Artistes similaires

Les albums

29,99 €

Piano solo - Paru le 26 octobre 2018 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or - Gramophone Editor's Choice
On garde souvent du grand pianiste allemand Wilhelm Backhaus l’image du vieux maître au front blanchi et figé dans des interprétations un peu sages et austères. Avec sa physionomie de jeune Beethoven farouche, Backhaus donna son premier récital en 1899 et son dernier concert, vieillard respectable, se déroula le 5 juillet 1969, une semaine avant sa mort. Soixante-dix ans d’une carrière éclatante que le miracle du disque nous a préservée, car, contrairement à ses collègues Rubinstein et Schnabel qui renâclaient devant le disque, Backhaus est un des pionniers de l’enregistrement, ayant réalisé ses premiers disques dès 1908. Réalisés pour La Voix de son maître (HMV) entre 1925 et 1935 et restaurés ici avec soin, ces enregistrements sont surtout consacrés à Chopin (premier enregistrement intégrale des Études), Liszt et Schumann. La seconde partie est par ailleurs réservée aux transcriptions qu’on affectionnait tant à cette époque lointaine. Si la technique ébouriffante du jeune Backhaus a de quoi nous étonner aujourd’hui, elle nous renseigne aussi historiquement, car les modes de jeu changent avec les années et plus personne n’oserait sans doute jouer aujourd’hui dans des tempi pris avec cette vitesse hallucinante qui détruit le discours pour ne faire entendre que la performance. Plus encore que de nos jours, le récital de piano était à l’époque une espèce de cirque où la musique ne trouvait pas toujours sa part. C’est après la Deuxième Guerre mondiale que les pianistes se sont un peu assagis et ont commencé à délaisser les sacro-saintes « petites pièces » pour jouer les grandes sonates de Beethoven ou de Schubert, trouvant alors une gravité plus en accord avec l’esprit du temps. Les tempi se sont singulièrement ralentis en même temps que l’invention du microsillon permettait de capter de longues plages de musique, plus propices à l’épanchement de l’expression que ne le permettaient les faces de 78 tours. Il est vraiment touchant de revenir à ses enregistrements symbolisant un monde perdu à tout jamais. © François Hudry/Qobuz
19,99 €

Classique - Paru le 26 octobre 2018 | APR

Livret Distinctions Diapason d'or
On garde souvent du grand pianiste allemand Wilhelm Backhaus l’image du vieux maître au front blanchi et figé dans des interprétations un peu sages et austères. Avec sa physionomie de jeune Beethoven farouche, Backhaus donna son premier récital en 1899 et son dernier concert, vieillard respectable, se déroula le 5 juillet 1969, une semaine avant sa mort. Soixante-dix ans d’une carrière éclatante que le miracle du disque nous a préservée, car, contrairement à ses collègues Rubinstein et Schnabel qui renâclaient devant le disque, Backhaus est un des pionniers de l’enregistrement, ayant réalisé ses premiers disques dès 1908. Cet album recueille l’intégrale de ses enregistrements beethovéniens réalisés à Londres avant la guerre. On y trouve d’extraordinaires interprétations de quatre sonates et des Concertos n° 4 et n° 5, avec le London Symphony Orchestra sous la direction de Landon Ronald. Réalisé en 1927, l’enregistrement de l’Empereur a été facile tant pour le pianiste que pour l’orchestre et a nécessité peu de prises. En 1928, Backhaus déclarait à la presse britannique que son enregistrement du Concerto n° 5 était le plus beau qu’il réaliserait de sa vie, sans penser qu’une carrière de plus de quarante années l’attendait encore. Très différentes furent les séances pour le 4e Concerto. Trois sessions furent nécessaires en septembre 1929 et deux furent encore ajoutées en mars 1930, à la suite de problèmes techniques. Contrairement au mythe nous faisant croire que les prises étaient uniques à l’époque du 78 tours, il en a fallu sept ou huit (les faces duraient alors deux minutes pendant lesquelles « aucune » erreur n’était permise) pour venir à bout de l’ouvrage en mars 1930, car Backhaus comme les musiciens, sans doute fatigués, accrochaient sans cesse. Le résultat est pourtant étonnant, car l’interprétation est traversée par un souffle et une fluidité qui semble provenir d’un seul jet. C’était toute la difficulté des enregistrements d’alors où l’on pouvait perdre facilement la tension ou le tempo d’une face à l’autre Le toucher ailé de Backhaus, probablement sur un des pianos très légers de cette époque, file comme un vent de printemps. Le reste de ce double album est consacré à quatre sonates et à quelques Préludes et fugues de Bach. Ajoutons que la douceur et la précision de ces enregistrements illustrent parfaitement la maîtrise acquise en peu de temps par les ingénieurs du son. Comme pour les films anciens, les restaurations d’aujourd’hui nous permettent de voir et d’entendre ces témoignages d’un passé lointain dans une qualité que nos aînés n’ont pas pu connaître. © François Hudry/Qobuz
29,99 €

Classique - Paru le 9 mars 2018 | SWR Classic

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
14,99 €

Classique - Paru le 1 juillet 2010 | Audite

Distinctions Choc de Classica
Sonates n°15, 18, 21 & 30 / Wilhelm Backhaus, piano
7,99 €

Piano solo - Paru le 7 février 2012 | ICA Classics

Livret Distinctions Diapason d'or
Schubert : Impromptu, D935 n°3 - Beethoven : Sonates pour piano n°6, op.10 n°2 & n°29, op.106 "Hammerklavier" / Wilhelm Backhaus, piano
83,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1992 | Decca Music Group Ltd.

10,99 €

Classique - Paru le 4 octobre 1958 | Decca Music Group Ltd.

69,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2001 | Decca Music Group Ltd.

10,99 €

Classique - Paru le 23 janvier 1955 | Decca Music Group Ltd.

14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1967 | Decca Music Group Ltd.

9,99 €

Classique - Paru le 6 avril 2018 | belvedere edition

8,99 €

Classique - Paru le 11 mai 2009 | Archipel - Walhall

3,99 €
3,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1953 | BnF Collection

Hi-Res Livret
7,99 €

Classique - Paru le 20 juin 2006 | Naxos

Livret
Wilhelm Backaus
2,54 €
1,69 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | BnF Collection

Hi-Res Livret
14,99 €

Concertos pour clavier - Paru le 10 juin 2016 | Orfeo

9,99 €

Classique - Paru le 8 mars 2019 | Orfeo

8,99 €

Classique - Paru le 17 juillet 2015 | Blue Pie Records