Votre panier est vide

Catégories :

Artistes similaires

Les albums

HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2014 | Motown

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Terrassé de chagrin suite à la mort de sa complice Tammi Terrell, emportée par un cancer le 6 mars 1970 à seulement 24 ans, Marvin Gaye se retire du business, sombrant dans une intense dépression. Il se lance dans le football et signe chez les Detroit Lions. En juin de la même année, il revient pourtant à la musique, poussé par la situation sociale et politique. Alors que l'Amérique se bat avec ses propres démons, intérieurs (la ségrégation) et extérieurs (le Vietnam), il publie un chef d'œuvre de soul consciente. Avec sa prose engagée, What's Going On qui parait le 21 mai 1971 sort le label Motown du gentil rêve américain pour le confronter aux réalités de son temps. Mais Marvin Gaye, poète entertainer avant tout, fait groover son serment politique et social comme nul autre. Une magistrale symphonie, savamment dosée, où les cordes hypnotisent le rythme et les chœurs. La pierre angulaire de la musique noire américaine qui ne fut pourtant guère aisée à poser tant Berry Gordy, le patron de Motown, craignait que cette ouvre très politisée ne casse l'image toujours très (trop ?) positive de son label et de son poulain. Avec What's Going On, Marvin Gaye oblige Gordy à regarder en face le conflit vietnamien, les tensions interraciales et la dégradation des grandes métropoles américaines. Le succès du disque est pourtant immédiat et impressionnant, What's Going On raflant des tonnes de récompenses. Pour la première fois surtout, un album Motown est conçu différemment, sans le contrôle total de Gordy. Marvin Gaye signe un nouveau contrat avec son label, cette fois d'un million de dollars, le plus important pour un artiste noir à l'époque. Quant à What's Going On, il restera comme l’’un des plus grands albums du XXe siècle. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES13,49 €
CD9,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2014 | Motown

Hi-Res Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Hi-Res Audio
Avec What's Going On, Marvin Gaye avait plongé la Motown dans l'âge adulte doté d'une conscience. Avec Let's Get It On qui parait deux ans plus tard en 1973, il revient à des considérations nettement plus sensuelles, charnelles et ouvertement sexuelles ! Sa voix sublime d'amant redoutable atteint ici des sommets d'érotisme. Entre un voile de cuivres bouillants et une accolade de violons discrets, sa soul originelle se déhanche dans un groove langoureux qui ne peut que mener l'auditeur dans un kingsize bed aux draps de soie. Magique. © MZ/Qobuz
CD27,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2001 | Motown

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Terrassé de chagrin suite à la mort de sa complice Tammi Terrell, emportée par un cancer le 6 mars 1970 à seulement 24 ans, Marvin Gaye se retire du business, sombrant dans une intense dépression. Il se lance dans le football et signe chez les Detroit Lions. En juin de la même année, le chanteur revient pourtant à la musique, poussé par la situation sociale et politique. Alors que l'Amérique se bat avec ses propres démons, intérieurs (la ségrégation) et extérieurs (le Vietnam), il publie un chef d'œuvre de soul consciente. Avec sa prose engagée, What's Going On qui parait le 21 mai 1971 sort le label Motown du gentil rêve américain pour le confronter aux réalités de son temps. Mais Marvin Gaye, poète entertainer avant tout, fait groover son serment politique et social comme nul autre. Une magistrale symphonie, savamment dosée, où les cordes hypnotisent le rythme et les chœurs. La pierre angulaire de la musique noire américaine qui ne fut pourtant guère aisée à poser tant Berry Gordy, le patron de Motown, craignait que cette ouvre très politisée ne casse l'image toujours très (trop ?) positive de son label et de son poulain. Avec What's Going On, Marvin Gaye oblige Gordy à regarder en face le conflit vietnamien, les tensions interraciales et la dégradation des grandes métropoles américaines. Le succès du disque est pourtant immédiat et impressionnant, What's Going On raflant des tonnes de récompenses. Pour la première fois surtout, un album Motown est conçu différemment, sans le contrôle total de Gordy. Marvin Gaye signe un nouveau contrat avec son label, cette fois d'un million de dollars, le plus important pour un artiste noir à l'époque. Quant à What's Going On, il restera comme l’’un des plus grands albums du XXe siècle. Cette Deluxe Edition de 2CD publiée en 2001 comprend la version originale de l’album ainsi qu’une seconde version (le Detroit Mix) mais aussi les versions mono des singles. Elle offre également le premier concert de Marvin Gaye depuis la maladie puis la mort de Tammi Terrell, enregistré au Kennedy Center Concert Hall de sa ville natale de Washington le 1er mai 1972. © MZ/Qobuz
CD34,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2011 | UNI - MOTOWN

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Pitchfork: Best New Reissue
Terrassé de chagrin suite à la mort de sa complice Tammi Terrell, emportée par un cancer le 6 mars 1970 à seulement 24 ans, Marvin Gaye se retire du business, sombrant dans une intense dépression. Il se lance dans le football et signe chez les Detroit Lions. En juin de la même année, le chanteur revient pourtant à la musique, poussé par la situation sociale et politique. Alors que l'Amérique se bat avec ses propres démons, intérieurs (la ségrégation) et extérieurs (le Vietnam), il publie un chef d'œuvre de soul consciente. Avec sa prose engagée, What's Going On qui parait le 21 mai 1971 sort le label Motown du gentil rêve américain pour le confronter aux réalités de son temps. Mais Marvin Gaye, poète entertainer avant tout, fait groover son serment politique et social comme nul autre. Une magistrale symphonie, savamment dosée, où les cordes hypnotisent le rythme et les chœurs. La pierre angulaire de la musique noire américaine qui ne fut pourtant guère aisée à poser tant Berry Gordy, le patron de Motown, craignait que cette ouvre très politisée ne casse l'image toujours très (trop ?) positive de son label et de son poulain. Avec What's Going On, Marvin Gaye oblige Gordy à regarder en face le conflit vietnamien, les tensions interraciales et la dégradation des grandes métropoles américaines. Le succès du disque est pourtant immédiat et impressionnant, What's Going On raflant des tonnes de récompenses. Pour la première fois surtout, un album Motown est conçu différemment, sans le contrôle total de Gordy. Marvin Gaye signe un nouveau contrat avec son label, cette fois d'un million de dollars, le plus important pour un artiste noir à l'époque. Quant à What's Going On, il restera comme l’’un des plus grands albums du XXe siècle. Cette somptueuse édition du 40e anniversaire de What’s Going On publiée en 2011 sur 3CD comprend la version originale de l’album totalement remastérisée ainsi que les versions mono des singles et de nombreuses démos inédites. Elle contient aussi les Detroit Instrumental Sessions, étonnantes jam sessions inédites enregistrées entre fin 71 et début 72 par un groupe comprenant évidemment Marvin Gaye au piano et aux percussions mais aussi des musiciens du calibre de Ray Parker Jr., Wah Wah Watson, Michael Henderson et Hamilton Bohannon. © MZ/Qobuz
CD13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2002 | UNI - MOTOWN

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Terrassé de chagrin suite à la mort de sa complice Tammi Terrell, emportée par un cancer le 6 mars 1970 à seulement 24 ans, Marvin Gaye se retire du business, sombrant dans une intense dépression. Il se lance dans le football et signe chez les Detroit Lions. En juin de la même année, le chanteur revient pourtant à la musique, poussé par la situation sociale et politique. Alors que l'Amérique se bat avec ses propres démons, intérieurs (la ségrégation) et extérieurs (le Vietnam), il publie un chef d'œuvre de soul consciente. Avec sa prose engagée, What's Going On qui parait le 21 mai 1971 sort le label Motown du gentil rêve américain pour le confronter aux réalités de son temps. Mais Marvin Gaye, poète entertainer avant tout, fait groover son serment politique et social comme nul autre. Une magistrale symphonie, savamment dosée, où les cordes hypnotisent le rythme et les chœurs. La pierre angulaire de la musique noire américaine qui ne fut pourtant guère aisée à poser tant Berry Gordy, le patron de Motown, craignait que cette ouvre très politisée ne casse l'image toujours très (trop ?) positive de son label et de son poulain. Avec What's Going On, Marvin Gaye oblige Gordy à regarder en face le conflit vietnamien, les tensions interraciales et la dégradation des grandes métropoles américaines. Le succès du disque est pourtant immédiat et impressionnant, What's Going On raflant des tonnes de récompenses. Pour la première fois surtout, un album Motown est conçu différemment, sans le contrôle total de Gordy. Marvin Gaye signe un nouveau contrat avec son label, cette fois d'un million de dollars, le plus important pour un artiste noir à l'époque. Quant à What's Going On, il restera comme l’’un des plus grands albums du XXe siècle. © MZ/Qobuz
CD21,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2001 | Motown

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Avec What's Going On, Marvin Gaye avait plongé la Motown dans l'âge adulte doté d'une conscience. Avec Let's Get It On qui parait deux ans plus tard en 1973, il revient à des considérations nettement plus sensuelles, charnelles et ouvertement sexuelles ! Sa voix sublime d'amant redoutable atteint ici des sommets d'érotisme. Entre un voile de cuivres bouillants et une accolade de violons discrets, sa soul originelle se déhanche dans un groove langoureux qui ne peut que mener l'auditeur dans un kingsize bed aux draps de soie. Magique. Cette Deluxe Edition de 2CD publiée en septembre 2001 propose la version remastérisée de l’album mais aussi de nombreux titres inédits ou rares allant des démos aux alternate takes. © MZ/Qobuz
CD13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1972 | Motown

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz - Qobuz Référence
Entre ces deux énormes chefs d’œuvres que sont What’s Going On (1971) et Let’s Get It On (1973), il existe une autre petite perle qui n’a sûrement jamais été appréciée à sa juste valeur. Et pourtant, quelle merveille que ce disque. Marvin Gaye touche ici à la perfection, non seulement dans l’écriture des morceaux à proprement parler, mais aussi dans sa performance vocale. Nous sommes en 1972 et alors que Marvin Gaye refuse de monter sur scène afin de défendre son What’s Going On, apeuré par la simple idée de devoir repartir en tournée, il pense un temps poser ses valises à Hollywood et y faire carrière. La mode est aux blaxploitation movies, (polars afro-américains mélangeant violence et érotisme, où le blanc a souvent le mauvais rôle) et Marvin Gaye se retrouve à composer la bande originale du film Trouble Man, espérant par la suite décrocher un rôle dans une autre production. Il parviendra en effet à obtenir quelques seconds rôles dans des films tels que The Ballad Of Andy Crocker ou Chrome And Hot Leather au moment où il s’installera à Los Angeles, mais ce subit intérêt pour le cinéma disparaîtra aussi vite qu’il était apparu.   Il est vrai qu’après une bombe telle que What’s Going On, on aurait pu s’attendre à ce que Marvin Gaye s’attaque à l’écriture d’un nouvel album et non d’une simple bande originale de film d’un obscure metteur en scène nommé Ivan Dixon. Mais c’était sans connaître le caractère imprévisible de Marvin Gaye qui allait réussir là où bon nombre d'artistes soul ont échoué : faire de cette bande originale une véritable pièce maîtresse dans sa collection. A l’écoute de Trouble Man, c’est avant tout ce mélange détonnant de morceaux jazzy tel que « Main Theme From Trouble Man (2) » ou beaucoup plus funky comme «T Plays It Cool », laissant apparaître des ambiances nouvelles dans la musique de Marvin Gaye, qui donnent à cet album toute sa cohérence. Marvin Gaye passe ici en revue toute les influences qui l’ont amenées à faire cette musique si personnelle désormais. On ressent toujours à l’écoute de ce disque ce sentiment de profonde liberté qui habite désormais sa musique. En composant une bande originale de film, il peut ainsi laisser libre cours à son imagination et incorporer de nouveaux ingrédients à sa cuisine musicale. Il est important de noter que la voix de Marvin Gaye n’arrive que sur le 3ème morceau « Poor Abbey Walsh », étrange morceau qui débute par un long solo de sax, très « soul », suivi par plusieurs ambiances, toutes différentes, passant tour à tour d’une atmosphère feutrée et voluptueuse à une vision plus noire et plus urbaine. La place qu’il réserve pour sa voix est infiniment plus restreinte que dans What’s Going On et le message qu’il voudra faire passer sera ici beaucoup plus implicite. Car c'est avant tout son immense talent d’arrangeur, de producteur mais aussi de musicien qui ressort de l’écoute de ce disque où l’instrumentation prend une dimension encore plus grande. Il laissera d’ailleurs une place très importante au saxophone, joué à la perfection par Trevor Lawrence. Quant à Marvin Gaye, lorsqu’il ne joue pas du Moog et qu’il se met à chanter, alors la fluidité de sa voix fait littéralement des merveilles. On reste subjugué par la finesse de son timbre qui vient se poser comme un voile de velours sur ses compositions imagées. Tout comme Isaac Hayes avec Shaft (1971),  Melvin Van Peebles  avec Sweet Sweetack’s Baadasssss Song (1971) ou bien Curtis Mayfield avec Superfly (1972), Marvin Gaye réussit un véritable coup de maître, malheureusement éclipsé par les deux chefs d’œuvres qui ont précédés et succédés ce disque. Alors, est-ce pour cela que Trouble Man n’a pas obtenu toute l’attention qu’il méritait auprès du public ? Ce qui est sûr, c’est que l’implication personnelle de Marvin Gaye dans la composition de ce disque fut totale et reflète à nouveau le questionnement d’un homme sur la place de son peuple dans la société américaine. En composant Trouble Man, il prend part à ce besoin d’indépendance et de liberté prôné par le peuple afro-américain qui, par l’intermédiaire des blaxploitation movies, veut lancer un message fort aux dirigeant de ce pays. Devant l’énorme succès populaire de certains de ces films, Marvin Gaye y a sûrement vu un bon moyen de réaffirmer devant la communauté afro-américaine son attachement et sa fierté d’être noir. Il est vrai que Marvin Gaye était plus souvent réputé par ses discours contre les inégalités, qu’il tenait chez lui dans sa belle maison, que par son action sociale sur le terrain. Mais c’est par le biais de la musique que Marvin Gaye faisait passer ses messages et Trouble Man en est à nouveau la preuve. A la manière d’un Malcolm X de l’ombre, il confirmait son honneur d'appartenir au peuple noir, en posant, tel un roi sur son trône, au beau milieu de la page intérieure du disque. © ©Copyright Music Story David Loquier 2016
CD14,49 €

Soul - Paru le 1 octobre 1982 | Columbia - Legacy

Distinctions Qobuz Référence
CD14,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1978 | Motown

Distinctions Qobuz Référence
CD21,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2007 | Hip-O Select

Distinctions Qobuz Référence
CD14,49 €

Soul - Paru le 12 mai 1989 | Columbia

Distinctions Qobuz Référence
CD34,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2012 | UNI - MOTOWN

Distinctions Discothèque Idéale Qobuz
CD17,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1981 | Motown

Distinctions Qobuz Référence
CD13,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 1997 | Motown

Distinctions Qobuz Référence
CD14,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2005 | Hip-O Select

Distinctions Qobuz Référence
CD14,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2009 | Universal Music Enterprises

Distinctions Qobuz Référence
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Soul - Paru le 18 octobre 2019 | Motown

Hi-Res
En 2001, les fans de Marvin Gaye découvrent un live inédit de leur idole, enregistré le 1er mai 1972 au Kennedy Center de Washington, inclus dans les bonus de la version deluxe de What’s Going On paru un an plus tôt, en mai 1971. En octobre 2019, ce concert magique bénéficie d’une publication autonome et surtout d’une remasterisation et du traitement 24 bits. A l’époque, le chanteur est à un tournant de sa carrière. Terrassé de chagrin suite à la mort de sa complice Tammi Terrell, emportée par un cancer en 1970 à seulement 24 ans, Marvin Gaye se retire du business, sombrant dans la dépression. Il revient pourtant vite à la musique. Alors que l'Amérique se bat avec ses propres démons, intérieurs (la ségrégation) et extérieurs (le Vietnam), il sort un chef-d'œuvre de soul consciente. Avec sa prose engagée, What's Going On, paru sur le label Motown, confronte le gentil rêve américain aux réalités de son temps.Mais Marvin Gaye, poète entertainer avant tout, fait groover son serment politique comme nul autre. Une magistrale symphonie, savamment dosée, où les cordes hypnotisent le rythme et les chœurs. La pierre angulaire de la musique noire américaine, qui ne fut pourtant guère aisée à poser tant Berry Gordy, le patron de Motown, craignait que cette œuvre très politisée ne casse l'image toujours très positive de son label et de son poulain. Avec What's Going On, Marvin Gaye oblige Gordy à regarder en face le conflit vietnamien, les tensions interraciales et la dégradation des grandes métropoles américaines. Malgré les réticences du patron, le succès du disque est immédiat. Surtout, pour la première fois, un album Motown est conçu différemment, sans le contrôle total de Gordy. Ce live enregistré dans la ville natale de Gaye orchestre sa transition artistique en débutant par un savoureux medley de ses tubes 60's, parmi lesquels le dantesque I Heard It Through the Grapevine. Marvin Gaye transpose ensuite à la scène les merveilles de What’s Going On, disque pourtant très travaillé en studio. Tout au long d’un peu plus d’une heure de concert, il étire certains thèmes, improvise et communique avec son public béat comme jamais. © Marc Zisman/Qobuz
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Soul - Paru le 1 janvier 2014 | Motown

Hi-Res
HI-RES21,49 €
CD14,99 €

Soul - Paru le 16 mars 1976 | Motown

Hi-Res
La peinture du grand Ernie Barnes utilisée pour la pochette d’I Want You résume à la perfection cet album paru en mars 1976 : dans un sous-sol enfumé, des couples s’abandonnent à des sons chauds et cuivrés. Torride ! Dans la réalité, Marvin Gaye signe ici la suite de Let’s Get It On dont il donne une version très influencée par le disco qui fait alors fureur aux quatre coins du monde. Mais un disco gorgé de funk pur. Dédié à celle qui deviendra sa seconde femme, Janis Hunter, I Want You garde une âme funk, lyrique et obsessionnelle. Même la production co-signée avec Leon Ware (auteur de la plupart des chansons), un superbe halo sensuel chatouillé par le timbre séducteur du génie de chez Motown, accentue encore plus la moiteur de ce disque magique. © MZ/Qobuz
CD14,99 €

Soul - Paru le 29 mars 2019 | Motown

Accoler le mot « inédit » au nom de Marvin Gaye fait toujours son petit effet. Déjà, lors de la publication en édition deluxe de What’s Going On, Let’s Get It On et autres Hear, My Dear , les fans du maître de la soul disparu en 1984 en avaient eu pour leur argent avec de nombreuses alternative takes et autres inédits. You’re the Man, qui paraît en 2019, est une sorte de Graal enfin déterré.Lorsqu’il publie What’s Going On en mai 1971, Marvin Gaye chamboule la soul music et Motown mais aussi l’histoire de la musique populaire tout court. Avec son chef-d’œuvre conscient, il oblige Berry Gordy, le boss du label, à regarder en face le conflit vietnamien, les tensions interraciales et la dégradation des métropoles américaines. Pour la première fois, un disque Motown est conçu différemment, sans le contrôle total de Gordy, et aborde des sujets de société et non de gentilles love songs. Marvin Gaye l’entertainer devient une voix politique et sociale. Dans la foulée de What’s Going On, la star commence à travailler sur un nouvel album intitulé You’re the Man, annoncé par le single éponyme, une charge contre le président d'alors, Richard Nixon. Une attaque pas du goût de Gordy qui, après avoir accepté de publier le single, refuse d’enchaîner avec l’album. Il convainc même le chanteur de changer ses plans.Certaines chansons prévues pour You’re the Man se retrouveront dispersées sur certains de ses enregistrements futurs. La version 2019 propose enfin l’album que Marvin Gaye rêvait de publier dans sa globalité. Une résurrection d’autant plus jouissive qu'elle permet de déguster, en plein mandat de Donald Trump, des paroles comme « We don’t want to hear more lies / About how you plan to economise » soulignant la modernité de l’œuvre. Être Noir sous Nixon ou sous Trump, même combat ! Et avec We Can Make It Baby, la séquence féministe est aussi présente ! Côté production, le Marvin Gaye de You’re the Man alterne entre ce qu’il a proposé sur What’s Going On mais aussi sur la BO du film Trouble Man sorti en 1973. Sa voix glisse à la perfection sur une instrumentation entre soul groovy et funk light. A noter que pour homogénéiser tout ça, Motown a fait appel à Salaam Remi, connu pour ses collaborations avec Nas, Amy Winehouse, les Fugees ou bien encore Miguel. © Marc Zisman/Qobuz

L'interprète

Marvin Gaye dans le magazine
  • Paula, come back!
    Paula, come back! When Robin Thicke wants to get his girl back...
  • Gagnez vos places pour l’exposition Great Black Music à la Cité de la Musique
    Gagnez vos places pour l’exposition Great Black Music à la Cité de la Musique Du 11 mars au 24 août 2014, la Cité de la Musique propose l’exposition Great Black Music autour des artistes américains et africains ayant marqué l'histoire des musiques populaires au XXe siècle. Q...
  • Mal à l'âme
    Mal à l'âme Il y a 30 ans, le pasteur Marvin Gaye Sr. vide sur Marvin Gaye Jr. le chargeur de son révolver...
  • La Minute Qobuz #28
    La Minute Qobuz #28 Cette semaine, La Minute Qobuz présente toute l’actualité musicale : 5 minutes, 5 artistes, 5 albums avec Johnny Cash, Aloe Blacc, Ambrose Akinmusire, Edgar Moreau, Melingo et, pour la séquence Rét...
  • Emmanuel Parent présente l’exposition Great Black Music
    Emmanuel Parent présente l’exposition Great Black Music Rencontre avec le conseiller scientifique de l’exposition Great Black Music qui se tient à la Cité de la Musique à Paris jusqu’au 24 aout.
  • QIBUZ / Lundi 10 février 2014
    QIBUZ / Lundi 10 février 2014 Indiscrétions, confidences, relectures, révélations et news : chaque lundi, QIBUZ soulève les cartes et interroge l’actualité musicale. La vérité est toujours bonne à lire, non ?
  • Amy et le Modfather
    Amy et le Modfather La chanteuse soul britannique Amy Winehouse est décédée ce weekend à 27 ans. Une voix magnifique comme sur cette reprise de Marvin Gaye en duo avec Paul Weller.
  • Harvey Fuqua est mort
    Harvey Fuqua est mort Père spirituel de Marvin Gaye, le chanteur, parolier et producteur ayant notamment sévi à la Motown s’est éteint à l’âge de 80 ans.
  • Il était une fois Motown…
    Il était une fois Motown… Le plus grand label de soul pop de tous les temps a soufflé ses 50 bougies cette année. Diana Ross & The Supremes, Marvin Gaye, Smokey Robinson, Stevie Wonder ou les Tempations, la Motown demeure l...
  • Les Essentiels: What's Going On de Marvin Gaye
    Les Essentiels: What's Going On de Marvin Gaye Il y a un avant et un après mai 1971… Lorsque le 21, les bacs des disquaires accueillent le nouvel album de Marvin Gaye, ça n’est pas juste l’histoire de la soul music qui voit son cours modifié ma...