Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES30,99 €
CD21,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2013 | SMASHING PUMPKINS - DEAL #2 DIGITAL

Hi-Res Distinctions Hi-Res Audio
A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 27 juillet 1993 | Virgin Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
While Gish had placed the Smashing Pumpkins on the "most promising artist" list for many, troubles were threatening to break the band apart. Singer/guitarist/leader Billy Corgan was battling a severe case of writer's block and was in a deep state of depression brought on by a relationship in turmoil; drummer Jimmy Chamberlin was addicted to hard drugs; and bassist D'Arcy and guitarist James Iha severed their romantic relationship. The sessions for their sophomore effort, Siamese Dream, were wrought with friction -- Corgan eventually played almost all the instruments himself (except for percussion). Some say strife and tension produces the best music, and it certainly helped make Siamese Dream one of the finest alt-rock albums of all time. Instead of following Nirvana's punk rock route, Siamese Dream went in the opposite direction -- guitar solos galore, layered walls of sound courtesy of the album's producers (Butch Vig and Corgan), extended compositions that bordered on prog rock, plus often reflective and heartfelt lyrics. The four tracks that were selected as singles became alternative radio standards -- the anthems "Cherub Rock," "Today," and "Rocket," plus the symphonic ballad "Disarm" -- but as a whole, Siamese Dream proved to be an incredibly consistent album. Such compositions as the red-hot rockers "Quiet" and "Geek U.S.A." were standouts, as were the epics "Hummer," "Soma," and "Silverfuck," plus the soothing sounds of "Mayonaise," "Spaceboy," and "Luna." After the difficult recording sessions, Corgan stated publicly that if Siamese Dream didn't achieve breakthrough success, he would end the band. He didn't have to worry for long -- the album debuted in the Billboard Top Ten and sold more than four million copies in three years. Siamese Dream stands alongside Nevermind and Superunknown as one of the decade's finest (and most influential) rock albums. © Greg Prato /TiVo
A partir de :
CD26,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Records

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
D'une durée de plus de deux heures, Mellon Collie est un sacré challenge. Il faut reconnaître au crédit de Billy Corgan que le résultat est gratifiant et fascinant. Malgré la démesure du champ d'action de l'album, les Smashing Pumpkins s’épanouissent dans cette immensité. Les compositions de Corgan n'ont jamais été limitées par les notions conventionnelles de ce qu'un groupe de rock peut faire, même s'il est clair qu’il s’est inspiré de la musique des groupes d’heavy metal et d’art rock des années 70. Au lieu de copier les sons de ses disques préférés, il en développe les idées, nichant le piano tranquille du morceau titre et la plaintive "1979" au milieu de la ruée volcanique de "Jellybelly" et de "Zero". Entre ces deux extrêmes, on a droit à tout un éventail de styles musicaux, du rock à la pop en passant par le classique. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
HI-RES31,99 €
CD27,99 €
CYR

Rock - Paru le 27 novembre 2020 | Sumerian Records

Hi-Res
Les Smashing Pumpkins ne perdent plus de temps. Billy Corgan et sa bande recomposée avait sorti en 2018 le très court Shiny & Oh So Bright Vol.1. Le premier album studio en dix-huit ans. Cyr est conçu comme sa suite et on le saisit dès cette pochette signée une nouvelle fois par le studio TNSN DVSN.  Bien-sûr, des Smashing de la période Siamese Dream et Mellon Collie & The Infinite Sadness, il ne reste que la batteur Jimmy Chamberlin et le guitariste James Iha, la bassiste D'arcy Wretzky n’étant toujours pas réconciliée avec le tyrannique Corgan. Et ne le sera a priori jamais. Si l’opus de la recomposition produit par Rick Rubin ravive leur âge d’or alternatif, Cyr embraye sur une pop bien plus fraîche, pour une raison simple.”J’en pouvais plus qu’on me dise que ma musique ne sonne pas contemporaine”, dixit le boss. Dans ce double album long de vingt pistes, Corgan a ainsi mis l’accent sur les synthés et les chœurs féminins. Dès l’entrée en matière, on pense au groupe canadien TR/ST (Sulk) avec cette dark pop martelée au kick. La formule se répète assez, ce qui pourrait en lasser plus d’un, pour différer sur Wyttch et ses guitares heavy, l’orgue de Save Your Tears ou le clair/obscur de Purple Blood. Ce double singulier, à l’opposé de celui qui a le plus vendu dans les années 90 prouve - s’il le fait encore - que Billy Corgan n’est jamais aussi bon qu’entouré des Smashing. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
CD69,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Records

Livret
D'une durée de plus de deux heures, Mellon Collie est un sacré challenge. Il faut reconnaître au crédit de Billy Corgan que le résultat est gratifiant et fascinant. Malgré la démesure du champ d'action de l'album, les Smashing Pumpkins s’épanouissent dans cette immensité. Les compositions de Corgan n'ont jamais été limitées par les notions conventionnelles de ce qu'un groupe de rock peut faire, même s'il est clair qu’il s’est inspiré de la musique des groupes d’heavy metal et d’art rock des années 70. Au lieu de copier les sons de ses disques préférés, il en développe les idées, nichant le piano tranquille du morceau titre et la plaintive "1979" au milieu de la ruée volcanique de "Jellybelly" et de "Zero". Entre ces deux extrêmes, on a droit à tout un éventail de styles musicaux, du rock à la pop en passant par le classique. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2001 | Virgin Records

A partir de :
CD97,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 1 janvier 2013 | SMASHING PUMPKINS - DEAL #1 DIGITAL

A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 29 février 2000 | Virgin Records

A partir de :
CD23,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2011 | Virgin Records

Livret
A partir de :
CD13,99 €

Rock - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Records

Livret
A partir de :
CD19,49 €

Rock - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Records

Livret
A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 novembre 2018 | Napalm Records Handels GmbH

Les Smashing Pumpkins se « reforment ». Entre guillemets. Dans l'histoire douloureuse du quatuor né à Chicago en 1988 et mené d'une main de fer par le charismatique mais chauve Bill Corgan, ils ont définitivement perdu D'arcy Wretzky, sa bassiste blonde platine. La seule qui n’aura pas cédé à la demande de reformation du boss. Malgré une cinquantaine tassée, les rancœurs restent fraîches. Du Smashing Pumpkins des débuts, seuls Jimmy Chamberlin (batterie) – toujours fidèle au poste – et James Iha (guitare) – plus étonnant – ont cédé à Corgan. Auquel on ajoute Jeff Schroeder à la guitare et aux claviers arrivé à mi-parcours. Chamberlin, Iha, Corgan, sur scène comme au disque, on n’avait pas vu ça depuis dix-huit ans. Et c’est sans doute pourquoi cet opus au titre obscur rappelle tant le mitan des années 90 et son meilleur coup : Mellon Collie and the Infinite Sadness. Ce coup-ci, l’histoire est simple. « On s’est juste dit : on baisse la tête et on joue », explique Corgan. Au départ, le chanteur voulait juste sortir une piste. Ils en montreront seize à un Rick Rubin tant emballé que le fameux producteur voudra partir sur un album. Deux semaines plus tard, le tout est enregistré dans ses Shangri-La Studios de Malibu. Huit pistes, 31 minutes. Un condensé fulgurant de grunge 90’s (Solara, Silvery Sometimes), du heavy metal avec les guitares criantes de Marchin’ On, mais aussi du rock plus mystique et orchestral avec les cordes et les chœurs de Knights of Malta ou le clavier d’Alienation. Du très bon Smashing Pumkins, en somme. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
HI-RES14,49 €
CD12,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 décembre 2014 | BMG Rights Management (US) LLC

Hi-Res Livret
As he set to work on Monuments to an Elegy, the second "album within an album" within the larger Teargarden by Kaleidyscope project, Billy Corgan slowly whittled down Smashing Pumpkins to himself and guitarist Jeff Schroeder. This narrowing of the group -- the duo is supported by the hired hand of Mötley Crüe's drummer Tommy Lee -- ultimately doesn't matter much because ever since the Pumpkins' 2007 comeback, the secret of Corgan's complete control of the group was out in the open. More than either Zeitgeist or Oceania, both of which traded in the surging six-strings of Siamese Dream, Monuments to an Elegy feels like a Corgan solo project and not just because this percolates with analog synthesizers straight out of The Future Embrace. Monuments stitches together all of Corgan's obsessions -- thick sheets of guitars, 4AD space rock, delicate acoustica, Commodore 64 synthesizers, a fondness for both noise and beauty -- but there is an ease to the album that not only feels self-reflective but also rather mature. Usually, when Corgan covers this much ground it was with the express intent to dazzle, but here his attitude is almost casual as he slides from the volcanic "One and All" to the exquisitely sculpted new wave of "Dorian," stopping for a respite of disco on "Anaise!" The breadth impresses and it resonates stronger because he's funneled all these sounds and textures into a tight nine-song album that lasts barely over a half-hour. For an artist who has fervently believed more is indeed more, this restraint is thoroughly appealing and helps showcase his craft in surprising -- and, yes, sometimes dazzling -- ways. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 18 juin 2012 | Martha’s Music, LLC

Neuvième album des légendes du rock alternatif Smashing Pumpkins, Oceania, paru en 2012, succède à leur album de reformation de 2007, Zeitgeist. Il fait partie du projet Teargraden by Kaleidyscope, collection de 44 chansons créées par Billy Corgan, désormais seul membre originel, entouré ici de Jeff Schroeder à la guitare, déjà présent sur Zeitgeist et de deux nouvelles recrues, Nicole Fiorentino à la basse et Mike Byrne à la batterie. Bien que pensé comme une série de chansons indépendantes les unes des autres, Teargarden by Kaleidyscope a finalement été remanié par Corgan qui a donné une cohérence à une partie d'entre elles, faisant d'Oceania une sorte d'album dans l'album concept Teargarden. © TiVo
A partir de :
CD4,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 9 mars 2016 | Doxy Records

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 19 avril 2021 | Cult Legends

A partir de :
CD9,99 €

Alternatif et Indé - Paru le 16 novembre 2018 | Napalm Records Handels GmbH

Les Smashing Pumpkins se « reforment ». Entre guillemets. Dans l'histoire douloureuse du quatuor né à Chicago en 1988 et mené d'une main de fer par le charismatique mais chauve Bill Corgan, ils ont définitivement perdu D'arcy Wretzky, sa bassiste blonde platine. La seule qui n’aura pas cédé à la demande de reformation du boss. Malgré une cinquantaine tassée, les rancœurs restent fraîches. Du Smashing Pumpkins des débuts, seuls Jimmy Chamberlin (batterie) – toujours fidèle au poste – et James Iha (guitare) – plus étonnant – ont cédé à Corgan. Auquel on ajoute Jeff Schroeder à la guitare et aux claviers arrivé à mi-parcours. Chamberlin, Iha, Corgan, sur scène comme au disque, on n’avait pas vu ça depuis dix-huit ans. Et c’est sans doute pourquoi cet opus au titre obscur rappelle tant le mitan des années 90 et son meilleur coup : Mellon Collie and the Infinite Sadness. Ce coup-ci, l’histoire est simple. « On s’est juste dit : on baisse la tête et on joue », explique Corgan. Au départ, le chanteur voulait juste sortir une piste. Ils en montreront seize à un Rick Rubin tant emballé que le fameux producteur voudra partir sur un album. Deux semaines plus tard, le tout est enregistré dans ses Shangri-La Studios de Malibu. Huit pistes, 31 minutes. Un condensé fulgurant de grunge 90’s (Solara, Silvery Sometimes), du heavy metal avec les guitares criantes de Marchin’ On, mais aussi du rock plus mystique et orchestral avec les cordes et les chœurs de Knights of Malta ou le clavier d’Alienation. Du très bon Smashing Pumkins, en somme. © Charlotte Saintoin/Qobuz
A partir de :
CD9,99 €

Rock - Paru le 11 novembre 2019 | BBM

A partir de :
CD12,49 €

Alternatif et Indé - Paru le 8 décembre 2014 | BMG Rights Management (US) LLC

Peu à peu, Billy Corgan a vidé The Smashing Pumpkins de sa substance de groupe pour en faire l'instrument de sa seule volonté artistique. Nouveau volet du projet Teargarden by Kaleidyscope, Monuments to an Elegy souligne l'appropriation du groupe par son leader, The Smashing Pumpkins étant désormais réduit à un duo avec Jeff Schroeder. Exit donc la section rythmique Mike Byrne et Nicole Fiorentino, remplacée par le seul Tommy Lee à la batterie, Billy Corgan s'emparant de la basse.Il est à parier que les fans n'en ont cure, tant Billy Corgan a toujours représenté The Smashing Pumpkins, surtout depuis le départ de James Iha en 2000. Ils ne lui en tiendront pas non plus rigueur, étant donné que Monuments to an Elegy a de quoi satisfaire les plus difficiles d'entre eux. Contrairement à Oceania qui privilégiait les ambiances, Monuments to an Elegy est un album direct, une suite de morceaux d'un rock qui n'esquive pas la brutalité.La différence de ton entre les deux albums laisse entrevoir l'un des objectifs de Teargarden by Kaleidyscope, qui serait d'établir une sorte de catalogue des différentes sensibilités du rock alternatif américain. Billy Corgan va ainsi chercher dans sa boîte à riffs saignants un « Anti-Hero » fortement martelé. « One and All » fait aussi la part belle à la guitare et à une vision assez offensive du rock alternatif. Monuments to an Elegy contient bien sûr des chansons plus nuancées, dont « Drum + Fire », avec son lyrisme qui n'est pas sans rappeler la Britpop façon Oasis.Monuments to an Elegy permet d'y voir un peu plus clair dans le projet Teargarden by Kaleidyscope qui devient, morceau après morceau, une sorte d'anthologie du rock vue par Billy Corgan. Une vision égocentrique qui tiendra bon tant que le résultat aura la qualité du présent album. © ©Copyright Music Story Francois Alvarez 2021

L'interprète

The Smashing Pumpkins dans le magazine
  • Smashing Pumpkins, pop en stock
    Smashing Pumpkins, pop en stock Avec "Cyr", Billy Corgan et ses complices sortent les synthés et les chœurs féminins pour un album bien plus pop qu'à leur habitude...
  • QIBUZ / Lundi 23 mai 2011
    QIBUZ / Lundi 23 mai 2011 Chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : voici la rubrique coquine de Qobuz.com...