Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Catalogue

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Qu’il s’agisse ou non de l’acte de naissance du trip hop, Blue Lines ne ressemble à rien de connu à sa sortie en avril 91. Slalomant entre breakbeats enfumés, samples pointus (Billy Cobham, Tom Scott, Lowrell Simon, Wally Badarou…) et rap anesthésié, le premier album de Massive Attack tend des ponts inédits entre soul, reggae, dub, rock, électro et cold wave. Ce son étouffant mais fascinant s’échappant de Bristol est l’enfant d’un trio – Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom) – qui pratique l’échangisme musical, alliage de sonorités vaporeuses, de grooves comme chloroformés et d’ambiances mélancoliques voire méditatives. Une orgie onirique héritée en partie des soundsystems et qu’ils ont développée durant la décennie précédente avec le collectif Wild Bunch (avec Nellee Hooper, le producteur de Björk, notamment). Pour peindre ses Blue Lines, les Massive Attack embarquent avec eux un certain Tricky, ex-intérimaire azimuté du Wild Bunch, et des voix éclectiques comme celles du Jamaïcain Horace Andy ou de la soul sister Shara Nelson. C’est elle qui irradie Unfinished Sympathy, grandiose single porté par des violons hollywoodiens et dont le clip (un unique plan-séquence dans les rues de Los Angeles) marquera les esprits et façonnera l’identité du groupe. On trouve aussi sur Blue Lines Neneh Cherry, dans le rôle de la marraine motivant voire secouant le trio à sortir cet album, ainsi qu’une reprise de Be Thankful for What You Got de l’oublié William DeVaughn, un tube soul de 1974 rebaptisé Be Thankful for What You've Got… A l’arrivée, 3D, Daddy G et Mushroom ne se sont pas contentés de jouer aux diggers doués. Ils ont digéré leurs influences disparates pour inventer la BO d’une époque sombre et glauque dont les enfants comptent bien rester sur le dancefloor. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1998 | Circa

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Mercury Prize Selection
Dix ans après sa naissance, Massive Attack est intouchable grâce à une esthétique et un son bien singuliers. Avec leur troisième album qui sort en avril 1998, 3D, Daddy G et Mushroom prouvent pourtant que leur trip hop n’avait pas encore bouclé sa mue… La soul du groupe de Bristol, toujours aussi mystérieuse, se fait plus sombre et moins avenante. Amenée par 3D, une cold wave vénéneuse s’immisce même dans ses veines comme sur Angel, inquiétant thème d’ouverture. Sur le dub anthracite de Risingson, l’angoisse est à son paroxysme. Même l’électro métalloïde de Disolved Girl est une séquence oppressante malgré la voix d’elfe de Sarah Jay. Sur le menaçant mais sublime Teardrop, il faut attendre l’arrivée à plus d’une minute de la fée Liz Fraser, échappée des Cocteau Twins (elle chante aussi sur Black Milk et Group Four), pour desserrer la mâchoire et entrevoir le bout du tunnel… L’omniprésence de sonorités électroniques n’empêche pourtant jamais Mezzanine de rester organique. A la sortie de ce disque fascinant auquel n’a pas participé Tricky, Mushroom quittera le navire pour divergence artistique. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2010 | Virgin Records

Livret Distinctions 3F de Télérama - 4 étoiles Rock and Folk
L'opus de 2003 de Massive Attack, 100th Window, marque une rupture avec une longue série d'enregistrements discrets et de styles différents, et ressemble à une pâle copie du célèbre Mezzanine de 1998. Mais le groupe s'offre un retour aux sources avec Heligoland en 2010. On y retrouve la plupart de ses caractéristiques : une musique captivante chargée de tension et d'effroi, une production profondément pénétrante et une vision du monde insulaire représentée par une équipe de chanteurs anciens et nouveaux. Ce qui saute aux yeux dès le morceau d'ouverture "Pray for Rain", cependant, c'est la simplicité et la discrétion mises en évidence sur ce disque. Ce n'est plus le groupe qui a fait planer le début des années 90 avec de la house britannique, ni celui qui a créé ce trip-hop d'immersion, intense, pendant les années 90 et le début des années 2000. Globalement, Heligoland n'a pas la majesté et la puissance d'un Massive Attack classique. © John Bush /TiVo
A partir de :
CD21,99 €

Trip Hop - Paru le 16 novembre 1998 | Virgin Records

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Dix ans après sa naissance, Massive Attack est intouchable grâce à une esthétique et un son bien singuliers. Avec leur troisième album qui sort en avril 1998, 3D, Daddy G et Mushroom prouvent pourtant que leur trip hop n’avait pas encore bouclé sa mue… La soul du groupe de Bristol, toujours aussi mystérieuse, se fait plus sombre et moins avenante. Amenée par 3D, une cold wave vénéneuse s’immisce même dans ses veines comme sur Angel, inquiétant thème d’ouverture. Sur le dub anthracite de Risingson, l’angoisse est à son paroxysme. Même l’électro métalloïde de Disolved Girl est une séquence oppressante malgré la voix d’elfe de Sarah Jay. Sur le menaçant mais sublime Teardrop, il faut attendre l’arrivée à plus d’une minute de la fée Liz Fraser, échappée des Cocteau Twins (elle chante aussi sur Black Milk et Group Four), pour desserrer la mâchoire et entrevoir le bout du tunnel… L’omniprésence de sonorités électroniques n’empêche pourtant jamais Mezzanine de rester organique. A la sortie de ce disque fascinant auquel n’a pas participé Tricky, Mushroom quittera le navire pour divergence artistique.Cette édition Deluxe du XXe anniversaire de Mezzanine comprend un second CD de huit titres, exclusivement des remixes signés Mad Professor. A l’époque en 1998, ils devaient tous être réunis et publiés sur un seul et même album. Finalement, seuls quelques-uns de ces remixes furent édités sur des faces B. Les voilà enfin réunis pour la première fois. Avec notamment deux remixes dub de chansons absentes de Mezzanine mais enregistrées à la même période : Metal Banshee (une version dub de Superpredators qui était une reprise de Metal Postcard de Siouxsie and the Banshees) et Wire (un thème écrit pour la BO du film Welcome to Sarajevo). © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD12,49 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1994 | Circa

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
À l'époque où Blue Lines est sorti, il a révolutionné les clubs et les milieux de la musique. Protection est sorti après trois ans de gestation, soit plusieurs vies dans le monde de la musique en évolution constante. Il ne procure pas autant de sensations fortes que le premier album, et n'est pas aussi révolutionnaire que des artistes dans la lignée de Portishead et Tricky, ancien membre de Massive Attack. Néanmoins, la plupart des morceaux sont plutôt séduisants, avec des arrangements voluptueux atmosphériques et des beats sombres envoûtants. © Stephen Thomas Erlewine /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2010 | Virgin Records

Livret Distinctions 3F de Télérama
Le grand retour de Massive Attack ! Dans leur cinquième album Heligoland, les géniaux inventeurs du trip-hop ont convié plusieurs invités de marque, tels Damon Albarn (Gorillaz/Blur), Tunde Adebimpe (TV On The Radio) ou Hope Sandoval.
A partir de :
CD14,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1995 | Circa

Distinctions Discothèque Insolite Qobuz
A partir de :
HI-RES19,49 €
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2012 | Virgin Catalogue

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
Qu’il s’agisse ou non de l’acte de naissance du trip hop, Blue Lines ne ressemble à rien de connu à sa sortie en avril 91. Slalomant entre breakbeats enfumés, samples pointus (Billy Cobham, Tom Scott, Lowrell Simon, Wally Badarou…) et rap anesthésié, le premier album de Massive Attack tend des ponts inédits entre soul, reggae, dub, rock, électro et cold wave. Ce son étouffant mais fascinant s’échappant de Bristol est l’enfant d’un trio – Robert Del Naja (3D), Grant Marshall (Daddy G) et Andrew Vowles (Mushroom) – qui pratique l’échangisme musical, alliage de sonorités vaporeuses, de grooves comme chloroformés et d’ambiances mélancoliques voire méditatives. Une orgie onirique héritée en partie des soundsystems et qu’ils ont développée durant la décennie précédente avec le collectif Wild Bunch (avec Nellee Hooper, le producteur de Björk, notamment). Pour peindre ses Blue Lines, les Massive Attack embarquent avec eux un certain Tricky, ex-intérimaire azimuté du Wild Bunch, et des voix éclectiques comme celles du Jamaïcain Horace Andy ou de la soul sister Shara Nelson. C’est elle qui irradie Unfinished Sympathy, grandiose single porté par des violons hollywoodiens et dont le clip (un unique plan-séquence dans les rues de Los Angeles) marquera les esprits et façonnera l’identité du groupe. On trouve aussi sur Blue Lines Neneh Cherry, dans le rôle de la marraine motivant voire secouant le trio à sortir cet album, ainsi qu’une reprise de Be Thankful for What You Got de l’oublié William DeVaughn, un tube soul de 1974 rebaptisé Be Thankful for What You've Got… A l’arrivée, 3D, Daddy G et Mushroom ne se sont pas contentés de jouer aux diggers doués. Ils ont digéré leurs influences disparates pour inventer la BO d’une époque sombre et glauque dont les enfants comptent bien rester sur le dancefloor. © Marc Zisman/Qobuz
A partir de :
CD17,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2006 | Virgin Records

Massive Attack a toujours été le groupe le plus créatif et le plus explorateur du mouvement trip-hop et au meilleur de leur forme, ils ont fait la pop electro la plus évocatrice des années 90. Bien que tous leurs albums vaillent la peine individuellement, Collected est une compilation élémentaire tout-en-un très efficace, qui reprend équitablement des titres de Blue Lines, Protection, Mezzanine et 100th Window (et comprend un titre inédit). Le mélange de grooves glacés intenses, de textures électroniques glissantes, de pointes jazzy et d'atmosphères nocturnes couronné par un ballet de chanteuses et de chanteurs apparaît dans toute sa splendeur sur Collected, et en fait ainsi un très bon catalogue de l'œuvre époustouflante de Massive Attack. © Anthony Tognazzini /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2006 | Virgin Records

Livret
Massive Attack a toujours été le groupe le plus créatif et le plus explorateur du mouvement trip-hop et au meilleur de leur forme, ils ont fait la pop electro la plus évocatrice des années 90. Bien que tous leurs albums vaillent la peine individuellement, Collected est une compilation élémentaire tout-en-un très efficace, qui reprend équitablement des titres de Blue Lines, Protection, Mezzanine et 100th Window (et comprend un titre inédit). Le mélange de grooves glacés intenses, de textures électroniques glissantes, de pointes jazzy et d'atmosphères nocturnes couronné par un ballet de chanteuses et de chanteurs apparaît dans toute sa splendeur sur Collected, et en fait ainsi un très bon catalogue de l'œuvre époustouflante de Massive Attack. © Anthony Tognazzini /TiVo
A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2003 | Virgin Records

Après trois premiers albums exceptionnels, difficile pour Massive Attack de donner une suite à un début de carrière aussi brillant. D’autant que les cinq années qui séparent 100th Window de son prédécesseur Mezzanine ont été mouvementées. En désaccord quant à l’évolution artistique du groupe, Mushroom a claqué la porte en 1999, privant Massive Attack de son pôle hip hop / soul. Daddy G s’est quant à lui mis en congé le temps de cet album, laissant désormais Robert Del Naja, alias 3D, seul aux commandes. Ces absences se font hélas sentir sur 100th Window, auquel il manque l’audace et la sensualité de Blue Lines, Protection et Mezzanine. Reprenant l’atmosphère sombre et inquiétante de Mezzanine, 100th Window peine pourtant à en égaler l’intensité. On a parfois l’impression de se perdre dans un épais brouillard de nappes de synthétiseurs, pas toujours convaincu par les voix qui tentent de le percer. Présente sur trois morceaux – « What Your Soul Sings », « Special Cases » et « A Prayer For England », Sinead O’Connor déçoit en effet, moins touchante que celles qui l’ont précédée, Shara Nelson, Tracey Thorn, Nicolette et Elizabeth Fraser. Chanteur attitré de Massive Attack depuis Blue Lines, Horace Andy livre une prestation honorable ; on l’imagine pourtant regrettant les terres ensoleillées de la Jamaïque, la température de 100th Window frôlant parfois le zéro. © ©Copyright Music Story Thomas Henry 2021
A partir de :
CD3,99 €

Trip Hop - Paru le 28 janvier 2016 | Virgin Records Ltd

Lorsqu’on a signé un triptyque aussi novateur (Blue Lines en 1991, Protection en 1994 et Mezzanine en 1998), il n’est pas facile de se surpasser. Certes Massive Attack a livré ces quinze dernières années quelques enregistrements plus ou moins passionnants mais jamais à la hauteur de leurs trois premiers albums qui ont chamboulé l’histoire de la musique électronique… Ce EP de quatre titres marque un tournant car il acte le rabibochage entre Robert Del Naja, membre fondateur du groupe de Bristol, et Tricky qu’on n’avait pas entendu sur un disque de Massive depuis Protection… Comme toujours avec Massive Attack, quelques invités sont venus prêter leurs voix et Ritual Spirit accueille ainsi les Ecossais de Young Fathers (Voodoo In My Blood) et les Londonien Roots Manuva (Dead Editors) et Azekel (Ritual Spirit). Le décor planté, que se passe-t-il entre les oreilles ? Beaucoup de choses. De bonnes choses même. On retrouve ce savant dosage entre soul sombre, électro angoissante et ambiances cinématographiques. Dans ce domaine et sans surprise, Take It There, le dernier titre surpuissant avec Tricky, rafle la mise. L’ouverture boostée par le flow de Roots Manuva sur Dead Editors propose un autre angle tout aussi fascinant. Bref, avec ces quatre titres, les quinquagénaires Robert Del Naja (3D) et Grant Marshall (Daddy G) montrent qu’ils ont encore quelques onces d’or au bout des doigts… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD2,99 €

Trip Hop - Paru le 29 juillet 2016 | Virgin Records Ltd

Après Ritual Spirit paru en janvier 2016, un EP qui marquait le rabibochage entre Robert Del Naja (membre fondateur de Massive Attack) et Tricky (qu’on n’avait pas entendu sur un disque du groupe de Bristol depuis Protection), The Spoil confirme le haut degré d’inspiration des papes du trip hop. Seulement deux titres, certes, mais pas des moindres. Ce single marque une nouvelle collaboration avec la fée du groupe Mazzy Star, la chanteuse Hope Sandoval, déjà invitée sur Paradise Circus en 2010) et Four Walls en 2011. Comme à l’accoutumée, son organe sensuel trouve ici l’écrin vaporeux parfait. Pour l’autre chanson de ce single, Come Near Me, Massive Attack a convié Ghostpoet dans un registre évidemment plus sombre mais pas moins onirique. Nouvelle preuve que Robert Del Naja (3D) et Grant Marshall (Daddy G) réussissent une fois de plus à hypnotiser leurs fans… © MZ/Qobuz
A partir de :
CD69,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1998 | Circa

A partir de :
CD9,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2004 | Virgin Records

A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2006 | Virgin Records

A partir de :
CD12,49 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2006 | Virgin Records

A partir de :
CD14,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 2006 | Virgin Records

A partir de :
CD13,99 €

Trip Hop - Paru le 26 octobre 2004 | Virgin Records

Interesting and pleasant, but the soundtrack to Louis Leterrier's Danny the Dog will throw longtime Massive Attack fans for a loop. The band's trademark deep sound is untraceable for the most part. It's probably a testament to how hard they stuck to the soundtracking rules, but this program music is rather run-of-the-mill, especially when compared to Massive Attack's proper albums, which -- to be fair -- would overtake most filmmaker's visuals. Harpsichords play over neo-noir beats and guitars echo forever as tension builds, and while the band's keen sense of sonic structure is intact, they're layering things much less than usual here and traveling some previously explored territory. Tracks like "Everything About You Is New" with its reverberating piano, and the faux rocking "The Dog Obeys" are so undistinguished you look have to look twice at the cover to make sure Massive is behind this. The Coil-esque "P Is for Piano" and the funky-fun "One Thought at a Time" almost make it worth it for everyone, but only the hardcore fans are going to get much out of the rest. They can pick away at the recordings and try to figure out who did what while everyone else waits for the next real album. © David Jeffries /TiVo
A partir de :
CD4,99 €

Trip Hop - Paru le 1 janvier 1998 | Circa

L'interprète

Massive Attack dans le magazine