Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES13,49 €
CD8,99 €

Concertos pour violon - Paru le 18 novembre 2013 | naïve classique

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - Le Choix de France Musique - Hi-Res Audio
CD14,49 €

Classique - Paru le 2 mars 2012 | deutsche harmonia mundi

Distinctions 5 de Diapason - 4 étoiles de Classica
Georg Friedrich Händel : Sonates pour violon HVW 358, 359a, 361, 364a, 370 à 372, 375
HI-RES17,49 €
CD12,49 €

Musique de chambre - Paru le 22 mars 2019 | harmonia mundi

Hi-Res Livrets Distinctions Diapason d'or
Au lendemain d’un album consacré aux concertos pour violoncelle et symphonies de C. P. E. Bach (Diapason d’Or, ffff Télérama, etc.), les musiciens de l’Ensemble Resonanz poursuivent leur exploration très personnelle de la musique orchestrale du XVIIIe siècle. Personnelle ? Parce que depuis plusieurs années, sous la direction d’un chef aussi inspiré que le maestro Riccardo Minasi, l’ensemble a relevé le défi de jouer avec toute la maîtrise du geste baroque des instruments “montés" à la moderne (violons, altos et basses sur cordes métal). Quarante ans après ce qu’on a appelé “la révolution baroque”, quel plaisir de redécouvrir ces neuf mouvements d’orchestre littéralement habités par la divine parole du Christ en croix — une science de la rhétorique pour laquelle Joseph Haydn n’avait pas d’égal ! © harmonia mundi
CD8,99 €

Musique concertante - Paru le 24 avril 2012 | Opus 111naïve

Livret Distinctions Choc de Classica
Vivaldi : Concerto per violino IV "L'Imperatore" : Concertos pour violon, cordes et basse continue RV 331, 171, 391, 271, 327, 263a, 171 - Il Pomo d'Oro - Riccardo Minasi, violon et direction
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 22 avril 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Klassik
L’inépuisable source de surprises que sont les quarante-et-un trios avec piano de Haydn, un répertoire hélas fort négligé de nos jours, car sans doute pas assez virtuose pour les instrumentistes qui souhaitent faire étalage de capacités digitales plutôt que d’inspiration musicale… Écrits entre 1760 et 1797, ils couvrent la majeure partie de la vie créatrice du compositeur ; si les premiers sont plutôt des pièces pour clavier avec accompagnement de violon et de violoncelle (ce dernier se bornant à doubler la ligne de basse), les ouvrages plus tardifs représentent le véritable acte de naissance du grand trio avec piano tel que le développera Beethoven. Le violon (ou la flûte, dans le cas de trois d’entre eux) se libère totalement, le violoncelle se voit attribuer de plus en plus d’autonomie ; tandis que le discours se fait de plus en plus hardi, surtout dans la conduite harmonique qui n’hésite pas à rompre avec tous les standards de l’époque. Riccardo Minasi au violon, Maxime Emelyanychev au fortepiano, Federico Toffano au violoncelle, ont choisi un éventail de quatre trios couvrant eux aussi toute la période créatrice de Haydn, du Hob. XV:1 des années 1765, en passant par le très mozartien Hob. XV:13 de 1789 dans un sombre ut mineur, au Hob. XV:25 de 1795 avec son finale Rondo a l’Ongarese qui lui a valu le surnom de « Tzigane » car, en effet, on y trouve maintes tournures que ne renierait pas un Brahms trois quarts de siècle plus tard. Le plus grand Haydn ! © SM/Qobuz
CD14,49 €

Classique - Paru le 26 mars 2012 | deutsche harmonia mundi

CD14,49 €

Classique - Paru le 27 août 2010 | deutsche harmonia mundi

Livret
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 18 mars 2016 | deutsche harmonia mundi

Hi-Res Livret
Jusque dans les années 1770, une sonate pour clavier et violon était essentiellement une œuvre pour clavier avec accompagnement de violon, ce dernier se bornant à doubler la partie de main mélodique. Avec Mozart, tout allait changer ; pour preuve ces Sonates écrites entre 1778 et 1784, dans lesquelles le violon prend son envol, dans un idiome spécifiquement violonistique, avec échanges permanents entre le clavier et lui. C’est que ces pièces étaient moins conçues pour d’aimables amateurs férus de Hausmusik (même si Mozart, ou plutôt ses divers éditeurs, ne dédaignai(en)t pas de leur vendre des partitions à usage privé) que pour de véritables professionnels de la scène musicale. Ainsi une lettre de Mozart datée 1784, dans laquelle il explique qu’une jeune violoniste italienne est arrivée à Vienne et qu’il vient de lui écrire une sonate (la K. 454 ici présentée) qu’ils joueront « en récital au théâtre jeudi prochain ». Et en effet, le récital eut lieu au Kärtnertortheater, en présence de l’empereur… Le violoniste Riccardo Minasi – qui fut pendant plusieurs années le meneur de l’ensemble Il Pomo d’Oro – sur un Antonio & Hieronymus Amati de 1627 (qu’il fait sonner selon les modes d’exécution en vogue à l’époque de Mozart) et le fortepianiste Maxime Emelyanitchev, qui joue sur une copie de fortepiano viennois d’Anton Walter de 1805. Pour mémoire, les Walter étaient les pianos d’élection de Mozart en ces années 1780, précisément lorsqu’il écrivit ces sonates. Enregistré en novembre 2012 à Mondovi, Italie. © SM/Qobuz