Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES14,99 €
CD9,99 €

Opérette - Paru le 8 mars 2019 | Oehms Classics

Hi-Res Livret Distinctions 5 de Diapason - 5 Sterne Fono Forum Klassik
CD9,99 €

Musique symphonique - Paru le 1 janvier 2004 | CPO

CD10,99 €

Intégrales d'opéra - Paru le 5 février 2013 | Naxos

Livret
Johann Adolph Hasse (1699-1783) fut l'un des plus grands compositeurs d'opéra de son temps. Sa Didone Abbandonata est un opera seria très populaire du 18è siècle, sur le même thème que le Didon et Enée de Purcell. Cet parution Naxos bénéficie d'une magnifique distribution, avec les superbes contre-ténors Valer Barna-Sabadus et Flavio Ferri-Benedetti, et la délicieuse mezzo Teresa Holzbauer.
CD14,99 €

Classique - Paru le 19 novembre 2013 | Oehms Classics

Livret
CD9,99 €

Classique - Paru le 24 décembre 2015 | Oehms Classics

Johann Adolf Hasse composa avec Sanctus Petrus et Sancta Maria Magdalena un ouvrage d'une sensibilité étonnante, à mi chemin entre baroque et classicisme. Michael Hofstetter dirige son équipe de chanteurs (Vivica Genaux, Terry Wey) avec un dynamisme et un sens aigu des contrastes. Une belle découverte !
CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2007 | Oehms Classics

CD14,99 €

Classique - Paru le 1 janvier 2016 | Oehms Classics

Horace de Corneille n’a pas que donné naissance à une blague de potaches (les Voraces et le coriaces…) se vengeant ainsi de leur prof’ de français, mais aussi à deux opéras, l’un de Mercadante qui ne nous concerne point ici, l’autre de Cimarosa. Et oui, le même Cimarosa que l’on connaît surtout pour ses délicieux opéras-bouffe en tête desquels Il matrimonio segreto et des brouettes d’autres de la même eau : il a aussi écrit quelques rares (une dizaine en tout) ouvrages « sérieux », parmi lesquels Gli Orazi e i Curiazi dont voici un des trop rares enregistrements. L’œuvre fut créée en 1796 à Venise, fut un flop immédiat et retentissant, mais peu après le public se ressaisit et conçut qu’il avait là affaire à un chef-d’œuvre du genre. Il est vrai que Cimarosa, du haut de son style aimable et facétieux, n’écrivit pas là un opéra outrageusement tragique, c’est le moins que l’on puisse dire. Mélodies suaves, harmonies douces, même si les moments les plus intenses du drame cornélien ne manquent pas, justement d’intensité. Mais on reste toujours dans l’élégance et la beauté. Une vraie petite perle pré-rossinienne qu’il serait dommage de ne pas déguster. © SM/Qobuz 2016
CD9,99 €

Classique - Paru le 29 juin 2010 | Haenssler Classic