Catégories :

Les albums

CD49,99 €

Musique de chambre - Paru le 23 novembre 2018 | Alpha

Livret Distinctions 5 de Diapason
En 16 CD Alpha retrace l'aventure du Café Zimmermann à l'occasion du vingtième anniversaire de l'ensemble instrumental. Parmi les albums emblématiques réunis dans ce portrait discographique se glissent les Variations Goldberg de Céline Frisch, unanimement louées lors de leur parution en 2001.
HI-RES35,99 €
CD23,99 €

Classique - Paru le 23 août 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Alpha réédite l’intégrale des quatuors de Beethoven par les Belcea : « La musique de Beethoven a été au centre de notre vie de quatuor dès notre toute première répétition, en 1994. C’est cependant un peu plus tard que nous nous sommes complètement immergés dans le formidable cycle des quatuors, d’abord pour le préparer, et ensuite pour le jouer dans son intégralité lors de la saison 2011/2012. Et c’est au cours de cette dernière année que la musique de Beethoven est devenue une passion vraiment dévorante pour chacun d’entre nous. Ces seize quatuors, composés il y a deux cents ans environ, constituent l'une des prises de position musicale les plus déterminantes et les plus puissantes de tous les temps ; déjà de par l’intensité sans précédent de ce cycle ; également du fait de l’évolution / révolution absolument étonnante que l’on peut constater entre les premières et les dernières œuvres - une révolution qui aura duré trente ans et qui aura changé pour toujours notre façon de ressentir la musique. » © Alpha Classics
CD29,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2011 | Alpha

Livret Distinctions Diapason d'or
Volumes I à VI
CD29,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Alpha

Livret
HI-RES41,99 €
CD27,99 €

Classique - Paru le 23 avril 2012 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica - Hi-Res Audio
Proposer l’intégrale de la musique de chambre « avec piano » de Schumann équivaut quasiment à proposer l’intégrale de la musique de chambre tout court, puisque toute sa production chambriste comporte un piano, en dehors de ses trois quatuors à cordes – auxquels il ne semble manquer que le piano, justement ! Eric le Sage et ses acolytes Gordan Nikolitch et Daishin Kashimoto (le premier violon du Philharmonique de Berlin) au violon, Lise Berthaud à l’alto, François Salque et Christophe Coin au violoncelle, Paul Meyer à la clarinette, Denis Pascal et Frank Braley au piano venant s’ajouter pour les quatre-mains, voilà une magnifique brochette de solistes, en grande majorité français, pour un programme d’une ampleur considérable, sept CD bourrés de Schumann. On y trouve naturellemengt les grands tubes comme le Quintette et le Quatuor avec piano, les trios – moins connus mais quand même –, les pièces pour quatre mains trop rarement jouées, ainsi que quelques raretés, en tête desquelles Six études en forme de canon pour piano à pédalier. Piano à pédalier ? Eh oui, ce fut mammouth de l’époque romantique assez peu confortable et encombrant, un gros meuble plat contenant le pédalier et son mécanisme, sur lequel on posait ensuite un piano normal : de la sorte, on pouvait jouer le répertoire d’orgue, en particulier celui de Bach revenu à la mode. L’instrument n’eut guère de chance et tomba dans l’oubli, les œuvres écrites spécifiquement pour lui devenues injouables. Alors comment donc jouer ces pièces de Schumann pour piano à pédalier ? Simple… on prend un second pianiste, un second piano, et on joue ça à deux. L’arrangement est ici signé Debussy en personne. (SM)
CD15,99 €

Musique vocale (profane et sacrée) - À paraître le 15 novembre 2019 | Alpha

Livret
CD25,99 €

Classique - Paru le 23 octobre 2012 | Alpha

Livret Distinctions 5 de Diapason
HI-RES37,49 €
CD24,99 €

Classique - Paru le 11 février 2014 | Alpha

Hi-Res Livret
Fondé en 1994 par une poignée d’étudiants de la Royal School of Music de Londres, le Quatuor Belcea (du nom de son premier violon, Corina Belca) poursuivit son parcours sous l’aile bienveillante des quatuors Chilingirian puis Alban Berg, avant de se lancer au début des années 2000 dans une brillante carrière internationale qui n’a pas fini de briller : l’ensemble est actuellement en résidence au Konzerthaus de Vienne, après l’avoir été au Wigmore Hall puis à la Guildhall School of Music de Londres, des références planétaires. C’est lors d’une série de concerts à Aldeburgh, chez Benjamin Britten, entre décembre 2011 et décembre 2012, que le Quatuor Belca enregistra en public cette phénoménale intégrale des seize quatuors de Beethoven, avec en prime la Grande fugue – initialement conçue comme le dernier mouvement du Treizième quatuor, mais l’éditeur de Beethoven fit des gros yeux en voyant ce déluge de notes, assez impropre à la consommation pour des bons bourgeois mélomanes, de sorte que la fugue fut éditée séparément tandis qu’un ultime mouvement plus aimable venait refermer le quatuor en question. Les Belcea traversent ce monde infini, représentant tout l’éventail créatif de Beethoven, des premiers essais encore assez haydniens de 1798 jusqu’aux derniers monuments d’avant-garde et de destruction de tous les standards de 1826, avec un immense bonheur, sachant parfaitement doser les excès à la mesure de ce que permet la partition. Une grande intégrale, à ranger aux côtés de celles de bien des illustres prédécesseurs. © SM/Qobuz
CD24,99 €

Classique - Paru le 24 avril 2008 | Alpha

Livret
CD23,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Alpha

Livret
Ce coffret réunit les enregistrements des transcriptions des symphonies de Beethoven par Franz Liszt, réalisés par le pianiste Yury Martynov : les réductions pour piano seul de ces oeuvres complexes constituent un véritable défi pour Liszt, qui parvient toutefois à restituer le caractère prodigieux et l’incroyable puissance du discours du Maître de Bonn. L’énergie ainsi que l’écriture symphonique de Beethoven ressortent presque magnifiées à travers l’interprétation de Yury Martynov sur un piano Blüthner datant de 1867 et un piano Erard de 1837, tous deux issus de la collection d’Edwin Beunk : le pianiste russe parvient à nous révéler des « détails généralement occultés dans des interprétations orchestrales, qui sont remis à jour grâce à sa précision méticuleuse ainsi que son sens de la couleur » (The Guardian). © Alpha Classics
CD23,99 €

Classique - Paru le 17 novembre 2017 | Alpha

Livret
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Musique concertante - Paru le 12 avril 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
Alpha a produit trois enregistrements avec la pianiste Anna Vinnitskaya sur les cinq dernières années, consacrés à Shostakovich, Brahms et Rachmaninov. Evgeni Koroliov est un grand maître du piano, grand spécialiste de la musique de Bach dont il a gravé des enregistrements de référence. Avec sa femme, Ljupka Hadzi-Georgieva, ils forment un duo connu depuis des années sur toutes les scènes internationales. Koroliov est également un pédagogue très réputé et fut le professeur d’Anna Vinnitskaja à Hambourg. « Je n’étudie plus avec lui depuis sept ans mais je le rencontre plusieurs fois par semaine et je parle avec lui », a-t-elle confié à Resmusica. « Cela m’amène encore plus loin dans mon développement en tant que personne, pas seulement comme pianiste, car il est très érudit. » Les trois pianistes slaves avaient depuis de nombreuses années l’objectif d’enregistrer ensemble les concertos de Bach. Ils ont décidé de faire appel à un ensemble allemand également grand connaisseur de la musique de Bach, l’orchestre de chambre de Potsdam et ils ont gravé ce double album dans la mythique église « Jesus Christus » à Berlin. © Alpha Classics
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Musique de chambre - Paru le 15 mars 2019 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
Deux ans après la parution d’un premier volume consacré au Premier Livre du Clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach, Céline Frisch présente aujourd’hui le deuxième cahier de cette œuvre emblématique. Bach composa le Deuxième Livre vingt-deux ans après le premier, en 1744. Ces deux volumes ne seront toutefois imprimés qu’en 1801 et inspireront de nombreux compositeurs au fil des siècles. Après une série d’enregistrements avec l’ensemble Café Zimmermann dont elle est la co-fondatrice, la claveciniste revient en solo avec un programme puisé dans sa musique de chevet. A travers ces préludes et fugues, elle nous rappelle qu’au-delà d’un exercice technique, Le Clavier bien tempéré est aussi une œuvre de pur plaisir, comme une constante redécouverte. « Jouez fréquemment les fugues des bons maîtres, particulièrement celle de Jean-Sébastien Bach. Faites votre pain quotidien de son Clavier bien tempéré », déclarait Schumann. © Alpha Classics
CD15,99 €

Classique - Paru le 27 septembre 2019 | Alpha

Livret
Durant plus d’un siècle, des derniers Valois aux premières années du règne de Louis XIV, l’air de cour fut véritablement le genre emblématique de la musique française profane. Le terme témoigne de l’empreinte et de la transformation par les milieux mondains et lettrés de genres vocaux d’origine populaire comme le vaudeville, mâtinés d’influences italiennes (villanelle), basés sur les principes d’un strophisme musical simple qui facilitait une meilleure compréhension du texte poétique. Ce sont surtout trois compositeurs qui dominèrent la production d’airs de cour sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, portant alors le genre à son apogée : Pierre Guédron (1565-1620), Antoine Boesset (1587-1643) et Étienne Moulinié (1599-1676). À l’occasion des vingt ans ans de son ensemble, Vincent Dumestre a choisi de célébrer l’air de cour en rassemblant des extraits issus de ses cinq enregistrements qu'il a dédiés à ce genre. Un livre accompagne ce double album avec un texte écrit par Thomas Leconte, du Centre de Musique Baroque de Versailles. Une riche iconographie et un éclairage historique par Alexandre Maral, conservateur général au Musée National du Château de Versailles, complètent l’ouvrage. © Alpha Classics
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 15 février 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Composée en 1944 et créée à Paris à la Salle Gaveau le 26 mars 1945 par Yvonne Loriod, cette œuvre est le second des grands cycles pianistiques d'Olivier Messiaen et une pièce majeure du compositeur. Elle trouve bien sûr sa source dans la spiritualité et dans la foi d’Olivier Messiaen qui écrit à son sujet : "Contemplation de l'Enfant-Dieu de la crèche et regards qui se posent sur Lui : depuis le Regard indicible de Dieu le Père jusqu'au Regard multiple de l'Église d'amour, en passant par le Regard inouï de l'Esprit de joie, par le Regard si tendre de la Vierge, puis des Anges, des Mages et des créatures immatérielles ou symboliques (le Temps, les Hauteurs, le Silence, l'Etoile, la Croix) ». Il poursuit : « C'est un complexe de sons destinés à de perpétuelles variations, préexistant dans l'abstrait comme une série, mais bien concret et très aisément reconnaissable par ses couleurs : un gris bleu d'acier traversé de rouge et d'orange vif, un violet mauve taché de brun cuir et cerclé de pourpre violacée. » La vision de cette œuvre selon Martin Helmchen, à la fois grand virtuose du piano et lui aussi très empreint de spiritualité, apporte une pierre importante à l’édifice « messiaenique ». A ne pas manquer. © Alpha Classics
HI-RES23,99 €
CD15,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 2019 | Alpha

Hi-Res Livret
Vous ne rêvez pas, ce n’est pas un disque de Marcel Perez que vous écoutez mais bien les Vêpres de la Vierge de Monteverdi pour le label Alpha. Simon-Pierre Bestion, continuiste fidèle des Cris de Paris et d’Insula Orchestra, dirige ici son ensemble La Tempête. Fou de polyphonie vocale, il se nourrit des traditions populaires de Sardaigne, de Corse. Ses Vêpres sont donc tout à fait étonnantes, enrichies de faux-bourdons et d’antiennes grégoriennes ! Et l’instrumentation n’étant pas toujours précisée, l’orchestre s’est librement enrichi de timbres peu communs mais respectueux du cosmopolitisme italien de la Venise de l’époque (un shofar, des harpes, des trombones, des chitarrones).Publié (partiellement) juste après L’Orfeo (1607) et L’Arianna (1608) du même Monteverdi, le recueil des Vêpres (1610) demeure mystérieux malgré les efforts des musicologues. Ses différentes parties furent très probablement écrites à différents moments de la carrière du musicien. Certaines pièces seraient antérieures à la publication, d’autres y auraient été ajoutées plus tard. Le répons Domine ad adjuvandum, qui emploie le même matériel que la toccata d’ouverture de L’Orfeo, corrobore cette hypothèse.L’interprétation de Simon-Pierre de Bestion est inouïe et s’appuie sur une conception du rite faite de solennité et de transe. La partition, grandiose, excède le cadre usuel et invite à une telle relecture : son envergure étire le temps et la succession variée des pièces qui la composent nous émerveille, encore et encore, grâce aux audaces de musiciens passionnants. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles Classica
La grande particularité de cette intégrale des œuvres concertantes d’Edouard Lalo – dont on tend à ne connaître que la Symphonie espagnole – est que, outre qu’elle propose précisément l’intégrale des œuvres concertantes d’Edouard Lalo, en particulier des ouvrages rares comme les Concertos pour piano, pour violon et pour violoncelle, mais aussi et surtout qu’elle fait appel à toute une brochette de jeunes talents issus de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. L’origine de cette chapelle repose sur les épaules de ladite Reine Elisabeth, mais aussi d’Eugène Ysaÿe, qui souhaitaient promouvoir les nouveaux talents non seulement grâce à un concours – le célébrissime Concours Reine Elisabeth – mais aussi aux travers d’une académie dédiée, la Chapelle Musicale. Inaugurée en 1939, elle fut décrite par Emile Vuillermoz comme une sorte de « Villa Médicis moderne ». Les grands professeurs actuels sont rien moins que Augustin Dumay, Maria João Pires, Miguel da Silva, Gary Hoffman, José van Dam et le Quatuor Artemis, pour une soixantaine de grands étudiants annuels, le tout dans un bâtiment dédié, une immense pépinière musicale. Les solistes choisis pour cette intégrale, dont on rappelle qu’elle est dirigée par la baguette experte, transparente et attentive de Jean-Jacques Kantorow, sont tous issus de ladite Chapelle depuis peu, et il s’ouvre devant eux une belle carrière que l’album ne saura que favoriser, surtout pour le remarquable violoniste Lorenzo Gatto. Enregistré en janvier et juillet 2015 à la Philharmonie de Liège. © SM/Qobuz« [...] Du haut de ses trente ans, Lorenzo Gatto y confirme une technique suprême, un panache impressionnant et une maturité expressive digne de ses plus glorieux aînés. Sous la baguette savante et complice de Jean-Jacques Kantorow. [...] Autre page d’envergure, le Concerto pour violoncelle inspire le très jeune Israélien Ori Epstein. Si sa sonorité dans l’introduction tout empreinte de gravité manque un peu de projection, on apprécie la belle intériorité d’un discours sensible, concentré et tout en subtilité. C’est dans l’Andante central en forme de rêverie, que cette approche quasi chambriste trouve son expression la plus touchante et la plus équilibrée avec l’orchestre [...] Le pianiste français Nathanaël Gouin, formé par Michel Béroff, Denis Pascal puis Maria João Pires, défend avec conviction et sensibilité cette page virtuose encore mal aimée.» (Diapason, avril 2016)
CD20,99 €

Classique - Paru le 9 septembre 2014 | Alpha

Livret
HI-RES31,49 €
CD20,99 €

Musique de chambre - Paru le 8 septembre 2017 | Alpha

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 étoiles de Classica
La collaboration fructueuse entre le label Alpha, la Chapelle Musicale Reine Elisabeth et le Palazzetto Bru Zane se poursuit avec ce coffret consacré à la musique de chambre d’Anton Reicha, interprétée par les musiciens de la Chapelle, des jeunes talents de très haut niveau, prêts à relever le défi. Personnalité incontournable du début du XIXe siècle, le compositeur tchèque naturalisé français ne laissa pas ses contemporains indifférents. Sa musique, comme ses écrits théoriques, opposèrent partisans zélés et farouches détracteurs. Ce triple disque, regroupant des pièces de genres et d’époques variés, donne un aperçu de la richesse de l’oeuvre du compositeur, très prolifique dans la musique de chambre, dont l’originalité fascine encore près de deux siècles après sa disparition : ces enregistrements illustrent la diversité des genres instrumentaux abordés (sonates, fugues, études et variations pour piano, trio, quatuor ou encore quintette à deux altos), ainsi qu’un art de la composition marqué à la fois par une parfaite maîtrise − dans la lignée de l’enseignement reçu de Haydn à Vienne entre 1802 et 1808 − et la plus grande originalité. En partenariat avec le Palazzetto Bru Zane. © Alpha Classics
CD20,99 €

Classique - Paru le 20 mai 2014 | Alpha

Livret

Les Collections

Le label

Alpha dans le magazine
  • Lalande illumine Versailles
    Lalande illumine Versailles Vincent Dumestre et Le Poème Harmonique sont de retour à Versailles et abordent les musiques composées par Lalande pour ce lieu extraordinaire...
  • Justin Taylor : interview & session Qobuz
    Justin Taylor : interview & session Qobuz Rencontre et session avec le jeune et talentueux claveciniste français qui publie La Famille Forqueray: Portrait(s), un premier album qui parait chez Alpha.
  • Nevermind : interview vidéo Qobuz
    Nevermind : interview vidéo Qobuz Rencontre informelle mais captivante avec les membres du quatuor baroque Nevermind à l'occasion de la publication de leur premier album qu'ils consacrent à deux compositeurs français oubliés du XVI...
  • Tentez de gagner vos places pour cinq concerts Alpha Classics
    Tentez de gagner vos places pour cinq concerts Alpha Classics Entre l'Alpha et l'Oméga, nous vous suggérons de miser sur l'Alpha - et de jouer au concours qui vous permettra peut-être de gagner des places aux concerts parisiens de cinq artistes présents sur c...
  • Alpha Classics, le nouvel envol…
    Alpha Classics, le nouvel envol… Nouvelles signatures, fusion de labels et projets divers : le label Alpha, dirigé depuis décembre 2014 par Didier Martin, annonce ses ambitions.
  • Raphaël Pichon : interview vidéo Qobuz
    Raphaël Pichon : interview vidéo Qobuz A l'approche de l'Année Rameau, Raphaël Pichon revient sur la sortie discographique de Dardanus enregistré avec son ensemble Pygmalion. Rencontre avec un jeune chef habité et passionné.
  • Le Salon Crébillon reçoit Eugène Green
    Le Salon Crébillon reçoit Eugène Green D'origine américaine, Eugène Green entretient un certain mystère sur les premières années de sa vie. Il débute sa carrière artistique comme peintre puis se dirige vers le théâtre à la fin des année...
  • Bach décrypté par Raphaël Pichon au Salon Crébillon
    Bach décrypté par Raphaël Pichon au Salon Crébillon Le premier Salon Crébillon de la saison 2012-2013 à la librairie L'Autre Monde à Paris accueille le jeune chef d'orchestre de l'ensemble Pygmalion, Raphaël Pichon.
  • Dumestre chez Keaton ?
    Dumestre chez Keaton ? Avec La Mécanique de la Générale qu’il donnera à la tête du Poème Harmonique, le 1er octobre, au Théâtre des Bouffes du Nord, Vincent Dumestre proposera une évocation parodique du métier de musicie...
  • Céline Frisch, seule avec Bach
    Céline Frisch, seule avec Bach Le 6 octobre puis le 8 décembre, Céline Frisch s’attaquera au premier livre du Clavier bien tempéré de Bach au Théâtre des Abbesses.