Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 8 avril 2016 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 4F de Télérama - Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
Le Quatuor Ebène, fondé en 1999 et désormais sur l’avant-scène internationale – non seulement dans le répertoire classique mais aussi dans le jazz et le crossover ! –, a déjà joué le Quintette de Schubert avec une vingtaine de violoncellistes additionnels différents ; c’est Gautier Capuçon qui les rejoint pour cet enregistrement de toute beauté, d’une infinie liberté comme si Schubert venait de l’improviser, et pourtant avec une rigueur musicale parfaite. Personne ne tire la couverture à soi, chacun servant le discours au prochain protagoniste, dans le plus intense respect de la partition. Il existe de magnifiques enregistrements – plutôt anciens, d’ailleurs – de ce quintette, Qobuz ose affirmer que celui-ci gagnera rapidement les sommets aux côtés de l’un de ceux de Casals (on ne vous dira pas lequel des deux…). Le Quatuor Ebène poursuit sa quête schubertienne avec quelques adaptations – ô combien fidèles, rassurez-vous – de quelques Lieder transférées du piano au quintette à cordes (quatuor plus contrebasse) : La Jeune fille et la mort, Le Jeune homme et la mort bien moins connu que la version pour jeune fille, et quelques autres, ici chantés par rien moins que Matthias Goerne ! Que dire de plus que : c’est parfait. © SM/Qobuz« La merveille, dans ce quintette suprême tel que nous le donnent les Ebène avec Gautier Capuçon, c'est la dramatisation, une ligne d'ensemble tendue et soutenue de bout en bout, avec en même temps l'entente, l'effacement de chacun dans cette tension même, où les effets, les contrastes ne seront pas de simple dynamique mais d'âme. [...] La conduite d'ensemble, la connivence d'intonation, l'équilibre des timbres, l'unanimité de respiration tiennne du miracle (et quel travail derrière !). Mais la connivence avec l'auditeur, là est le plus vrai critère d'interprétation. Il est absorbé, conduit vers le silence intérieur de Schubert ; obligé d'entrer. » (Classica, avril 2016 / André Tubeuf)
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Musique de chambre - Paru le 27 septembre 2019 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or / Arte - Choc de Classica - 5 Sterne Fono Forum Klassik
C’est un ensemble français, le Quatuor Ébène, que le Carnegie Hall a choisi pour interpréter l’intégrale des Quatuors de Beethoven à l’occasion des deux cent cinquante ans de sa naissance que le monde entier fête en 2020. Honorés par cette prestigieuse invitation, les quatre musiciens ont décidé de prolonger ce moment exceptionnel en jouant cette musique universelle autour du monde, sur les cinq continents, en sept étapes d’avril 2019 à janvier 2020. La force émotionnelle et intellectuelle de l’œuvre de Beethoven reste un formidable vecteur de l'humanisme porté par l’esprit des Lumières. C’est au cours de ce voyage émerveillé prenant au pied de la lettre les idéaux de Beethoven que le Quatuor Ebène va enregistrer son intégrale au cours de concerts donnés à Vienne, Philadelphie, Tokyo, São Polo, Melbourne, Nairobi et Paris, leur port d’attache. Une équipe de tournage suit les musiciens dans leur tour du monde et donnera naissance à un documentaire. Premier jalon de ce périple « Beethoven around the World », cet album, enregistré en juin 2019 dans la Mozartsaal du Konzerthaus de Vienne, propose les deux premiers « Quatuors Razumovsky » dans la ville même où ils furent composés en 1806. © François Hudry/Qobuz
CD13,49 €

Classique - Paru le 6 octobre 2008 | Warner Classics

Distinctions Choc du Monde de la Musique - Gramophone Record of the Year
CD14,99 €

Classique - Paru le 5 septembre 2011 | Warner Classics

Livret Distinctions Gramophone Editor's Choice - Choc de Classica
Quatuors à cordes KV421 & KV465 - Divertimento KV138 - + 1 plage bonus / Quatuor Ebène
HI-RES63,99 €
CD55,99 €

Quatuors - Paru le 15 mai 2020 | Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 4F de Télérama
C’est un ensemble français, le Quatuor Ébène, que le Carnegie Hall de New York a choisi pour interpréter l’intégrale des Quatuors de Beethoven, à l’occasion des 250 ans de sa naissance fêté dans le monde entier en 2020. Honorés par cette prestigieuse invitation, les quatre musiciens ont décidé de prolonger ce moment exceptionnel en jouant cette musique universelle autour du monde pour une quarantaine de concerts dans dix-huit pays et sur les six continents, d’avril 2019 à janvier 2020. Un double anniversaire en fait puisqu’il commémore aussi les vingt ans des Ébène. La force émotionnelle et intellectuelle de l’œuvre de Beethoven reste un formidable vecteur de l'humanisme porté par l’esprit des Lumières. C’est au cours de ce voyage émerveillé, prenant au pied de la lettre les idéaux de Beethoven, que le Quatuor Ébène a enregistré la présente intégrale, captée au cours de concerts (et de répétitions) donnés à Vienne, Philadelphie, Tokyo, São Polo, Melbourne, Nairobi et Paris leur port d’attache. Une équipe de tournage a suivi les musiciens dans leur tour du monde pour en réaliser un documentaire. Les derniers enregistrements ont été réalisés à Paris en janvier 2020. L’aventure est maintenant terminée. Ne cherchez pas à écouter ces quatuors dans leur chronologie, à moins d’en réaliser l’ordre vous-même. Ils sont présentés selon l’ordre de chaque soirée captée. En vingt ans, le Quatuor Ébène s’est hissé au sommet de ce genre de formation grâce à un travail d’ensemble méticuleux, une réalisation incandescente qui leur est propre, et une ouverture d’esprit leur faisant aborder toutes sortes de musique, jazz, musique contemporaine et classique. © François Hudry/Qobuz
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 21 avril 2014 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Cet album du Quatuor Ebene est l'une des très belles surprises de ce printemps 2014, un OVNI trans-genre comme les amateurs de musique sans œillère les aiment. Plus proche du jazz ou de la world que du classique, le quatuor propose une déclinaison autour du thème du Brésil avec pour invités : Bernard Lavilliers et Stacey Kent. De plages en plages, le quatuor nous fait voyager, montrant au passage leur capacité à improviser à la manière de jazzmen confirmés. Un détour par l'Argentine avec l'interprétation du Libertango d'Astor Piazzola et par les USA avec le Smile de Charlie Chaplin. Un disque à partager ou à offrir, un joli cadeau ! JMP@Qobuz
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 5 mai 2017 | Erato - Warner Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 Sterne Fono Forum Jazz
Clarinettiste et saxophoniste forgée à l’école exigeante de la musique classique occidentale ; concertiste et chambriste raffiné (grand spécialiste de Mozart et de Schumann) mais aussi, propagateur inspiré du free jazz et de l’improvisation libre tout au long des années 70 au sein de son Unit ; interprète privilégié des grands maîtres de la musique contemporaine (Boulez, Stockhausen, Berio) et compositeur lui-même - Michel Portal, incapable de se fixer (à un style, à un genre, à un groupe...) n’a jamais envisagé la musique autrement que comme l’espace intime d’une mise en danger maximale, ne craignant rien tant que répéter aujourd’hui ce qui a été conçu et joué la veille. Peuplé par toutes ces musiques qui au fil des années l’ont traversé, bousculé, constitué, le clarinettiste, quel que soit le contexte dans lequel il se produit, du solo absolu au quintette plus conforme aux standards de la formation de jazz, persiste à faire de son art l’expérience d’une mise à nu où chaque fois il peut éprouver ses limites et se réinventer. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Michel Portal n’a jamais envisagé la musique autrement que comme une passion dévorante à laquelle se vouer corps et âme dans l’espoir d’échapper un tant soit peu au terrible ennui de la vie des hommes. Michel Portal et les Ebène ont commencé à se produire en concert à Paris en 2013. Avec Eternal Stories, Michel Portal pourrait avoir pensé à Charlie Parker, qui, en 1949, réalisa son rêve en réalisant un album comprenant une section de cordes. Eternal Stories est composé de créations, de deux nouveaux arrangements de compositions de Portal lui-même, une œuvre tardive de Piazzolla ainsi que d’étonnantes contributions des membres du Quatuor Ébène. (Texte label)
CD14,99 €

Classique - Paru le 5 septembre 2011 | Warner Classics

Livret Distinctions Choc de Classica
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 24 avril 2020 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 17 avril 2020 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 10 avril 2020 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 3 avril 2020 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 1 mai 2020 | Warner Classics

Hi-Res
HI-RES15,99 €
CD13,49 €

Classique - Paru le 15 mai 2020 | Warner Classics

Hi-Res
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 2 octobre 2005 | Mirare

CD14,99 €

Classique - Paru le 4 janvier 2013 | Warner Classics

Livret
Intelligence musicale et audace figurent parmi les caractéristiques élogieuses qu'on assigne régulièrement au Quatuor Ébène. Cet ensemble de quatre jeunes musiciens français, formé en 1999, affiche un charisme qui n'en finit pas de prendre de l'étoffe au fil de ses enregistrements et de ses apparitions en public sur la scène internationale. Au programme de son cinquième disque intitulé Mendelssohn : Felix & Fanny, deux quatuors de Felix Mendelssohn bien connus du répertoire, l'un œuvre de jeunesse et l'autre de la maturité, associés à une rareté en la présence d'un quatuor de sa sœur Fanny Mendelssohn, compositrice éclipsée notamment par la notoriété de son génie de frère mais dont le talent fut surtout empêché. D'emblée, dès l'introduction du premier mouvement Adagio du Quatuor n° 2 op. 13 en la mineur (1827) de Felix Mendelssohn, le Quatuor Ébène emporte la conviction tant par la plénitude sonore que par l'ampleur du phrasé déployé. La prise de son capte jusqu'à la respiration des musiciens, rendant encore plus sensible leur investissement comme leur assise. L'Allegro vivace qui s'ensuit est emmené par un 1er violon dont la sonorité lumineuse et le vibrato sensible insufflent une expressivité incandescente que nourrissent les ferventes interventions des autres interprètes. Générosité et pureté se dégagent en alternance de l'Adagio non lento. Pris dans un tempo modéré, l'Intermezzo voit son thème se doter de nonchalance qui aboutit, lors de sa reprise, à une pâmoison toute en langueur. Une frénésie, non dénuée de fébrilité ni d'apaisement, s'empare du Presto. Ultime œuvre achevée, avant la disparition imminente de Mendelssohn à la fin de l'année 1847, le Quatuor n° 6 op. 80 en fa mineur (1847) sonne comme un véritable requiem, un réceptacle où le compositeur déverse toute une palette d'émotions bouleversantes suscitées par la récente mort de sa sœur. Le sentiment d'effarement est saisissant dès les premières mesures de l'Allegro vivace assai où les archets attaquent la corde avec mordant. La volupté y est sans cesse emportée par une farouche révolte. Un grain de son rugueux, presque revêche, exacerbe toute l'impétuosité et la douleur hagarde qui traversent l'Allegro assai. L'Adagio résonne comme une bienveillante prière à la mémoire de la dédicataire, telle une réminiscence de tendres sentiments. Ce moment d'apaisement contamine le finale Allegro molto, avant que l'amertume ne l'emporte dans une virtuose et époustouflante coda. Si l'on connaît donc ce chef-d'œuvre qu'est cet opus 80, souvent joué, en tant qu'hommage du génial compositeur à sa sœur, plus rare est l'initiative de faire entendre l'œuvre de Fanny. D'ailleurs, le talent de cette enfant prodige fut littéralement sacrifié, de par la conviction du père : une femme ne saurait avoir l'ambition d'embrasser une carrière artistique puisque son seul accomplissement aurait résidé dans le mariage... Or son Quatuor en mi bémol majeur se révèle une œuvre d'envergure et poignante, de par sa beauté sombre, dans cette interprétation d'un quatuor qui a l'art de lever le voile sur toutes les richesses que recèle une partition. Notamment dans le premier mouvement Adagio ma non troppo où la souplesse de leur jeu sert une ligne mélodique ample d'une touchante nostalgie, de même que dans la Romanze d'expressivité plus pathétique. L'Allegretto est d'un caractère délicatement mutin ;  quant à l'Allegro molto vivace, il se transforme en véritable morceau de bravoure enrichi d'envolées pleines d'émoi. C'est un Quatuor Ébène toujours jubilatoire à écouter que l'on retrouve dans un vibrant hommage aux deux génies mendelssohniens. Une cohésion, un souffle, une densité de son de quatuor d'où émergent quatre personnalités sachant émailler le discours, d'une remarquable maîtrise formelle, de quelques discrètes et savoureuses fantaisies. © Sophie Lespiaux / Music-Story
CD14,99 €

Classique - Paru le 25 octobre 2010 | Warner Classics

Le Quatuor Ebène, l’un des plus brillants ensembles de musique de chambre actuels, oublie ses classiques le temps d’un disque. Dans Fiction, la formation chambriste investit avec audace et musicalité seize standards de la pop, du jazz, des musiques de films et musiques du monde. Quatre divas partagent cette échappée musicale : Luz Casal, Natalie Dessay, Stacey Kent et Fanny Ardant.
HI-RES17,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 novembre 2014 | Erato - Warner Classics

Hi-Res
CD11,49 €

Musique de chambre - Paru le 25 octobre 2007 | Mirare

CD13,49 €

Classique - Paru le 8 avril 2016 | Erato - Warner Classics

Livret

L'interprète

Quatuor Ébène dans le magazine