Artistes similaires

Les albums

19,49 €
13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2013 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret Distinctions Hi-Res Audio
Timeless n’aura jamais aussi bien porté son nom car Mylène fait figure d’icône aussi intemporelle qu’éthérée dans l’univers de la musique française. L’artiste, qui sait cultiver le mystère, a désormais derrière elle une carrière à succès qui s’étale sur trois décennies. Certes, Cendres de lune est désormais lointain, mais Mylène a su garder intact son univers au fil d’albums à la personnalité affirmée. Le live baptisé Timeless est un merveilleux coup d’œil dans le rétroviseur d’une carrière admirable. De Sans contrefaçon en passant par XXL et Monkey Me, ce live présenté sur Qobuz en version Studio Masters 24 bits audio permet surtout de se rendre compte de la richesse des compositions de Laurent Boutonnat et du talent formé par son union sacrée avec Mylène. Un album-live définitivement indispensables aux fans.
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1988 | Universal Music Division Polydor

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Avec sa poignée de tubes, Ainsi soit je… (1988) est sans doute l’album qui rend le mieux compte de la collaboration fructueuse entre Mylène Farmer et Laurent Boutonnat. Cette carte de visite idéale pour pénétrer leur univers à la fois pop, mélancolique et poétique comprend entre autres Sans contrefaçon, Pourvu qu’elles soient douces (célèbre ode à la sodomie) et la chanson qui a donné son nom à l’album. C’est véritablement ici – et avec l’aide de clips somptueux réalisés par Boutonnat – que Mylène Farmer peaufine son personnage androgyne et gothique tout droit sorti d’un film en costumes (période XVIIIe siècle). Quant aux textes, c’est plutôt du côté de la poésie romantique du siècle suivant qu’il faut aller chercher ses influences, celle de Baudelaire (dont L’Horloge est mis en musique en ouverture d’album) ou d’Edgar Allan Poe. Néanmoins, il ne s’agit pas d’un album passéiste puisque, dans un esprit très pop, le duo s’inspire également du cinéma d’horreur de série B (celui de Dario Argento notamment), ainsi que d’icônes féminines d’après-guerre, en particulier la Sylvie Vartan de Comme un garçon pour Sans contrefaçon, ou encore la Juliette Greco de Je suis comme je suis pour Ainsi soit je…. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Farmer reprend le fameux Déshabillez-moi de « la muse de Saint-Germain-des-Prés » vers la fin de cet album essentiel de la variété française. ©Nicolas Magenham/Qobuz
27,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2011 | Universal Music Division Polydor

18,99 €
15,99 €

Variété francophone - Paru le 28 septembre 2018 | Stuffed Monkey

Hi-Res Livret
Désobéissance est le 11e album studio de Mylène Farmer et le 3e sans son pygmalion et complice Laurent Boutonnat. Malgré cette absence physique, son ombre est bel et bien présente puisque cet opus s’amuse avec les codes développés par la chanteuse depuis ses débuts dans les années 1980, tout en étant ancré dans son époque grâce à la production du jeune DJ et producteur français Feder. Parmi les éléments inattendus de l’album, il faut signaler le duo qu’elle forme avec la chanteuse américaine LP sur le single N’oublie pas. Quant à sa voix, elle est beaucoup plus grave que d’habitude sur certains titres, comme Rolling Stone. L’humour est également un élément essentiel de Désobéissance, notamment dans le très « stromaesque » Histoire de fesses, qui dénonce les dérapages de la presse people. Même si la noirceur ne la quitte pas totalement, nous sommes donc face à une Mylène Farmer moins torturée et plus encline à faire preuve de distance, par rapport à sa propre persona notamment. En revanche, d’autres titres se situent davantage dans la lignée de ce qu’elle a toujours fait. Ainsi, Sentimentale s’ajoute à la longue liste des comptines farmeriennes, telles que Mamana tort ou C’est une belle journée. De plus, le morceau contient quelques anglicismes – une autre tendance marquée de l’auteure-compositrice-interprète depuis son passage à Los Angeles pour l’enregistrement de l’album Anamorphosée en 1995. C’est d’ailleurs à cette époque qu’elle chantait « On a besoin d’amour » (XXL). Désormais, c’est un On a besoin d’y croire qu’elle lance bravement à l’auditeur sur les synthétiseurs rayonnants de Feder. Revigorée, sexy et porteuse d’espoirs : telle est la séduisante posture de Mylène Farmer dans Désobéissance. Un peu à la manière de Dorothy dans Le Magicien d’Oz, elle tient l’auditeur par la main pour lui faire « oublier ses doutes […] le temps d’un rire ». Tout est dit dans ce vers de Parler d’avenir, signé du mystérieux compositeur Leon Deutschmann. © Nicolas Magenham/Qobuz 
16,99 €
14,49 €

Variété francophone - Paru le 30 novembre 2018 | Stuffed Monkey

Hi-Res
Désobéissance est le 11e album studio de Mylène Farmer et le 3e sans son pygmalion et complice Laurent Boutonnat. Malgré cette absence physique, son ombre est bel et bien présente puisque cet opus s’amuse avec les codes développés par la chanteuse depuis ses débuts dans les années 1980, tout en étant ancré dans son époque grâce à la production du jeune DJ et producteur français Feder. Parmi les éléments inattendus de l’album, il faut signaler le duo qu’elle forme avec la chanteuse américaine LP sur le single N’oublie pas. Quant à sa voix, elle est beaucoup plus grave que d’habitude sur certains titres, comme Rolling Stone. L’humour est également un élément essentiel de Désobéissance, notamment dans le très « stromaesque » Histoire de fesses, qui dénonce les dérapages de la presse people. Même si la noirceur ne la quitte pas totalement, nous sommes donc face à une Mylène Farmer moins torturée et plus encline à faire preuve de distance, par rapport à sa propre persona notamment. En revanche, d’autres titres se situent davantage dans la lignée de ce qu’elle a toujours fait. Ainsi, Sentimentale s’ajoute à la longue liste des comptines farmeriennes, telles que Mamana tort ou C’est une belle journée. De plus, le morceau contient quelques anglicismes – une autre tendance marquée de l’auteure-compositrice-interprète depuis son passage à Los Angeles pour l’enregistrement de l’album Anamorphosée en 1995. C’est d’ailleurs à cette époque qu’elle chantait « On a besoin d’amour » (XXL). Désormais, c’est un On a besoin d’y croire qu’elle lance bravement à l’auditeur sur les synthétiseurs rayonnants de Feder. Revigorée, sexy et porteuse d’espoirs : telle est la séduisante posture de Mylène Farmer dans Désobéissance. Un peu à la manière de Dorothy dans Le Magicien d’Oz, elle tient l’auditeur par la main pour lui faire « oublier ses doutes […] le temps d’un rire ». Tout est dit dans ce vers de Parler d’avenir, signé du mystérieux compositeur Leon Deutschmann. © Nicolas Magenham/Qobuz 
19,49 €
13,99 €

Variété francophone - Paru le 6 novembre 2015 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res Livret
Cinq ans après Bleu noir, Mylène Farmer fait une seconde infidélité à son complice de toujours, Laurent Boutonnat, en demandant à l’arrangeur de Lady Gaga (Martin Kierszenbaum) de s’occuper de cet Interstellaires (2015). Ce n’est cependant pas lui qui arrange le mélancolique Stolen Cars, que la pop star chante en duo avec Sting. Pour l’occasion, elle a demandé au DJ français The Avener de produire ce titre – qui est par ailleurs une reprise d’une chanson interprétée en solo par Sting en 2004 sur son album Sacred Love. Musicalement, l’album est proche de la démarche qu’elle avait adoptée en 1995 pour Anamorphosée. C’est donc un son globalement pop-rock et acoustique qui prédomine, à l’image des jolies ballades que sont A rebours et I Want You to Want Me. Toutefois, l’electro-pop n’est pas totalement mise à la trappe puisque c’est la couleur que Kierszenbaum (alias Cherry Cherry Boom Boom) a choisie pour un titre comme Pas d’access. Et, petite nouveauté chez l’interprète de Libertine, elle explore les rythmes funky – dans le morceau C’est pas moi. Comme son titre l’indique, ce dixième album de la chanteuse est globalement ouvert, doux et lumineux, même si certains thèmes (la perte d’un amour dans Insondables) viennent apporter des zones d’ombre à l’ensemble, pour le plus grand plaisir des fans. ©Nicolas Magenham/Qobuz

Variété francophone - Paru le 22 juin 2018 | Stuffed Monkey

Téléchargement indisponible
21,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2001 | Universal Music Division Polydor

Les Mots est le reflet idéal de la collaboration entre Mylène Farmer et Laurent Boutonnat puisque tous les tubes du duo de 1986 à 2001 (date de sortie de cette compilation) répondent à l’appel. Il faut également citer deux autres personnes dont le rôle fut essentiel dans la conception de cette série de tubes : le regretté Jérôme Dahan qui a coécrit et composé l’étrange comptine Maman a tort, et Jean-Claude Déquéant, l’auteur de la musique de Libertine (et par ailleurs grand arrangeur de la variété française). Des provocateurs Pourvu qu’elles soient douces (ode à la sodomie) et Sans contrefaçon (ode au gender bending), jusqu’à l’évanescent Ainsi soit je…, en passant par le générationnel Désenchantée et le très pop California, cette compilation de titres globalement accrocheurs est la synthèse parfaite du duo gagnant de la variété française. D’autres chansons sont moins célèbres que celles précédemment citées, mais il convient néanmoins de les mettre ici en lumière, à commencer par La Veuve noire, dont le souffle épique évoque certaines musiques de film d’Ennio Morricone, l’un des maîtres de la pop star. Citons également Effets secondaires et ses paroles troublantes tournant autour du thème de la maladie. A noter que trois inédits se rajoutent à cette liste prestigieuse, parmi lesquels on trouve C’est une belle journée, qui parle de la mort de manière joyeusement décalée. ©Nicolas Magenham/Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1995 | Universal Music Division Polydor

Paru en 1995, Anamorphosée est le quatrième album studio de la chanteuse française Mylène Farmer. Délaissant quelque peu le tout synthétique de ses disques précédents, Farmer livre avec cet album un effort empreint de nouvelles influences et de sonorités plus charnelles malgré le maintien de l'univers et des thèmes spirituels chers à son auteur et la collaboration habituelle de Laurent Boutonnat, déstabilisant une partie de son public mais en gagnant un plus large dans l'opération. L'album, contenant les singles "XXL", "L'instant X", "California", "Comme j'ai mal" et "Rêver", obtient une Victoire de la musique en 1996, s'écoule à un million et demi d'exemplaires et ouvre la voie à la première tournée d'envergure d'une longue série pour l'égérie romantique. ~ Olivier Duboc

Variété francophone - Paru le 19 janvier 2018 | Stuffed Monkey

Téléchargement indisponible
13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2005 | Universal Music Division Polydor

La première chose qui surprend à l’écoute de cet album sorti en 2005, c’est la voix de Mylène Farmer. Avec l’aide de son complice de toujours Laurent Boutonnat, elle a en effet décidé de s’amuser avec un organe qui, jusqu’alors, ne montait quasiment que dans les aigus avec une inamovible évanescence. Quant au mixage, il prolonge cette idée en mettant la voix particulièrement en avant. Parmi les morceaux de l’album les plus significatifs de ce changement, citons, dans deux styles différents, Ange parle-moi et Tous ces combats. Certes, la pop star est loin d’abandonner la voix délicate qui a fait son succès, mais elle parvient désormais à moduler cette fragilité avec une dextérité surprenante. Autre petite nouveauté : la musique (et en particulier les arrangements) ont également bénéficié d’un traitement de faveur dans la conception d'Avant que l’ombre... Le compositeur et producteur Laurent Boutonnat s’est entouré de solistes prestigieux tels que Fifi Chayeb à la basse et Yvan Cassar au piano, mais aussi d’une formation de cordes élégamment arrangée par Graham Preskett – bras droit de compositeurs de BO comme Hans Zimmer, Craig Armstrong ou Richard Robbins. Du côté des paroles, on retrouve sans surprise la poésie éthérée, néoromantique et parfois étrange de Mylène Farmer. Dans Porno graphique, elle tente même de renouveler le tour de force de Pourvu qu’elles soient douces, une chanson de 1988 qui évoquait à demi-mot la sodomie. Dans ce nouveau titre, il s’agit plutôt d’anulingus, ce qui constitue une petite variation des plus agréable. ©Nicolas Magenham/Qobuz
19,49 €
13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2012 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res
Amoureuse des chevaux, Mylène Farmer aimerait sans doute que l’on dise que Bleu noir en 2010 puis ce Monkey Me en 2013 l’ont définitivement remise en selle, après une (relative) période de flottement dans les années 2000. C’est Laurent Boutonnat qui est chargé de la musique de cet album, lequel, sans être un sommet de subtilité, a au moins le mérite d’être extrêmement accrocheur. Avec ses beats binaires dignes des plus grands classiques d’eurodance, ses synthés pétillants/scintillants et ses voix autotunées, les chansons défilent avec une efficacité et un lyrisme destinés à faire des ravages sur scène et dans les clubs. Du point de vue des paroles, là aussi on a l’impression d’assister à un défilé, celui de tous les grands thèmes développés par la pop star depuis ses débuts en 1985 : l’ombre/la noirceur dans A l’ombre, l’incommunicabilité dans Je te dis tout, et même le saphisme dans Elle a dit. Rappelons enfin qu’à une époque de sa vie, Mylène Farmer possédait deux singes (E.T. et Léon), et elle ne manquait aucune occasion de poser avec eux dans les médias. Ces deux animaux de compagnie désormais disparus ont l’hommage qu’ils méritent grâce au titre Monkey Me, dont le torride solo de saxophone nous replonge instantanément dans les années 1980. ©Nicolas Magenham/Qobuz
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1999 | Universal Music Division Polydor

Après la « parenthèse stylistique » (selon la formule du journal Le Monde) que constituait l’album Anamorphosée en 1995, Mylène Farmer retrouve avec Innamoramento (1999) les ambiances néoromantiques de ses premiers albums (Cendre de lune, Ainsi soit je… et L’Autre), ainsi que son personnage de femme-enfant fragile, à l’image de la pochette signée Marino Parisotto Vay, sur laquelle on la voit perchée en position fœtale, tel un oiseau blessé, au-dessus d’une cage géante trônant au milieu de la mer. Même si Laurent Boutonnat est toujours présent à ses côtés, il faut souligner le fait qu’elle a composé cinq morceaux de l’album, marque d’un affranchissement non négligeable vis-à-vis du compositeur de ses anciens tubes (Sans contrefaçon, Désenchantée…). Parmi les morceaux de bravoure d’Innamoramento, il faut citer L’Âme-Stram-Gram, dont les paroles jouent sans cesse avec des mots ordinaires auxquels Mylène Farmer donne un double sens sexuel (« confesse », « l’essaim » etc.). A travers cet exercice de style très freudien, elle tourne sans cesse autour de l’idée d’orgasme, le thème principal du morceau. Cette chanson emblématique de l’univers farmerien montre également son penchant pour les comptines étranges. A cet égard, elle rappelle lointainement des titres de ses débuts comme Chloé ou Maman a tort. A côté de la rythmique plutôt techno de L’Âme-Stram-Gram, on trouve dans cet album une ribambelle de ballades, comme Je te rends ton amour ou bien Et si vieillir m’était conté, qui raviront les admirateurs des mélodies mélancoliques du duo Farmer/Boutonnat. ©Nicolas Magenham/Qobuz    
13,99 €

Variété francophone - Paru le 1 janvier 2010 | Universal Music Division Polydor

Livret
Annoncé par le single Oui mais... non, produit par le producteur de Lady Gaga RedOne, le nouvel album de Mylène Farmer est enfn disponible ! Après plus de quinze millions d'albums vendus, le huitième opus de la chanteuse est composé de douze nouvelles chansons écrites et produites par ses soins avec RedOne donc, Moby et Archive.
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1986 | Universal Music Division Polydor

Paru en 1986, Cendres de lune est le premier album de la chanteuse française Mylène Farmer. Parmi les 9 titres de l'édition initiale ("Tristana" viendra se greffer à la playlist lors de la réédition de 1987), on retrouve les singles "Maman a tort", "Plus grandir" mais surtout le tube "Libertine" qui va propulser Farmer au rang d'égérie gothique et lui valoir un public solide qui hisse le disque au rang de double disque d'or en 1989. ~ Olivier Duboc
13,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1991 | Universal Music Division Polydor

Marqué du même sceau d'intégrité stylistique que ses albums précédents, Autre… fait partie des efforts les plus aboutis de Mylène Farmer. Si les compositions sont toujours aussi riches et arrangées, l'ensemble semble avoir gagné en efficacité et en transparence. Sans surprise on retrouve les considérations existentielles de l'artiste tout au long de cet album, ainsi que le calme confiant et la texture feutrée de sa voix.
21,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 2009 | Universal Music Division Polydor

Livret
Le cinquième album live de Mylène Farmer, N°5 on Tour, présente sa tournée de 2009 en France organisée à l'occasion de la sortie de son album Point de Suture. L'album inclut 20 chansons, dont plusieurs de ses plus gros tubes interprétés dans le style électro-rock de Point de Suture. Bien que certaines de ces chansons figurent également sur ses albums live précédents, N°5 on Tour se démarque du lot en raison de ses nouveaux arrangements, l'abondance de nouveaux morceaux et la qualité d'enregistrement si immaculée qu'on pourrait croire que l'album a été enregistré en studio et qu'un enregistrement de bruits du public et des plaisanteries de scène a été rajouté en overdub. Les fans de longue date auraient peut-être préféré que ce set ne reprenne pas autant Point de Suture, et risquent de ne pas attacher trop d'importance aux nouveaux arrangements. Mais en tant que document sur la tournée de 2009 de Mylène Farmer, on aurait du mal à faire mieux. ~ Jason Birchmeier
20,99 €

Pop - Paru le 1 janvier 1997 | Universal Music Division Polydor

8,49 €
5,99 €

Variété francophone - Paru le 20 avril 2018 | Stuffed Monkey

Hi-Res
5,99 €
3,99 €

Variété francophone - Paru le 1 mars 1986 | Universal Music Division Polydor

Hi-Res

L'interprète

Mylène Farmer dans le magazine
  • La Minute Qobuz #15
    La Minute Qobuz #15 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale en une émission, 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Muse, Mylène Farmer, Neil Young, R. Kelly et Mayra Andrade.
  • Combien gagnent les chanteurs français ?
    Combien gagnent les chanteurs français ? Deux enquêtes publient le palmarès des chanteurs français qui auraient touché le plus d'argent en France en 2009. Et le gagnant est…