Catégories :
Panier 0

Votre panier est vide

Viktoria Mullova

Formée à la dure école russe du violon au Conservatoire de Moscou, la violoniste Viktoria Mullova est une rebelle. Enfant prodige, lauréate des concours Wieniawski (1976), Sibelius (1980) et du prestigieux Tchaikovsky (1982), elle est la fierté de l’Union soviétique. Invitée à l’étranger, elle en profite pour fuir son pays en demandant un visa pour les Etats-Unis, avant de devenir citoyenne autrichienne.
Partout, on apprécie la robustesse de son jeu, la puissance de sa sonorité, l’autorité de son archet. Jouant de ses deux magnifiques violons, le Stradivarius Julius Falk de 1723 et le Guadagnini de 1750, elle aurait pu continuer une carrière confortable dans le vaste répertoire pour violon comme nombre de ses confrères.

Mais cette femme libre est dotée d’une immense ouverture d’esprit et d’une soif de connaissance qui repousse sans cesse ses limites. Non satisfaite de sa manière d’aborder la musique de Bach, voilà que Viktoria Mullova s’adonne à l’interprétation baroque avec des spécialistes comme les clavecinistes Ottavio Dantone et Nicolau de Figueiredo, puis le chef d’orchestre Giovanni Antonini qui lui apprennent les modes de jeu et les articulations anciennes. Elle jouera plus tard du violon baroque en duo avec le violoniste Giuliano Carmignola, maître absolu du répertoire du XVIIIe siècle.

Ne délaissant nullement, Mozart, Beethoven, Brahms, Sibelius, Tchaikovsky, Stravinsky, Prokofiev et tous les autres, elle explore d’autres contrées musicales, menant à bien de nombreux projets dans le domaine du jazz, de la musique tzigane, des musiques du monde dans une fusion tout à fait dans l’esprit de ce début de XXIe siècle. Son projet Stradivarius in Rio est le résultat de son voyage à travers les œuvres de différents compositeurs brésiliens et de sa collaboration avec divers artistes.

Cette mère de trois enfants (avec le chef d’orchestre Claudio Abbado, le violoniste Alan Brind, puis avec son mari actuel, le violoncelliste Matthew Barley) explore sans cesse de nouveaux horizons, comme en témoigne son album Trough the Looking Glass, publié par DG en 2016, dans lequel se mêlent les musiques d’Alanis Morissette, Youssou N’Dour, Mile Davis, les Beatles et de ses chers Bee Gees qu’elle écoutait en cachette dans sa chambre d’étudiante à Moscou.

Prenant de plus en plus de risques, Viktoria Mullova a le secret désir de se lancer dans l’improvisation, une gageure pour une artiste qui a appris à respecter les partitions à la lettre auprès de son maître Leonid Kogan. Pour l’heure, la violoniste russe s’investit beaucoup dans la musique contemporaine, comme pour ce Double Concerto pour violon et violoncelle qu’elle et son mari ont commandé au compositeur français Pascal Dusapin. Son sous-titre, « At-Swim-Two-Birds », est emprunté à un roman de Flann O’Brien racontant la vie décousue d’un étudiant qui se rêve écrivain et dont les fictions en engendrent d’autres. Créée le 30 septembre 2017 au Concertgebouw d’Amsterdam, c’est une œuvre envoûtante et brûlante de sensualité que les deux solistes commencent à présenter dans le monde entier. © François Hudry/QOBUZ

La playlist

Lire plus

Discographie

33 album(s) • Trié par Meilleures ventes

1 sur 2
1 sur 2

Mes favoris

Cet élément a bien été <span>ajouté / retiré</span> de vos favoris.

Trier et filtrer les albums