Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,99 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 mai 2012 | Chandos

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles de Classica - La Clef du mois RESMUSICA
Une mise en place phénoménale par Stéphane Denève, chef attentif et amoureux des timbres debussystes. Il s’en dégage une lumière particulière grâce aussi aux excellents instrumentistes de l’Orchestre Royal et National d’Ecosse superbement captés par les ingénieurs de Chandos. On a rarement entendu de tels sortilèges dans Jeux, cette partition ouverte sur la musique du futur et si délicate à équilibrer. Un album qui en dit long sur la qualité des orchestres d’aujourd’hui. © FH/Qobuz
HI-RES13,49 €21,49 €(37%)
CD9,99 €14,99 €(33%)

Classique - Paru le 24 juin 2016 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - Choc de Classica - Choc Classica de l'année
« Orchestre foisonnant alla Roussel, Flammenschrift (Lettre de feu - 2012) d'une incroyable vitalité et son hommage à l’Allemagne de Goethe ont tout pour devenir un classique du XXIe siècle. [...] À la seconde audition on admire l’orchestration somptueuse, le foisonnement des arrière-plans, la maîtrise de la forme qui s’offre des détours sans baisse de tension. [...] Pour sortir au jour est inspiré par le Livre des morts de l’Egypte antique, dont il porte le titre original. Ce vaste concerto pour flûte qui met en valeur la virtuosité, l’impeccable phrasé et la belle sonorité de Mathieu Dufour, s’ouvre sur une Danse processionnelle d’une impalpable texture acoustique, immédiatement saisissante. [...] Quant au Brussels Philharmonic, il a trouvé, en Stéphane Denève un chef et un directeur musical capable d’en révéler toutes les ressources.» (Diapason, septembre 2016 / Gérard Condé)« Classica soutient, depuis des années, l'œuvre de Guillaume Connesson. Elle s'inscrit dans le courant postmoderne, associant folklores, musiques actuelles et les grands classiques du XXe siècle. [...] La musique surgit, incendiaire, enivrée de sa propre virtuosité et d'un désir de puissance. Si elle se réfère à Beethoven, à Leopardi ou à l'Egypte ancienne, la musique de Guillaume Connesson affirme une vigoureuse modernité et une science orchestrale unique. Stéphane Denève creuse les couleurs, sollicite l'orchestre dans une impulsion irrésistisble, s'interdisant toute trivialité. Un musicien aussi habile dans Debussy, Ravel, Poulenc et Roussel ne pouvait que mener à bien un disque aussi passionnant.» (Classica, juillet 2016 / Stéphane Friédérich)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Ballets - Paru le 29 mai 2007 | Naxos

Livret Distinctions Diapason d'or de l'année - Diapason d'or - 4 étoiles du Monde de la Musique - 10 de Classica-Répertoire
Symphonie n°3, op.42 - Bacchus et Ariane, ballet op.43 : Suites n°1 & n°2 / Orchestre National Royal Ecossais - Dir. Stéphane Denève
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 26 janvier 2010 | Chandos

Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica - Choc Classica de l'année - Prise de son d'exception
L’avant-garde-qui-meurt-mais-qui-ne-se-rend-pas doit s’en retourner dans sa tombe, quand même tout le monde n’y est pas encore tout à fait mort : les compositeurs contemporains français de la nouvelle génération – Tanguy, Escaich, Bacri, Connesson – ont délibérément fait fi de ses vieux diktats et retournent à la vraie musique, celle qui a des choses à dire. Guillaume Connesson (* 1970), justement, tout juste la quarantaine, revendique ses influences du côté de Wagner, Strauss, Debussy, Ravel, Messiaen, Dutilleux, voire de John Adams et James Brown (!), même s’il écrit une musique totalement moderne et personnelle, mais dans laquelle il s’adresse au cœur, aux tripes, à la sensibilité, à la sensualité de l’auditeur, plutôt qu’à son boulier-compteur de séries dodécaphoniques. Résultat : une musique foisonnante, richissime, fascinante dans son discours, merveilleusement orchestrée, pour ce triptyque d’inspiration "cosmique", musique des étoiles et des étendues infinies encore plus que des simples sphères. L’ouvrage a été écrit entre 1997 et 2007, avec révisions récentes ; c’est ici la première mondiale discographique. En complément de ce programme lumineux et intense, on découvrira – toujours en première discographique – The Shining One pour piano et orchestre, écrit en 2009, une pièce courte mais dense, où Connesson réduit l’orchestre à une formation Mozart – plus un arsenal de percussions et harpe, quand même. (© Qobuz) "La première impression est celle d’un grand talent dans l’utilisation de l’orchestre, et d’un magnifique sens du timbre. Supernova est emblématique du retour à l’écriture symphonique de nombreux jeunes compositeurs, mais dans ce cas précis, avec quelle maîtrise ! Une œuvre de répertoire est née..." (La Lettre du musicien, Jacques Bonnaure, 1997) "D’œuvre en œuvre la personnalité artistique de Guillaume Connesson, la séduction de son écriture reconnaissable font “mouche” auprès du public." (La Lettre du Musicien, Stéphane Friedérich, 2005) "Il aime l’orchestre et l’opéra, la musique de films et le rock. Sa musique est hédoniste et savante. A découvrir d’urgence." (Classica, Bertrand Dermoncourt, 2000) "La musique de Connesson, artiste fasciné par le domaine lyrique et l’alchimie instrumentale de l’orchestre, se caractérise finalement par une recherche, tout azimuts, de puissance expressive ; d’une émotion qui serait à la fois instantanée et durable." (Classica, David Sanson, 2005) "Il est incontestablement aujourd’hui le compositeur le plus doué, demandé et ouvert de sa génération en France. Il excelle dans l’utilisation de l’orchestre symphonique dont il paraît connaître les moindres secrets. Sa musique défile comme dans un rêve, en perpétuel renouvellement, multipliant les trouvailles mélodiques et rythmiques." (La Terrasse, Jean Lukas, 2003) "Connaissez Connesson ! Techno Parade est une enthousiasmante partition (...) qui nécessite une précision millimétrique et un jeu quasi mécanique." (Libération, 3 août 2002, Eric Dahan) "Pourquoi Guillaume Connesson est-il un des compositeurs les plus excitants de sa génération ? Parce qu’il est presque incroyable qu’un si jeune compositeur possède un sens aussi accompli de la réalisation artisanale, (...) parce que l’art de Connesson, contrairement à celui de beaucoup de compositeurs d’aujourd’hui, ne se résume pas à une “posture” esthétique (...) Parce qu’enfin Guillaume Connesson n’écrit pas une mesure qui ne soit à la fois parfaitement inspirée, “entendue” et réalisée." (Jean-François Zygel, 1998)
CD4,49 €5,99 €(25%)

Musique symphonique - Paru le 30 mars 2010 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica - Prise de son d'exception
Quatrième volume de l’intégrale Roussel chez Naxos. Cet opus propose la Quatrième Symphonie et des œuvres plus rares, telles la Rapsodie flamande ou le Concert pour petit orchestre. Délicatesse, esprit flamboyant et poigne rythmique restent la force de cette entreprise qui vise à réhabiliter l’un des maîtres absolus de l’orchestre français.
HI-RES25,49 €
CD17,99 €

Musique symphonique - Paru le 12 avril 2019 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
À l’orée de la cinquantaine, le compositeur français Guillaume Connesson a trouvé à la fois son style et la maturité d’un créateur sans complexes. Né en 1970, il n’a pas eu à subir la « dictature sérielle » qui a sévit longtemps dans un monde musical étouffant, aux chapelles multiples, mais toutes très fermées. Suivant sa route, il fait flèche de tout bois, comme autrefois Poulenc, s’inspirant de la musique de films comme de celle de Ravel dont il partage le sens inné de l’orchestration. Connesson s’abreuve aussi volontiers à la littérature, notamment, dans cet album, à celle de Howard Phillips Lowecraft (À la recherche de Kadath) ou encore de James Hilton, dont le roman Lost Horizon a fasciné de multiples rêveurs utopistes à travers le très beau film éponyme de Frank Capra. Qui n’a pas, en le voyant, rêvé d’un monde de paix et de bonheur à l’image de Shangri-La ! Guillaume Connesson en a fait un concerto pour violon pour Renaud Capuçon qui le joue ici, concerto en quatre parties. De l’oeuvre de Lowecraft, Connesson a tiré un triptyque symphonique d’une grande richesse de contrastes rendant un bel hommage à l’univers onirique de l’auteur. Dans le concerto pour saxophone A Kind of Trane, c’est le souvenir du saxophoniste John Coltrane qui émerge, cet extraordinaire jazzman qui faisait véritablement corps avec son instrument. Le Tombeau des regrets est une œuvre plus intérieure. Au mi-temps de sa vie, le compositeur semble explorer ses sentiments les plus intimes à travers cette pièce sobre et dépouillée où les regrets cohabitent avec une réflexion sur le temps qui passe inexorablement, en emportant tout sur son passage sans espoir de retour en arrière. Soulignons l’excellent travail des musiciens du Brussels Philharmonic, en grande forme et sous la direction amicale et si efficace de Stéphane Denève. © François Hudry/Qobuz
CD4,49 €5,99 €(25%)

Musique symphonique - Paru le 3 janvier 2012 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason - Choc de Classica
Après quatre volumes de la musique orchestrale d'Albert Roussel acclamés par la public et la presse (dont un Diapason d'Or de l'Année), Stéphane Denève et le Royal Scottish National Orchestra reviennent chez Naxos avec le cinquième et dernier volume de la série. Le Festin de l'Araignée est peut-être l'oeuvre la plus jouée de Roussel, écrit durant sa période d'influence impressionniste, et l''expérience de Roussel comme lieutenant de la Marine Française en orient se retrouve dans son ballet Padmavati, inspiré de la cité ancienne de Chittorgarh au Rajasthan. Un album hautement recommandable, qui clôt en apothéose cette superbe série !
CD4,49 €5,99 €(25%)

Musique symphonique - Paru le 17 novembre 2009 | Naxos

Livret Distinctions Diapason d'or - 4 étoiles de Classica
Symphonie n°1 - Résurrection – Le marchand de sable qui passe / Royal Scottish National Orchestra - Stéphane Denève, direction
CD5,99 €

Musique symphonique - Paru le 29 avril 2008 | Naxos

Livret Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles du Monde de la Musique
Symphonie n°2 - Pour une fête de printemps - Suite en fa majeur / Royal Scottish National Orchestra - Stéphane Denève, direction
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 novembre 2015 | SWR Classic

Livret Distinctions Diapason d'or / Arte - Choc de Classica
Arthur Honegger, on en parle souvent, on le loue aux nues, on l’encense, on s’en réclame à cor et à cris… mais quand il s’agit de le jouer, les orchestres – en dehors de l’occasionnel mouvement symphonique Pacific 231 – ne se bousculent pas vraiment au portillon, c’est le moins que l’on puisse dire. Saluons donc l’initiative de l’Orchestre de la Radio de Stuttgart et son chef Stéphane Denève d’avoir inscrit au programme de ce nouvel enregistrement quelques-unes de ses œuvres : deux des cinq symphonies – la « Liturgique » et la Deuxième, pour cordes et trompette –, et deux des trois « Mouvements symphoniques », plus précisément les deux qui portent un nom, à savoir Pacific 231 et Rugby. © SM/Qobuz« Nouveau succès pour Stéphane Denève qui domine sans conteste la discographie moderne de ces œuvres françaises inclassables, négligées en grande partie par les orchestres hexagonaux. Leur modernité, apparemment, ne correspond plus à la nôtre. Pourtant, ces œuvres [...] traduisent d'une manière prodigieusement expressive les tensions et les ruptures de notre monde actuel. [...] Cette force brute est ici profondément narrative et d'une sincérité qui saisit d'emblée. [...] Dans les pupitres aux timbres crus de Stuttgart résonne l'angoisse d'une humanité déchirée, comme dans les œuvres contemporaines d'un Chostakovitch. [...] (Classica, décembre 2015 / Stéphane Friédérich)« On ne s'étonnera pas que l'Orchestre de la SWR s'épanouisse dans la musique d'Arthur Honegger. Le protestant du groupe des Six fut d'emblée le plus apprécié outre-Rhin, car le plus germaniquement orienté (usage virtuose du contrepoint, affinités avec Bach, Wagner, Strauss). [...] Stéphane Denève et les forces de la SWR nous subjuguent par la maîtrise des équilibres. [...] Les musiciens de Stuttgart nous bouleversent dans l'Adagio de la Symphonie "Liturgique". Cette supplication baignée de larmes, respire large [...] Denève signe la version la plus poignante après celle, superlative, de Karajan à Berlin (1969, DG)» (Diapason, janvier 2016 / François Laurent)
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 17 novembre 2017 | Universal Music Division Decca Records France

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
« Prokofiev resculpté. Le chef Stéphane Denève redécoupe deux ballets du compositeur soviétique et façonne leur pâte sonore avec force. [...] Il faut saluer en premier lieu l'intensité de la direction de Denève.» (Classica, mars 2018 / Clément Serrano)
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 12 mai 2017 | SWR Classic

Livret Distinctions 4 étoiles de Classica
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Oratorios sacrés - Paru le 28 juin 2019 | Royal Concertgebouw Orchestra

Hi-Res Livret
Longtemps dominée par l’excellente version de Seiji Ozawa enregistrée à Paris en 1991 avec Marthe Keller dans le rôle titre, la discographie du chef-d’œuvre d’Arthur Honegger et Paul Claudel se voit aujourd’hui modifiée avec ce nouvel enregistrement réalisé au cours de deux concerts donnés au Concertgebouw d’Amsterdam, les 27 et 28 septembre 2018. Boudée depuis plus de cinquante ans par les organisateurs de concerts comme par les musiciens, à part les exceptions notables de Michel Plasson ou Serge Baudo, la musique d’Arthur Honegger souffre d’un étonnant abandon. Aujourd’hui, c’est Stéphane Denève qui prend la relève, étant l'un des seuls chefs à s’intéresser au compositeur suisse né en France, ayant accompli ses études musicales au Conservatoire National de Musique de Paris et toute sa carrière en France. Cette nouvelle version, publiée par le propre label du prestigieux Royal Concertgebouw Orchestra, bénéficie à la fois de la compétence d’un chef rompu à ce répertoire et de la qualité exceptionnelle de l’orchestre, du Chœur Symphonique de Rotterdam, des solistes et des rôles parlés, avec des acteurs français, tels Judith Chemla (ancienne sociétaire de la Comédie-Française) en Jeanne d’Arc et Jean-Claude Drouot en Frère Dominique. Grand compositeur de musique de film, Arthur Honegger utilise ce même procédé de découpage en une suite de tableaux, suivant avec précision les indications de Claudel pour composer une fresque historique d’une grande force dramatique. © François Hudry/Qobuz
CD17,99 €

Classique - Paru le 12 avril 2019 | Universal Music Division Decca Records France

Livret
CD14,99 €

Classique - Paru le 17 novembre 2017 | Universal Music Division Decca Records France

Livret
CD14,99 €

Classique - Paru le 24 juin 2016 | Universal Music Division Decca Records France

Livret

L'interprète

Stéphane Denève dans le magazine