Catégories :

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - À paraître le 18 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
C’est à un véritable travail de deuil que s’attèle Antonin Dvorak lorsqu’il entreprend la composition de son Stabat Mater en 1876. Très éprouvé par la mort de ses deux filles en bas âge, il met à son tour en musique le fameux texte de Jacopone da Todi, lui-même commentaire poétique d’après Saint-Jean, qui lui semble le plus propice à exprimer sa propre souffrance de père. Bien qu’utilisant le texte latin original, l’œuvre de Dvorak se démarque de ses grands modèles en inaugurant un ton spécifique à la musique tchèque et en réussissant à créer une synthèse de la culture populaire et de la musique savante. Homme du peuple, Dvorak jette avant tout un regard plein de tendresse sur l’humanité. Son œuvre est emplie d’une piété simple, exprimant la puissance de sa douleur. Écrit pour quatre voix solistes, chœur mixte et orchestre, le Stabat Mater est présenté ici dans sa version avec piano de 1876, plus proche du drame familial et intime que Dvorak voulait écrire. Craignant une grandiose exécution publique, il préféra d’ailleurs attendre trois ans pour que ce chef- d’œuvre soit enfin présenté en 1880. Mené des ténèbres à la lumière, le Stabat Mater de Dvorak, comme l’écrit son biographe français Guy Erismann, nous conduit « dans une espérance simple et humaine en une vie future pleine de lumière ». © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
CD29,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Livret
CD99,90 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | BR-Klassik

Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 20 septembre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES8,99 €
CD5,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 2 août 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 2 août 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Voilà des enregistrements de concert qui offrent un démenti cinglant à la réputation de lenteur du grand Otto Klemperer. L’image du vieil homme hémiplégique dirigeant les symphonies de Beethoven avec une lenteur sépulcrale est balayée ici par ces deux versions de concert de la Symphonie n° 101 dite « L’Horloge » de Haydn et de la Symphonie n° 4 de Brahms enregistrées en concert à Munich en 1956 et 1957, à la tête de l’excellent Orchestre Symphonique de la Radio bavaroise, un des meilleurs d’Allemagne. Ce Haydn-là est mordant et joyeux à souhait. Le Presto initial s’élance avec une alacrité pétillante qui donne le ton à tout l’album. Ce qui nous rappelle combien Otto Klemperer était, dans sa jeunesse, un chef toujours sur les barricades pour défendre la musique contemporaine et les grands œuvres du répertoire avec un sens du style où la grandeur le disputait à la vivacité. Sa conception de la Quatrième Symphonie de Brahms alterne une certaine massivité (Allegro giocoso) à une versatilité des tempos que n’osent plus les chefs d’aujourd’hui. Le Finale, par lui savamment construit, souligne la filiation entre Brahms et les grands contrapuntistes de l’histoire de la musique, le couronnement de cette écriture étant la citation d’une cantate de Bach et l’utilisation d’une passacaille sur laquelle s’échafaude tout ce magistral morceau. Pris dans un tempo relativement modéré en son début, le mouvement s’achève, comme Brahms l’indique sur sa partition (Più Allegro), dans un tourbillon fatal et libérateur. © François Hudry/Qobuz
HI-RES29,99 €
CD19,99 €

Opéra - Paru le 5 juillet 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
Verdi n’était pas tendre avec son propre opéra I Due Foscari qu’il trouvait inférieur à d’autres de ses productions. Jugement sévère qui a beaucoup nuit à la réputation d’un ouvrage qui ne mérite pas d’être pareillement sous-estimé. Écrit en 1844 sur un livret de Francesco Maria Piave d’après le drame de Byron, il raconte une sombre et cruelle histoire dans le milieu des Doges de Venise. On y trouve entre autres des airs magnifiques pour le ténor et le baryton qui représentent parfaitement ce qu’on appellera plus tard « le baryton verdien ». Le disque nous avait gratifiés dans les années 1970 d’une version publiée par Philips dans le cadre d’une série dédiée aux opéras de jeunesse de Verdi réalisé par le trop décrié Lamberto Gardelli. La distribution, alors composée de jeunes chanteurs en début de carrière, était particulièrement prestigieuse : Katia Ricciarelli, José Carreras, Piero Cappuccilli, Samuel Ramey. D’emblée la barre était mise très haute. D’autres versions « live », avec Giulini, puis avec Gavazzeni à la Scala de Milan, proposaient de bonnes alternatives. Dans ce nouvel enregistrement capté lors de trois concerts à Munich et à Budapest dans des acoustiques différentes, mais à deux jours d’intervalle, on y trouve une distribution internationale dominée par le vétéran Leo Nucci qui, à soixante-seize ans (!), a presque l’âge du rôle de l’octogénaire Francesco Foscari. Si la voix accuse son âge avec ses faiblesses et un large vibrato, elle reste cependant d’une puissance intacte couronnée par une expression intense. Placé sous la direction vigoureuse du chef croate Ivan Repusic, cette nouvelle version vient renouveler la discographie d’un ouvrage bien injustement laissé de côté. © François Hudry/Qobuz
HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 7 juin 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
HI-RES80,99 €
CD53,99 €

Symphonies - Paru le 5 avril 2019 | BR-Klassik

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 5 avril 2019 | BR-Klassik

Livret
CD9,99 €

Diction - Paru le 5 avril 2019 | BR-Klassik

Livret
CD53,99 €

Classique - Paru le 5 avril 2019 | BR-Klassik

Livret
CD19,99 €

Classique - Paru le 1 mars 2019 | BR-Klassik

Livret