Catégories :

Artistes similaires

Les albums

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1991 | Decca Music Group Ltd.

CD34,99 €

Ballets - Paru le 1 janvier 1992 | Decca Music Group Ltd.

HI-RES3,99 €
CD3,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | BnF Collection

Hi-Res Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Intense Media GmbH

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 7 août 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
C’est fou ce que l’on peut faire avec un seul micro ! Car c’est ainsi que fut réalisé cet enregistrement d’Antal Doráti à la tête de l’Orchestre de Minneapolis, le 20 novembre 1954, en mono bien sûr… mais par les sorciers du label Mercury Living Presence qui avaient le chic pour capter le meilleur du meilleur de la meilleure manière. Pour cet album, Doráti avait choisi de coupler le déjà célèbre Young Person’s Guide to the Orchestra de Britten – alors une œuvre ultra-contemporaine, puisqu’elle avait été composée sept ans plus tôt seulement – avec les bien plus rares (bien trop rares) Variations concertantes de Ginastera, écrites en 1953 et dont l’encre, par conséquent, n’était pas encore sèche ! Doráti se fit souvent le champion de cet ouvrage, digne pendant du Britten puisque ces Variations, elles aussi, font la part belle aux pupitres et aux solistes de l’orchestre. Ginastera s’y dévoile comme un orchestrateur de tout premier plan, qui sait exactement jusqu’où il peut aller trop loin dans l’exigence technique auprès des musiciens ; il s’amuse autant à lancer des clins d’œil à Stravinski, Bartók ou Villa-Lobos qu’à dérouler un folklore argentin tout à fait imaginaire et personnel. Voilà bien un superbe chef-d’œuvre que l’on aimerait entendre plus souvent joué par les orchestres européens. © SM/Qobuz
CD41,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2005 | Decca Music Group Ltd.

CD24,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1998 | Decca Music Group Ltd.

Avec un seul et unique micro – on est encore à l’ère du mono – les techniciens de Mercury surent faire des merveilles pour ce tout premier enregistrement intégral du ballet Le Lac des cygnes de Tchaïkovski dirigé par Antal Doráti à la tête de l’Orchestre de Minneapolis (qui serait plus tard rebaptisé le Minnesota Orchestra) ; on est le 14 et 15 décembre 1954, et pendant ces deux jours, les musiciens, leur chef et les ingénieurs du son réussissent un véritable miracle. Vivacité, couleurs orchestrales rutilantes – les cordes semblent un peu moins privilégiées que les bois, est-ce un choix de Doráti et/ou des ingénieurs, ou bien un incontrôlable paramètre dû à l’acoustique de la salle, allez savoir –, voici un extraordinaire témoignage de ce qui se faisait alors, et que bien des labels de nos jours seraient bien inspirés, avec leur invraisemblable arsenal technique, de faire de nos jours. Mais ne dit-on pas que la puissance informatique embarquée à bord d’Apollo 11 qui fut envoyée sur la Lune n’était pas même celle d’un téléphone portable d’entrée de gamme… © SM/Qobuz
HI-RES4,99 €
CD4,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1961 | BnF Collection

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 17 juillet 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 17 juillet 2014 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
Dans les années 1950, Antal Dorati réalise un nombre faramineux d’enregistrements à Minneapolis, quand il est directeur musical de l’orchestre de la ville, qu’il hisse à un excellent niveau durant tout son mandat. Ces gravures, la maison mère, Mercury/Universal en néglige depuis plus de vingt ans la part monophonique ou du tout début de la stéréophonie (1956-1957). Oui, les époux Fine ont toujours souhaité mettre en avant leurs prouesses stéréophoniques, au détriment de très belles gravures réalisés à l’époque de la monophonie. Mais, pour un chef tel que Dorati, cette négligence a permis de laisser de côté des enregistrements pourtant passionnants, à l’instar des premiers Beethoven et Brahms. Ils ont la fougue et l’innocence de la prime jeunesse, avec une pointe de sécheresse. On voit un formidable musicien en proie à des questionnements sur un compositeur, avec qui il eut, au disque, mais aussi au concert, des bonheurs variés. À Minneapolis, il grave quelques ouvertures (La Consécration de la maison, Coriolan, Egmont, Leonore III), et les Symphonies Nos. 3, 4, 5 & 8. C'est le formidable Paul Paray, à Detroit, qui enregistrera une bonne partie des autres symphonies. A Londres, lors de ses séjours estivaux, Dorati grave à nouveau les mêmes œuvres auxquelles s’ajoutent l’Ouverture des Créatures de Prométhée, La Bataille de Victoria, ainsi que la Pastorale, et le Concerto avec Szeryng. Plus tard, en 1976, il réalise une intégrale complète des Symphonies, avec le RPO, en live, publiée en édition limitée LP sur Deutsche Grammophon – sorte d’aboutissement de ses explorations beethovéniennes. Mais à la fin des années 1950, il grava aussi pour Fontana, aux côtés d’autres Mendelssohn, Grieg et Tchaikovski, la Pastorale. Les Beethoven de Dorati sont toujours déstabilisants, expérimentaux, un rien inaccomplis. Mais peut-être aussi que l’on oublie souvent que cette musique vient de Haydn… © Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 17 juillet 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret
On est le 20 novembre 1954 (un samedi, si ma mémoire est bonne), à Minneapolis, devant un seul microphone suspendu devant l’Orchestre de Minneapolis dirigé par Antal Doráti ; en mono donc, ainsi que l’aura compris l’aimable lecteur. Cela n’empêche pas les sorciers du label Mercury Living Presence de faire des tours de magie sonore – choix et placement du micro ? – pour ces deux immenses fresques de Respighi qui bénéficient, du haut de leurs enregistrements réalisés voici plus de soixante ans, d’une sonorité somptueuse, ample, profonde, colorée. Les Fêtes romaines, le moins joué des trois cycles romains de Respighi, semblent sortir du fond des âges, de l’Antiquité et ses jeux du cirque jusqu’aux temps plus modernes avec leurs célébrations, religieuses ou païennes avec ses mandolines coquines, ses saltarelles et son carnaval débordant de rythmes superposés et contraires. Encore plus rare, ce sont les Vitraux d’église de 1926, qui décrivent La Fuite en Égypte, Saint-Michel l’Archange, Les Matines de Sainte-Claire et Saint Grégoire le Grand, et dont un foisonnement orchestral sont le digne pendant des rutilants vitraux médiévaux. Mono ou pas, nous vous garantissons que cette musique ne vous arrivera pas en noir et blanc ! © SM/Qobuz
CD13,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 1997 | Decca Music Group Ltd.

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Classique - Paru le 17 juillet 2015 | Decca Music Group Ltd.

Hi-Res Livret

Classique - Paru le 1 janvier 1959 | BnF Collection

Livret
Téléchargement indisponible
CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Maestoso

CD9,99 €

Classique - Paru le 3 mai 2019 | Intense Media GmbH

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Maestoso

CD9,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2000 | Maestoso