Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 mars 2010 | Kitsuné

Ca commence comme le premier album de Bloc Party, Silent Alarm. Le très efficace « Cigarettes in The Theatre » de Two Door Cinema Club débute presque comme l’inquiétant « Like Eating Glass » de Bloc Party, puis la rythmique bondissante, cette basse puissante, cette guitare qui s’envole et cette voix post juvénile du meilleur effet laissent penser que les Irlandais de Two Door Cinema Club sont un événement pop à eux tout seul. Puis, ça se complique…Après ce tube en puissance qu’est définitivement « Cigarettes in The Theatre », « Come Back Home » nous ramène justement à la dure réalité, celle qui nous fait atterrir au pays des groupes de teenage rock savamment marketé mais qui ont finalement tout du pétard mouillé. « Do You Want It All ? » et « Ths is Life » ensuite ne sont guère plus rassurants. Il y a bien cette énergie, cette fulgurance electro pop d’une fraîcheur indéniable, ce sens de la mélodie efficace… Mais le tout est enrobé dans un écrin de facilité qui fait de Two Door Cinema Club un groupe finalement banal et sans surprises. « Undercover Martyn » parvient presque à procurer le plaisir engendré par le tout début du disque, mais la recette est bien trop connue pour être totalement séduisante. Alors, Two Door Cinema Club, ce groupe à la hype préfabriquée depuis des mois signé chez le très réputé Kitsuné, une grande arnaque ? Non. Les Irlandais savent faire des chansons pop et les envoyer comme des baisers dans le ciel. Seul souci, d’autres groupes font cela mieux qu’eux. Sans attendre que la musique soit innovante pour être passionnante, on est en droit de réclamer une vraie patte, une personnalité bien particulière chez un groupe, aussi pop soit-il. Or, Two Door Cinema Club manque de coffre, dessine mal son univers, brouille un peu les pistes. Et trébuche de titre en titre sur ce Tourist History qui ne restera pas dans l’histoire. Dommage. © ©Copyright Music Story Arnaud De Vaubicourt 2016

Alternatif et Indé - Paru le 18 octobre 2010 | Kitsuné

Téléchargement indisponible
Ca commence comme le premier album de Bloc Party, Silent Alarm. Le très efficace « Cigarettes in The Theatre » de Two Door Cinema Club débute presque comme l’inquiétant « Like Eating Glass » de Bloc Party, puis la rythmique bondissante, cette basse puissante, cette guitare qui s’envole et cette voix post juvénile du meilleur effet laissent penser que les Irlandais de Two Door Cinema Club sont un événement pop à eux tout seul. Puis, ça se complique…Après ce tube en puissance qu’est définitivement « Cigarettes in The Theatre », « Come Back Home » nous ramène justement à la dure réalité, celle qui nous fait atterrir au pays des groupes de teenage rock savamment marketé mais qui ont finalement tout du pétard mouillé. « Do You Want It All ? » et « Ths is Life » ensuite ne sont guère plus rassurants. Il y a bien cette énergie, cette fulgurance electro pop d’une fraîcheur indéniable, ce sens de la mélodie efficace… Mais le tout est enrobé dans un écrin de facilité qui fait de Two Door Cinema Club un groupe finalement banal et sans surprises. « Undercover Martyn » parvient presque à procurer le plaisir engendré par le tout début du disque, mais la recette est bien trop connue pour être totalement séduisante. Alors, Two Door Cinema Club, ce groupe à la hype préfabriquée depuis des mois signé chez le très réputé Kitsuné, une grande arnaque ? Non. Les Irlandais savent faire des chansons pop et les envoyer comme des baisers dans le ciel. Seul souci, d’autres groupes font cela mieux qu’eux. Sans attendre que la musique soit innovante pour être passionnante, on est en droit de réclamer une vraie patte, une personnalité bien particulière chez un groupe, aussi pop soit-il. Or, Two Door Cinema Club manque de coffre, dessine mal son univers, brouille un peu les pistes. Et trébuche de titre en titre sur ce Tourist History qui ne restera pas dans l’histoire. Dommage. © ©Copyright Music Story Arnaud De Vaubicourt 2016
A partir de :
HI-RES16,49 €
CD11,99 €

Pop - Paru le 21 juin 2019 | Prolifica Inc.

Hi-Res
Lorsque Two Door Cinema Club monte sur l’Other Stage de Glastonbury en 2010, le groupe ne s’attend pas à trouver une foule de plusieurs dizaines de milliers de fans, venue les voir jouer leur premier album Tourist History, sorti quelques mois auparavant. Ainsi a débuté leur succès – de façon inattendue. C’est peut-être ce qui caractérise le mieux ce trio nord-irlandais, ce parcours surprenant, de leur ascension en flèche qui les a menés jusqu’à la tête d’affiche des plus gros festivals, à la césure brutale au sommet de cette gloire et un retour soudain à l’obscurité. Le burnout du chanteur Alex Trimble, épuisé par les tournées incessantes, amorce en 2013 une période de réflexion pour TDCC. Ils reviendront trois ans plus tard avec Gameshow, accueilli tièdement par les critiques. D’autres groupes auraient pris cette réception timide comme le signe qu’il fallait retourner à leurs racines – entre autres, celles d’un indie-rock dont l’énergie évocatrice de Bloc Party était largement propulsée par les guitares post-punk de Alex Trimble et Sam Halliday. Mais plutôt que de chercher à recapturer l’intangible – l’exubérance de ce premier succès – les trois Irlandais font tout le contraire. False Alarm s’inscrit clairement dans la lignée des sonorités art-pop et synthwave qui pointaient déjà du nez en 2016, sur des titres comme Bad Decisions ou Ordinary. A commencer par le premier titre, Once, où ces mêmes guitares sont reléguées au fond du mix, quasiment noyées parmi les arrangements de synthétiseurs à la Dépêche Mode. Sur Satisfaction Guaranteed, la basse de Kevin Baird déclenche un groove infectieux, entrecoupé d’un break magistral où la voix de Trimble semble s’envoler dans les couches les plus hautes de la stratosphère ; son falsetto aérien exemplifie à lui seul le chemin parcouru depuis la création du groupe en 2007. En se distanciant davantage de leurs débuts, False Alarm représente certainement une prise de risque stylistique – nous n’en attendions pas moins. © Alexis Renaudat/Qobuz 
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 septembre 2012 | Kitsuné

Hi-Res

Alternatif et Indé - Paru le 3 septembre 2012 | Kitsuné

Téléchargement indisponible
A partir de :
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 octobre 2016 | Parlophone UK

Hi-Res
Les fans du la formation nord-irlandaise ont été sans nouvelle de leurs musiciens favoris pendant quatre ans et ont dû se contenter des deux premiers albums pour se rassasier. Two Door Cinema Club s’est installé dans un studio de Los Angeles pour enregistrer ce troisième opus. Gameshow regroupe tout ce qui fait le charme du groupe, à savoir une pop survitaminée où les refrains sont rois et les compositions en quelques accords reines. Les membres du groupe semblent prendre du plaisir à jouer ensemble de nouveau après plusieurs tournées éprouvantes. De plus, on retrouve quelques ingrédients inédits puisque sur certaines musiques (notamment Bad Decisions) on peut entendre des influences venues directement de Bowie ou Prince. Gameshow est un retour réussi pour les musiciens qui sont toujours capables de fournir de puissantes vagues d’énergie à leurs auditeurs. © RB/Qobuz
A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 mai 2020 | Prolifica Inc.

A partir de :
CD8,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 5 juin 2020 | Prolifica Inc.

A partir de :
CD3,99 €

Pop - Paru le 27 septembre 2013 | Parlophone UK

A partir de :
CD17,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 14 octobre 2016 | Parlophone UK

Ireland's Two Door Cinema Club transform into a glitzy disco and synth pop-infused powerhouse on their third studio album, 2016's Gameshow. Having garnered favorable attention for their infectious, dance-rock-heavy 2010 debut, Tourist History, the trio of singer/guitarist/programmer Alex Trimble, guitarist/singer Sam Halliday, and bassist/singer Kevin Baird immediately began expanding their sound on their follow-up, 2012's Beacon. However, where that album found them maturing with a softer musical palette and weightier emotionalism, Gameshow is a dynamic shift away from the buoyantly kinetic guitar-based approach of their first two albums. Which isn't to say they've completely abandoned their post-punk roots; tracks like the ferocious "Gameshow" and the dynamic "Surgery" are a perfect balance of Scary Monsters-era David Bowie and Seven and the Ragged Tiger-era Duran Duran. That said, the lion's share of Gameshow is filled with pulsing, neon-toned dance numbers that sound equal parts Giorgio Moroder and '70s Bee Gees. While name-dropping influences feels a bit too easy for the high quality of songwriting on display on Gameshow, the enthusiastic nature by which Two Door Cinema Club have clearly gravitated toward these old-school dance club sounds is worth mentioning. In that sense, the metamorphosis from garagey post-punk to hip, R&B-inflected disco also brings to mind the similar trajectory of contemporary acts like France's Phoenix and Canada's Arcade Fire. Thankfully, the album never sounds like a retro pastiche, and instead the band has found a sweet spot between vintage cool and modern sophistication. These are vibrant productions courtesy of Beacon helmer Jacknife Lee, who frames Trimble's yearning tenor croon with juicy laser-beam synths, Halliday's kinetic Nile Rodgers-esque guitars, and Baird's hip-swaying bass riffs. Cuts like "Bad Decisions" and "Fever" are catchy, falsetto-heavy groovers that bring to mind a mix of the Bee Gees' Saturday Night Fever soundtrack and Off the Wall-era Michael Jackson. Similarly, the romantic and sad-eyed "Invincible" sounds amazingly like a Justin Timberlake ballad if produced by ELO's Jeff Lynne. With Gameshow, Two Door Cinema Club ultimately balance a growing pop maturity with a stylish strut worthy of Saturday Night Fever's Tony Manero. © Matt Collar /TiVo
A partir de :
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 juillet 2016 | Parlophone UK

A partir de :
CD4,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 22 février 2010 | Kitsuné

A partir de :
CD2,99 €

Dance - Paru le 28 octobre 2016 | Parlophone UK

A partir de :
CD1,49 €

Pop - Paru le 18 mars 2019 | Prolifica Inc.

A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 21 mai 2019 | Prolifica Inc.

A partir de :
CD7,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 mars 2018 | [PIAS] Cooperative

New music? Not quite, it's the debut EP of Two Door Cinema Club, Four Words To Stand On, released for streaming 10 years since its original conception. The Northern Irishmen have pulled this EP out of the wordworks with three original demos of some of their biggest hits, including the smash hit Undercover Martyn from their debut album Tourist History. As well as these demos, the band have gifted us with two unheard tracks, with New Houses and Standing on Ghosts, a real treat for its die hard fans. Written and produced back when they were sixteen years old and in secondary school in County Down, the EP comes along with a mini documentary of one of the groups first concerts in Belfast back in 2008. There’s a real nostalgic feel to this compilation as the trio display their raw talents and uncanny ability to have some of the catchiest guitar riffs and choruses around. Jump around, sway from side to side and enjoy! © Aidan Nickerson/ Qobuz
A partir de :
CD1,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 24 avril 2019 | Prolifica Inc.

A partir de :
CD2,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 23 novembre 2009 | Kitsuné

A partir de :
CD2,29 €

Alternatif et Indé - Paru le 15 juin 2016 | Parlophone UK

A partir de :
CD10,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 3 septembre 2012 | Kitsuné

Embarqué dans une tournée marathon de deux ans après le succès de Tourist History en 2010, Two Door Cinema Club a pris le temps de se poser entre deux concerts pour enregistrer Beacon. Pour ce faire, il a fait appel à Jacknife Lee connu pour son travail avec U2, R.E.M. ou Snow Patrol.Confronté au toujours délicat choix entre continuité et rupture, après un premier album encensé et performant commercialement, Two Door Cinema Club choisit la cassure dans la douceur. Plus personnel, Beacon est certainement plus travaillé et tient mieux compte des aspirations des trois membres du groupe.Il lui manque l'étincelle, le pétillement qui faisaient de Tourist History le parfait album pop addictif. Pourtant « Wake Up » essaye de toutes ses forces et guitares dehors de perpétuer l'esprit dance rock de Two Door Cinema Club. Beaucoup plus élaboré, « Sun » donne certainement une vision de la pop ouvragée mais vivante à laquelle aspire le groupe. Premier single extrait de ce deuxième album, « Sleep Alone » tombe dans une certaine fadeur faite de refrain prévisible et d'enthousiasme fabriqué.Une version limitée de l'album offre en bonus un CD enregistré à la mythique Brixton Academy de Londres en 2012. Ces quatorze pistes supplémentaires s'écoutent avec un plaisir bien plus vif que Beacon qui du coup paraît bien être ce qu'il est : un album posé en équilibre entre deux chaises. © ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2016

L'interprète

Two Door Cinema Club dans le magazine