Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 7 février 2012 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence - Hi-Res Audio - Stereophile: Recording of the Month
Deux ans après Restored, Returned, Tord Gustavsen nous propose The Well. Si toutes les compositions, totalement inédites, sont l’œuvre de Gustavsen, ce disque met particulièrement en valeur la cohésion d’un quartet qui désormais fait corps, mais aussi la forte personnalité du saxophoniste Tore Brunborg dont le style conjugue une grande inventivité mélodique, une certaine mélancolie nordique et une sonorité résolument "bluesy". Toujours aussi délicat mais très soutenu par les rythmes raffinés de la batterie de Jarle Vespestad et la contrebasse de Mats Eilertsen, le piano de Gustavsen, subtilement teinté de gospel, distille son charme coutumier, au caractère à la fois tranquille, tendre et chaleureux. © JMP/Qobuz
A partir de :
HI-RES23,49 €
CD16,49 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Quinze ans après Changing Places, l’album qui marquait ses débuts sur le label ECM, Tord Gustavsen offre une fois de plus un disque en trio, formation qui semble le mieux convenir à son jeu d’influence jarrettienne. Avec son fidèle batteur Jarle Vespestad et Sigurd Hole à la contrebasse (remplaçant Harald Johnsen disparu en 2011), le pianiste d’Oslo mêle ici des compositions originales à des standards du folklore norvégien et des pièces de Bach. Le lyrisme mais aussi un certain groove bien à lui lient ces thèmes de prime abord disparates. Quant à l’entente parfaite entre les trois musiciens, elle rend cet Other Side encore plus passionnant. © Clotilde Maréchal/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 15 janvier 2014 | ECM

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Pour le pianiste norvégien Tord Gustavsen, le titre de ce sixième album pour ECM a une signification programmatique. Extended Circle renvoie, dit-il, à la réalisation d'un « double cercle » de trilogies : le premier avec le trio entendu sur Changing Places, The Ground, et Being There, le second avec le quatuor formé à l'intérieur d'ensembles élargis pour Restored, Returned, en 2009, puis documenté sur leur album de 2012, The Well. Enregistré à Oslo en juin 2013 avec Tore Brunborg au saxophone ténor, Mats Eilertsen à la contrebasse et son partenaire de longue date, le batteur Jarle Vespestad, le Gustavsen Quartet est un groupe mûri dont les interactions puisent la force dans la retenue, élevant la musique avec patience vers des sommets. Le répertoire est constitué de nouvelles pièces, d'airs de gospel et de ballades composées par le pianiste-leader, des improvisations luminescentes en groupe ainsi qu’une interprétation extatique de la chanson traditionnelle norvégienne Eg Veit I Himmerik Ei Borg (Je sais que dans le ciel il y a un château). « Cet arrangement a émergé lors du soundcheck d’un concert. Cette chanson est pour moi un moyen de me connecter avec mes propres racines dans la musique d'église, c'est une chanson que j'ai joué toute ma vie ». Extended Circle s’ouvre et se referme avec une pièce en trio, encadrant un recherche de textures et de dynamiques. « Vous revenez au point de départ, mais avec de nouvelles connaissances. Les choses sont les mêmes, mais pas tout a fait les mêmes » Une manière pour Tord Gustavsen de résumer son album et de retrouver, pense t-il, ses repères et points de vues lors de ses débuts pour ECM en 2003. © JMP/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 11 janvier 2010 | ECM

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
A l’origine d’une écriture mélodique riche et poétique, le jeune pianiste norvégien a déjà séduit nombre de fidèles d'ECM. Dans ce second opus pour ce label, il initie une manière une peu différente, plus lascive et mystérieuse.
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 17 mars 2003 | ECM

A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 21 mai 2007 | ECM

Hi-Res Livret
On this third outing for ECM, pianist/composer Tord Gustavsen comes full circle on Being There. When he signed to the label in 2003, issuing his debut, Changing Places, he and his collaborators -- bassist Harald Johnsen and drummer Jarle Vespestad -- dug deeply into close-knit quarters, creating a detailed yet expressionistic examination of the more melancholy human emotions. Being There completes a trilogy of elegantly layered, spacious jazz from the most introspective elements. As a pianist and composer, Gustavsen employs only the barest essentials. There is no fiery technique, no gimmickry that will heighten or dampen the mood, no harmonic drift. This music flows from a source, albeit quietly and enigmatically, looking into territory explored on this side of the Atlantic on earlier albums by Brad Mehldau, albeit with a distinctly Northern European voice. Perfect for ECM, the music is cool, almost uncomfortably so, such that when its lyricism is fully given voice it often takes the listener by surprise, instilling a kind of silence that breeds wonder rather than detachment. Manfred Eicher's signature production allows Gustavsen's piano the sheer deliberation and consideration he requires to put his gorgeous melodies into the air. This rhythm section doesn't follow his lead so much as flow into it, playing as a single voice, allowing these songs form and function. Gustavsen's imagery is skeletal, yet he shines light into the darkened corners of those less than celebratory moodscapes, bringing an intricate balance to both lyric and emotion. Check the rhythmic interplay on "Blessed Feet," where his chord voicings play the blues contrapuntally against Vespestad's snare. These are blues that sing and swing. Elsewhere, the mood is less transparent on the surface, such as in the whispering "Karmosin," written by Johnsen; it begins as an exercise in percussion, then rhythm, and finally lyricism. Johnsen's bass is a presence that anchors this lithe, shimmering melody and puts the weight of shade against the pianist's fragile light, and the articulation of the percussive voice melds both into a whole. The trio's artfulness is given full expression in the ballad "Around You," where the minor-key scalar head wraps itself around middle-register counterpoint and slides along the snare and cymbal skitter that is poignantly accented by Johnsen. The larger chords weave classical and jazz motions around the rhythm section, dynamically shifting from one bar to the next without ever losing sight of "song." At its heart, Being There is an album of very carefully constructed songs, where improvisation is part of a context -- its part in the entirety of the shape, texture, and dimension is argued delicately yet authoritatively, where close listening is of the essence by each player. The longest of these 13 pieces is only a shade over six minutes, and most fall between four and five minutes. For a recording that unveils itself so gracefully, there is true heft in its presentation. As hinted at on Tord Gustavsen's earlier ECM dates, Being There is the fruit of labor meticulously crafted and dutifully harvested. It is an album of secrets echoed, and questions that are fathomlessly deep; it invites the listener in cleanly, without seduction, and argues for full participation in its revelations. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 31 janvier 2005 | ECM

Hi-Res Livret
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 22 janvier 2016 | ECM

Hi-Res Livret
Un habitué de la maison ECM pour un projet hors-norme et comme sait en produire le célèbre label munichois, véritable no man’s land du jazz et de la musique contemporaine… Avec What Was Said, Tord Gustavsen n’ajoute pas juste un énième album à sa déjà copieuse discographie. Non, le pianiste d’Oslo livre ici un opus en trio avec son fidèle batteur et percussionniste Jarle Vespestad et la chanteuse allemande d'origine afghane Simin Tander. Au menu de leur périple feutré, la musique liturgique norvégienne abordée d’une manière peu traditionnelle. « Pour le programme du nouveau projet, Simin et moi, précise Gustavsen, avons travaillé avec un poète afghan pour traduire et modeler une sélection d’hymnes norvégiennes avec lesquelles j’ai grandi en Pashto. La force de cet enregistrement réside dans ce mélange singulier et hypnotisant entre la voix de Tander, le piano de Gustavsen et les percussions de Vespestad, le tout agrémenté de discrets éléments électroniques. L’ensemble a un pouvoir de persuasion émotionnel singulier, au-delà des limites du langage. Enregistré au Studio Rainbow d’Oslo en avril 2015 et produit par Manfred Eicher, What Was Said n’est pas la première collaboration de Tord Gustavsen avec une chanteuse. Ses travaux passés avec ses compatriotes Solveig Slettahjell et Silje Nergaard notamment avaient montré sa capacité à intégrer le chant dans sa musique. Mais cette fois pourtant, la rencontre semble plus puissante. Plus aboutie. Plus originale aussi. Tout simplement, plus belle. © MD/Qobuz
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 11 janvier 2010 | ECM

Hi-Res Livret
A l’origine d’une écriture mélodique riche et poétique, le jeune pianiste norvégien a déjà séduit nombre de fidèles d'ECM. Dans ce second opus pour ce label, il initie une manière une peu différente, plus lascive et mystérieuse.
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 15 janvier 2014 | ECM

Hi-Res Livret
Pour le pianiste norvégien Tord Gustavsen, le titre de ce sixième album pour ECM a une signification programmatique. Extended Circle renvoie, dit-il, à la réalisation d'un « double cercle » de trilogies : le premier avec le trio entendu sur Changing Places, The Ground, et Being There, le second avec le quatuor formé à l'intérieur d'ensembles élargis pour Restored, Returned, en 2009, puis documenté sur leur album de 2012, The Well. Enregistré à Oslo en juin 2013 avec Tore Brunborg au saxophone ténor, Mats Eilertsen à la contrebasse et son partenaire de longue date, le batteur Jarle Vespestad, le Gustavsen Quartet est un groupe mûri dont les interactions puisent la force dans la retenue, élevant la musique avec patience vers des sommets. Le répertoire est constitué de nouvelles pièces, d'airs de gospel et de ballades composées par le pianiste-leader, des improvisations luminescentes en groupe ainsi qu’une interprétation extatique de la chanson traditionnelle norvégienne Eg Veit I Himmerik Ei Borg (Je sais que dans le ciel il y a un château). « Cet arrangement a émergé lors du soundcheck d’un concert. Cette chanson est pour moi un moyen de me connecter avec mes propres racines dans la musique d'église, c'est une chanson que j'ai joué toute ma vie ». Extended Circle s’ouvre et se referme avec une pièce en trio, encadrant un recherche de textures et de dynamiques. « Vous revenez au point de départ, mais avec de nouvelles connaissances. Les choses sont les mêmes, mais pas tout a fait les mêmes » Une manière pour Tord Gustavsen de résumer son album et de retrouver, pense t-il, ses repères et points de vues lors de ses débuts pour ECM en 2003. © JMP/Qobuz
A partir de :
CD16,49 €

Jazz - Paru le 31 août 2018 | ECM

Livret
Quinze ans après Changing Places, l’album qui marquait ses débuts sur le label ECM, Tord Gustavsen offre une fois de plus un disque en trio, formation qui semble le mieux convenir à son jeu d’influence jarrettienne. Avec son fidèle batteur Jarle Vespestad et Sigurd Hole à la contrebasse (remplaçant Harald Johnsen disparu en 2011), le pianiste d’Oslo mêle ici des compositions originales à des standards du folklore norvégien et des pièces de Bach. Le lyrisme mais aussi un certain groove bien à lui lient ces thèmes de prime abord disparates. Quant à l’entente parfaite entre les trois musiciens, elle rend cet Other Side encore plus passionnant. © Clotilde Maréchal/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 21 mai 2007 | ECM

On this third outing for ECM, pianist/composer Tord Gustavsen comes full circle on Being There. When he signed to the label in 2003, issuing his debut, Changing Places, he and his collaborators -- bassist Harald Johnsen and drummer Jarle Vespestad -- dug deeply into close-knit quarters, creating a detailed yet expressionistic examination of the more melancholy human emotions. Being There completes a trilogy of elegantly layered, spacious jazz from the most introspective elements. As a pianist and composer, Gustavsen employs only the barest essentials. There is no fiery technique, no gimmickry that will heighten or dampen the mood, no harmonic drift. This music flows from a source, albeit quietly and enigmatically, looking into territory explored on this side of the Atlantic on earlier albums by Brad Mehldau, albeit with a distinctly Northern European voice. Perfect for ECM, the music is cool, almost uncomfortably so, such that when its lyricism is fully given voice it often takes the listener by surprise, instilling a kind of silence that breeds wonder rather than detachment. Manfred Eicher's signature production allows Gustavsen's piano the sheer deliberation and consideration he requires to put his gorgeous melodies into the air. This rhythm section doesn't follow his lead so much as flow into it, playing as a single voice, allowing these songs form and function. Gustavsen's imagery is skeletal, yet he shines light into the darkened corners of those less than celebratory moodscapes, bringing an intricate balance to both lyric and emotion. Check the rhythmic interplay on "Blessed Feet," where his chord voicings play the blues contrapuntally against Vespestad's snare. These are blues that sing and swing. Elsewhere, the mood is less transparent on the surface, such as in the whispering "Karmosin," written by Johnsen; it begins as an exercise in percussion, then rhythm, and finally lyricism. Johnsen's bass is a presence that anchors this lithe, shimmering melody and puts the weight of shade against the pianist's fragile light, and the articulation of the percussive voice melds both into a whole. The trio's artfulness is given full expression in the ballad "Around You," where the minor-key scalar head wraps itself around middle-register counterpoint and slides along the snare and cymbal skitter that is poignantly accented by Johnsen. The larger chords weave classical and jazz motions around the rhythm section, dynamically shifting from one bar to the next without ever losing sight of "song." At its heart, Being There is an album of very carefully constructed songs, where improvisation is part of a context -- its part in the entirety of the shape, texture, and dimension is argued delicately yet authoritatively, where close listening is of the essence by each player. The longest of these 13 pieces is only a shade over six minutes, and most fall between four and five minutes. For a recording that unveils itself so gracefully, there is true heft in its presentation. As hinted at on Tord Gustavsen's earlier ECM dates, Being There is the fruit of labor meticulously crafted and dutifully harvested. It is an album of secrets echoed, and questions that are fathomlessly deep; it invites the listener in cleanly, without seduction, and argues for full participation in its revelations. © Thom Jurek /TiVo
A partir de :
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Jazz - Paru le 7 février 2012 | ECM

Hi-Res Livret
Deux ans après Restored, Returned, Tord Gustavsen nous propose The Well. Si toutes les compositions, totalement inédites, sont l’œuvre de Gustavsen, ce disque met particulièrement en valeur la cohésion d’un quartet qui désormais fait corps, mais aussi la forte personnalité du saxophoniste Tore Brunborg dont le style conjugue une grande inventivité mélodique, une certaine mélancolie nordique et une sonorité résolument "bluesy". Toujours aussi délicat mais très soutenu par les rythmes raffinés de la batterie de Jarle Vespestad et la contrebasse de Mats Eilertsen, le piano de Gustavsen, subtilement teinté de gospel, distille son charme coutumier, au caractère à la fois tranquille, tendre et chaleureux. © JMP/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 31 janvier 2005 | ECM

A partir de :
CD14,99 €

Jazz - Paru le 22 janvier 2016 | ECM

Un habitué de la maison ECM pour un projet hors-norme et comme sait en produire le célèbre label munichois, véritable no man’s land du jazz et de la musique contemporaine… Avec What Was Said, Tord Gustavsen n’ajoute pas juste un énième album à sa déjà copieuse discographie. Non, le pianiste d’Oslo livre ici un opus en trio avec son fidèle batteur et percussionniste Jarle Vespestad et la chanteuse allemande d'origine afghane Simin Tander. Au menu de leur périple feutré, la musique liturgique norvégienne abordée d’une manière peu traditionnelle. « Pour le programme du nouveau projet, Simin et moi, précise Gustavsen, avons travaillé avec un poète afghan pour traduire et modeler une sélection d’hymnes norvégiennes avec lesquelles j’ai grandi en Pashto. La force de cet enregistrement réside dans ce mélange singulier et hypnotisant entre la voix de Tander, le piano de Gustavsen et les percussions de Vespestad, le tout agrémenté de discrets éléments électroniques. L’ensemble a un pouvoir de persuasion émotionnel singulier, au-delà des limites du langage. Enregistré au Studio Rainbow d’Oslo en avril 2015 et produit par Manfred Eicher, What Was Said n’est pas la première collaboration de Tord Gustavsen avec une chanteuse. Ses travaux passés avec ses compatriotes Solveig Slettahjell et Silje Nergaard notamment avaient montré sa capacité à intégrer le chant dans sa musique. Mais cette fois pourtant, la rencontre semble plus puissante. Plus aboutie. Plus originale aussi. Tout simplement, plus belle. © MD/Qobuz
A partir de :
CD1,99 €

Jazz - Paru le 3 août 2018 | ECM

L'interprète

Tord Gustavsen dans le magazine