobre 2011 | Columbia SevenOne