Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 20 septembre 2010 | Universal Music Division Barclay

Livret Distinctions 3F de Télérama - 4 étoiles Rock and Folk - Sélection Les Inrocks
Donc, la famille. La vraie, en format Le Quesnoy circa La Vie est un long fleuve tranquille, grâce aux authentiques parents du petit Philippe, en photo et en chanson (« Il veut faire un film », où on les contraint à chanter – faux – des horreurs). Le jeu de la famille, certes, avec la fille Edie (dans l’insane « à toi – à toi »), et la compagne Jeanne Balibar, piaillante dans un prometteur « J’Aime tes fesses », qui n’est pas sans évoquer une version cheap du « Love On The Beat » de Gainsbourg. Et puis, cette exhortation en intitulé : désormais, appelez-le Katerine. Philippe Katerine. Juste après, il conviendra de se rattacher aux branches des statistiques (24 titres en 50 minutes), afin de ne pas être emporté par ce maelstrom d’haïkus encadrant les quelques rares chansons (ce truc de trois minutes, avec couplets et refrain, qu’on peut éventuellement chantonner sous la douche) du programme. Donc, après s’être penché sur quelques mignardises (« bonjour, je suis la Reine d’Angleterre, et je vous chie à la raie »), on portera son attention sur « Des bisoux », punk song maniaco-dépressive et donc vaguement désespérée, et sur « La Banane », tube prévisible (et premier extrait, pour un refrain repris en chœur par les foules extatiques) du lot, sous manifeste inspiration de l’immense Sim. « Sac en plastique » réjouira les mélancoliques et la suite de l’album (le vindicatif « Té-lé-phone » et l’onirique « Parivélib’ » et son apologie de la consommation de substances psychotropes, la tendresse de « Vieille chaîne » et l’acidité de « Morts-vivants ») confortera l’auditeur de province qu’il s’en passe de drôles à la capitale, là où des chanteurs manifestement sous courant alternatif et en rupture de fraises Tagada, osent tout (« juifs et arabes, ensemble ») et n’importe quoi (« c’est affreux, j’ai rêvé que je suçais Johnny »). Le tout en lo-fi pop bringuebalante et faussement aléatoire. Les garants d’une certaine légitimité historique rechercheront avec profit quelques incunables de Maahjun ou d’Albert Marcoeur, voire les fulgurances de jadis signées Areski et Brigitte Fontaine, preuves au sommet que l’art de Katerine vient de loin. Les autres pourront se contenter d’effectuer l’achat de maillot de sportif américain légèrement enrobé de l’illustration du livret. Et non, les parents ne sont pas à vendre. © ©Copyright Music Story Christian Larrède 2016
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Barclay

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Étonnant virage à 180% degré pour Philippe Katerine avec ce huitième album qui le révéla auprès du grand public avec notamment le tubesque Louxor que tout le monde adooooore... Sa face ludique et franchement décalée prend ici le dessus sur le Katerine plus dépressif et introspectif qui brillait sur ses opus précédents. Surtout, derrière l’ambiance festive et groovy, le bonhomme reste toujours un brillant compositeur. © CM/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 1996 | Universal Music Division Barclay

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 8 novembre 2019 | Wagram Music - Cinq 7

Il y a presque quinze ans, avec Louxor j’adore, Katerine devenait un chanteur populaire. En 2018, récompensé d’un César pour son rôle dans Le Grand Bain, il est aussi devenu un acteur populaire. Mais de quel peuple Katerine est-il le héros ? Qui va chanter en chœur ses nouvelles chansons, où il est question d’arbres en saucisse, de parler avec un chewing-gum ou de trois moines à quatre pattes ? Pour fêter son dixième album, Katerine a l’air de plus en plus fou, de plus en plus libre. De chanter des insanités lubriques avec une voix d’enfant de 7 ans. D’inviter sur son album Léa Seydoux, Lomepal, beau-papa Gérard Depardieu, Oxmo Puccino, Camille ou Chilly Gonzales... De poser sur la pochette de Confessions avec un pénis à la place du nez. Musicalement, Katerine fait ce qu’il a toujours fait : évoluer à chaque album.Après le sous-estimé album Le Film, joué en piano-voix, il explore ici les sons synthétiques, les samples, le chant légèrement autotuné et aussi la flûte à bec. Au croisement entre la pop et le rap indolent d’aujourd’hui, la musique est bonne et les chansons plus profondes que leur apparente idiotie. On entend les pensées intimes de Katerine dans Confessions : des histoires de papa, de fils, d’amant, de suicidé, de ras-le-bol social, des histoires d’amour et des problèmes de sexe (ou le contraire). Et comment décaler le regard sur le monde pour le rendre plus supportable. Avec son nouveau nez et ses nouvelles oreilles, Katerine ressemble à un Teletubby éjecté du dessin animé et condamné à vivre en France dans les années 2010. Il a besoin d’amour, et va en recevoir. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
CD26,49 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2010 | Universal Music Division Barclay

52 Reprises dans l'espace, enregistré avec le groupe de jazz du saxophoniste François Ripoche, Francis et Ses Peintres, est un triple album ambitieux du chanteur compositeur alternatif français Philippe Katerine. Son dixième album studio comporte 52 reprises, qui ont été déposées sur leur site, une chaque semaine, en 2010. On y trouve des titres à l'origine chantés par Pierre Bachelet ("Elle est d'ailleurs"), le Suprême NTM featuring Lord Kossity ("Ma Benz") et Phenomenal Club ("Il est vraiment phénoménal"). © Jon O'Brien /TiVo
A partir de :
HI-RES14,99 €
CD12,49 €

Chanson francophone - Paru le 8 avril 2016 | Wagram Music - Cinq 7

Hi-Res
Philippe Katerine est déjà un film à lui tout seul. Baptiser cet album de la sorte n’a donc rien d’étonnant pour cet électron-libre de la chanson française. Totalement libre même lui qui ne changea guère son fusil d’épaule après le succès massif de son tubesque Louxor, j'adore en 2005. Pour son 11e album, il opte pour l’intime et le dépouillé. Très dépouillé même. Dans ce minimalisme instrumental parfois juste vêtu d’un simple piano, Katerine insère des séquences touchantes, déroutantes, surréalistes, dadaïstes ou naïves. Lui, son passé, son passif, ses visions, ses souvenirs, ses rêves, tout y passe. Ce genre de bric-à-brac n’est pas une première pour le bonhomme. Le Film a pourtant d’inédit et d’original des ambiances d’un temps révolu auquel Katerine ne nous avait pas habitué. Comme une saveur désuète charmante et enivrante. Comme quoi, il est possible d’excaver encore plus profondément quand on a déjà creusé son sillon bien à soi… © MD/Qobuz
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 14 septembre 1999 | Universal Music Division Barclay

C’est le choc. Personne ne comprend, ni n’avait vu venir ce drôle d’oiseau. Pour ainsi dire, chacun s’en moquait et le sous-estimait jusqu’à la sortie de cet indivisible double album. Une tête de premier de la classe capable de démolir les portes de chambre d’hôtel, l’anecdote est assez peu commune en France. Alors quand en plus, l’animal se met à chanter et sait aussi mettre un coup de pied dans la nouvelle scène, il y a de quoi s’intéresser. Si les deux œuvres sont différentes, les rapprocher permet de comprendre la complexité de Katerine. Sur L’Homme à Trois Mains, la simple guitare offre des tournures minimalistes et intimes. Tandis que Les Créatures multiplie les cuivres, les cordes et les samples de film comme Pierrot le Fou. Le piano est percutant et la voix s’improvise flemmarde avec une mélodie minimaliste et nonchalante. Les morceaux s’enchaînent facilement, même si aucun lien n’est réalisé entre eux. L’ironie est grinçante et peut agacer, voire rebuter, dès les premières écoutes. Ici, pas de gants ni de préambules. On taillade directement. On tronçonne avec des bruits extravagants. On se défoule visiblement au son d’un vacarme introspectif sentant l’alcool. Dans les morceaux choisis, « L’idiot » de L’homme à Trois Mains est une terrible ode à la haine, servit par un cynisme moqueur. Les accords désordonnés de la guitare sont autant d’uppercuts à nos oreilles. L’attaque est sèche, crue et s’oppose aux rythmes chaleureux du premier disque Les Créatures. De l’autre côté, « Poulet N° 728120 » raconte de manière désabusée le parcours d'une volaille achetée par l'auteur et dont il est tombé amoureux. Dans « Combien d’Hommes ? », le vendéen joue autant la provocation en parlant masturbation qu’il renseigne sur un état de solitude confirmé par « L’Appartement ». Puis, Katerine s’offre en spectacle avec « J’ai 30 ans » dans un grand charivari voyeuriste et agacé, non loin de l’univers d’une Brigitte Fontaine. Enfin, le néo-yéyé « Je vous emmerde » parodie les hautes sphères intellectuelles auxquelles n’appartient pas Katerine. Avec ce tube insouciant et sa carrure de dandy maladroit, le chanteur réussi pourtant son pari. Katerine fait preuve d’une audace inédite avec ces deux albums en guise de recueil de pensées intimes. Et si L’Homme à Trois Mains est beaucoup moins accessible, il rode un esprit de liberté et de sensibilité qu’on ne peut lui contester. Les pochettes, présentant l’artiste nu, défiant l’auditeur et fumant une cigarette, en sont déjà tout un symbole. En somme, un zouave primaire. Un dandy solitaire. Un poète qui nous emmerde.(Chronique de Les Créatures et de L'Homme à trois mains sortis simultanément). © ©Copyright Music Story Samuel Degasne 2016
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 7 avril 2014 | Universal Music Division Barclay

Livret
Avec Philippe Katerine, on est à l’abri de rien, surtout pas de jolies surprises, mais pas toujours de bon goût. Avec déjà neuf albums, le chanteur s’est construit la réputation d’un artiste parfaitement indéfinissable. Sans que l’on sache vraiment à quel degré — premier, deuxième ou centième – il faut entendre ses chansons délirantes, une écoute naïve suffit à apprécier Magnum. Ces choses étant posées, tout est possible pour peu qu'on se laisse porter. Magnum ne déroge pas à la règle. Pour cet album, le chanteur s’est acoquiné avec le compositeur électro SebastiAn pour un album disco… Que peut-on dire de ce Magnum? Que c'est une explosion, un geyser, de la joie qui mousse, un disque qui ressemble à tout et qui délivre une joie de vivre certaine, une fontaine d’émotions qui ressemble fort au sabrage d’une bouteille de champagne.
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2002 | Universal Music Division Barclay

Avec ce cinquième opus, Katerine en dit long sur son avenir. Avec pas moins de 16 chansons, l’artiste vendéen livre une version encore inédite de son cerveau. La collision violente entre ses peurs infantiles et mortuaires sur fond de poésie burlesque. C’est la fin du malentendu médiatique, faisant accéder l’artiste aux prestigieuses couvertures. Le disque a été enregistré durant l’hiver et une partie du printemps 2002. Grâce aux Recyclers ou aux Nantais Philippe Eveno et François Ripoche, les différentes pépites révèlent une multitude de trouvailles dans un style à la fois vif et léger. Un gigantesque puzzle créatif, dont certains aspects sont encore à l’état brut. C’est surtout l’aboutissement d’une écriture à plusieurs mains qui atteint son summum grâce à ses invités (Général Fifrelin et Boulette). Et si le disque s’avère des plus complexes pour le profane, il se laisse découvrir au fur et à mesure. Une longue exploration qui explique le lent démarrage du public. La voix est traînante et lascive. Les paroles sont hallucinées et pléthoriques. La pochette est elle signée par l’agence M/M, qui s’occupe habituellement de Björk. Poursuivant l’aventure de Les Créatures, cet opus mêle rêves, délires musicaux et humour. On côtoie le mysticisme autant que la chronique légère dans un cabaret onirique aussi stupide que drôle et poétique. L’expérimentation et l’exploration de nouvelles frontières sont toujours là. Pour preuve l’assourdissant capharnaüm de « Wallis et Futuna ». Car, enfin débarrassé de son étiquette de « naïf » dopé à l’easy listening, Katerine prouve qu’il appartient davantage à l’école de la pop métaphysique (Brian Wilson, Carlos Jobim). Au milieu de l’album, l’artiste s’amuse à imposer deux « faux live », jouant les suicides commerciaux assumés. Puis, grâce à « Des étoiles » ou « Inutile », se lance dans le tube populaire préfabriqué, à la limite de l’autodérision. L’album est surtout une manière d’assumer un virage, quittant les vintage sixties bricolées pour des horizons plus élargis auprès de l’intelligentsia underground. Ses expérimentations, ses questionnements existentiels et son joyeux nihilisme en font un triptyque séduisant qui rappelle notre propre complexité. C’est un refus des clichés qu’il signe d'une patte personnelle ayant su accepter sa part sombre. © ©Copyright Music Story Samuel Degasne 2016
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2007 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD10,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 février 1999 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 1994 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
HI-RES17,99 €
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 8 novembre 2019 | Wagram Music - Cinq 7

Hi-Res Livret
Il y a presque quinze ans, avec Louxor j’adore, Katerine devenait un chanteur populaire. En 2018, récompensé d’un César pour son rôle dans Le Grand Bain, il est aussi devenu un acteur populaire. Mais de quel peuple Katerine est-il le héros ? Qui va chanter en chœur ses nouvelles chansons, où il est question d’arbres en saucisse, de parler avec un chewing-gum ou de trois moines à quatre pattes ? Pour fêter son dixième album, Katerine a l’air de plus en plus fou, de plus en plus libre. De chanter des insanités lubriques avec une voix d’enfant de 7 ans. D’inviter sur son album Léa Seydoux, Lomepal, beau-papa Gérard Depardieu, Oxmo Puccino, Camille ou Chilly Gonzales... De poser sur la pochette de Confessions avec un pénis à la place du nez. Musicalement, Katerine fait ce qu’il a toujours fait : évoluer à chaque album.Après le sous-estimé album Le Film, joué en piano-voix, il explore ici les sons synthétiques, les samples, le chant légèrement autotuné et aussi la flûte à bec. Au croisement entre la pop et le rap indolent d’aujourd’hui, la musique est bonne et les chansons plus profondes que leur apparente idiotie. On entend les pensées intimes de Katerine dans Confessions : des histoires de papa, de fils, d’amant, de suicidé, de ras-le-bol social, des histoires d’amour et des problèmes de sexe (ou le contraire). Et comment décaler le regard sur le monde pour le rendre plus supportable. Avec son nouveau nez et ses nouvelles oreilles, Katerine ressemble à un Teletubby éjecté du dessin animé et condamné à vivre en France dans les années 2010. Il a besoin d’amour, et va en recevoir. © Stéphane Deschamps/Qobuz
A partir de :
HI-RES5,49 €
CD3,99 €

Chanson francophone - Paru le 10 octobre 2019 | Wagram Music - Cinq 7

Hi-Res
A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 24 mai 1993 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2006 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD14,99 €

Chanson francophone - Paru le 27 octobre 2017 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
CD1,49 €

Chanson francophone - Paru le 20 septembre 2019 | Wagram Music - Cinq 7

A partir de :
CD1,99 €

Chanson francophone - Paru le 1 janvier 2006 | Universal Music Division Barclay

A partir de :
HI-RES1,99 €
CD1,49 €

Chanson francophone - Paru le 18 février 2016 | Wagram Music - Cinq 7

Hi-Res

L'interprète

Philippe Katerine dans le magazine
  • Katerine à confesse
    Katerine à confesse Pour son 10e album, le plus barge des chanteurs français invite Lomepal, Chilly Gonzalès, Oxmo Puccino, Camille, Léa Seydoux et son beau-père Gérard Depardieu...
  • Katerine a 3 ans
    Katerine a 3 ans Quand Philippe Katerine parle des tous petits, c'est très grand !
  • L'autre fou chantant...
    L'autre fou chantant... Katerine récidive et présente son nouveau clip, issu de l’album Magnum attendu le 14 octobre prochain...
  • Un Chien à Plumes énervé et déjanté
    Un Chien à Plumes énervé et déjanté La quinzième édition du festival Le Chien à Plumes aura lieu les 5, 6 et 7 août à Langres avec notamment Katerine, Gogol Bordello, La Phaze, Apocalyptica, Les Têtes Raides, Chinese Man et Cali.
  • Eurockéennes 2011 : plus de noms !
    Eurockéennes 2011 : plus de noms ! Du 1er au 3 juillet, la presqu'île du Malsaucy accueillera entre autres Arcade Fire, Queens Of The Stone Age, Katerine, Beady Eye, Arctic Monkeys, Beth Ditto, Tiken Jah Fakoly, Tryo et Anna Calvi p...
  • Quand Katerine a La Banane tout nu sur la plage
    Quand Katerine a La Banane tout nu sur la plage Le délirant Philippe Katerine présente son dernier single La Banane, issu du prochain album à paraître le 27 septembre.
  • Quand Radio France Fête la Musique
    Quand Radio France Fête la Musique Pour fêter la 29e édition de la Fête de la Musique, les sept radios et les quatre formations musicales de Radio France organisent plusieurs rendez-vous musicaux à Paris et en région le 21 juin. San...