Artistes similaires

Les albums

15,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 13 janvier 2014 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Elu par Citizen Jazz - Hi-Res Audio - Sélection JAZZ NEWS
Ce dernier album de l’ONJ sous la direction de Daniel Yvinec annonce donc une fin de Party pour le producteur-bassiste-chef d’orchestre après plus de 200 concerts et huit programmes différents sous sa direction depuis 2008. Le répertoire de ce 4e opus est résolument pop et funky, clin d'œil nostalgique aux années 70 et 80, les synthétiseurs grignotant doucement le terrain pour se fondre à l'orchestre. Le flûtiste Joce Mienniel se partage avec son MS80 analogique, le saxophoniste Matthieu Metzger souffle dans sa vocodeuse SysTalk Box, le saxophoniste-clarinettiste Antonin-Tri Hoang pianote sur son Roland SH101, la pianiste (bien préparée) Ève Risser s'est offert un clavecin électrique Baldwin et Vincent Lafont perpétue naturellement ses virtuosités claviéristes. Ajoutez un power trio formé de Pierre Perchaud à la guitare, Sylvain Daniel à la basse et Yoann Serra à la batterie, plus le ténor véloce de Rémi Dumoulin et la trompette avec ou sans coulisse de Sylvain Bardiau et l'orchestre est au complet ! Michael Leonhart, co-concepteur de répertoire, joue, entre autres, de la trompette, aux côtés du leader-producteur-metteur en scène Yvinec. On ne coupe heureusement pas à la musique éponyme de Mancini pour le film The Party, et hormis nombre de pièces originales "à la manière de", on a droit à des versions punchy de Requiem pour un con de Gainsbourg et Colombier, Everybody's Got To Learn Sometime de James Warren, Je m'appelle Géraldine de Jean-Claude Vannier, Once In A Lifetime des Talking Heads et le Strawberry Letter 23, écrit par Shuggie Otis et devenu en 1977 un méga tube de la période disco.
15,99 €
11,49 €

Jazz - Paru le 2 octobre 2012 | Jazz Village

Hi-Res Livret Distinctions Sélection FIP - Le top 6 JAZZ NEWS - Hi-Res Audio
17,99 €
11,99 €

Jazz contemporain - Paru le 26 mai 2014 | Onjazz Records

Hi-Res Livret Distinctions Top du mois de Jazznews
On pourra dire que l’arrivée d’Olivier Benoit à la tête de lʼOrchestre National de Jazz aura fait couler beaucoup d’encre. Mais après tout, chaque nomination à la tête de cet orchestre est une mini-révolution, ne serait-ce que dans le projet artistique proposé. Nommé pour un mandat de quatre ans (2014-2017) Olivier Benoit inaugure avec ses musiciens ce onzième ONJ de lʼhistoire de lʼinstitution. Le chef d’orchestre (et guitariste) est motivé par le désir d’un orchestre intergénérationnel ouvert à de multiples registres stylistiques. Il s’est entouré de dix musiciens aux parcours riches et singuliers, tous impliqués dans des recherches musicales personnelles fortes, donnant ainsi naissance à un ONJ propre à prendre toutes les directions esthétiques possibles, et à réaliser son ambition dʼouverture et de décloisonnement des genres qui sont au coeur de son projet. Pour le mener à bien, il s’est adjoint le concours de Bruno Chevillon – artiste éminent de la scène internationale, musicien engagé, ayant une longue et prestigieuse carrière à son actif –, à qui il a confié en parallèle de son rôle de contrebassiste au sein de l’ONJ, celui de conseiller artistique. Et voici le premier opus. JMP@Qobuz
14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 avril 2015 | Onjazz Records

Hi-Res Livret Distinctions Sélection JAZZ NEWS
Après Paris, le guitariste, compositeur et directeur artistique Olivier Benoit poursuit son ambitieux projet d’investigation amoureuse des grandes capitales culturelles européennes, Europa, en posant ses valises à Berlin ! Cette fois, c’est avec la curiosité de l’“étranger” qu’il a arpenté cette ville à la population jeune, créative et cosmopolite. Plus que jamais attentif à l’architecture et à ce qu’elle révèle, le compositeur a centré cette fois son travail sur l’histoire et la mémoire. Décliné en compositions denses empruntes de lyrisme, ce portrait de Berlin interroge les diverses façons qu’ont eues les Allemands de se confronter à leur histoire récente. Olivier Benoit et l’Orchestre National de Jazz créé en 1986 à l’initiative du ministre de la culture de l’époque Jack Lang, saisit l’esprit hétérogène de la cité à travers une musique contrastée qui exploite brillamment toutes les ressources de l’orchestre. Fidèle à ses singularités d’écriture associant dynamiques des timbres à un vrai sens de l’architecture en mouvement et une pulse rythmique hypnotique, le compositeur ouvre avec Europa Berlin de nouvelles perspectives tant sonores que formelles, qui puisent également dans les différents courants musicaux qui « habitent » la capitale allemande : musique minimaliste, free jazz, rock progressif et musique électronique. La bonne nouvelle étant qu’Olivier Benoit reste à la tête de l’ONJ jusqu’en 2017, ce qui promet d’autres belles découvertes musicales. © LR/Qobuz
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 27 avril 2018 | ONJ Records

14,99 €
9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 28 avril 2017 | ONJ Records

Hi-Res Livret
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1996 | Universal Music Division Decca Records France

9,99 €

Jazz contemporain - Paru le 21 octobre 2016 | Onjazz Records

Livret
A 30 ans, l’ONJ se porte à merveille, merci pour lui ! Sous la baguette d’Olivier Benoit, la phalange atypique poursuit ici son ambitieux périple musical à travers l'Europe avec son projet Europa. Décliné en quatre programmes, il propose une série de portraits de capitales culturelles européennes. Après Paris et Berlin, les deux premiers albums qui ont dévoilé l'écriture singulière et flamboyante de Benoit aux confins du jazz, de la musique répétitive, minimaliste et du rock, place à Rome ! De par ses différents mouvements et expérimentations au cours du XXe siècle (musique électroacoustique, électronique) portés par ses pionniers et figures de proue – Luciano Berio, Luigi Nono, Fausto Romitelli – l’Italie et sa capitale constituent un formidable terrain de jeu pour explorer les territoires de la musique contemporaine. Un projet atypique et une expérience inédite pour l’ONJ, qu’Olivier Benoit a souhaité confier au Français Benjamin de la Fuente et à l’Italien Andrea Agostini, deux compositeurs d’aujourd’hui, amoureux de la capitale italienne, qui reflètent un courant de la musique contemporaine à l’approche non conventionnelle : utilisation de matériaux musicaux diversifiés, regard appuyé sur la performance… Un défi important autant pour les musiciens que pour les compositeurs, qui engendre une certaine innovation et originalité dans le traitement du son, des timbres, des rythmes et du rapport au groupe. À travers deux pièces originales spécialement écrites pour l’orchestre, Benjamin de la Fuente et Andrea Agostini donnent à entendre leur vision très personnelle de Rome, emprunte de souvenirs, d’émotions réveillées, d’un rapport intime à la ville. Deux œuvres contrastées, oscillant entre envolées survoltées, masses orchestrales implacables, et plages mélancoliques, minimalistes où improvisations et déflagrations rock ont le droit de cité. Bref, un programme qui brouille assurément les pistes du genre musical…
13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1996 | Universal Music Division Decca Records France

13,99 €

Jazz - Paru le 1 janvier 1997 | Universal Music Division Decca Records France

L'interprète

Orchestre National De Jazz dans le magazine
  • Eclats d’Email Jazz : demandez le programme !
    Eclats d’Email Jazz : demandez le programme ! Du 3 au 20 novembre, Limoges accueille la sixième édition de son festival de jazz Eclats d’Email où se croiseront notamment Ron Carter, Perrine Mansuy, Jan Garbarek, Daniel Humair, China Moses et b...
  • L’ONJ danse à Banlieues Bleues
    L’ONJ danse à Banlieues Bleues Le 6 avril, l’Orchestre National de Jazz de Daniel Yvinec promènera son étonnant projet Shut Up & Dance au Blanc-Mesnil à l’occasion du festival Banlieues Bleues.
  • Le cinéma en musique
    Le cinéma en musique Le cinéma Le Balzac sur les Champs-Elysées à Paris poursuit sa programmation ambitieuse de films muets accompagnés en direct par des musiciens et ses projections d’opéras.
  • L’ONJ se tait et danse au Châtelet
    L’ONJ se tait et danse au Châtelet Le 25 janvier, l’Orchestre National de Jazz de Daniel Yvinec promènera son beau dernier album Shut Up & Dance sur la scène du Théâtre du Châtelet, ainsi que son projet consacré à Billie Holiday.
  • Rencontre avec Daniel Yvinec
    Rencontre avec Daniel Yvinec Avec son deuxième album Shut Up & Dance, l’ONJ affirme sa véritable identité. Explication avec le directeur artistique de la formation, Daniel Yvinec.
  • L’ONJ se tait et danse !
    L’ONJ se tait et danse ! Premières images et premiers sons du nouveau projet fou de l’Orchestre National de Jazz…
  • Le Grand Robert lu par l’ONJ…
    Le Grand Robert lu par l’ONJ… Ce soir, en direct sur Qobuz et en HD, l’ONJ joue à Robert Wyatt…
  • Victoire pour Yvinec, l’ONJ et Robert Wyatt !
    Victoire pour Yvinec, l’ONJ et Robert Wyatt ! L’ovni Robert Wyatt filtré par le cerveau pluriel de Daniel Yvinec, actuel boss de l’Orchestre National de Jazz, fut LA belle surprise de ce printemps aujourd'hui saluée par une Victoire du Jazz…
  • Victoires du Jazz : et les gagnants sont…
    Victoires du Jazz : et les gagnants sont… L'ONJ d’Yvinec, le guitariste Marc Ducret et le quartet d’Emile Parisien comptent parmi les lauréats de la septième édition des Victoires du jazz.
  • Billie selon l’ONJ
    Billie selon l’ONJ Après un premier « épisode » consacré à Robert Wyatt, le nouvel ONJ s’attaque à un tout autre genre de pilier de la musique du XXe siècle : Billie Holiday !