Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Musique vocale profane - Paru le 9 juin 2017 | Sony Classical

Hi-Res Livret Distinctions Diapason d'or - Diapason d'or / Arte
Quatrième récital de la chanteuse soprano russe Olga Peretyatko, Russian Light fait suite à La Bellezza del Canto (2011), Arabesque (2013) et Rossini! (2015). Comme les précédents enregistrements pour la maison Sony Classical, c'est avec un chef d'orchestre différent, en l'occurrence son compatriote Dmitry Liss, que celui-ci s'est tenu. Pour parfaire la quadrature russe, c'est l'Orchestre philharmonique de l'Oural qui accompagne les treize airs tirés des oeuvres lyriques de Mikhaïl Gllinka, Nikolaï Rimski-Korsakov, Sergei Rachmaninov, Igor Stravinsky et Dmitri Chostakovitch.Ce répertoire, plus spécifique, revêt également un caractère plus personnel pour l'interprète qui retrouve ses racines saint-pétersbourgeoises. Le calme de la Neva, qui a servi de cadre à une enfance très studieuse au sein de la chorale du Théâtre Mariinski, se mêle au tempérament passionné des personnages : la Cavatine de Rouslan et Ludmila (1842, Glinka) sert d'introduction à un recueil riche et flamboyant, bien que réservé aux initiés de l'opéra russe.Les cinq arias de Rimiski-Korsakov ne sont pas vraiment les plus chantées, malgré leurs beautés, ne serait-ce que pour l'Hymne au soleil du Coq d'or (1906-1907), joyau de la sélection avec la plus fameuse Chanson du rossignol (1914) de Stravinsky. Ces mélodies forment la porte d'entrée menant vers les pièces moins éclairées, mais pourtant magnifiques, que sont l'Aria de La Demoiselle des Neiges (1880-1881) ou celle de La Fiancée du tsar (1898) ou la Romance de Volkova, tirée de l'opéra Sadko (1896).Chez Rachmaninov, représenté par quatre airs, la soprano au timbre clair et lisse a choisi d'honorer la célèbre Vocalise (op. 34, 1912), l'une des Six romances de l'opus 4 (1890-1893) et une de chaque des Douze romances (opus 14 et 21, 1896-1902), formant à la suite une parenthèse poétique avant la Chanson du rossignol. La conclusion est surprenante par le choix de l'opérette de Chostakovitch, Moscou, Tcheriomouchki (1957-1958), en lieu et place des opéras Le Nez ou Lady Macbeth du district de Mtsensk. La chanteuse fait revivre ces deux airs de Lidochka avec l'intensité qui est la sienne. © Loïc Picaud / Music-Story
CD14,49 €

Extraits d'opéra - Paru le 16 août 2013 | Sony Classical

Livret Distinctions 4 étoiles Classica
CD14,49 €

Classique - Paru le 22 juillet 2011 | Sony Classical

Originaire de Saint-Pétersbourg, la soprano russe Olga Peretyatko débuta sa carrière musicale à 15 ans, au sein du chœur d’enfants du Théâtre Mariinsky. Elle signe son premier album chez Sony Classical et rassemble quelques tubes du bel canto (Donizetti, Rossini), et quelques extras du répertoire français et tchèque. A découvrir !
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 10 août 2018 | Sony Classical

Hi-Res Livret
Si Le Secret est bien le titre d’une mélodie que Gabriel Fauré composa sur un poème assez mièvre d’Armand Silvestre, il ne semble pas qu’elle ait inspiré le titre du présent album intitulé « The Secret Fauré », pris plutôt dans une acception de rareté et d’intimité. Ivor Bolton, à la tête de l’Orchestre Symphonique de Bâle dont il est le directeur artistique, propose un choix très subtil constitué d’extraits de musiques de scène ou pour la scène : Caligula, Pénélope, Shylock, Pelléas et Mélisande, mélangées à quelques mélodies orchestrées par Fauré ou plus probablement par ses amis, tel Charles Koechlin. La soprano russe Olga Peretyatko, nouvelle reine internationale du bel canto, prête sa voix à l’art si discret de Fauré. Oubliées ses nombreuses Traviata de Berlin, du MET ou de Vienne, au profit d’un chant d’une pudique limpidité. À ses côtés, le ténor Benjamin Bruns et le chœur de femmes Balthasar Neumann complètent ce disque qui consacre un certain esprit français vu d’ailleurs, fait d’un mélange d’insouciance, d’élégance discrète et d’un je-ne-sais-quoi de futilité. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 8 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res Livret
La concurrence entre compositeurs était rude et impitoyable dans les grandes et petites cours princières de l’Europe du XVIIIe siècle, et Mozart n’était qu’un compositeur parmi d’autres. C’est ce que souligne fort bien ce nouvel album de la soprano russe Olga Peretyatko consacré à des airs célèbres de Mozart (L’Enlèvement au sérail, Les Noces de Figaro, Don Giovanni, La Clémence de Titus) présentés à côté de ceux de Traetta, Martín y Soler ou Paisiello, qui ne font pas pâle figure. Si ses contemporains ont été durs avec Mozart, la postérité l’a rattrapé d’une telle manière qu’il a évincé tous les bons compositeurs travaillant en même temps que lui. Les trois extraits de l’Antigone de Tommaso Traetta, écrit pour la cour de Catherine II de Russie, montrent combien l’emprise des passions a été le moteur de tous les compositeurs de cette époque. Issues de l’opéra napolitain, ses formules mélodiques pleines de tendresse et d’affliction n’auront sûrement pas échappé à la vigilance du jeune Mozart. Paisiello et Martín y Soler ont tous deux remporté de brillants succès à leur époque, éclipsant complètement Les Noces de Figaro, un opéra presque uniquement apprécié à Prague, ce qui a d’ailleurs valu à Mozart la commande de Don Giovanni par la capitale tchèque. C’est avec le temps que le génie unique de Mozart a été perçu et ce disque offre une mise en miroir passionnante, qui trouve en Olga Peretyatko une interprète de grande classe, efficacement secondée par l’Orchestre Symphonique de Bâle sous la direction attentive d’Ivor Bolton. © François Hudry/Qobuz
HI-RES16,99 €
CD14,49 €

Classique - Paru le 14 août 2015 | Sony Classical

Hi-Res Livret
La soprano russe Olga Peretyatko (*1980) nous invite à un petit récital de quelques grands airs virtuoses de Rossini, ce qui n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait qu’elle est régulièrement invitée au Festival Rossini de Pesaro, la Mecque mondiale de la chose rossinienne. Mais aussi Salzbourg, le MET de New York, l’Opéra de Vienne, Lausanne, le Bolshoï, Turin, autrement dit : sa jeune carrière est en plein essor et il n’y a vraiment aucune raison que cela ne s’arrête là. Son choix d’airs couvre des grands tubes, comme « Una voce poco fa » du Barbier, mais aussi des moments bien plus rares d’œuvres moins courues – Matilde di Shaban, par exemple –, qui lui permettent de couvrir tout l’horizon rossinien. © SM/Qobuz
CD14,49 €

Classique - Paru le 14 août 2015 | Sony Classical

HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 27 juillet 2018 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 18 janvier 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 1 février 2019 | Sony Classical

Hi-Res
HI-RES2,99 €
CD2,49 €

Classique - Paru le 25 janvier 2019 | Sony Classical

Hi-Res

L'interprète

Olga Peretyatko dans le magazine