Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musiques pour le cinéma - Paru le 7 juin 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or
Quel plaisir de retrouver Riccardo Chailly, à la tête de la Filarmonica della Scala, dans un programme Rota (1911-1979), et plus particulièrement dans des suites écrites pour les grands films de Fellini, comme Amarcord, Huit et demi ou encore La dolce vita ! Avant lui, un autre Riccardo, Muti, avait consacré, dans les années 1990, deux albums chez Sony Classical aux musiques d'écran du compositeur italien - avec une seule incursion dans le corpus non cinématographique, ce qui finalement a peu d'importance : qu'il écrivit pour le cinéma, ou directement pour la salle de concert, Nino Rota déployait, à l'instar d'un Bernard Herrmann aux Etats-Unis, un style propre à lui, où l'on sent une prouesse de génie dans l'évocation des ambiances, mêlant avec une dextérité incroyable les genres les plus divers, comme peut en témoigner la Suite extraite ici de La dolce vita. L'incipit (O Venezia, Venaga, Venusia) de la suite Il Casanova di Federico Fellini, dont le tintement de pendule évoque sans doute le sort tragique du personnage, et l'orchestration aux sombres couleurs plante un décor marin, reste sans doute l'une des plages les plus saisissantes de l'album. une ambiance qui revient dans la dernière partie, plus planante encore (La poupée automate). Régulièrement, des influences de l'Est, de Chostakovitch à Khachaturian (Il Duca di Württenberg), se font sentir, avec un style mélodique plus mériodional, hérité des symphonistes italiens de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Un album passionnant, à ne pas manquer. © Pierre-Yves Lascar/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 6 septembre 2019 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Distinctions Diapason d'or / Arte
À la tête de l’orchestre du festival de Lucerne pour le deuxième été consécutif, le chef Ricardo Chailly met à l’honneur des compositeurs que les musiciens n’avaient pas encore enregistrés. Igor Stravinsky en 2018, et Richard Strauss en 2019 (il faut rappeler que l’ensemble fut fondé en 1938 par Arturo Toscanini en manière de résistance aux festivals de Salzbourg et Bayreuth, de mèche avec un certain régime - ceci explique sûrement cela). La somptuosité des orchestrations du deuxième est ici d’une clarté sidérante, tant dans les épisodes concertants, voire chambristes, que dans les tutti. L’écriture tout en évocations et en atmosphères de Strauss est un terrain merveilleusement propice à faire sonner l’orchestre de Lucerne. Dans Zarathoustra, les cordes, en particulier les contrebasses, grondent d’un seul archet avec une précision confondante dans Von der großen Sehnsucht (« la grande aspiration ») et la Genesende (« la convalescente »). Richard Strauss déploie une écriture amoureusement contrapuntique – en particulier dans l’épisode Von den Hinterweltlern (« des marginaux de l’arrière-monde ») – et les cordes de Lucerne font admirablement sonner son lyrisme infini. Les œuvres suivantes (Mort et Transfiguration, Till Eulenspiegel et enfin La Danse des sept voiles) convoquent encore d’autres épithètes qui témoignent toutes de la perfection de cet enregistrement : majesté épique, facétie burlesque, volupté serpentine, autant d’ingrédients que les poèmes symphoniques de Strauss distillent généreusement. La prise de son rend justice à la très belle tenue de l’orchestre et le mix n’oublie personne : chaque contrechant est ourlé, aucun pizz ne manque à l’appel et on entend jusqu’au plus pianissimo des coups de timbale. Exigeantes car extrêmes (dans les nuances et les difficultés), ces partitions vont comme un gant à l’orchestre de Lucerne, rencontre au sommet des plus grands solistes de la scène internationale, réunis le temps d’un festival. L’unique réserve vient justement de cette accumulation de talents. Plus impressionné qu’ému, on reste de marbre devant La Danse des sept voiles de Salomé pourtant parée de ses plus beaux atours orchestraux. © Elsa Siffert/Qobuz
HI-RES28,99 €
CD20,99 €

Messes, Passions, Requiems - Paru le 30 novembre 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason
La Messa per Rossini est une messe de Requiem résultant de l’assemblage de treize parties écrites par treize compositeurs différents. Peu après la mort de Rossini en 1868, Verdi s’adressa à Ricordi : « …Afin d’honorer la mémoire de Rossini, j’aimerais que les plus éminents compositeurs italiens composent une Messe de Requiem qui serait donnée pour l’anniversaire de sa mort. Je ne veux qu’aucun compositeur étranger, qu’aucune main étrangère à notre art, aussi puissante soit-elle, ne nous aide. Dans ce cas, je me retirerais immédiatement de l’association. Si j’étais dans les bonnes grâces du Saint-Père, je le supplierais de permettre que des femmes puissent prendre part à l’exécution de cette musique, mais comme je ne le suis pas, il serait souhaitable qu’une autre personne se charge d’y réussir. » La composition fut bel et bien terminée à l’été 1869 mais l’audition en fut annulée… de sinistres différends politiques. Verdi reprit sa propre contribution, le Libera me conclusif, dans une forme révisée pour son propre Requiem ; la comparaison des deux mouvements, l’original pour Rossini et le définitif pour le Requiem de Verdi, est une fascinante exploration du laboratoire et de l’évolution verdiens. Les douze autres compositeurs n’ont guère passé le test de la postérité, mais il est extrêmement intéressant de voir ce qui se faisait alors dans le domaine sacré italien. La Messe pour Rossini, tombée dans l’oubli, ne fut redécouverte que dans les années 1970, créée en 1988 ; la voici sous la baguette de Riccardo Chailly, avec l’orchestre et le chœur de la Scala de Milan et quatre solistes italiens de premier plan. © SM/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Musique symphonique - Paru le 12 janvier 2018 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret Distinctions Choc de Classica
La redécouverte du Chant funèbre de Stravinski à Saint-Pétersbourg au printemps 2015 fut un événement de grande envergure. Composé au cours de l’été 1908 en hommage à la mémoire de son regretté professeur Rimski-Korsakov, mort au mois de juin, il se situe à un moment où Stravinski s’essayait à différents types d’écriture, cherchant un langage personnel. L’œuvre fut donnée lors d’un concert commémoratif à Saint-Pétersbourg en janvier 1909, mais disparut ensuite sans laisser de traces, attestée uniquement par les compte-rendus du concert et le souvenir plein de regrets qu’en gardait le compositeur, qui y voyait « la meilleure de mes œuvres avant L’Oiseau de feu, et la plus avancée en harmonie chromatique ». Et en voici enfin la première discographique mondiale ! Un étonnant petit bijou, dans lequel on entend encore Rimski, aussi déjà le Stravinski de L’Oiseau de feu, mais peut-être pas encore celui du Sacre pourtant si proche dans le temps, témoignage de l’évolution fulgurante du compositeur. De la même année, 1908, datent Feu d’artifice dont Stravinski interrompit l’écriture en apprenant la mort de Rimski pour, justement, concevoir son Chant funèbre ; et le Scherzo fantastique qui fut l’ultime ouvrage du jeune compositeur dont le vieux maître eut encore la partition sous les yeux, à défaut de pouvoir jamais l’entendre. Riccardo Chailly nous offre donc un judicieux éventail, quatre œuvres de jeunesse (car on découvre aussi Le Faune et la bergère de 1906, un petit cycle de trois mélodies avec orchestre chantées en français, ici avec Sophie Koch) suivies du grand tournant qu’est Le Sacre du printemps, dans une lecture à la fois limpide et enflammée. © SM/Qobuz
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2014 | Universal Music Italia srL.

Distinctions 5 de Diapason
Le pianiste israélo-palestinien Saleem Abboud Ashkar a 17 ans lorsqu'il fait ses débuts avec Zubin Mehta dans le Premier Concerto de Tchaïkovski. Il joue les ici les deux Concertos de Mendelssohn avec une cette virtuosité un peu superficielle qui est aussi celle de l'écriture brillantissime de ces partitions éblouissantes mais un peu en deça de la qualité habituelle de la musique du compositeur romantique allemand. Retour aux sources pour ce disque enregistré à Leipzig avec l'Orchestre du Gewandhaus, dont Mendelssohn fut le directeur, de 1835 à 1847. Riccardo Chailly dirige la version originale, peu connue, de l'ouverture de Ruy Blas et des extraits du Songe d'une nuit d'été. Sa direction diaphane et subtile convient parfaitement à une musique en totale adéquation avec Shakespeare. FH
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Italia srL.

Distinctions 5 de Diapason
Stefano Bollani et Riccardo Chailly continuent d'explorer ensemble le répertoire classique influencé par le jazz. Leur nouvel opus est centré sur les années 30, période pleine d'énergie et de créativité. Ils interprètent le Concerto en sol de Ravel, mais aussi des oeuvres d'Igor Stravinski et Kurt Weill. A découvrir en première mondiale : Mille e una notte de Victor de Sabata (l'un des plus grands chefs d'orchestre italiens du siècle dernier, qui a notamment dirigé la création de L'Enfant et les Sortilèges de Ravel) et la version pour orchestre du Tango de Stravinski. L'inventivité et le "jeu nerveux, mordant, à la virtuosité captivante" (La Tribune) de Stefano Bollani, alliés à la souplesse rythmique de Riccardo Chailly font des merveilles dans ce répertoire !
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1989 | Decca Music Group Ltd.

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD34,99 €

Classique - Paru le 3 octobre 1980 | Decca Music Group Ltd.

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 juin 1987 | Decca Music Group Ltd.

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2008 | Deutsche Grammophon (DG)

CD14,99 €

Classique - Paru le 6 septembre 2019 | Decca Music Group Ltd.

CD24,99 €

Classique - Paru le 3 décembre 1984 | Decca Music Group Ltd.

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 octobre 1981 | Decca Music Group Ltd.

CD10,99 €

Classique - Paru le 21 février 2000 | Decca Music Group Ltd.

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2004 | Universal Music Italia srL.

CD24,49 €

Classique - Paru le 16 juillet 2009 | Sony Classical

CD33,99 €

Opéra - Paru le 30 septembre 1999 | WM Italy

CD24,99 €

Classique - Paru le 5 novembre 1990 | Decca Music Group Ltd.

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 septembre 1994 | Decca Music Group Ltd.

L'interprète

Riccardo Chailly dans le magazine
  • Ainsi parlait Richard Strauss
    Ainsi parlait Richard Strauss Après Igor Stravinsky, Riccardo Chailly a choisi Richard Strauss pour l'Orchestre du Festival de Lucerne. Les œuvres du maître ès orchestration sont à cet ensemble éphémère, connu pour son art cons...
  • QIBUZ / Lundi 16 décembre 2013
    QIBUZ / Lundi 16 décembre 2013 Indiscrétions et confidences, décryptages et relectures, révélations et révolution : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, n...
  • Chailly, voyage en Russie
    Chailly, voyage en Russie A la tête du Gewandhausorchester Leipzig, le maestro italien Riccardo Chailly est à la Salle Pleyel, le 22 octobre, pour y diriger Chostakovitch et Rachmaninov.
  • Maria João Pires, à la française
    Maria João Pires, à la française DERNIÈRE MINUTE ! CHANGEMENT DE PROGRAMME ! En première partie, au lieu des Debussy et du Concerto en sol de Ravel, Maria Joao Pires et Riccardo Chailly interprèteront le Deuxième Concerto pour pia...
  • Chailly / Beethoven : la totale !
    Chailly / Beethoven : la totale ! A la tête du Gewandhausorchester Leipzig, le chef italien Riccardo Chailly dirigera à Pleyel toutes les symphonies de Beethoven, une intégrale mise en miroir avec cinq créations de compositeurs de ...
  • Chailly – Pollini : Forza Pleyel !
    Chailly – Pollini : Forza Pleyel ! Le 8 septembre, Riccardo Chailly, le Gewandhausorchester Leipzig et Maurizio Pollini offriront au public de la Salle Pleyel un programme cohérent par l’histoire de ses interprètes et par l’humanism...
  • Repin et Chailly
    Repin et Chailly Le violoniste Vadim Repin signe l’incontournable Concerto pour violon de Brahms aux côtés du Gewandhausorchester dirigé par le maestro Riccardo Chailly. Secrets de fabrication…
  • Riccardo furioso
    Riccardo furioso Ce soir à Pleyel, Riccardo Chailly dirigera l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig le temps d’une soirée Mendelssohn. Pour le Concerto pour piano n°1, Lang Lang sera même de la partie…
  • Le cœur de Chailly
    Le cœur de Chailly Des problèmes cardiaques obligent Riccardo Chailly à annuler ses concerts d’octobre à la tête du Chicago Symphony Orchestra.
  • Un Festival Puccini flambant neuf
    Un Festival Puccini flambant neuf L’édition 2008 du festival de Torre del Lago en Italie est déjà l’occasion d’apprécier… 18 millions de travaux !