Artistes similaires

Les albums

41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Decca

Livret Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica - Discothèque Idéale Qobuz
Une nouveauté du disque qui est aussitôt couronnée dans la Discothèque idéale de QOBUZ, car c'est une véritable aubaine que de retrouver les fameux enregistrements que Clemens Krauss consacra à son ami Richard Strauss, dont il était un des interprètes préférés. C'est Krauss qui dirige, le 31 décembre 1939, le premier Concert Strauss exceptionnel au Musikverein de Vienne ; c'est lui encore qui sera le librettiste de deux opéras de Strauss, Capriccio et Die Liebe der Danae. Après la guerre, il est interdit de direction jusqu'en 1947 à cause de son attitude en faveur du régime nazi. Chef d'orchestre au prodigieux instinct, sachant entraîner solistes, chœurs et orchestre dans un élan irrésistible. Il était marié à la soprano Viorica Ursuleac, considérée comme la plus grande Maréchale de son temps. Dans le présent album figurent des interprétations de légende de Une Vie de héros (avec le violoniste Willy Boskovsky), de Don Quichotte (avec le violoncelliste Pierre Fournier) et une Salomé d'anthologie avec les grands chanteurs viennois du début des années cinquante. FH
19,49 €
13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon Classics

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Il est facile d’abuser des superlatifs lorsqu’il s’agit d’évoquer le style de direction et les enregistrements de Carlos Kleiber. C’est peut-être l’image qui nous donne le plus immédiatement les secrets de son art, avec sa gestique d’une élégance folle qui semble susciter la musique par son énergie, sa souplesse et un sourire irradiant le visage d’un chef qui semble possédé par l’inspiration. L’écoute de ce seul album se suffit pourtant à lui-même. Vivant comme un reclus, annulant les trois quarts de ses concerts, n’enregistrant pratiquement pas, Carlos Kleiber a miraculeusement accepté de graver ces deux symphonies pour Deutsche Grammophon. En 1975, il enregistre la 5e Symphonie dans l’acoustique généreuse du Musikverein de Vienne avec un Philharmonique qui boit ses paroles en respectant la moindre de ses intentions. Sous sa baguette philosophale, « La 5e » devient un condensé d’énergie, une boîte de pandore explosive mettant le feu aux poudres, restituée exactement comme l’exige la partition. Les fatidiques quatre notes du destin sur lesquelles sont construites toute la symphonie sont à la fois l’assise et la clé de voûte de cette œuvre phare, ici magnifiquement architecturée par Kleiber. A-t-on déjà entendu une Septième Symphonie plus aérienne ? On pense immédiatement à Nietzsche : « Je ne pourrais croire qu’à un Dieu qui saurait danser ». Enregistrée l’année suivante au même endroit, cette Septième aux semelles de vent tourne, virevolte, exulte d’une joie panthéiste et salvatrice avec une légèreté qui semble mettre les musiciens en lévitation. « Maintenant je suis léger, maintenant je vole, maintenant je me vois au-dessous de moi, maintenant un dieu danse en moi ». Ainsi dirigeait Carlos Kleiber. © François Hudry/Qobuz
13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Deutsche Grammophon Classics

Distinctions Diapason d'or - Discothèque Idéale Qobuz
La musique fantasque et puissamment originale de Sibelius a toujours trouvé en Leonard Bernstein un interprète à sa mesure. Le chef américain avait déjà signé une très belle intégrale des symphonies avec l'Orchestre Philharmonique de New York, enregistrées à la fin des années soixante. 20 ans plus tard il projette de réenregistrer les sept chefs-d'oeuvre du compositeur finlandais avec le somptueux Orchestre Philharmonique de Vienne. Le projet sera interrompu par la disparition brutale du chef-d'orchestre qui n'aura le temps que d'en enregistrer quatre. On ne peut que le regretter, car cette intégrale avortée, hyper-expressive (c'est un pléonasme) est gorgée de sève, d'éruptions cataclysmiques, de geysers furieux et d'un lyrisme radieux. C'est du Bernstein comme on l'aime avec sa générosité et ses outrances. Il se fait plaisir en se vautrant dans l'opulence sonore de cet orchestre superlatif, magnifiquement enregistré, et nous avec. FH
32,99 €48,99 €
23,49 €34,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Voici l'un des grands succès de Lorin Maazel : le premier cycle complet des sept Symphonies de Sibelius enregistré avec les Wiener Philharmoniker dans les années 1960 pour Decca. Des interprétations bénéficiant ici enfin d'un son absolument extraordinaire. Enregistrée entre le 16 septembre 1963 (Symphonie No. 1) et le 16 avril 1968 (Symphonie No. 4), cette intégrale demeure l'une des pierres angulaires de la discographie des oeuvres de Sibelius, et fut l'occasion d'un apprentissage total par l'orchestre viennois de cet univers qu'ils connaissaient à peine. Un travail en profondeur qui permit ensuite à Leonard Bernstein plusieurs années plus tard d'aller plus loin encore dans la poétique sibélienne. On peut ne pas aimer Lorin Maazel dans ce répertoire, mais incontestablement, sa direction, un rien sauvage, rapide, et incroyablement souple, nous plonge en réalité au coeur de cette matière orchestrale brute, sans concession, hors normes dans le paysage musical du début du XXe siècle - l'une des marques du génie de Sibelius. « Vienne, Sofiensaal, mars 1966. Lorin Maazel, à mi-chemin de son cycle Sibelius avec les Philharmoniker, enregistre la Symphonie n° 5 ; attaques mordantes, tempos prestes, phrasés alertes, couleurs crues, un style moderniste, une présence fougueuse. [...] Splendide remastering en 24-bit-96Khz. Les rythmes de danse populaire de la coda du premier mouvement de la 5e, scandés par les cors, y gagnent un impact inédit, les subtilités de la 6e scintillent en pleine lumière. Les bois si typés des Viennois, leurs cordes soie et neige produisent une sonorité rayonnante que les symphonies de Sibelius ne rencontreront plus jusqu'aux gravures tardives de Leonard Bernstein.» (Diapason, décembre 2015 / Jean-Charles Hoffelé)
14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1984 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Capté à Vienne en 1982, cet enregistrement intégral des Danses hongroises de Brahms a consacré Claudio Abbado dans la musique d'un compositeur qui lui allait entre tous. Réalisé au tournant de la cinquantaine, il apportait à cette musique d'inspiration populaire un raffinement exceptionnel allié à une puissance encore juvénile. Un disque qui est vite devenu un classique que les années n'ont en rien démodé. FH
55,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Certes, dans un album comportant 86 pistes, n’en singulariser qu’une seule sous seul prétexte de son prétexte est un peu spécieux ; disons que, quoi qu’il en soit, l’album en entier vaut son pesant de cacahuètes : sept heures et demi de Strauss, de la dynastie Strauss ; on ne parle donc pas de Richard, mais bien de Johann fils, Joseph et Eduard. Avec à leur actif des centaines de pièces de salon évoquant un peu tout ce qui se peut évoquer (le Danube, la chasse, les pipelettes, les courses de chevaux, Napoléon, les autres bandits, les meufs émancipées et tant de nouveautés en tout genre), on ne s’étonnera pas que les chemins de fer, eux aussi, aient eu droit à leur célébration en musique. Ainsi la polka Bahn frei! de Eduard Strauss, écrite en 1869, salue-t-elle le train en grandes pompes ; « Bahn frei » signifie non seulement « Train en liberté » mais aussi l’équivalent vernaculaire germanophone de « Chaud devant », autrement dit, poussez vos fesses pour laisser passer la locomotive siouplaît. Et qui mieux que l’idéal Willi Boskovsky pourrait en donner une lecture idéale, lui qui en fut le Premier violon du Philharmonique de Vienne mais aussi chef lors des concerts du Nouvel an de 1955 à 1979. Un chef un peu spécial puisque, comme les Strauss, il dirigeait du violon, en primus inter pares parmi ses collègues de l’orchestre. Le coffret ici présenté offre des enregistrements réalisés entre 1958 et 76, dans le grand style viennois, avec sa généreuse louche de Schlagobers. © SM/Qobuz
62,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 de Diapason
6,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 juillet 2013 | Les Indispensables de Diapason

Livret Distinctions Diapason d'or
9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1977 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Les Wiener Philharmoniker, dirigés par Karl Böhm en 1977, servis par une prise de son d'une beauté faramineuse, dans cette Huitième de Bruckner, témoignent d'une symbiose expressive rare dans l'histoire de l'enregistrement. Les Wiener et Karl Böhm, c'est une histoire d'amour totalement fusionnelle, qui connut un épanouissement notoire chez Deutsche Grammophon, avec des enregistrements de référence consacrés à Beethoven, Brahms et ces Bruckner... Aux côtés d'une Septième, ample et lyrique, il y a cette Huitième, torrentielle, d'un déchaînement orchestral colossal, et d'une tension réellement insoutenable.
14,99 €
9,99 €

Classique - Paru le 7 septembre 2018 | Dacapo SACD

Hi-Res Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice
69,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Diapason d'or
L’intégrale des enregistrements réalisés par Herbert von Karajan avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne pour le label Decca, entre 1957 et 1965. Œuvres de Adam, Beethoven, Brahms, Haydn, Holst, Strauss, Tchaïkovski, etc.
24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,99 €

Ballets - Paru le 1 janvier 2000 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
14,99 €

Classique - Paru le 13 octobre 2017 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 de Diapason
13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1995 | Deutsche Grammophon Classics

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
55,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 de Diapason
14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1962 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Un enregistrement comme improvisé, et une merveille de poésie et de finesse. Karajan se révèle aussi surprenant que fascinant !
19,49 €
13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1994 | Deutsche Grammophon (DG)

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
55,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2013 | Deutsche Grammophon (DG)

Livret Distinctions 5 de Diapason