Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD8,49 €

Ballets - Paru le 22 avril 2016 | Melodia

Distinctions Diapason d'or - Choc de Classica
« Gennady Rozhdestvensky est le seul à avoir enregistré les sept ballets de Prokofiev, à chaque fois dans leur version intégrale. Des œuvres à redécouvrir. [...] Avec trois orchestres différents et pendant plusieurs décennies, ses interprétations sont d’une grande constance. Et bien remasterisées. Contrastées, véhémentes, aussi russes que possible, elles exaltent la veine théâtrale et souvent ironique des partitions. Ce coffret apparaît donc de plein droit historique, d’autant que Guennadi Rojdestvenski ne possède aucun concurrent soviétique en ce domaine.» (Classica, mai 2016 / Bertrand Dermoncourt)
CD9,99 €

Classique - Paru le 23 avril 2014 | Melodia

Distinctions Pianiste Maestro - 4 étoiles Classica
« L'orchestre se fait difficilement oublier, même avec deux pianos. [...] L'arrangement pour deux pianos de la Suite de ballet Roméo et Juliette ouvre l'espace autant qu'il multiplie les difficultés d'équilibres. Les astuces de l'auteur du "forfait", Arthur Ancelle, sont aussi convaincantes que brillantes : bruits sur le piano, jeux habiles des pédales, attaques différenciées [...] Une beauté sublimée par la puissance des deux pianos Yahama. [...] Cette lecture est avant tout dédiée à la chorégraphie. Changement de décor avec Cendrillon dont Mikhail Pletnev a réalisé l'arrangement. Nous sommes dans l'univers symphonique, voire concertant, les deux instruments se transmettant la prima voce. Tout paraît plus pianistique dans le geste, plus accompli dans le polissage des masses sonores. L'œuvre originelle le réclame aussi. [...] Voilà un disque déroutant et passionnant ! (Pianiste, Stéphane Friédérich)
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2010 | Melodiya

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD7,99 €

Musique concertante - Paru le 17 octobre 2001 | Naxos

Livret Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
S’il n’est pas nécessairement vrai que l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même – certains compositeurs étaient de piètres pianistes ou chefs pour leurs propres œuvres, on ne citera personne mais les noms sont connus… –, dans le cas de Prokofiev, la chose est flagrante : ce fut un phénoménal pianiste. Il existe heureusement quelques enregistrements des années trente où le compositeur s’est mis au piano pour nous donner quelques-unes de ses œuvres. Le son n’est sans doute par le meilleur au monde – dans le Troisième Concerto, le piano est placé quelque peu en retrait, mais l’on entend clairement que l’instrument est entre d’excellentes mains. Prokofiev, dans ses Visions fugitives, ou ses Suggestions diaboliques, est vraiment des plus diaboliques ou des plus fuyants, un superbe témoignage de ce que voulait le musicien. (c) SM/Qobuz
HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Classique - Paru le 10 novembre 2014 | Onyx Classics

Hi-Res Distinctions 5 de Diapason
CD9,99 €

Classique - Paru le 17 août 2009 | Everest Recordings

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
HI-RES16,99 €
CD10,99 €

Musique symphonique - Paru le 7 avril 2017 | Challenge Classics

Hi-Res Livret
CD19,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Nimbus Records

CD9,99 €

Classique - Paru le 10 octobre 1992 | Mezhdunarodnaya Kniga Musica

HI-RES14,49 €
CD9,99 €

Musique concertante - Paru le 18 septembre 2015 | Onyx Classics

Hi-Res Livret
« Techniquement stupéfiant, on s'en doute, incroyable si l'on compare la liberté de Mullova jouant le Concerto No. 2 à sa gravure de 1988. [...] Dans cette nouvelle gravure prise sur le vif, Mullova confirme que, tout en ayant encore magnifié sa maîtrise instrumentale, elle a découvert la liberté et développé son propre imaginaire en passant du noir et blanc à la couleur. [...] Habilement soutenue par Paavo Järvi, elle fait preuve d'ivresse (Allegro initial), rayonne dans la généreuse mélodie de l'Andante, tandis qu'elle mord à pleines dents le turbulent Finale [...] Avec une totale aisance, exploitant pleinement la lumineuse sonorité de son Stradivarius, Viktoria Mullova y démontre, une fois encore sur scène, lyrisme, virtuosité et ingéniosité. » Voilà ce qu’écrit Jean-Michel Molkhou dans Diapason de septembre 2015… Mentionnons qu’en plus du Concerto, Mullova se joint à l’excellent Tedi Papavrami pour nous donner la rare Sonate pour deux violons créée en 1932, un régal de joie et de vitalité dans lequel l’on reconnaîtra volontiers des tournures que le compositeur réutilisera dans son ballet Roméo et Juliette. Mullova revient en solo à la fin de l’album avec l’intrigante Sonate pour violon solo, une œuvre commandée en 1947 – l’ultime période de Prokofiev donc – pour servir de pièce de travail à de jeunes solistes talentueux. Qui devaient la jouer à plusieurs, à l’unisson ! D’où, sans doute, une certaine absence de virtuosité débridée qui n’aurait pas été compatible avec le propos. Mais Prokofiev en profite pour développer un poignant lyrisme, alternant avec une gaieté quasi-baroque. Étonnant Prokofiev, joué par une étonnante Mullova ! © SM/Qobuz
CD5,99 €

Classique - Paru le 8 décembre 2015 | Cypres

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2011 | Melodiya

CD9,99 €

Ballets - Paru le 1 janvier 2005 | Melodia

CD9,99 €

Classique - Paru le 9 septembre 1999 | Russian Compact Disc

CD9,99 €

Classique - Paru le 15 septembre 2005 | Classical Records

CD9,99 €

Opéra - Paru le 1 janvier 2011 | Melodia

CD9,99 €

Classique - Paru le 16 février 2009 | Classical.com Music

CD15,99 €

Classique - Paru le 25 novembre 2015 | EXTON

CD9,99 €

Opéra - Paru le 29 mars 2019 | Melodiya