Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES63,99 €
CD55,99 €

Punk - New Wave - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
La règle du jeu était certes claire dès leur premier album, les Ramones réussissent, avec le troisième épisode de leur saga binaire, à se surpasser. Et même à affiner leur art ! Une fois de plus, avec cette Rocket To Russia tirée le 4 novembre 1977 en pleine guerre froide, tout est question de symphonie en trois accords, d'histoires jouissivement crétines 100% ado et surtout de ramener fièrement le rock'n'roll là où il vit le jour : dans un garage ! Mais les refrains de Sheena Is A Punk Rocker ou Teenage Lobotomy sont imparables d'efficacité dans leur relecture du patrimoine rock’n’roll, pop bubblegum et surf. Et même lorsqu’ils revisitent le cultissime Surfin’ Bird des Trashmen ou Do You Wanna Dance? popularisé par Cliff Richard, les Beach Boys et même Bette Midler, nos délinquants punk du Queens font du rock sauvage et poil à gratter comme personne ! Cette édition célébrant les quarante ans de ce sublime attentat sonore propose deux mixes de l’album : celui de l’album original et un nouveau baptisé Tracking Mix signé Ed Stasium, ingénieur du son de la version de départ. Elle comprend également 24 titres rares ou inédits, des démos, des versions alternatives et des faces B. Enfin, cerise sur le gâteau, un pétaradant live inédit des (faux) frères Ramones enregistré le 19 décembre 1977 à l’Apollo Centre de Glasgow en Ecosse. © MZ/Qobuz
HI-RES39,99 €
CD33,99 €

Punk - New Wave - Paru le 9 septembre 2016 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Saintes écritures du punk rock comme le sont aussi Never Mind The Bollocks, l’unique album des Sex Pistols, le premier Ramones offre une approche originale du genre, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donne naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Totalement originale à sa sortie au printemps 1976, la musique des vrais-faux frères Ramones est un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock’n’roll. Cette édition deluxe remastérisée souffle les quarante bougies de ce chef d’œuvre on ne peut plus influent, à grand renfort de démos, inédits et titres live. © MZ
HI-RES48,99 €
CD41,99 €

Punk - New Wave - Paru le 21 juillet 2017 | Rhino - Warner Records

Hi-Res Distinctions Best New Reissue
Les années passent et l’héritage laissé par les Ramones s’ancrent toujours un peu plus dans la grande histoire de la musique populaire du XXe siècle. Les faux frères originaires du Queens n’ont en fait jamais promené leurs Converse sales et trouées ailleurs que sur le sentier cabossé d’une certaine tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme credo, les guitares supersoniques en guise d’arme de destruction massive, leurs albums – binaires dans leur forme, jouissifs dans leur fond – donnent naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines bien plus sérieux qu’il n’y paraît. A l’image de ce Leave Home, leur deuxième album studio publié en janvier 1977, neuf mois seulement après le premier ! Un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock avec, dans le rôle de la cerise sur le gâteau, des classiques comme I Remember et surtout Pinhead d’où provient leur fameux cri de guerre : Gabba Gabba Hey ! En 80 titres répartis sur trois CD, cette copieuse édition deluxe remastérisée souffle les quarante bougies de ce chef d’œuvre on ne peut plus influent, à grand renfort de démos, faces B, remix et titres live enregistrés en 1977 au CBGB, la Mecque punk new-yorkaise. Bref, le verdict est là : gabba gabba hey ! © MZ
CD16,99 €

Punk - New Wave - Paru le 20 août 2002 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
End of the Century est l’album le plus controversé des Ramones. Si, sur le papier, l’association avec Phil Spector pouvait être une bonne idée, le résultat allait non seulement déconcerter les fans de la première heure mais aussi les membres du groupe. Ainsi, Dee Dee Ramone affirmera dans son autobiographie qu’il ne joue pas de basse sur l'album. C’est aussi la première fois où, sur une pochette d'un de leurs albums, les Ramones ne portent pas leurs traditionnels perfectos. Les séances d’enregistrement furent chaotiques. Il est dit que Phil Spector pointera un pistolet sur Dee Dee et obligera Johnny à rejouer sans fin l’intro de « Rock’n’Roll High School ». Parmi les autres titres, « Chinese Rock » est une chanson de Dee Dee sur l’héroïne, popularisée par Johnny Thunders and the Heartbreakers, et « Baby I Love You », un ancien succès de Spector pour The Ronettes. Au final, End of the Century restera comme le plus grand succès des Ramones avec une 44ème place dans les charts américains et une 8ème sur le Vieux Continent. Mais pour le groupe lui-même, à l’exception de Joey, ce fut une grosse déception. © Philippe Goguely / Music-Story
CD33,99 €

Punk - New Wave - Paru le 9 septembre 2016 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Saintes écritures du punk rock comme le sont aussi Never Mind The Bollocks, l’unique album des Sex Pistols, le premier Ramones offre une approche originale du genre, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donne naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Totalement originale à sa sortie au printemps 1976, la musique des vrais-faux frères Ramones est un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock’n’roll. Cette édition deluxe remastérisée souffle les quarante bougies de ce chef d’œuvre on ne peut plus influent, à grand renfort de démos, inédits et titres live. © MZ
CD19,49 €

Punk - New Wave - Paru le 20 août 2002 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
End of the Century est l’album le plus controversé des Ramones. Si, sur le papier, l’association avec Phil Spector pouvait être une bonne idée, le résultat allait non seulement déconcerter les fans de la première heure mais aussi les membres du groupe. Ainsi, Dee Dee Ramone affirmera dans son autobiographie qu’il ne joue pas de basse sur l'album. C’est aussi la première fois où, sur une pochette d'un de leurs albums, les Ramones ne portent pas leurs traditionnels perfectos. Les séances d’enregistrement furent chaotiques. Il est dit que Phil Spector pointera un pistolet sur Dee Dee et obligera Johnny à rejouer sans fin l’intro de « Rock’n’Roll High School ». Parmi les autres titres, « Chinese Rock » est une chanson de Dee Dee sur l’héroïne, popularisée par Johnny Thunders and the Heartbreakers, et « Baby I Love You », un ancien succès de Spector pour The Ronettes. Au final, End of the Century restera comme le plus grand succès des Ramones avec une 44ème place dans les charts américains et une 8ème sur le Vieux Continent. Mais pour le groupe lui-même, à l’exception de Joey, ce fut une grosse déception. © Philippe Goguely / Music-Story
CD16,99 €

Punk - New Wave - Paru le 23 avril 1976 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Saintes écritures du punk rock comme le sont aussi Never Mind The Bollock, l’unique album des Sex Pistols, le premier Ramones offre une approche originale du genre, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donne naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Totalement originale à sa sortie au printemps 1976, la musique des vrais-faux frères Ramones est un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock’n’roll. © MZ
CD19,49 €

Punk - New Wave - Paru le 19 juin 2001 | Rhino - Warner Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Saintes écritures du punk rock comme le sont aussi Never Mind The Bollock, l’unique album des Sex Pistols, le premier Ramones offre une approche originale du genre, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donne naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Totalement originale à sa sortie au printemps 1976, la musique des vrais-faux frères Ramones est un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock’n’roll. Cette édition deluxe comprend de nombreuses démos et inédits. © MZ
HI-RES132,49 €
CD112,49 €

Punk - New Wave - Paru le 27 septembre 2019 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
Un tsunami rock’n’roll ! Sur scène, les Ramones ne se posaient pas de question et tiraient à vue sur tout ce qui bougeait, histoire de rappeler leur règle du jeu, originale, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La do comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donna naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is a Punk. Enregistré en 1977 au Rainbow Theatre de Londres le soir du réveillon du nouvel an, It’s Alive enquille à 200 à l’heure ces tubes et plein d’autres piochés sur leurs trois premiers albums, Ramones (1976), Leave Home (1977) et Rocket to Russia (1977). En moins d’une heure, le gang des (faux) frères de Forrest Hills dans le Queens réussit à faire entrer 28 titres ! Pour souffler les 40 bougies de ce live d’anthologie paru en avril 1979, cette édition deluxe propose l’album original remastérisé ainsi qu’une volée de titres captés lors d’autres concerts de cette même tournée anglaise de décembre 1977 : au Top Rank de Birmingham le 28, au Victoria Hall de Stoke-on-Trent le 29 et au Friars d’Aylesbury le 30. Sans les fioritures (déjà peu nombreuses) des versions studio, toutes les chansons d’It’s Alive retrouvent leur furie initiale, encore plus basique et encore plus efficace. Une 40th Anniversary Deluxe Edition supervisée par Ed Stasium, producteur et ingénieur du son de l’album d’origine. © Marc Zisman/Qobuz
CD14,99 €

Punk - New Wave - Paru le 5 juin 2006 | Rhino - Warner Records

HI-RES63,99 €
CD55,99 €

Punk - New Wave - Paru le 21 septembre 1978 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
Faire la révolution, c’est bien. Et après ? En 1978, ce genre de question taraude les Ramones... Après trois premiers albums que les livres d’histoire du rock’n’roll considéreront à juste titre comme essentiels – à l’époque, les ventes restèrent toutefois modestes –, les faux frères originaires du Queens et intronisés « parrains du punk rock » ont faim de reconnaissance et de billets verts. Surtout, en une année, les Anglais sont passés à l’attaque eux aussi avec les Sex Pistols et les Clash… Sans révolutionner les Tables de la Loi de leurs précédents disques (tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups, crétinerie comme philosophie, insouciance ado comme credo et guitares en guise d’arme de destruction massive), les Ramones insufflent à Road to Ruin quelques changements significatifs.On y entend des solos de guitare et même des ballades comme la reprise de Needles and Pins popularisé par Jackie DeShannon et les Searchers. Mais c’est finalement lorsqu’ils restent fidèles à leurs idéaux qu’ils sont les plus convaincants comme sur le tubesque I Wanna Be Sedated que revisiteront plus tard des gens aussi divers qu’Offspring, Mötley Crüe, Juliana Hatfield, les Go-Go's et même Bruce Springsteen ! A la sortie de l’album en septembre 1978, certains fans un peu bas du front crieront à la trahison alors qu’en réalité, les Ramones n’ont mis QUE quelques gouttes d’eau dans leur vin... Quarante ans plus tard, ce quatrième opus ressort en habits de lumière. Cette édition deluxe offre la version originale remasterisée ainsi qu’un nouveau mix stéréo de 2018 baptisé Road Revisited Mix signé Ed Stasium et décrit comme vierge de son vernis commercial de l’époque. Les fans hardcore pourront aussi déguster une vingtaine de bonus pour la plupart inédits : rough mixes, alternate takes, outtakes et raretés. Également au menu, un live enregistré au Palladium de New York le 31 décembre 1979, mixé par Stasium et diffusé à l’époque sur WNEW-FM. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Punk - New Wave - Paru le 23 avril 1976 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD14,99 €

Punk - New Wave - Paru le 23 mars 1989 | Rhino - Warner Records

HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Punk - New Wave - Paru le 4 novembre 1977 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD41,99 €

Punk - New Wave - Paru le 21 juillet 2017 | Rhino - Warner Records

Les années passent et l’héritage laissé par les Ramones s’ancrent toujours un peu plus dans la grande histoire de la musique populaire du XXe siècle. Les faux frères originaires du Queens n’ont en fait jamais promené leurs Converse sales et trouées ailleurs que sur le sentier cabossé d’une certaine tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme credo, les guitares supersoniques en guise d’arme de destruction massive, leurs albums – binaires dans leur forme, jouissifs dans leur fond – donnent naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines bien plus sérieux qu’il n’y paraît. A l’image de ce Leave Home, leur deuxième album studio publié en janvier 1977, neuf mois seulement après le premier ! Un bon coup de pied (de nez) dans la fourmilière rock avec, dans le rôle de la cerise sur le gâteau, des classiques comme I Remember et surtout Pinhead d’où provient leur fameux cri de guerre : Gabba Gabba Hey ! En 80 titres répartis sur trois CD, cette copieuse édition deluxe remastérisée souffle les quarante bougies de ce chef d’œuvre on ne peut plus influent, à grand renfort de démos, faces B, remix et titres live enregistrés en 1977 au CBGB, la Mecque punk new-yorkaise. Bref, le verdict est là : gabba gabba hey ! © MZ
CD33,99 €

Punk - New Wave - Paru le 29 avril 1979 | Rhino - Warner Records

Un tsunami rock’n’roll ! Sur scène, les Ramones ne se posaient pas de question et tiraient à vue sur tout ce qui bougeait, histoire de rappeler leur règle du jeu, originale, bien ancrée dans une tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups. La crétinerie comme philosophie, l’insouciance ado comme unique credo, les guitares supersoniques comme arme de destruction massive, cette profession de foi, binaire dans sa forme, jouissive dans son fond, donna naissance à des hymnes de pop bubble-gum sous amphétamines comme Blitzkrieg Bop, Now I Wanna Sniff Some Glue et Judy Is A Punk. Enregistré en 1977 au Rainbow Theatre de Londres le soir du réveillon du nouvel an, It’s Alive enquille à 200 à l’heure ces tubes et plein d’autres piochés sur leurs trois premiers albums, Ramones (1976), Leave Home (1977) et Rocket to Russia (1977). En moins d’une heure, le gang des (faux) frères de Forrest Hills dans le Queens réussit à faire entrer 28 titres ! Sans les fioritures (déjà peu nombreuses) des versions studios, toutes les chansons d’It’s Alive retrouvent leur furie initiale, encore plus basique et encore plus efficace. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES20,49 €
CD17,49 €

Punk - New Wave - Paru le 4 février 1980 | Rhino - Warner Records

Hi-Res
CD20,49 €

Punk - New Wave - Paru le 4 janvier 1994 | Parlophone UK

CD55,99 €

Punk - New Wave - Paru le 24 novembre 2017 | Rhino - Warner Records

La règle du jeu était certes claire dès leur premier album, les Ramones réussissent, avec le troisième épisode de leur saga binaire, à se surpasser. Et même à affiner leur art ! Une fois de plus, avec cette Rocket To Russia tirée le 4 novembre 1977 en pleine guerre froide, tout est question de symphonie en trois accords, d'histoires jouissivement crétines 100% ado et surtout de ramener fièrement le rock'n'roll là où il vit le jour : dans un garage ! Mais les refrains de Sheena Is A Punk Rocker ou Teenage Lobotomy sont imparables d'efficacité dans leur relecture du patrimoine rock’n’roll, pop bubblegum et surf. Et même lorsqu’ils revisitent le cultissime Surfin’ Bird des Trashmen ou Do You Wanna Dance? popularisé par Cliff Richard, les Beach Boys et même Bette Midler, nos délinquants punk du Queens font du rock sauvage et poil à gratter comme personne ! Cette édition célébrant les quarante ans de ce sublime attentat sonore propose deux mixes de l’album : celui de l’album original et un nouveau baptisé Tracking Mix signé Ed Stasium, ingénieur du son de la version de départ. Elle comprend également 24 titres rares ou inédits, des démos, des versions alternatives et des faces B. Enfin, cerise sur le gâteau, un pétaradant live inédit des (faux) frères Ramones enregistré le 19 décembre 1977 à l’Apollo Centre de Glasgow en Ecosse. © MZ/Qobuz
CD55,99 €

Punk - New Wave - Paru le 21 septembre 2018 | Rhino - Warner Records

Faire la révolution, c’est bien. Et après ? En 1978, ce genre de question taraude les Ramones... Après trois premiers albums que les livres d’histoire du rock’n’roll considéreront à juste titre comme essentiels – à l’époque, les ventes restèrent toutefois modestes –, les faux frères originaires du Queens et intronisés « parrains du punk rock » ont faim de reconnaissance et de billets verts. Surtout, en une année, les Anglais sont passés à l’attaque eux aussi avec les Sex Pistols et les Clash… Sans révolutionner les Tables de la Loi de leurs précédents disques (tradition rock’n’roll allant de la surf music aux girls groups, crétinerie comme philosophie, insouciance ado comme credo et guitares en guise d’arme de destruction massive), les Ramones insufflent à Road to Ruin quelques changements significatifs.On y entend des solos de guitare et même des ballades comme la reprise de Needles and Pins popularisé par Jackie DeShannon et les Searchers. Mais c’est finalement lorsqu’ils restent fidèles à leurs idéaux qu’ils sont les plus convaincants comme sur le tubesque I Wanna Be Sedated que revisiteront plus tard des gens aussi divers qu’Offspring, Mötley Crüe, Juliana Hatfield, les Go-Go's et même Bruce Springsteen ! A la sortie de l’album en septembre 1978, certains fans un peu bas du front crieront à la trahison alors qu’en réalité, les Ramones n’ont mis QUE quelques gouttes d’eau dans leur vin... Quarante ans plus tard, ce quatrième opus ressort en habits de lumière. Cette édition deluxe offre la version originale remasterisée ainsi qu’un nouveau mix stéréo de 2018 baptisé Road Revisited Mix signé Ed Stasium et décrit comme vierge de son vernis commercial de l’époque. Les fans hardcore pourront aussi déguster une vingtaine de bonus pour la plupart inédits : rough mixes, alternate takes, outtakes et raretés. Également au menu, un live enregistré au Palladium de New York le 31 décembre 1979, mixé par Stasium et diffusé à l’époque sur WNEW-FM. © Marc Zisman/Qobuz

L'interprète

Ramones dans le magazine